Archive

Posts Tagged ‘Taizé’

Taizé : un vrai « pèlerinage de Confiance » !

IMAG0252Petit retour sur ma semaine à Taizé. Je vous l’avais promis. Le voilà ! Mais je ne vais pas vous donner le sommaire de ce qui s’y est vécu, ou vous faire la liste des différentes activités. Non, je préfère m’arrêter quelques instants sur des impressions, des rencontres, des temps forts que j’ai vécus à Rome, avec ces jeunes.

Le premier point saillant de ce pèlerinage de confiance, c’est l’implication des jeunes. Franchement, à Rome, il y a de quoi faire. Des  visites culturelles ou spirituelles dans les églises, mais aussi des visites plus spiritueuses, dans les bars de Rome. J’en ai souvent fait l’apologie (et je continue), pour découvrir la Dolce Vita ! Pourtant, lors de ce pèlerinage de Taizé, je n’ai pas croisé de jeunes attablés dans les cafés pourtant forts accueillants de la ville. Au contraire, je les ai vus se dépêcher pour être à l’heure à la prière, pour ne pas arriver en retard. Voilà un comportement digne, et qui montre bien l’essentiel pour les jeunes qui vivaient ce pélé : la rencontre avec Celui qui nous précède partout, celui qui nous attend toujours. Du temps pris pour eux et pour Dieu. Et le silence qui régnait durant les moments de prière, que ce soit à 40.000 sur la place St Pierre ou à moins dans les basiliques où les jeunes se retrouvaient par langue, aidait parfaitement à comprendre l’importance de ce temps. Les chants (que j’ai mis longtemps à apprécier lors de mes premiers pélés à Taizé), ont eux aussi joué leur rôle, permettant de méditer la parole de Dieu en ressassant certains versets de la bible.

Un autre point, peut-être moins courant à Rome, ou pour un prêtre catholique comme moi, c’est l’importance de la dimension œcuménique. J’avoue que ce n’est pas l’un de mes dadas. Pourtant, une prière du soir avec les slaves m’a permis d’entrer dans leur manière de prier. Beaucoup plus de déplacements que pour les occidentaux. Et encore, il y avait pas mal de polonais… Mais les mouvements durant la prière, avec cette capacité à conserver malgré tout un respect dû au lieu, avec le recueillement devant certaines icones, avec les signes de croix “à l’envers”, voilà qui change de notre manière habituelle de concevoir la liturgie comme une unité supra-individuelle, et rend la prière à la fois communautaire et totalement personnelle. Une belle piqure de rappel pour moi grâce à ces frères soit orthodoxes, soit catholiques de rite non latin.

Un autre point qui m’a marqué, mais c’est déjà plus habituel, c’est la joie de ces jeunes. C’est la crise, vous le savez, et on en parle un peu partout. Mais pour eux, ce qui est premier, malgré leurs galères, malgré les difficultés de leurs vies, c’est cette joie profonde, celle que l’on ne ressent que lorsqu’on se sait aimé. Une joie qui s’exprime à travers les partages, que ce soit le 31 décembre au soir ou lors des différentes rencontres impromptues, dans la rue, dans les carrefours, lors des temps de prière en paroisse,… Une joie partagée entre français, le 1er janvier, dans l’après-midi, avec des temps de réflexion (une master-class avec Fançois Moog svp), des jeux (vive St Pierre t Miquelon et Metz qui ont gagné les quizz du diocèse de Strasbourg), des partages… Oui, c’était une joie communicative, une joie toute simple, mais vraie. Que c’est bon !

Du point de vue des animateurs, et peut-être du principal (après l’Esprit-Saint bien sûr), c’est l’importance donnée par Frère Alois à son périple en Afrique qui m’a surpris. Après la première rencontre, où le prieur de la communauté de Taizé a cité le rassemblement de Kigali, quelques semaines plus tôt, il est revenu à la charge avec les graines de Sorgo distribuées au pape et aux jeunes des différents pays européens et des différents continents. A travers ces quelques graines, c’est tout un partage, une grande chaine qui nous relie les uns aux autres. Cette ouverture était un point central du rassemblement, selon moi, car elle permettait de vivre une dimension non seulement européenne, mais également universelle.

