Archive

Posts Tagged ‘Communication’

Carême & nouvelle évangélisation

La question sur la transmission de la foi (…) ne doit pas orienter les réponses dans le sens de la recherche de stratégies efficaces de communication, ni se centrer de façon analytique, sur les destinataires (…); elle doit se décliner comme une question concernant le sujet chargé de cette opération spirituelle. Elle doit devenir une question de l’Église sur elle-même.

et

De cette manière, il peut être possible aussi de comprendre le fait que le problème de l’infécondité de l’évangélisation aujourd’hui, de la catéchèse des temps modernes, est un problème ecclésiologique, qui concerne la capacité ou l’incapacité de l’Église de se configurer en une communauté réelle, en une authentique fraternité, en un corps, et non en une machine ou une entreprise.

Lineamenta, 2

Revue de Blogs : Le pape "parle aux geeks", des vidéos, Les attaques anti-chrétiennes et op !

2 mars 2011 5 commentaires

Cette semaine, le pape a parlé d’internet et de la présence de l’Eglise sur Internet. Eh oui, « Benoît XVI parle aux geeks » ! C’est le titre d’un billet de Frédéric Mounier sur le discours de Benoît XVI aux participants de l’assemblée plénière du conseil Pontifical pour les communications sociales. Le pape qui, selon le journaliste, « semble manifester une clairvoyance stimulante » sur cet univers numérique. Benoît XVI a parlé du langage utilisé sur la toile pour témoigner de la foi. On retrouve de larges extraits de ce discours sur le blog de l’envoyé spécial du journal La Croix à Rome. On apprend ainsi que pour le pape, « il est nécessaire d’être attentif aux langages des hommes de notre temps pour être attentif à l’œuvre de Dieu dans le monde ». Ou encore cette pépite : « aujourd’hui, nous sommes appelés à découvrir, aussi dans la culture numérique, les symboles et les métaphores significatifs pour les personnes, qui peuvent être utiles pour annoncer le Royaume de Dieu à l’homme contemporain ». Un compte rendu est également disponible sur le site de Zenit ou en vidéo sur www.h2onews.org.

A propos de vidéos justement (je vous en avais présenté quelques unes les semaines passées), en découvrant les Lipdub des jeunes sur Facebook, j’écrivais sur ma page : qui seront les prochains. Et bien ce sont les jeunes rémois qui se préparent à partir aux JMJ qui nous ont offert ce week-end un Flash mob . Pour les non-initiés, c’est un rassemblement public durant lequel un groupe se fait connaître. C’est donc devant la foule des passants de la place d’Erlon, à Reims, en fin d’après midi, que les jeunes, avec des foulards multicolores aux poignets, ont dansé sur une musique hyper dynamique (ne me demandez pas le titre, c’est en anglais). A la fin de la vidéo, des témoignages des jeunes et des passants. « Je suis fière d’être chrétienne et j’ai envie de témoigner aux gens de ce que ça m’apporte » dit ainsi une participante. « On veut sortir de l’image du chrétien qui est tout seul, la vieille image » ajoute une autre. A voir la réaction positive des passants, ça a fonctionné !

Et puis, on continue en vidéo avec les prêtres de l’Emmanuel. On peut trouver sur Dailymotion une vidéo où l’on voit plusieurs jeunes prêtres mimer des actes de leur vie sur une musique techno. Et tout ça pour faire la pub d’un site qui ouvrira le jeudi-saint, un site consacré aux prêtres. Soyez tranquilles, on en reparlera.

Plus sérieusement, certains blogs reviennent également sur les violences anti-chrétiennes en Afrique du Nord et en Asie. Le Vatican, sur le blog du Vatican Information Service revient sur la préoccupation du pape pour la situation en Lybie (cf. la dépêche AFP sur Romandie.com) et sur l’assassinat du ministre Pakistanais des minorités. La Matinale Chrétienne de La vie donnait ce mercredi des liens sur cette affaire, tandis qu’Etienne Séguier et Benjamin Legendre reviennent sur ce meurtre dans un article publié sur le site internet du magazine. Un assassinat que le Vatican qualifie d’ « acte d’une “terrible gravité” » selon le dossier que l’on trouve sur le site de Radio Vatican.

Patrice de Plunkett, sur son blog, nous signale quant à lui une interview du père Samir Khalil Samir à propos d’un « printemps dans le monde arabe ». C’est à lire sur le site de Zenit.

Et puis rapidement deux liens : Sur le blog d’Hermas (www.hermas.info), une lettre de Mgr Michel Chafik, recteur de la mission copte catholique que Paris), qui revient sur la délicate question de la laïcité en Egypte.  Et puis le Copiste qui nous propose sur son blog une vidéo choquante dans laquelle l’on voit l’armée égyptienne faire preuve de violence envers des religieux coptes. Il nous renvoie vers le blog copte pour en savoir plus sur cette discrimination qui continue.

Et pour finir, cette semaine, non pas un mais deux blogs de la semaine. Ou plutôt, pour être précis, des sites, liés entre eux par une même famille spirituelle : les dominicains. Le premier, alors que l’on s’achemine vers le carême, c’est celui de la Retraite dans la ville. Pour la neuvième année, les dominicains de Lille est une retraite en-ligne, via internet. Chaque jour vous recevez dans votre boîte mail des méditations spirituelles, vous pouvez vous associer à la prière des frères de Lille, et nouveauté, la proposition est aussi disponible sur les smartphones ! Sur le site www.retraitedanslaville.org, vous avez aussi une vidéo de promo, et l’accès à un blog pour tout savoir (infos supplémentaires sur la Retraite dans la ville).

Et puis, toujours géré par les dominicains, Le jour du Seigneur, qui consacrait dimanche dernier une émission à internet. La vidéo de l’ensemble, ou de chacun des reportages, est disponible sur www.lejourduseigneur.com. Vous y découvrirez notamment qui se cache (ou se cachait) dernière Koz. Dans le même reportage,  une rencontre avec Anne Keller, responsable de la communication internet de la conférence des évêques de France et Grégoire Lebel, jeune Jésuite préposé à l’animation d’internet pour par la compagnie de Jésus. A voir également, un reportage sur Radio Vatican, que l’on retrouve dans la reprise intégrale de l’émission. Dans le dernière demi heure de cette vidéo, Aymeric Christiensen, journaliste et producteur de contenus pour le web, vient donner son témoignage de la raison et de l’importance de la présence de l’Eglise sur Internet.

****

Et puis comme l’actualité sur la blogosphère a été bien remplie, et parce qu’ils le vallent bien, en exclusivité pour Internet, 4 autres liens :

-       une réflexion sur les divorcés remariés et leur accueil dans l’Eglise par le père Gaignet, curé de Fontenays-le-Comte.

