Archive

Posts Tagged ‘vocation’

Samedi après les Cendres : Appel à l’appel

4 mars 2017 1 commentaire

 

L’évangile du jour

 

Vocation de Saint Mathieu The Calling of Saint Matthew 1599-1600 Oil on canvas, 322 x 340 cm Contarelli Chapel, San Luigi dei Francesi, RomeVous connaissez peut-être le célèbre tableau du Caravage, dans l’église St Louis de Français à Rome, qui relate cet épisode de l’appel de Matthieu*. Si vous regardez bien les pieds de Jésus (quelle idée !) sur ce tableau, ils sont tournés de manière à montrer que le Christ, tout en appelant Matthieu, est déjà en train de partir. C’est qu’il est sûr de la réponse du publicain. Jésus croit en sa Parole. Il sait discerner les cœurs et les reins (Ps 138), et donc sait qu’au fond de lui, même s’il semble étonné, Matthieu va quitter son bureau de change pour se mettre à sa suite.

En connaissez-vous des gens prêts à tout quitter pour le Christ ? J’en ai rencontré un. Qui plaqué son boulot parce qu’il ressentait que cela ne lui correspondait plus. Il s’est engagé dans le domaine caritatif, au nom de sa foi. Et comme Matthieu, il a tout laissé en plan, au nom de cet appel que Jésus lui adressait.

Parfois il n’en faut pas plus : un appel ! Mais qui le lance cet appel ? Osez-vous encore interpeller les personnes ? leur proposer de suivre le Christ ? Si vous le faites, il y a fort à parier que vous serez traités de fou (ou de folle) par ceux qui seront témoins de la scène. Mais pour celui qui est appelé, cette scène deviendra vite la cène, le repas avec le Seigneur qui transforme nos vies. A l’exemple de ce festin donné par Matthieu pour fêter sa nouvelle vie. Comment ne pas y voir les prémices de l’eucharistie. Mais là encore, les esprits chagrins ne pourront s’empêcher de distribuer les bons et les mauvais points. Selon que vous soyez du sérail ou non… Cela n’a pas arrêté Jésus. Et nous ?

* Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à prévoir une escapade romaine ! Rien que pour ce tableau, ça vaut le coup. Et avec un coup de chance, y’a un type, François, qui vaut lui-aussi le détour !

Catégories :Carême, Spiritualité Étiquettes : , ,

Hyper mini revue de presse : vocations

21 juin 2012 2 commentaires

image Bon, je craque… c’est que, une semaine sans lire de billets de blogs (en fait, sans trop lire du tout d’ailleurs), c’est long. Mais bon, faire une revue de presse depuis ma tablette (pour ceux qui auraient suivi sur Twitter, j’ai craqué), c’est pas le plus facile.

Du coup, je ne cite que 4 petits trucs, dont un de mémoire, et les 3 autres découverts sur Facebook. Parce que ce week-end, ou disons, pour être plus large, ce mois-ci, c’est l’époque des ordinations. Ou des anniversaires d’ordination (bientôt 10 ans pour moi). Pour nous (nous = les prêtres) aider à y réfléchir, David Lerouge a publié un petit billet hyper-sympa sur le sujet, avec un contrôle technique pour le clergé… Un truc résolument juste, à partager largement si vous le pouvez…

D’ailleurs, David est un récidiviste, car il y a un an, il avait contribué au livre Ils sont jeunes, ils sont prêtres, ils sont heureux. Un livre à lire en cette période donc, ou à offrir aux jeunes (oui, vu le titre) (ou aux parents de ceux) qui s’interrogent sur leur vocation, qui se demandent s’ils vont faire le pas à la rentrée prochaine…

Bon, et pour ne pas faire trop publi-reportage avec l’ami David, je vous renvoie aussi vers le billet de Clément qui nous invite à réfléchir sur la vocation pour chacun. Au sens large, plus que simplement vocation de « curé » comme on dit. Merci à Clément de nous inviter tous à y réfléchir…

Et pour finir, une réflexion du père Philippe, en Belgique, qui nous invite à nous secouer les plumes pour retrouver une « inventivité audacieuse« … A bon entendeur…

Joie de donner, joie de recevoir

26 avril 2012 8 commentaires

Illustration : Carmélites de Frileuse,
tirée du site http://www.pelerin.info

Le téléphone sonne. C’est une carmélite qui me demande si je suis libre pour venir célébrer la messe lundi matin. Pas de problème, je peux. Le rendez-vous est pris. Une jeune femme, que je prépare au mariage, est présente avec son fiancé. Elle paraît surprise. « Mais alors, les sœurs sont dépendantes des prêtres pour les messes ? Ce n’est pas pratique de toujours vous déranger, ça doit être pénible ». Oui, c’est vrai. Elles dépendent des prêtres qui viennent dire les messes dans leur communautés, surtout quand elles sont contemplatives, comme les carmélites ou visitandines, et qu’elles ne sortent pas. Mais c’est pareil pour les religieuses âgées, comme les sœurs de Peltre par exemple. Oui, il faut qu’elles gèrent bien leur planning, pour qu’il y ait toujours quelqu’un, pour que, quand l’un ou l’autre des habitués ne vient pas, elles trouvent un remplaçant… En même temps, quelle belle expérience pour elles que de voir qu’on ne fait pas église entre soi, dans une petite communauté, mais qu’il faut toujours l’ouvrir, que c’est ensemble, à plusieurs, que l’Eglise se construit et se vit. C’est ça, la diversité des vocations et des ministères.

