Archive

Posts Tagged ‘cinema’

Revue de Presse : nouveau président, belles figures, pardon, ciné, net…

10 mai 2012 1 commentaire

Depuis dimanche, la France a un nouveau président. Qui plait ou qui ne plait pas, dont le programme est plus ou moins sujet à controverse… Je me garderai bien d’entrer dans ce débat, d’autant qu’il s’agit d’une constante de tous les scrutins. Mais force est de constater que dès dimanche, les réseaux sociaux et blogs ont pris position. Le premier site a avoir dégainé, dès les premières estimations connues, a pour nom « Sauvons Papi et Mamie » (.com). Si la pétition en ligne est peut-être prématurée, il faut reconnaître à l’initiative un certain sens de l’humour, au moins dans le choix du nom. Cependant, dans ce domaine, c’est à Radio Vatican que revient la palme cette semaine, avec un dossier qui ose le titre suivant : « le changement, c’est… comment ? ». Restons avec les médias du Vatican. L’agence Zenit nous apprenait ce mercredi comment l’Osservatore Romano, le journal du Saint Siège, avait annoncé l’élection de François Hollande. Par la phrase « Un socialiste revient à l’Elysée 17 ans après », et ce dans un article que l’agence Zenit décrit comme « très sobre, sans commentaire ». Vous pouvez également lire une analyse de cette dépêche sur le blog de Patrice de Plunkett ! Sinon, pour un aperçu sur les élections depuis encore plus loin, allez lire le billet du père Emmanuel Pic, qui a vécu une partie de la campagne et le scrutin en RDC ! Les réactions des congolais qu’il nous rapporte sont vraiment savoureuses…

Pour en revenir à l’élection, dès dimanche soir, une question primordiale était posée sur les réseaux sociaux : « François #Hollande ira-t-il prendre possession de son titre de Chanoine du Latran#RadioLondres » ! Si la réponse n’est pas encore connue, l’invitation est réelle, car l’agence i.Média de Rome nous apprend, par sa page Facebook, que dès le 8 mai, le chapitre de la Basilique du Latran a adressé « au nouveau président de la République française, François Hollande, un courrier l’invitant à venir prendre possession, à Rome (Italie), de sa stalle de “premier et unique chanoine d’honneur” ». Et dans La Croix, on découvrait cette semaine que ce titre religieux honorifique n’est pas le seul qui est accordé au président en exercice… Tant qu’on en est à parler du nouveau président et de titres, un petit mot de sa compagne, qui est affublé du titre honorifique de « Première Dame ». Un titre (et ses présuposés absents) qui a fait sourire Henry le Barde

Et puis, pour ne pas finir sur une note sombre, un parallèle qui a de quoi surprendre : Ccelui qui unit Robert Schuman et le concile Vatican II. C’est à découvrir sur le blog de préparation au 50ème anniversaire de l’ouverture du concile, www.vatican2-50ans.fr ! Pierre de Charentenay utilise une photo de Robert Schuman pour illustrer un billet dans lequel il revient sur le 9 mai, la journée de l’Europe, en montrant l’intuition de départ, en plantant la situation actuelle et en ouvrant un avenir. Tout ça en 3 petits paragraphes ! Un exploit !

Et après Robert Schuman, c’est une autre belle et grande figure que nous présente Marc Favreau : celle du cardinal Lustiger. Il a lu pour nous le livre de Henri Tincq consacré à l’ancien cardinal-archevêque de Paris, et nous en offre, dans cette recension, le portrait d’un homme sans concessions qui brûle de l’envie de faire connaître Dieu ! Et tant qu’on est dans les portraits, je vous invite à lire l’article de l’abbé de Somme sur « Jean-Paul II, témoin de la miséricorde ». Vous n’y apprendrez peut-être pas grand-chose que vous ne sachiez déjà sur le pape polonais, mais l’explication sur ce qu’est la miséricorde est vraiment la valeur ajoutée de l’article !

Comme chaque semaine depuis quelques temps, je vous invite à une pause spirituelle. Et on la débute avec Zabou, qui nous invite à un petit exercice pour nous introduire à la prière. Et comme elle le dit, en conclusion de ce billet, « Si le désir vous vient alors de prier, de parler à Celui qui nous échappe et nous marque en même temps, n’attendez surtout pas que cela passe, mais prenez-en votre parti, le parti de Dieu ! ». Car la prière, et c’est le pape lui-même qui le disait hier, lors de l’audience générale, « nous libère de nos chaînes et nous aide à traverser la nuit ». Pour d’autres incitations et exemples de prière, allez surfer chez Thierry Bizot ou sur le blog de Sylvia ! La blogueuse nous parle de Marie, et pour ceux que cela intéresse, Croire.com propose une petite vidéo pour nous présenter cette belle figure de la mère de Jésus !