-       L’Eglise de France nous propose tout au long de l’année de réfléchir à la Famille (sur son blog normalement). Le blog des prêtres du Val d’Oise propose un billet du père Machenaud sur la famille.

-       Une lettre du Chafouin aux festivaliers du Hellfest (à lire si vous ne savez pas de quoi il s’agit, et même sinon, n’hésitez pas à la lire) – Et les commentaires avec notamment un lien sur un blog de relecture chrétienne des paroles de black metal)

-       Et puis une initiative sympa découverte grâce à l’émission du Jour du Seigneur (et sur laquelle je reviendrais un de ces jours) : www.isereanybody.com ! Un site, mais aussi un concept !

P.S. : Les blogueurs chrétiens sont-ils tous parisiens ! Parce que durant les vacances de la zone parisienne, on a eu très peu de billets, mais là, depuis la fin des vacances parisiennes, tout le monde est reposé, et ça publie sec !

Revue de Blog : L’Eglise tisse sa toile…

27 janvier 2011 7 commentaires

Copie d'écran du blog de Koz - http://www.koztoujours.fr

Deux thèmes ont prévalus cette semaine dans les blogs chrétiens : Internet et les nouveaux moyens de communications, ainsi que l’euthanasie, toujours et encore. Je choisi donc, librement, de m’attacher au premier, sachant qu’on parlera encore souvent de bioéthique dans les semaines à venir… Et puis parce que lundi, en la fête de Saint François de Sales, le message de Benoît XVI pour la 45ème Journée Mondiale des Communications Sociales a été rendu public. Et il concerne vraiment les bloggeurs, ainsi que les adeptes des réseaux sociaux. Intitulé « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique », comme nous l’annonce Le Copiste (qui porte bien son nom pour une fois car il a copié intégralement un article de Zenit sans le citer – sur internet aussi, il y a du pillage ! -), le message insiste sur la cohérence à avoir quand on est présent sur internet : cohérence entre sa démarche dans le monde numérique et sa vraie vie. Et le même message propose « un style chrétien de présence dans le monde numérique ». A lire pour trouver des repères.

Ces idées, des bloggeurs les mettent déjà en œuvre, comme en témoigne l’article de Céline Hoyau dans La Croix (dans le journal d’aujourd’hui ou sur internet : www.la-croix.com). La journaliste fait un état des lieux en citant nombre de blogs que vous avez déjà retrouvé dans cette revue de Blogs. Marc Favreau, l’auteur du blog Hôtel Synodal y dresse une analyse que je partage complètement ! A lire donc.

En fait, on se rend compte que c’est une véritable réflexion sur la présence chrétienne qui se fait au Vatican et dans l’Eglise. Le site www.cathoweb.org abordait déjà cette question le 23 janvier, dimanche donc, autour de la question de savoir si internet était plutôt catholique ou protestant… L’article, publié en pleine semaine de prière pour l’unité des chrétiens, est très intéressant sur la manière d’aborder le web par les uns et les autres.

Car on trouve de tout sur internet. Par exemple, le site www.religion.lu est un véritable répertoire en ligne des groupes religieux au Luxembourg. C’est le professeur Jean-François Mayer, le directeur de l’institut Religioscope et l’éditeur du site du même nom (www.religion.info) qui a bâti cette base de donnée, et dans un autre de ses blogs, www.orbis.info, il explique ce que cette démarche a permis de constater d’un point de vue sociologique.

Et puis après le message du pape que j’ai cité précédemment, je ne peux que vous encourager à aller sur le très bon et très documenté site www.technologiae.org. Le dernier article s’intéresse aux futurs développements des réseaux sociaux. A lire pour se préparer au futur !

A part internet et la réflexion autour de la présence chrétienne dans le monde numérique, il y a d’autres choses à relever cette semaine. Ainsi, j’ai dit que je ne parlerais pas de l’euthanasie, mais je ne peux pas ne pas citer l’article d’Henry le Barde su le blog Le crépuscule des consentants. Un texte très bref, qui relate la mort d’un jeune. Une mort suite au cancer, mais remplie de grâce. Il y en a pour 30 secondes de lecture, mais ca vaut tous les beaux raisonnements sur le sujet…

Un billet de Frédéric Mounier, le correspondant de La Croix à Rome,  revient sur le très beau message de Benoît XVI pour la journée mondiale des Missions, qui a été publié mardi. L’auteur y montre le lien entre l’évangélisation et la doctrine sociale que l’Eglise cherche à promouvoir.

Et enfin, pour nous introduire à la prière et à la médiation, le superbe blog  Au nom de Jésus.fr, qui reprend des passages choisis par le pasteur Boucomont, ou des réponses à des questions qu’on lui a posées. Le site est agrémenté de très belles photos qui portent à la prière. Une belle halte spirituelle sur internet !

Après l’article de La Croix, je ne pouvais pas faire autrement que de rendre justice comme blog de la semaine à celui qui est décrit comme « la tête de pont d’un réseau de blogs qui abordent, à côté des sujets d’Église, des thématiques politiques et sociétales sous un angle “démocrate-chrétien” ».  Je l’ai déjà cité à de maintes reprises, et son pseudo vous est certainement familier. C’est le blog de Koz www.koztoujours.fr, qui regroupe des articles recherchés sur des sujets religieux ou, comme le dit l’article de la Croix, des sujets de société. L’auteur est également à l’origine (avec d’autres bloggeurs) de divers blogs (comme www.sacristains.fr ou l’Appel à La Vérite) et participant au collectif  Plus digne la Vie, il est repris parfois par les journaux en ligne Rue89 ou LePost.fr… Vous le voyez, une activité éditoriale bien remplie. Mais tellement bien sentie, juste et précise qu’elle en est presque trop rare… Alors pour votre culture comme pour votre plaisir, je vous rappelle l’adresse : www.koztoujours.fr ! A retenir par cœur !

Bonne lecture, bon commentaires, bon engagement cohérent avec votre vie sur les réseaux sociaux, et à la semaine prochaine.

 

 

Benoît XVI décrit un "style chrétien de présence dans le monde numérique"

24 janvier 2011 5 commentaires

Cher bloggeur ou internaute, le pape te parle ! À toi, qui lis ce billet, qui peut-être en écrit. Et si je dis toi, si je te tutoie, c’est parce que c’est vraiment un message qui est adressé à chacun d’entre nous, personnellement. C’est l’impression que j’ai eu ce matin, en lisant le message du pape pour la 45ème journée mondiale des communications sociales. J’ai vraiment eu la sensation que Benoît XVI me parlait et me donnait des points d’attention pour gérer ma vie « on-line », ma vie “sociale” sur internet.