Et puis, tant que j’en suis aux VIP, les paroles de Benoît XVI appelant les jeunes à être de « petites lumières » pour ceux qui les entourent m’ont fait me souvenir de cet appel de Jean-Paul II à Rome, en 2000,  à devenir des « sentinelles du matin ».  C’est bien dans la continuité qu’on se situe, celle de porter cette lumière qu’on attend, qu’on découvre se lever sur le monde…

Un dernier mot, sur le nom même de ce pèlerinage : un « pèlerinage de confiance sur la Terre ». La confiance en Dieu, en l’homme, en soi-même… voilà bien ce qui a été partagé par ces jeunes. Une confiance qui permet de ne pas se refermer sur soi, mais de s’ouvrir à l’autre, de dépasser ce qui nous retient bien souvent, ce qui nous empêche d’aller vers lui. La confiance en Dieu, un autre mot pour dire la Foi. En cette année de la Foi, voulue par le Saint-Père, n’y a-t-il pas là comme tout un résumé de notre expérience chrétienne ? Bonne route à tous ces jeunes, et à tous ceux qui décideront de leur emboîter le pas !

Catégories :Actualité, Présentation, Spiritualité Étiquettes : , ,

Taizé à Rome, c’est que du bonheur !

30 décembre 2012 2 commentaires

IMAG0001Vendredi 28 décembre, 13 h : après l’avion et le bus de liaison depuis l’aéroport, me voici à la gare de Rome. Et au premier regard, je tombe sur le panneau jaune, porté par une jeune fille. Dessus, en grand, un nom : Taizé. Avec une flèche vers la droite. Mais bon, je connais Rome, et il y a un chemin plus court pour rejoindre le lieu où je pourrai retirer mon accréditation presse, et les documents qui vont avec. Je fonce donc vers le métro où, première surprise, il y a déjà plein de jeunes. Ils sont reconnaissables, à leur sac à dos, tapis de sol et autres accessoires, mais surtout par leur sourire communicatif. A deux pas de moi, en attendant le métro, un jeune italien entre en relation avec des polonaises. Premiers échanges de mots dans d’autres langues que j’entends, et ça y est, je retombe dans le Taizé que j’ai connu il y a 8 ans encore, quand j’y emmenai les jeunes de la paroisse.

IMAG0002Allez, on continue. J’arrive au lieu de rencontre pour la presse, et pour d’autres jeunes apparemment. Un grand panneau, avec le même mot écrit en différentes langues : “Bienvenue” ! Ce qui est bien, à Taizé, ou dans les rassemblements que la communauté organise, c’est qu’on est toujours bien accueilli, guidé, on nous aide à entrer dans la démarche. Tout devient simple.

Et puis, installation dans mes quartiers, en traversant Rome, la ville éternelle, qui n’a pas pris une ride, mais s’est parée pour les fêtes de Noël.IMAG0011