Et puis, même si ce n’est pas une forme de prière évidente, je vous propose un petit point sur le sacrement de la réconciliation. Ce soir, sur KTO, à 20h35, le 3ème épisode du Cathologue s’intéressera au sujet, avec le titre : « Comment se confesser sans douleur ? » Pour avoir quelques infos plus sérieuses, Jean Mercier, dans La vie, nous présente une initiative parisienne, la Forgive Night ! Un article à lire, pour découvrir un nouveau visage de ce sacrement si méconnu !

Pour finir sur la prière, je vous renvoie vers le magazine L’1visible, aux pages 8 et 9, où le cardinal Barbarin répond à la question de Lili Sans-Gêne : « Dieu exauce-t-il nos prières ? » ! Un bel entretien, des réponses fortes et claires… Bref, un document à conserver !

Sans transition, et juste pour les citer, deux articles qui parlent plus ou moins des mêmes personnes. Celui d’Eric de Beuckelaer sur nos « aînés qui ont mal à leur Eglise » et celui d’Isabelle de Gaulmyn sur les laïcs qui s’inquiètent pour l’avenir de leur Eglise ! Dans les deux cas, des questions qui sont soulevées, sans que les auteurs ne prennent position, mais avec toujours le souci de l’Eglise !

Séquence cinéma avec un blog qui vient de voir le jour, et qui se propose d’analyser le film de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut, avec la théorie mimétique de René Girard. On y découvre de nombreuses références religieuses, et on voit le film sous un autre regard. Sans aller aussi loin dans le scénario, le dernier billet de Dopamine sur les visites à domiciles serait-idéal pour une mini série, style Cathologue, ou pour un court métrage avec des saynètes… Qui osera s’y coller ? Et que dire du« manuscrit de la Pentecôte » du père Bessonnet, qui pourrait lui aussi largement servir de base pour un film… D’ailleurs, comme dans le film Ben Hur, il fait intervenir un personnage inattendu dans le 9ème billet de la série : Judas Barrabas… Quand on vous dit que c’est très bien fait, avec un vrai message, celui de la Parole de Dieu qui transpire à travers cette réécriture.

Et puis, comme je viens de parler de Ben Hur, je reste dans le cinéma, avec un film italien, A 100 metri dal Paradiso (A 100 mètres du paradis), qui raconte comment le Vatican participe aux JO de Londres à travers une équipe sportive… Un film, vous l’aurez compris, qui est une pure fiction, mais, selon l’Osservatore Romano, offre un visage assez sympa et résolument positif de l’Eglise ! On en parle également sur le site internet de l’Eglise belge, en relevant l’idée principale de ce film : « Si l’équipe vêtue de jaune et de blanc, les couleurs du Saint Siège, remporte une médaille d’or aux JO, elle pourrait donner une visibilité extraordinaire à l’Eglise ».

Et dernière info cinéma pour finir, avec la montée des marches à Cannes pour … Mgr Giraud, qui accompagnera le jury du film œcuménique lors de cette grand messe rencontre du cinéma. Et puis, à propos de ce festival, le Pèlerin propose 7 pages sur le cinéma, avec la question de savoir si « ciné » peut rimer avec spiritualité ? Trois spécialistes du cinéma inspiré apportent leur réponse dans les colonnes du magazine !

Après le cinéma, le net. Avec un billet de Denis Chautard qui nous partage la présentation d’internet et des réseaux sociaux faite par Samuel Grybowski à la Mission de France. Aspect sociologique, vision chrétienne, utilisation par l’Eglise de ce média, il y a de quoi faire, et surtout de quoi réfléchir. Le jeune président de Coexister posait une question : « Si Jésus revenait en 2012, que ferait-il avec son ordinateur ? » Peut-être ouvrirait-il un blog, et serait-il alors nominé pour participer, lui aussi au prix du blog catho de Pèlerin ! Vous avez pu voter jusqu’à hier sur Facebook. C’est le blog Kto & the city (dont le dernier billet « L’évangélisation par les X-Men » est à la fois désopilant et profond) qui est le grand vainqueur de vos suffrages sur Facebook. Pour le résultat du prix, rendez-vous dès mardi, 15h, sur Facebook, Twitter, et bien sûr sur le site de Pèlerin ! en exclusivité, je peux vous dire que le blog vainqueur a recueilli 6 votes sur les 9 ! Plus que quelques jours de suspense ! Et puis, pour continuer dans la même séquence, le thème retenu pour le Colloque de février 2013 de l’Association Française de Sciences sociales des Religions (AFSR) n’est autre que : « Internet et Religion ». C’est ce que nous annonce un tweet de @Comcardbarbarin !