Car c’est un message d’encouragement que Benoît XVI envoie aux bloggeurs catholiques, ainsi qu’à tous les chrétiens inscrits sur les réseaux sociaux (Facebook, Copains d’avant, Viadeo, Twitter…). Un message où il les incite à être toujours plus des acteurs de la vérité sur internet. La vérité sur eux-mêmes, en renvoyant, à travers ces moyens de communications sociales, une image de ce qu’ils sont réellement, et la vérité qui pousse à mieux connaître l’autre, à avoir une relation vraie avec lui, ainsi qu’à devenir un témoin authentique de l’Evangile.

Et c’est d’ailleurs le titre même du message : « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique ». Un message qui ne fait pas de concessions aux problèmes posés par les réseaux sociaux, mais qui reste fondamentalement positif quand Benoît XVI encourage à utiliser ces sites internet pour diffuser l’Évangile par exemple. Et pour cela, il donne des indications aux chrétiens déjà engagés, ce qu’il appelle « un style chrétien de présence dans le monde numérique ».

Pour le pape parle, ces nouvelles manières de communiquer sont une réalité que l’Église ne peut ignorer.

Le constat que dresse Benoît XVI est simple : « Les nouvelles technologies ne changent pas seulement le mode de communiquer, mais la communication en elle-même » Et il continue en disant « qu’on assiste à une vaste transformation culturelle », ce qui offre « de nouvelles opportunités inédites d’établir des relations et de construire la communion ». Et quand on parle de communion dans l’Église, ce n’est pas rien. C’est le mot qu’on emploie pour la relation avec Dieu, pour la relation entre les personnes de la Trinité. C’est donc dire jusqu’où les réseaux sociaux peuvent nous porter !

Benoît XVI constate également, dans ce message, qu’aujourd’hui, les réseaux sociaux sont un phénomène incontournable, centrés autour du partage d’informations : « Cette dynamique a contribué à une appréciation renouvelée de la communication, considérée avant tout comme dialogue, échange, solidarité et création de relations positives ». Mais le pape n’est pas naïf. Il pointe aussi les problèmes tels que la partialité de l’information ou de la personne qui la transmet, et la construction parfois biaisée de son identité numérique. A ce sujet, il écrit clairement que « dans la recherche de partage, d’“amitiés”, on se trouve face au défi d’être authentique, fidèle à soi-même, sans céder à l’illusion de construire artificiellement son “profil” public ». Il rappelle également que « les nouvelles technologies de la communication doivent être mises au service du bien intégral de la personne et de l’humanité entière ».

Internet, malgré toutes ses dérives, doit servir au bien commun des hommes.

Pour expliquer comment les réseaux sociaux peuvent servir les hommes, le pape prend deux références bibliques. La première, c’est cette question : « Qui est mon prochain ? »[1]. Et s’il met en évidence la richesse des relations qu’on peut avoir avec des gens du monde entier, le pape indique également que les relations sur internet ne doivent pas remplacer les relations dans le monde réel : « il est important de se rappeler toujours que le contact virtuel ne peut pas et ne doit pas se substituer au contact humain direct avec les personnes à tous les niveaux de notre vie ». C’est aujourd’hui, il faut le reconnaître, un écueil que l’addiction à internet et aux réseaux sociaux…

Pour autant, les relations dans le monde numérique ne sont pas négligeables, et par conséquent, le pape insiste là-dessus, elles doivent être vraies et servir de témoignage, afin que les chrétiens puissent, comme le dit la lettre de Saint Pierre, « rendre compte de l’espérance qui est en eux ». Benoît XVI cite d’ailleurs ce passage. Le témoignage apporté par les chrétiens présent sur les réseaux doit donc être cohérent. Et là le pape donne de véritables clés pour développer ce qu’il appelle « un style chrétien de présence également dans le monde numérique » ;

Comment développer un style chrétien dans le monde numérique

Je laisse la parole à Benoît XVI pour expliciter son idée : ce style « se concrétise dans une forme de communication honnête et ouverte, responsable et respectueuse de l’autre. Communiquer l’Évangile à travers les nouveaux media signifie non seulement insérer des contenus ouvertement religieux dans les plates-formes des divers moyens, mais aussi témoigner avec cohérence, dans son profil numérique et dans la manière de communiquer, choix, préférences, jugements qui soient profondément cohérents avec l’Évangile, même lorsqu’on n’en parle pas explicitement ». C’est donc autant sur l’être que sur l’action propre que l’internaute déploiera sur ces réseaux sociaux que le pape invite à réfléchir et à travailler, avec un maître mot : la cohérence !

Quand on connaît un peu internet et les réseaux sociaux, qui buzzent et jouent sur l’éphémère,une telle présence est-elle réaliste ?

Sans aucun complexe, je vous dis : Oui ! Même si ce n’est pas évident. Et là encore, le pape le sait et le relève, quand il écrit : « nous devons être conscients que la vérité que nous cherchons à partager ne tire pas sa valeur de sa “popularité” ou de la quantité d’attention reçue. Nous devons la faire connaître dans son intégrité, plutôt que chercher à la rendre acceptable, peut-être “en l’édulcorant” ».

Je vous parlais plus haut de deux références bibliques. La seconde, c’est un parallèle que Benoît XVI fait avec le chemin d’Emmaüs : « La proclamation de l’Évangile demande une forme respectueuse et discrète de communication, qui stimule le cœur et interpelle la conscience; une forme qui rappelle le style de Jésus Ressuscité lorsqu’il se fit compagnon sur le chemin des disciples d’Emmaüs ». Il nous invite ainsi à cheminer avec ceux qui se posent des questions, à les accompagner, y compris par internet et les réseaux sociaux, sur leur chemin de foi…

Le pape incite à s’engager sur les réseaux sociaux

Benoît XVI nous invite, dans ce message pour la 45ème Journée Mondiale des Communications Sociales,  à ne pas délaisser cet espace qu’il appelait dans le message de l’an dernier le « continent numérique ».  Et le pape lance clairement, une fois de plus cet appel : « Je voudrais inviter, de toute façon, les chrétiens à s’unir avec confiance et avec une créativité consciente et responsable dans le réseau de relations que l’ère numérique a rendu possible ». Pas simplement pour être dans l’air du temps, ou pour être des missionnaires d’un nouveau genre, mais aussi parce que c’est une possibilité de trouver une réponse à la quête de la vérité qui habite chaque homme. « La vérité qui est le Christ (…) est la réponse pleine et authentique à ce désir humain de relation, de communion et de sens qui émerge même dans la participation massive aux divers réseaux sociaux ».

En outre, le pape reconnaît le rôle particulier d’internet et des réseaux sociaux dans l’Eglise pour les jeunes, qu’il invite « à faire bon usage de leur présence dans l’arène numérique » et qu’il invite « à la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse de Madrid dont la préparation doit beaucoup aux avantages des nouvelles technologies ».

