Archive

Posts Tagged ‘Libérée délivrée’

Libérés, délivrés…

L’évangile du jour

Hommes à la mémoire courte : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne ». Eh les gars, Moïse, la libération d’égypte, ça vous rappelle pas un truc ? Et puis, Nabuchdonosor, Babylone, quelques siècles plus tard, ça ne vous dit rien non plus ? Et dans le pire des cas, vous me dite qui est votre chef là ? Le roi ? Ah non, c’est vrai, vous êtes un pays conquis, vous payez vos impôts avec une monnaie qui a pour effigie César… Alors le coup du « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre », vous repasserez !

Quoi, je me perds ? Ceux qui croient en Jésus et qui attendent le libérateur d’Israël, ceux qui l’accueilleront lors de son entrée à Jérusalem en acclamant leur roi (éphémère, certes, mais ils l’ont bien vénéré ainsi), seraient soudain devenu de purs spirituels, attachés uniquement à la question de la libération du péché ? Un éclair de génie, un trait du Saint-Esprit ? Ou alors, comme nous tous, ils se croient libres ? Or, et c’est peut-être une nouvelle pour vous, nous ne le sommes pas ! Nous le devenons par le don du Christ, par ce don répété sans cesse lors des eucharisties que nous célébrons. « Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres. » Il nous faut être libérés. Constamment ! Il nous faut constamment revenir à cette source d’eau vive, à celui qui nous désaltère, pour recevoir ce don de la filiation, pour apprendre à devenir fils comme le Fils, pour nous entrainer à être dans la vérité ? Etre de la descendance d’Abraham, ou même de Jésus ne suffit pas. Le Royaume de Dieu c’est un héritage, qu’il nous faut apprendre à recevoir, pas un bien qui se transmet de façon magique.

Alors oui, tant que nous n’entrerons pas dans cet envoi, celui qu’a vécu Jésus Lui-même, celui qu’il nous adresse à travers toutes les pages d’évangile, pour aller vers son Père à travers nos frères, pour vivre comme Lui, nous n’arriverons pas au but, à cette liberté qu’il nous offre, pour autant qu’on Lui montre que nous la voulons !