Le premier soir, rendez-vous dans l’église Saint Ignace de Loyola, au centre ville de Rome. 3/4 d’heure avant la rencontre, des pèlerins sont déjà installés pour la prière, tandis que d’autres prennent le repas du soir sur les marches de l’église. En entant, on ne peut manquer les célèbres panneaux (pour ceux qui ont séjourné à Taizé du moins) “Silence”. Et puis, à l’heure dite, la prière commence. Refrains repris en chœur par l’assemblée, invocation à l’Esprit Saint, écoute de la Parole de Dieu, et après le long silence (plus de 10 minutes), un mot de frère Alois.IMAG0018 Il parle de la rencontre qui a eu lieu il y a un mois en Afrique, à Kigali. Et puis il entre dans le sujet, celui de l’année : la foi. « A Rome, on découvre les traces de la continuité de la foi des apôtres jusqu’à nos jours ». Puis il continue : « Ouvrons nos cœurs à ce message inouï : Dieu qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer a partagé notre vie par Jésus, et par l’Esprit Saint il habite en chacun de nous. Pour beaucoup ce message est difficile à comprendre. Et personne ne peut prétendre le comprendre entièrement ». Tout part de l’amour de Dieu qui se révèle à nous, et à partir de là, la question de nos relations les uns avec les autres et avec Dieu se pose. Et il va, finalement, jusqu’à donner sa définition de la foi : « Croire signifie s’appuyer sur Dieu, oser s’appuyer sur son amour ». Ses paroles, traduites en français, sont bues par les jeunes (et les moins jeunes) présents dans les 7 églises où les jeunes sont réunis (bel exploit technique en passant). A la fin de ce temps de prière, ceux qui le voulaient se retrouvent autour de la Croix, comme c’est la tradition à Taizé. IMAG0022D’autres en ont profité pour taper la causette devant l’église. . Pour moi, c’est retour à la maison.

Samedi. La journée commence fort pour les jeunes, avec la prière à 8h30, ou presque ; on est en Italie quand même ! Le groupe de Nanterre, par exemple, a débuté cette prière en paroisse vers 9h15… Puis rencontre et discussion en petits groupes, autour de ce qui pousse les jeunes à chercher Dieu.

L’après-midi, après le repas, c’était plutôt cool, certain tentent des visites, d’autres préfèrent rejoindre rapidement la place St Pierre pour la prière du soir, avec Benoît XVI himself ! IMAG0199Dès 16 h, une grosse affluence sur la Via della Conciliazzione. Pourtant, ce n’est qu’à 18 h que la prière débute. Après le passage sous les portiques de sécurité, on s’installe, et sous les rafales de vent, on attend la prière. A 18 h piles, la papamobile sort du Vatican, par la porte des cloches, et le pape entreprend le tour de la place Saint Pierre. Il passe dans toutes les allées. IMAG0212Les flashs crépitent, mais l’ambiance, avec les chants de Taizé en arrière fond sonore, reste priante. Puis c’est la prière, toute simple, dépouillée, qui coule et emporte tout le monde avec elle, en elle. Là aussi, le silence est impressionnant. Et le pape s’adresse aux pèlerins en diverses langues, invitant les jeunes à être coresponsables de l’Eglise, à œuvrer pour l’unité des chrétiens et pour un monde meilleur, à devenir de petites lumières20121229_190238 pour ceux qui les entourent. « Parfois le mal et la souffrance des innocents créent en vous le doute et le trouble », leur a-t-il dit en français, avant d’ajouter : « le oui au Christ peut devenir difficile. Mais ce doute ne fait pas de vous des incroyants ! ». Vers la fin, c’est la lumière qui est transmise à tous, partant de la Croix “de Taizé” qui trône place St Pierre. Puis, bénédiction papale en poche, les pèlerins repartent, fourbus, mais heureux. La suite ? Elle s’écrira ce dimanche, mais aussi chaque jour de leur vie. C’est le moins que l’on puisse espérer après les paroles d’encouragement de frère Alois et de Benoît XVI. Mais avant de rentrer chez eux, d’autres “aventures” attendent les pèlerins. A bientôt donc !

ET comme vous êtes sympas, quelques autres photos de la prière place St Pierre :

20121229_190330 IMAG0201 IMAG0202 IMAG0206 IMAG0226

Catégories :Uncategorized Étiquettes : , ,

Revue de Presse : voeux de Noël, solidarité, Taizé…

27 décembre 2012 5 commentaires
Bougies pour Noël - David Lerouge

Je pique l’image de David Lerouge ! Merci !