Alors n’hésitez plus, lancez-vous. N’hésitez pas à lire ce message (ci-dessous) ou à consulter les anciens messages du pape pour la Journée Mondiale de la Communication Sociale, sur le site du Saint-Siège.

—-

Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique

Chers Frères et Soeurs,

A l’occasion de la XLVême Journée Mondiale des Communications Sociales, je désire partager quelques réflexions, suscitées par un phénomène caractéristique de notre temps : l’expansion de la communication à travers le réseau Internet. La conviction est toujours plus répandue que, comme la révolution industrielle produisit un profond changement dans la société à travers les nouveautés introduites dans le cycle de production et dans la vie des travailleurs, ainsi, aujourd’hui, la profonde transformation en acte dans le champ des communications guide le flux de grands changements culturels et sociaux. Les nouvelles technologies ne changent pas seulement le mode de communiquer, mais la communication en elle-même. On peut donc affirmer qu’on assiste à une vaste transformation culturelle. Avec un tel système de diffusion des informations et des connaissances, naît une nouvelle façon d’apprendre et de penser, avec de nouvelles opportunités inédites d’établir des relations et de construire la communion.

On explore des objectifs auparavant inimaginables, qui suscitent de l’étonnement à cause des possibilités offertes par les nouveaux moyens et, en même temps, exigent toujours plus impérativement une sérieuse réflexion sur le sens de la communication dans l’ère numérique. Cela est particulièrement évident face aux potentialités extraordinaires du réseau Internet et la complexité de ses applications. Comme tout autre fruit de l’ingéniosité humaine, les nouvelles technologies de la communication doivent être mises au service du bien intégral de la personne et de l’humanité entière. Sagement employées, elles peuvent contribuer à satisfaire le désir de sens, de vérité et d’unité qui reste l’aspiration la plus profonde de l’être humain.

Dans le monde numérique, transmettre des informations signifie toujours plus souvent les introduire dans un réseau social, où la connaissance est partagée dans le contexte d’échanges personnels. La claire distinction entre producteur et consommateur de l’information est relativisée et la communication tendrait à être non seulement un échange de données, mais toujours plus encore un partage. Cette dynamique a contribué à une appréciation renouvelée de la communication, considérée avant tout comme dialogue, échange, solidarité et création de relations positives. D’autre part, cela se heurte à certaines limites typiques de la communication numérique : la partialité de l’interaction, la tendance à communiquer seulement quelques aspects de son monde intérieur, le risque de tomber dans une sorte de construction de l’image de soi qui peut conduire à l’auto complaisance.

Les jeunes, surtout vivent ce changement de la communication, avec toutes les angoisses, les contradictions et la créativité propre à ceux qui s’ouvrent avec enthousiasme et curiosité aux nouvelles expériences de la vie. L’implication toujours majeure dans l’arène numérique publique, celle créée par ce qu’on appelle les social network, conduit à établir des nouvelles formes de relations interpersonnelles, influence la perception de soi et pose donc, inévitablement, la question non seulement de l’honnêteté de l’agir personnel, mais aussi de l’authenticité de l’être. La présence dans ces espaces virtuels peut être le signe d’une recherche authentique de rencontre personnelle avec l’autre si l’on est attentif à en éviter les dangers, ceux de se réfugier dans une sorte de monde parallèle, ou l’addiction au monde virtuel. Dans la recherche de partage, d’"amitiés", on se trouve face au défi d’être authentique, fidèle à soi-même, sans céder à l’illusion de construire artificiellement son "profil" public.

Les nouvelles technologies permettent aux personnes de se rencontrer au-delà des frontières de l’espace et des cultures, inaugurant ainsi un tout nouveau monde d’amitiés potentielles. Ceci est une grande opportunité, mais comporte également une attention plus grande et une prise de conscience par rapport aux risques possibles. Qui est mon "prochain" dans ce nouveau monde? N’y a-t-il pas le danger d’être moins présent à ceux que nous rencontrons dans notre vie quotidienne ordinaire? N’y a-t-il pas le risque d’être plus distrait, parce que notre attention est fragmentée et absorbée dans un monde "différent" de celui dans lequel nous vivons? Avons-nous le temps d’opérer un discernement critique sur nos choix et de nourrir des rapports humains qui soient vraiment profonds et durables? Il est important de se rappeler toujours que le contact virtuel ne peut pas et ne doit pas se substituer au contact humain direct avec les personnes à tous les niveaux de notre vie.

Même dans l’ère numérique, chacun est placé face à la nécessité d’être une personne sincère et réfléchie. Du reste, les dynamiques des social network montrent qu’une personne est toujours impliquée dans ce qu’elle communique. Lorsque les personnes s’échangent des informations, déjà elles partagent d’elles-mêmes, leur vision du monde, leurs espoirs, leurs idéaux. Il en résulte qu’il existe un style chrétien de présence également dans le monde numérique : il se concrétise dans une forme de communication honnête et ouverte, responsable et respectueuse de l’autre. Communiquer l’Évangile à travers les nouveaux media signifie non seulement insérer des contenus ouvertement religieux dans les plates-formes des divers moyens, mais aussi témoigner avec cohérence, dans son profil numérique et dans la manière de communiquer, choix, préférences, jugements qui soient profondément cohérents avec l’Évangile, même lorsqu’on n’en parle pas explicitement. Du reste, même dans le monde numérique il ne peut y avoir d’annonce d’un message sans un cohérent témoignage de la part de qui l’annonce. Dans les nouveaux contextes et avec les nouvelles formes d’expression, le chrétien est encore une fois appelé à offrir une réponse à qui demande raison de l’espoir qui est en lui (cf. 1P 3,15).

L’engagement pour un témoignage de l’Évangile dans l’ère numérique demande à tous d’être particulièrement attentif aux aspects de ce message qui peuvent défier quelques-unes des logiques typiques du web. Avant tout, nous devons être conscients que la vérité que nous cherchons à partager ne tire pas sa valeur de sa "popularité" ou de la quantité d’attention reçue. Nous devons la faire connaître dans son intégrité, plutôt que chercher à la rendre acceptable, peut-être "en l’édulcorant". Elle doit devenir un aliment quotidien et non pas une attraction d’un instant. La vérité de l’Évangile n’est pas quelque chose qui puisse être objet de consommation, ou d’une jouissance superficielle, mais un don qui requiert une libre réponse. Même proclamée dans l’espace virtuel du réseau, elle exige toujours de s’incarner dans le monde réel et en relation avec les visages concrets des frères et soeurs avec qui nous partageons la vie quotidienne. Pour cela les relations humaines directes restent toujours fondamentales dans la transmission de la foi!