Pour le prêtre, c’est vrai que c’est parfois un peu contraignant. Mais bon, soyons honnêtes, on aime bien être désirés… Et puis, quelle joie d’offrir de son temps et de célébrer l’eucharistie pour des religieuses qui prient si souvent pour nous. Mais surtout, quelle chance. Quand on arrive dans une communauté religieuse, tout est prêt ! Aube et chasubles sont disposées à la sacristie, les chants, les lectures, les fleurs, les lumières, la sono, tout est en place, allumé, préparé, réparti. Il n’y a rien d’autre à faire que de prier… Et ça, c’est quand même génial. Il n’y a pas les petits stress qu’on peut avoir en paroisse parfois, les oublis, les changements de dernière minute… Envolés ! Celui qui arrive pour célébrer dans ces communautés se laisse porter, en prenant le temps aussi. Les sœurs ont cette chance de ne pas avoir de gigot au four, ou un journal local à regarder à 18h55 ! Oui, le prêtre qui arrive pour célébrer chez les religieuses donne de son temps, mais il reçoit tellement plus.

C’est pareil quand on prépare un baptême, un mariage, voire des funérailles. On doit tout présenter et expliquer, et c’est l’occasion de parler de notre foi, de témoigner de ce Dieu qui nous fait vivre, qui est au cœur de nos vies. Idem quand on rencontre des jeunes qui préparent la communion, ou des JMJ’istes, ou des jeunes pros… Il faut préparer consciencieusement la réunion, mais quand on vit le moment présent, quand on se laisse atteindre par les questions et les attentes, que c’est beau. Certes, c’est parfois difficile. Entre l’émotion, la demande rituelle, l’obligation faite par les parents à leurs enfants d’assister à telle ou telle rencontre, et avec le poids des sollicitations, il y a des moments plus durs, de solitude, d’apparente inefficacité. Mais n’empêche, il y a toujours un instant où, alors qu’on a l’impression de donner, de se donner, on reçoit ! Un sourire, une question qui fait mouche, un regard, un temps de célébration partagé, l’accueil d’une famille ou d’une communauté. Et là, c’est un petit moment de paradis et de béatitude céleste et divine que l’on vit…

Oui, être prêtre, c’est être prêt à tout donner, mais c’est aussi et surtout, accepter de tellement recevoir…

Pensée du jour

21 septembre 2010 2 commentaires

Parce qu’une image vaut parfois mieux qu’un long discours :

La vocation de Matthieu, peinte par le Caravage, à l’Eglise St Louis des Français à Rome

21 Septembre : St Matthieu

21 septembre 2009 3 commentaires

Comment être à Rome, loger à St Louis des Français, et ne pas parler de St Matthieu. Le pape Benoît XVI lui même, en parlant de l’apôtre, disait :

Pour commencer, il est toujours présent dans les listes des Douze choisis par Jésus (cf. Mt 10, 3; Mc 3, 18; Lc 6, 15; Ac 1, 13). Son nom juif signifie « don de Dieu ». Le premier Evangile canonique, qui porte son nom, nous le présente dans la liste des Douze avec une qualification bien précise:  « le publicain » (Mt 10, 3). De cette façon, il est identifié avec l’homme assis à son bureau de publicain, que Jésus appelle à sa suite:  « Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain. Il lui dit:  « Suis-moi ». L’homme se leva et le suivit » (Mt 9, 9). Marc (cf. 2, 13-17) et Luc (cf. 5, 27-30) racontent eux aussi l’appel de l’homme assis à son bureau de publicain, mais ils l’appellent « Levi ». Pour imaginer la scène décrite dans Mt 9, 9, il suffit de se rappeler le magnifique tableau du Caravage, conservé ici, à Rome, dans l’église Saint-Louis-des-Français

Audience du 30 août 2006

caravage(cliquez sur l’image pour être dirigé vers le site de St Louis des Français
et avoir un aperçu plus complet de ces tableaux)

Loger à St Louis des Français, c’est donc avoir un accès favorisé à ces tableaux. un accès qui permet de les contempler, et d’en tirer de multiples interprétations. Lire la suite…