Je ne vous apprendrais rien en vous disant que mardi, c’était Noël. Et à cette occasion, les blogueurs ont échangé des vœux et parlé de la fête. Vous avez la version (toujours) décalée de Clément, sur Kto & the City : Jésus, messe, foie gras, Bilblo et cheerleaders… En plus conventionnels, vous avez les vœux de Noël de Régis de Berranger, qui parle de Noël comme d’un paradoxe. En version courte, le blog “Dialogue Abraham” a fait resté simple et efficace ! 2 lignes, mais une pensée qui montre l’attention des auteurs de différentes religions à cette fête chrétienne. Mais bon, j’aurai du mal à les critiquer, vu que je me suis quasi contenté d’une photo (retouchée quand même, y’a du travail dessus !) et d’une petite phrase. Un peu comme Vianney ou Tellou (ouf, je ne suis pas le seul…), qui en plus nous partage une recette de « bûche chocolat-orange pour les nuls ». Promis, je la garde en réserve pour l’an prochain.

Pour la version musicale, on dit merci à Corine, et pour la version poétique, c’est l’auteur de “diacre au service de la paix” qui nous enchante, tandis que l’auteur du blog “En manque d’Eglise” nous offre une citation biblique et que le père David Lerouge verse dans le multimédia avec une photo, du texte, et un superbe psaume chanté. A travers son expérience un peu malheureuse parfois, Sylvia vient nous inviter à vivre le partage pour Noël, tandis que Corine nous incitait pour sa part à comprendre qu’avec la naissance de Jésus, « rien, non, plus rien ne sera jamais pareil ».

En partant d’un conflit autour d’une crèche vivante, Nathalie Gadéa nous propose une réflexion sur le sens de la Vérité et sur la Parole partagée. Et ça fait du bien (au passage, merci au père Denis Chautard pour le lien) ! Toujours dans le domaine paroissial, Natalia Trouiller, pour sa part, a attendu la fin de la soirée du 24 pour nous envoyer ses vœux, et pour ce faire, elle nous a raconté “sa messe de 18h”… On y retrouve ses enfants, mais aussi toute une foule plus ou moins connue. Et Natalia nous fait réfléchir au sens de cette fête, à ce qu’elle permet de vivre. Du tout bon (Natalia, si pour l’an prochain tu peux m’écrire une homélie, je prends…). On reste avec la messe, mais de l’autre côté de la France, avec la Cybersister, qui parle aussi des enfants, mais pas des siens… Et Zabou va encore plus loin, en détaillant tout son programme de célébrations, qui au final se révèle plus qu’un enchainement de prières, mais un véritable parcours de vie.

Si les blogueurs s’y sont collés, ils n’étaient pas les seuls. Le née-twitto @Pontifex a lui aussi envoyé ses vœux lors de la bénédiction Urbi et Orbi, par la magie de la télévision, pour la fête de Noël. Le message intégral est à retrouver sur le site du Vatican, ou, pour une analyse, sur le site de Radio Vatican. Sinon, sur Twitter, le pape a répondu à une question le 24 décembre, à propos de ses souvenirs de Noël quand il était enfant ! Une réponse d’enfant presque : « La crèche faite ensemble me donnait une grande joie. Nous ajoutions chaque année des santons et mettions de la mousse pour la décorer ». Si un tel message n’est pas la preuve que c’est vraiment lui qui répond, là je n’y comprends plus rien ! Et si vous hésitez encore, un petit tour chez Jean Mercier vous convaincra que le pape reste tel qu’il a toujours été.

 

Deux petites brèves dans l’air du temps : d’abord un petit mot du Québec, où la fête de Noël ne fait plus recette, enfin, sous son aspect religieux. Et ensuite, vous le savez, à la fin décembre, vous avez habituellement droit aux rétrospectives de l’année. La Vie propose ainsi une rétro des religions. Vatileaks, film anti-musulman, Vatican II, Nouvelle Evangélisation. Un dossier à ne pas manquer si vous sortez de 12 mois d’hibernation ou si vous voulez jeter un regard en arrière.