Je voudrais inviter, de toute façon, les chrétiens à s’unir avec confiance et avec une créativité consciente et responsable dans le réseau de relations que l’ère numérique a rendu possible. Non pas simplement pour satisfaire le désir d’être présent, mais parce que ce réseau est une partie intégrante de la vie humaine. Le web contribue au développement de nouvelles et plus complexes formes de conscience intellectuelle et spirituelle, de conviction partagée. Même dans ce champ, nous sommes appelés à annoncer notre foi que le Christ est Dieu, le Sauveur de l’homme et de l’histoire, Celui dans lequel toutes choses trouvent leur accomplissement (cf. Ep. 1, 10). La proclamation de l’Évangile demande une forme respectueuse et discrète de communication, qui stimule le coeur et interpelle la conscience; une forme qui rappelle le style de Jésus Ressuscité lorsqu’il se fit compagnon sur le chemin des disciples d’Emmaüs (cf. Lc 24,13-35), qui furent conduits graduellement à la compréhension du mystère à travers la proximité et le dialogue avec eux, pour faire émerger avec délicatesse ce qu’il y avait dans leur coeur.

La vérité qui est le Christ, en dernière analyse, est la réponse pleine et authentique à ce désir humain de relation, de communion et de sens qui émerge même dans la participation massive aux divers réseaux sociaux – social network. Les croyants, en témoignant leurs plus profondes convictions, offrent une précieuse contribution pour que le web ne devienne pas un instrument qui réduise les personnes à des catégories, qui cherche à les manipuler émotivement ou qui permette à qui est puissant de monopoliser les opinions des autres. Au contraire, les croyants encouragent tous à maintenir vivantes les questions éternelles de l’homme, qui témoignent de son désir de transcendance et de sa nostalgie pour des formes de vie authentique, digne d’être vécue. C’est sûrement cette tension spirituelle profondément humaine qui est derrière notre soif de vérité et de communion et qui nous pousse à communiquer avec intégrité et honnêteté.

J’invite surtout les jeunes à faire bon usage de leur présence dans l’arène numérique. Je leurs renouvelle mon rendez-vous à la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse de Madrid dont la préparation doit beaucoup aux avantages des nouvelles technologies. Pour les opérateurs de la communication j’invoque de Dieu, par l’intercession de leur saint Patron François de Sales, la capacité d’effectuer toujours leur travail avec grande conscience et avec un sens professionnel scrupuleux. J’adresse à tous ma Bénédiction Apostolique.

du Vatican, le 24 janvier 2011, en la fête de Saint François de Sales.

BENEDICTUS PP. XVI


[1] Cf. L’épisode dit du bon Samaritain. Mais il y a une autre réponse.

Revue de Blog : En Haïti comme sur Internet, les chrétiens sont là !

Cette semaine, nous nous sommes tous souvenus qu’il y a un an, la terre tremblait en Haïti. Et les bloggeurs chrétiens y ont aussi été attentifs. Pierre de Charentenay, le rédacteur en chef de la revue Etudes, sur son blog, a laissé une note dès le 11 janvier, pour nous éclairer sur les problèmes qui existent encore aujourd’hui sur l’île. Il avait passé plusieurs jours dans ce pays après le tremblement de terre, et c’est donc un regard lucide sur les disfonctionnements entre l’aide internationale et son accueil par la population qu’il pointe. Parcourez aussi le bref billet du blog www.catholique-aujourd’hui.fr ou l’auteur exprime ses doutes sur ce qu’il a fait face à ca cataclysme.

Les journaux et revues ont largement couvert ce tragique anniversaire, mais je voudrais citer plus particulièrement l’Express (www.lexpress.fr) qui a réalisé un reportage intitulé « A l’approche de l’anniversaire du séisme, les Haïtiens se tournent vers Dieu ». Et prient pour que « quelque chose change ». Sur son blog « Pour ne pas oublier », Jean-François Labadie témoigne de ce qu’il voit sur place, et son dernier billet a pour titre : « La vie se dégage de la mort ». Avec des accents très bibliques, il nous décrit l’espérance qu’il perçoit un an après le tremblement de terre. Et dans un autre billet, il ose dire que finalement, Haïti « au complet est un vaste perron d’église ». Un blog à visiter pour s’immerger dans la réalité de nos frères haïtiens.

En fait, avec Haïti, nous sommes invités à vivre une véritable solidarité, financière mais aussi de prière. Et justement je voulais aussi vous parler d’un sujet très proche, la diaconie… Et je vous renvoie au blog de Denis Chautard, le prêtre de la mission de France que je cite de plus en plus souvent, qui nous annonce qu’ « au cœur d’une actualité cruciale, l’Eglise veut intensifier (la) solidarité ». Et pour cela, il nous présente le projet Diaconia 2013. Pour plus de renseignements, rendez-vous directement sur le site www.diaconia2013.fr. On y apprend que cette initiative promue par les évêques de France « est un appel lancé pour élargir la responsabilité du service des frères à tous les membres de l’Eglise ». Un agenda est en place, avec comme point d’orgue le rassemblement Diaconia des 10 au 12 mai 2013. Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenus assez tôt !

Et puis, comme on est dans les sites de l’Eglise de France, restons-y avec le blog des Familles (je vous rappelle l’adresse : www.blogfamilles2011.fr). Vendredi dernier, Sr Nathalie Becquart y a posté un billet sur une la « mutation culturelle » provoquée par les techniques numérique (par Internet en fait) sur les jeunes générations.  Sans catastrophisme ou diabolisation, elle rappelle l’importance des relations réelles à l’heure de Facebook. A lire pour tous ceux qui sont parfois un peu perdus devant ces nouveautés.

Et pour nous aider à y voir plus clair dans ces réseaux sociaux, les cathos les plus branchés nous donnent des conseils. Rendez-vous sur le blog Ecclesia & Novae Technologiae, où les auteurs initient, entre autres, à une meilleure utilisation des possibilités et des limites de Facebook. Un groupe est d’ailleurs disponible sur ce site pour aider les administrateurs d’une page catholique sur Facebook.

Sans transition, je vous renvoie à deux billets de Zabou (http://www.zabou-the-terrible.fr/) qui réintroduisent un peu de spiritualité dans ce monde de l’Internet. Le premier, c’est une prière du soir. A lire et à méditer, tellement c’est limpide et vrai. Dans le second, en partant d’un billet de David Lerouge sur les prêtres, elle transfère la réflexion du vicaire de Cherbourg sur les laïcs pour découvrir l’importance de la fragilité et de l’humanité de chaque personne. Là encore, comme on dit sur internet, c’est un must read (à lire).

Comme chaque jeudi, je vous propose le blog de la semaine, et je vous invite à aller jeter un œil sur le blog textala.over-blog.com. Son auteur, Raphaël Bui, est un prêtre qui propose des textes de réflexion sur différents points de la vie chrétienne. Cette semaine, il a mis en ligne la réponse à une question posée par un lycéen sur Facebook à propos de la manière dont l’Eglise voit la foi des non-chrétiens. Une réponse simple mais complète vous attends sur ce blog. Et il y a de nombreux sujets de ce genre : tendre la joue gauche, la bible, de belles histoires,… Et pour préparer la semaine de prière pour l’unité des chrétiens vous y trouvez même un livret de prière à télécharger. Alors surtout n’attendez pas, et courrez voir ce site.

Bonne semaine, bonne lecture, et à jeudi prochain.

Revue de Blog : Pour Noël, ouvrez votre portefeuille (ne vous arrêtez pas au titre svp…)

16 décembre 2010 5 commentaires

Aujourd’hui, on commence avec le sujet qui fâche : l’argent ! Je vous renvoie à un article de La Croix, que l’on peut retrouver sur le site internet du journal et qui revenait il y a une semaine sur le financement de l’Eglise. Son titre : « Les catholiques rechignent à financer leur Eglise ». L’article décrit les réticences des fidèles à poursuivre les dons, et décrit quelques « campagnes audacieuses ». Ce même article insiste sur le besoin de communiquer pour expliquer que l’Eglise a besoin d’argent pour continuer à être présente. Une idée que Marc Favreau, sur son blog Hotel Synodal, vient battre en brèche : « Si les catholiques participent si peu, c’est au moins autant en raison de l’absence de projet et de perspectives que du manque de vie diocésaine » écrit-il. Et il donne l’exemple de la communauté des Moines et Moniales de St Joseph, qui bâtissent un monastère près de Bézier. Ils ont fait un clip génial (les télévisons commencent à en parler) où l’on voit les religieux et religieuses travailler, en habits, à la construction. Une sœur jongle avec un ballon de foot, et le tout sur la musique de Claude François : "Si j’avais un marteau". Leur site www.batisseurdemonastere.org propose ainsi de participer  concrètement en donnant le prix d’une dalle, d’une pierre, d’une voute. Et Marc Favreau de finir son article en insistant : « pour une voûte, après déduction fiscale c’est 68 €. Allez c’est bientôt Noël ».

Et justement, à propos de Noël, la blogosphère chrétienne nous invite à nous y préparer en réfléchissant au sens même de cette fête. Pierre-Baptiste Cordier vient nous le rappeler sur son blog. Noël, écrivait-il mercredi, « C’est la fête de l’incarnation, la célébration du choix de Dieu de se faire pleinement l’un de nous ». Ou encore, dans un autre billet, deux jours plus tôt, ces paroles sur la fraternité : « Noël peut sans doute être, pour nous, une invitation à réfléchir et à méditer au sens que prend l’accueil de l’autre ». Et ce n’est pas fini, Pierre Baptiste va continuer à nous faire réfléchir, alors n’hésitez pas à retourner sur son blog.

Comme de nombreux autre bloggeurs, Xavier Cormary sur son blog, dans un billet intitulé « Le père noël, cet imposteur… », nous fait réfléchir à ce sujet. Une citation plus particulière pour le blog dialogueabraham.wordpress.com qui revient sur la laïcisation de cette fête et la mise en avant de la figure du Père Noël. « Pour ma part, je vais plutôt dire à ma fille que le vrai Père Noël s’appelle Nicolas, et que s’il aime si bien les autres, c’est qu’il les aime comme le bébé de Marie nous aime » écrit l’auteur du billet. Voilà, entre autres, de quoi retrouver le sens chrétien de Noël.

En même temps, il faut être honnêtes : c’est vrai qu’il y a le sens chrétien de la fête, mais les cadeaux, c’est une tradition qu’on ne va quand même pas abandonner ! Et je ne voudrais pas me mettre les enfants à dos, ni même les adultes d’ailleurs. Pour les fêtes, certains d’entre aux vont peut-être recevoir ces nouveaux téléphones intelligents, iPhones, GooglePhone ou d’autres encore. Eh bien sachez qu’il existe diverses applications chrétiennes sur ces téléphones. Vous pouvez y regarder KTO ou les informations du Vatican et de l’Eglise par H2Onews. C’est l’abbé Amar, sur www.padreblog.fr qui vient nous l’annoncer. Le blog Ecclesia et Novae Technologiae nous présente le système Messeinfo pour avoir les horaires des messes disponibles partout grâce à vos téléphones. Et il y a aussi la possibilité de prier le bréviaire avec l’application ibreviary ou encore de recevoir les textes de l’évangile du jour grâce à l’Evangile au Quotidien. Comme quoi la technologie peut aussi nous aider à vivre notre foi.

Et pour finir, comme chaque jeudi, le blog de la semaine : c’est un blog que j’ai déjà cité ici, celui de Vianney, un jeune diacre, et le trouvez sur ab.aventures.free.fr. Il nous partage ses joies, ses homélies (quand il les écrit, comme diacre il ne prêche pas tous les dimanches encore), des échos de ses rencontres, et même une vidéo sur les prêtres, où l’on voit nombre d’enrte eux qui partagent leur vocation et leur bonheur d’être prêtres. (Une vidéo que, je dois le dire, David Lerouge avait déjà signalée la semaine dernière sur son blog). Un blog qui nous fait entrer dans le quotidien d’un futur prêtre. A aller lire donc.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Bonne lecture et bonne route vers Noël.

PS : et pour ceux qui sont arrivés jusqu’au bout, une petite vidéo Sympa : Si Jésus revenait aujourd’hui, avec nos moyens numériques, ca donnerait quoi ? Ca ? (merci à Incarnare, Etienne Séguier et Le Petit Chose)

Revuede Blog – Edmond, Koz, la mission, la bioéthique et Zabou

Bonjour à toutes et à tous. Il était déjà cité la semaine dernière, comme blog de la semaine. Edmond Prochain revient cette semaine avec un billet sur le communautarisme. Une réflexion comme il les aime bien (et nous aussi), sur l’attitude à adopter face à cette manière de vivre sa foi. Il se fonde sur un reportage (que vous pouvez visionner sur le blog) et relève également nos contradictions face au refus de ce communautarisme… A voir et à lire de toute urgence, tout comme les commentaires. A noter que la « matinale chrétienne », la revue de Web de La Vie,  avait également repéré le sujet…

Koz revient lui aussi, de manière détournée, sur ce phénomène du communautarisme, à propos du message du pape pour la journée du migrant et du réfugié. Il contredit frontalement l’article de Jean-Marie Guénois, dans le Figaro, en montrant comment le pape poursuit, avec le message publié ce mardi, la ligne qui est celle de l’Eglise en parlant d’« une coexistence sereine et fructueuse dans le respect des différences légitimes ». On est effectivement bien loin du communautarisme…

A l’occasion de la fin du synode pour le Moyen-Orient, qui a largement abordé le thème de l’ouverture aux autres, le pape a annoncé le thème de la prochaine rencontre, en 2012 : La nouvelle évangélisation. Vous pouvez revoir des images de cette célébration sur le site d’h2onews. L’occasion aussi, pour Jean-Baptiste Maillard, de nous prouver dans un billet d’Annuncioblog que Benoît XVI est aussi impliqué dans cette aventure que l’était Jean Paul II. Dans ce cadre, un petit coup de projecteur sur le site Mission-web qui propose de télécharger gratuitement la bible en version audio. Mais aussi, pour des raisons de droits d’auteur (!), dans une vieille version de la traduction du chanoine Crampon. Une particularité francophone, car Numérama nous apprend que le Vatican critique « l’excès de zèle » concernant la propriété intellectuelle. Pour plus d’informations dans ce domaine, je vous renvoie au site de Numérama qui consacre un article à ce sujet.