 

Pas une rubrique JMJ, Année de la Foi ou Diaconia cette semaine, mais une rubrique solidarité en cette fin d’annéeAvec le Secours Catholique qui a invité 600 personnes à un réveillon de Noël sur l’eau… Et ce n’est que l’une des possibilités choisies par des délégations. L’article en cite d’autres, comme ce repas à Metz, où, comme chaque année, 200 personnes se sont retrouvées autour de Mgr Raffin !

Un peu plus loin de nous, mais toujours avec une attention particulière aux autres, Radio Vatican nous propose également de voir comment Noël se passait en Syrie. Un article qui se veut positif, résolument plus que la situation réelle sur place. [Petite incursion informative : Mgr Audo, l’évêque d’Alep, en Syrie, nous confiait hier, à mon évêque, un confrère libanais et moi, que la situation est terrible dans son pays. Il parlait de cas de gale qui sont de plus en plus nombreux]. Voilà donc une invitation à prolonger la période des cadeaux en soutenant ceux qui travaillent sur place, que ce soient l’Aide à l’Eglise en Détresse ou l’œuvre d’Orient (entre autres), ou à militer, comme l’académie Catholique de France, « pour que soient respectés les droits des Orientaux chrétiens à vivre en citoyens de plein exercice et notamment à pratiquer leur religion librement ».

François Verceletto nous propose lui aussi de rester au Moyen-Orient, mais un peu plus bas, en Ethiopie, avec une photo touchante qu’il nous partage en guise de vœux. Et je ne peux terminer sans mentionner le billet si positif du père Gaignet sur la solidarité vécue dans sa paroisse. Voilà qui réchauffe les cœurs !

 

A partir de demain à Rome, ce sont plus de 40 000 jeunes qui sont attenduspour la rencontre européenne de Taizé. Comme chaque année, plusieurs milliers de jeunes vont passer les derniers jours de décembre et les premiers de janvier ensemble, réunis par la prière et la vie fraternelle. Pour plus d’infos sur cette rencontre, je vous renvoie vers le site de Taizé, où vous trouverez des clips explicatifs, le programme de la rencontre, les méditations que frère Alois prononcera durant les temps de prière du soir, et surtout, pour ceux qui ne peuvent se déplacer, des photos de la rencontre.

Pour un regard moins partisan, La Croix vous propose de comprendre le sens de cette rencontre, et ce que la ville de Rome a à gagner avec une telle rencontre. Et Anne Claire anticipait cette rencontre, car dès le 24 décembre, elle nous partageait une photo et une petite prière de Taizé, qui permettent de comprendre ce qui se vit lors de ces moments. Les jeunes de Paris qui vivront la rencontre sont déjà présents sur une page Facebook, tandis que le groupe des jeunes de Franche-Comté compte 167 inscrits sur le même site ! Et les jeunes cathos belges seront eux aussi de la partie, tout comme nos voisins suisses !

Bon, vous savez tout sur cette rencontre ! Si vous avez envie d’en savoir un peu plus, de vivre les coulisse de la rencontre, venez faire un petit tour sur ce blog de temps à autre, je vais tenter de le tenir à jour. Car dès demain, je pars… Masi comme je veux aussi vivre un peu la rencontre, ce sera light ! Et du coup, comme j’y serai encore jeudi prochain, il n’y aura pas de revue de presse la semaine prochaine. Alors d’ici là, comme on dit par chez moi, « en guddi Rutsch » !

Prière à l’Esprit-Saint – frère Roger de Taizé

Esprit du Christ ressuscité, Saint-Esprit,
si nous savions ce que nous pouvons te demander
pour prier comme il faut !
Mais voilà que les balbutiements
de notre prière passent par le creuset de notre pauvreté,
de notre petite foi.

Alors Toi, le Dieu vivant,
tu entres dans notre âme de pauvre,
tu entres dans notre faiblesse et tu lis en nos coeurs
nos intentions authentiques.
Et ton Esprit vient au-dedans de nous, il vient exprimer
l’inexprimable à travers d’humbles paroles, et des soupirs,
et des silences.