La loi de Bioéthique est en passe d’être discutée. Nicolas Mathey nous invite à la découvrir par une série sur son blog, Thomas More. Le 1er billet, publié mardi, porte sur les questions d’anonymat. Une véritable réflexion éthique, longue, dense, mais toujours accessible. Et puis pour plus d’infos et de réflexion, allez égalementvoir le blog de Panouf, un « étudiant en médecine chrétien qui se pose des questions sur l’éthique de sa profession, et le monde en général » comme il se présente. On y trouve, comme sur le blog précédent, des billets fouillés, qui nous invitent à réfléchir sur les sujets proposés.

Pierre de Charentenay, le rédacteur en chef de la revue Etudes, nous invite pour sa part au voyage. Sur son blog, il nous fait partager par de très courts billet, très vivants cependant, son voyage en Haïti.

Et enfin, le blog de la semaine : C’est Zabou la terrible, avec son blog www.zabou-the-terrible.fr et un billet sur la loi et/ou l’amour, que je vous invite à découvrir plus longuement. Zabou retranscrit un superbe passage de Raïssa Maritain. Et il faut reconnaître un très bon goût dans le choix des auteurs qu’elle cite. Mais Zabou n’est pas que l’encyclopédie littéraire qu’elle paraît. Elle est aussi une chrétienne convaincue, qui vit sa foi et nous partage ses expériences et ses découvertes. N’hésitez pas à aller lire son blog, vous en sortirez vraiment renouvelés.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Bonne lecture, bon surf, bons commentaires, et à la semaine prochaine.

Revue de Blog – 6 : La vie des blogs…

Si vous avez écouté cette revue de blogs la semaine dernière, peut-être avez-vous été lire le billet du Chafouin sur le site des Sacristains. Un billet intitulé « Petit éloge du sacré », et qui interrogeait certaines pratiques liturgiques. Eh bien comme dans la vraie vie, In Real Life disent les internautes, ce billet a suscité des réactions. Vu le sujet on pouvait s’en douter. Ainsi donc, jeudi dernier, à 11h19, une réponse à mis le feu aux poudres en s’attaquant frontalement à plusieurs bloggeurs, dont Koz, l’auteur de www.koztoujours.fr. Si le fond était discutable, la forme l’était moins. Mais les esprits se sont vite calmés, et la discussion sur la liturgie et la prière a repris son cours. Car les blogs, ce sont les billets, mais aussi les commentaires (plus de 80 à cette heure pour ce billet).

Capture d'écran du site http://www.nystagmus.me

Et puis les bloggeurs sont une grande communauté, qui s’interpelle. Ainsi, l’auteur du blog Nystagmus nous gratifie d’une jolie lettre à sa tante, où elle tente d’expliquer sa manière (très décomplexée) de vivre la liturgie. Sans vouloir l’imposer. Dans les commentaires, des cousins se réveillent pour pendre le contre-pied de ses positions. Le débat est lancé. Et Edmond Prochain, sur son blog, en remet une couche, à sa manière, avec humour et en chanson. Il n’y a que les paroles malheureusement, mais qui sait, un jour aurons nous peut-être la voix d’Edmond pour nous bercer au fil de nos lectures. Et puis, pour prendre du recul, rendez-vous chez Marc, sur le blog Hôtel Synodal, pour voir une vidéo sur les premiers prêtres sans la soutane, dans les années 1960. Très intéressant.

Quittons ces débats pour faire un petit tour à Rome. Cette semaine se tenait un congrès sur la presse catholique, organisé par le Conseil pontifical pour les communications sociales. Vous pourrez trouver de nombreux documents sur le site officiel du dicastère, des vidéos sur le site de l’Eglise belge qui dédie un mini site à cette rencontre. Sur le site d’H2onews, vous trouvez déjà une vidéo, d’autres sont de cours de réalisation. Des recensions sont également disponibles sur le site de Zenit (ici et ), tandis que La Croix revient sur cette rencontre.

Et tant qu’à parler de communication, je vous signale un autre article de La Croix, disponible sur le site internet du journal et qui s’intéresse aux diverses applications religieuses pour les téléphones mobiles. Que les possesseurs de smartphones n’hésitent pas à parcourir cet article pour y trouver leur bonheur. Et comme internet n’est pas sectaire, si vous allez sur le site de Magnificat, vous pourrez même vous abonner gratuitement à la revue pour 3 mois, ou opter pour l’application pour les téléphone portables…

Juste avant de vous présenter le blog de la semaine, un mot pour vous dire qu’annuncioblog vient de se doter d’une nouvelle présentation. Allez y faire un tour pour la voir. Cette semaine, à l’honneur, le blog des Nicolas Mathey, Thomas More (thomasmore.wordpress.com). Un blog qui veut, comme il le dit dans sa présentation, « traiter quelques questions juridiques et politiques dans une perspective chrétienne ». Et pour prouver cet engagement, l’avant dernier billet, daté du 5 octobre, est consacré à un sujet d’actualité, l’appel en faveur de l’objection de conscience pour les médecins qui ne désirent pas pratiquer d’avortement. Avec la résolution qui devrait être votée ce jeudi au Conseil de l’Europe, c’est bien un point de droit qui est soulevé. Vu le sujet, le lien avec la foi est évident. Un blog d’approfondissement, toujours très intéressant à lire.

Alors, bonne lecture, bons commentaires, et à la semaine prochaine…

Les dominicains ont tout compris !

15 septembre 2010 Poster un commentaire

Eh oui, une fois de plus, c’est eux qui nous montrent les avantages qu’on peut trouver à utiliser les nouvelles technologies. Sans peur, de manière lucide, ils ont mis Internet au service de leur chapitre général. Je vous propose d’écouter/lire un sujet réalisé pour le site Médias[2].