Et tu nous dis :  » Ne te préoccupe de rien, ne t’inquiète pas
de ton peu de capacité à prier.
Sache-le, dans ton attente priante,
j’ai déjà ouvert les chemins ».

Ainsi, tu nous donnes de comprendre
que tu appelles chacun par son nom,
que tu éveilles des jaillissements intérieurs,
que tu as déposé en chacun un don unique, irremplaçable.
Nos yeux s’ouvrent et, dans la pauvre prière,
nous comprenons que l’homme ne se réalise
qu’en présence de Dieu.

(Fr. Roger de Taizé)

Catégories :Spiritualité Étiquettes : , , ,

Revue de Blogs

29 décembre 2010 Laisser un commentaire

Cette semaine, on a parlé de Noël. Et on se l’est souhaité ! On a eu droit aux vœux des blogueurs. Tous ceux que je cite en général s’y sont collés, de manière plus ou moins conventionnelle. Je vous cite le début d’un billet que j’ai vraiment aimé : « Aujourd’hui, toute ma famille s’est réunie parce que c’était le 25 décembre et que tous les ans le 25 décembre c’est mon anniversaire ». C’est ainsi que commence le billet dans lequel Edmond Prochain continue l’histoire de Jésus qu’il avait entreprise de raconter, en septembre dernier. Un billet à la première personne, comme s’il était Jésus donc. On y rencontre Jean-Baptiste, Marie, Joseph, Elisabeth, Anne, Joachim,… bref, toute la famille de Jésus. Un billet désopillant, avec de nombreuses référence à l’Evangile ou à l’Eglise. Du grand Edmond Prochain !

Et puis il y a les images, peintures, ou vidéos que les blogueurs nous ont partagés. Zabou, sur son blog, nous a offert un petit commentaire de la nativité de Dürer qui vaut le détour. Il faudrait en citer tant d’autres, comme par exemple la vidéo de Marc Favreau sur son blog Hotêl Synodal. La Nativité racontée par des enfants. C’est en anglais, mais rien qu’à l’intonation, on comprend le sens du message.

Finalement, sur internet comme dans la vie, il y a vraiment cet état particulier, qu’on nomme généralement « l’Esprit de Noël ». Il y a eu la trêve de Noël, avec des billets gentils de la part de tout le monde. Mais c’est aussi l’occasion de pousser parfois la réflexion. Koz analyse ainsi cet «Esprit de Noël », et il relève l’importance de l’incarnation dans cette fête. De quoi nous rappeler l’essentiel ! Nystagmus nous rappelle quant à elle que Jésus est « Né dans l’indifférence pour bouleverser le monde ». Une très belle réflexion, à lire et à relire.

Mais même si c’est Noël, tous ne sont pas en état de grâce. David Lerouge lançait ce dimanche un cri d’énervement contre certains journalistes. Dans un billet intitulé « Radio off(r)ense », le blogueur, prêtre à Cherbourg, relève le fait que lors d’une interview, le journaliste ait appelé Mgr Lalanne « monsieur », et non par son titre. Et s’il ne se formalise pas qu’on l’appelle de toutes sortes de manière et sans titre, il poursuit son billet en indiquant que si l’on appelle un avocat « maître » et un médecin « docteur », il serait logique d’user de la même déférence face à un évêque. Il relève également d’autres poncifs dont les journalistes d’une station concurrente sont coutumiers. Un petit coup de gueule qui vaut le coup d’être lu. Mais quand même, un petit conseil pour David, s’il lit ce blog : il vaut mieux rester branché sur les radios chrétiennes ; là au moins on n’entend pas des choses comme-ça!

Sinon, une citation particulière pour trois billets qui sortent du lot. Le premier est signé Nicolas Mathey, sur le blog Thomas More. Il revient sur la fête des saints innocents, le 28 décembre, et fait le parallèle avec « Le respect de la vie, et notamment de la vie naissante », comme nous le dit l’auteur. Le billet se termine par une « Prière pour la vie de Jean-Paul II », et je ne peux que vous inciter à aller le consulter.