Et comme toujours, n’hésitez pas à donner votre avis… les commentaires, ça sert à ça…

Evangéliser à travers Internet…

Vous trouverez ci-dessous un résumé du témoignage du père Roderick Vonhogen lors de la rencontre « Testimoni Digitali », le 23 avril 2010 à Rome.

Le père Vonhogen

Le père Vonhogen a débuté l’aventure médiatique en 2005, alors qu’il était à Rome, pour suivre la maladie de Jean Paul II et sa mort. Il faisait un compte rendu audio sur internet, et des centaines de personnes ont commencé à le suivre. Pour ancrer cette expérience, il a créé SQPN, Star Quest Production Network. Aujourd’hui, c’est près de 250.000 personnes qui suivent ces programmes. Pour lui, le fait qu’il ait rendu compte de son expérience personnelle plus que sous forme journalistique a largement contribué à la réussite de cette expérience. (D’ailleurs, cela s’ajuste parfaitement avec la technique du Storytelling développé par Christian Salmon dans son livre Storytelling ; les auditeurs sont plus attentifs à une histoire ou au récit d’une expérience qu’à un discours très bien bâti. D’ailleurs, Jésus Christ l’avait bien compris en utilisant les paraboles…)

Le père Vonhogen a confié aux participants les 7 secrets pour réussir à évangéliser sur Internet. Pour cela, il s’est fondé sur le récit des rois-mages.

1. Commencer avec les intérêts du public visé

Une étoile est apparue dans une contrée lointaine. Dieu cherchait activement les rois mages. Il a utilisé une étoile. Pourquoi une étoile ? Parce que les mages regardaient le ciel ! Ils étaient déjà en train de chercher.

Donc il est important d’être là où se trouve le public. Il ne faut pas attendre que les gens s’unissent à nous : il importe au contraire de chercher activement là où se trouve le public. Non seulement les lieux (Facebook, Twitter,..), mais surtout de les retrouver dans leurs centres d’intérêts.

Ex. : SQPN héberge des programmes sur une vaste gamme de livres, de films, de jeux, des programmes sur la santé, l’équilibre, la spiritualité,…

2. Rendre les personnes curieuses, stimuler l’audience à explorer et à découvrir plus de choses

Les rois mages se sont intéressés à l’étoile, ils ont commencé à poser des questions.

Satisfaire la curiosité de nos destinataires, leur donner ce qu’ils cherchent.

Ex. : Dans Harry Potter, JK Rowling utilise de nombreux symboles médiévaux d’origine chrétienne.  Les fans de ces livres pourraient être intéressés pour suivre une série sur l’histoire de l’Eglise. Il importe aussi d’offrir un autre niveau de programmes pour approfondir les questions et y répondre.

3. Créer des contenus de suivi

Les rois mages ont commencé un voyage. C’est très important.

La communication de la foi est un processus, elle n’arrive pas immédiatement après une rencontre. Après la première rencontre, il faut continuer à alimenter la relation, à commencer un voyage avec le public. C’est le voyageur qui doit déterminer le rythme du voyage.

L’objectif est de faire croître la relation, pas seulement de généer un gros trafic sur le site. La qualité des rapports est plus importante que celle des visiteurs, même si le nombre de visiteurs est gage d’engagement plus fort dans la relation.

4. Il faut des modèles, des icones, pour renforcer l’identification

Les rois mages voyageaient en groupe.

Pour bien avancer, il faut être des compagnons de voyages, des amis avec lesquels les gens peuvent partager leur voyage.

Ex. : le lien personnel est très fort à la radio, même si l’auteur ne peut pas connaître ses auditeurs de la même façon. Le père Vonhogen a rencontré une jeune fille sur la place St Pierre. Toute sa famille écoutait son show, et cette jeune fille en savait plus sur lui que sa propre mère. C’est une très grande opportunité dans une époque où le modèle pastoral du dialogue personnel est quasi impossible. Le présentateur, le créateur du programme est devenu un compagnon de voyage dans la vie.

5. Investir la communauté chrétienne dans le contenu

Les mages ont rencontré Jésus et sa famille. La communauté qui s’est construite ici a changé la vie des rois mages de manière définitive.

Il faut fournir aux gens une vraie communauté de personnes, déjà reliée à Jésus. C’est indispensable pour l’évangélisation. Rien ne se fait sans l’Eglise. La “famille” des auditeurs est une “Eglise locale”.

Ex. : Laura a commencé a écouter le programme « Les secrets de Farmville », un jeu sur Facebook, auquel 80.000 personnes jouent chaque jour. Elle s’est unie à la communauté qui se retrouvait en direct pour l’enregistrement du show. Le prêtre présent parlait du jeu, mais aussi du symbolisme pascal de ce jeu. Une amitié a grandi avec les autres personnes de la communauté, une discussion sur la foi est progressivement apparue. Laura a commencé un parcours de redécouverte de sa foi et de l’Eglise, et elle a fini par retourner à la messe…

6. Il est important de stimuler la participation du public

Les mages ont échangé des dons avec le Christ. L’or, l’encens et la myrrhe. Le don de Jésus : son amitié et son amour.

Les gens ne sont pas des consommateurs, mais ils contribuent à la vie de la communauté. Il faut donc les inclure dans la production des contenus, par des questions, des contributions, un feed-back, des histories personnelles, des témoignages,… Ces contributions font que la communauté se sent copropriétaires du processus. Et cela aide fortement à déterminer ce qui est important pour le public.

7. Il est important de prendre soin de ses “fans”

Les rois-mages ont changé. Ils sont repartis chez eux par un autre chemin. Ce ne sont plus seulement des suiveurs, mais ils sont devenus de petites étoiles pour guider les gens vers Jésus.

Le public passif, au bout d’un moment, devient un groupe de passionnés : l’importance des témoignages personnels dans le marketing du site, et donc dans l’évangélisation, est alors évidente. Pourquoi se fier à une institution anonyme  alors qu’elle peut avoir des visages. C’est la manière de donner un visage à l’Eglise dans ces nouveaux médias. Et il est plus facile de se fier à un ami…

Voilà les conseils du père Vonhogen. Une remarque personelle (je suis les conseils, tu vois – comme dirait Edmond) : je retrouve ici une partie du processus d’évangélisation que j’ai découvert dans les Cellules Paroissiales d’Evangélisation. J’aouterais donc, pour récupérer le meilleur des deux, que si on pouvait accompagner ce processus sur le net de la prière par les évangélisateurs et les acteurs de l’évangélisation, ce serait exceptionnel… Elle se transmettrait ainsi de manière capillaire aux "entrants" qui forment la communauté… Et le rapport avec le Christ ne serait pas d’abord intellectuel, ou sentimental, mais deviendrait expérientiel de manière plus complète.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  075 followers