Second billet, celui d’Henry le Barde, sur les saints-innocents là encore, mais vu sous l’angle plus personnel, avec un témoignage personnel et familial, qui se termine par un bel engagement de l’auteur. Ça se trouve sur son blog., et ça vaut le détour (ou le clic).

Et puis un billet à paraître ce jeudi (pour les gens en retard qui ne liraient pas ce billet au moment de sa parution ou au petit matin), sur le blog déjà mentionné de Nystagmus. La journaliste catholique s’y dévoile progressivement. On apprend ainsi qu’elle habite Lyon, et qu’elle participe à la vie de la paroisse Saint Irénée. Et c’est justement de cette paroisse qu’elle nous parle dans son billet, en déplorant que l’église, qui conserve les reliques de ce saint ait presque été laissée à l’abandon… En passant, on y apprend plein de choses sur Irénée. Même si vous n’habitez pas la capitale des Gaules, allez le lire, c’est très instructif…

Sinon, pour la dernière revue de blogs de l’année, j’ai voulu innover, et je me suis dit : plutôt que de parler de ce qui a déjà été écrit, faisons de la pub pour ce qui va arriver sur Internet. 30.000 jeunes participent en ce moment à la rencontre de fin d’année organisée par la communauté de Taizé à Rotterdam, aux Pays-Bas. Sur le site de la communauté de Taizé, comme sur le site des jeunes cathos belges, vous avez des liens pour suivre deux temps de prières en vidéos. Une belle expérience à tenter aujourd’hui à 13 heures et à 19 heures, et une manière de s’associer à cet évènement.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Bonne lecture, bonne prière si vous le voulez, et à la semaine prochaine.

Catégories :Actualité, Pub ! Étiquettes : , , ,

Revue de Presse : Pie XII et Marianne, ça déchire !

5 janvier 2010 2 commentaires

2010, une nouvelle année… qui commence bien ordinairement ! En effet, rien de bien affriolant dans la presse ces derniers jours. On pourrait, avec La Croix d’hier revenir sur la rencontre des jeunes organisée à Poznan par la communauté de Taizé. Mgr Stanislaw Gadeck, dans une interview réalisée par Anna Latron, explique ainsi : « Nous devons offrir aux jeunes une source d’espoir, et cette rencontre doit les pousser à apporter la fraîcheur de leur foi à l’Église. En Pologne, les jeunes vont dans des groupes de prière de type charismatique (…) mais de moins en moins à la messe dominicale en paroisse. C’est donc une occasion unique pour que les jeunes se rencontrent autour d’un intérêt commun : la foi ». L’évêque, qui espère également que cette rencontre aidera les jeunes à retrouver le chemin des paroisses… Une problématique que de nombreux évêques français pourraient également formuler.

Et encore, en parlant de la France, on ne peut que se réjouir du climat apaisé qui règne dans notre pays. Car comme le révèle Claire Lesegretain dans La Croix d’aujourd’hui, « 70 % de la population mondiale [est] victime de discriminations religieuses ». Selon le PEW Forum qui a commandité cette enquête, « 43 pays ont un taux élevé ou très élevé de restrictions gouvernementales ». Parmi ceux-ci, des « pays majoritairement musulmans comme l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Iran, l’Égypte, l’Algérie, la Turquie et l’Indonésie, ou encore (…) la Russie majoritairement orthodoxe, (…) l’Inde majoritairement hindouiste et (…) la Birmanie majoritairement bouddhiste ». On peut également ajouter à cette liste les pays communistes comme la Chine ou le Vietnam, et même Israël, présent « dans ce triste peloton de tête des pays les plus intolérants sur le plan religieux » écrit la journaliste.

Une question qui rejoint cependant la France, à travers la problématique de la laïcité. Depuis hier, Radio Vatican consacre ainsi une série de gros plans, dans le magazine de la rédaction française, à ce thème. Lire la suite…