Publicités

Revue de Blogs : Cinéma, conversion, et bioéthique

9 février 2011 1 commentaire

Copie d'écran du site de Sandro Magister

Pour débuter cette revue de blog, on part au cinéma… Vous avez certainement entendu parler du film « Qui a envie d’être aimé ? » Eh bien  la blogosphère en parle aussi. C’est l’abbé Amar, sur le blog des Padre (www.padreblog.fr) qui nous engage à aller voir ce film. Il nous rappelle dans son billet que le film est d’abord un livre, « Catholique Anonymes ». L’auteur, nous dit l’abbé Amar, « y raconte l’histoire de sa conversion ». Dans ce film, rien d’extraordinaire : « pas d’extase ni de miracle » nous dit le prêtre bloggeur. Mais un film, poursuit-il, « qui fait partie de ces films à l’efficacité redoutable pour le cœur. On se sent meilleur après les avoir vus ». Un film à ne pas râter donc.

D’ailleurs, l’abbé Amar n’est pas le seul à en parler : le site internet du magazine La Vie (www.lavie.fr) revient lui aussi sur ce film qui « délit les langues » et permet de parler de la foi. Selon Thierry Bizot, l’auteur du livre,  cité dan le Figaro d’hier, « Quand on parle de religion, on parle du pape, du préservatif, mais jamais de Dieu ». Un article à retrouver en ligne, sur le site du journal. De nombreux autres journaux, magazines, ou site internet parlent également de ce film. Alors n’hésitez pas à vous forger votre propre opinion en allant voir ce film, et pourquoi pas à aller commenter les blogs qui en parlent !

Et sinon, dans la blogosphère chrétienne en ce moment , et bien, il y a bien évidement des questions sur la bioéthique. Nicolas Mathey, l’auteur du blog Thomas More, intitule son dernier billet : « Le feuilleton bioéthique (s3ep1) ». Il nous donne tout un tas de liens pour suivre le débat de l’Assemblée nationale. A lire son compte rendu, on a la chronique de ce qui s’est passé dans l’hémicycle. Un débat technique, que le bloggeur réussit, par un incroyable tour de force, à simplifier et à rendre limpide.

Patrice de Plunkett suit lui aussi les travaux, et nous offre une réflexion dans ce domaine à partir du livre du cardinal Vingt-Trois. De cours passages qui concernent la bioéthique et qui offrent des pistes de réflexion dans ce domaine. Dans las commentaires de l’article, l’auteur du blog et ses commentateurs reviennent également sur l’annonce du premier bébé-médicament… Guillaume de Prémare, qui intervient sur ce sujet dans les commentaires de l’article, est d’ailleurs l’auteur d’un article sur le blog Urgence Com Catho, où il revient sur le soutien de Michael Lonsdale (Frère Luc dans Des hommes et les Dieux) à l’embryon humain.

Au cours de ce mois de février, nous reviendrons certainement sur le sujet, avec les débats qui s’annoncent… Mais je voulais aussi vous partager quelques billets plus spirituels. Car cette semaine, de nombreux blogs ont pris de la hauteur. Est-ce pour ne pas tomber dans la critique de ces débats ? Je ne sais pas. Mais je vous encourage à aller faire un tour sur le blog www.catholique-aujourdhui.fr, où l’auteur nous partage son expérience d’un dimanche autrement, c’est-à-dire un dimanche, écrit-il, « où les paroissiens sont invités à ne pas s’enfuir dès que la messe est finie, (…)  où nous sommes invités à vivre comme une communauté chrétienne ».

Et puis, toujours dans la veine du témoignage, mais plus personnel là, celui d’une adolescente qui a été touchée par la foi. Comme quoi il n’y a pas qu’aux hommes quarantenaires que ca arrive dans les films. Cette jeune fille, qui dit avoir été « une adolescente menteuse, égoïste et fainéante », qui se droguait, a été touchée par les paroles d’un prêtre qui lui a dit avoir BESOIN (elle écrit ce mot en majuscule dans le texte) d’elle. Une révélation, qui n’est pas la fin du parcours, mais une étape importante. Un témoignage émouvant, à lire sur le site http://www.etanchermasoif.com.

Et comme toutes les semaines, le Blog de la semaine : c’est celui de Sandro Magister. Sandro est un Vaticaniste, c’est-à-dire un journaliste spécialisé dans l’actualité du Vatican. Cela fait plus de 25 ans qu’il suit le pape et l’Eglise. Ce qui fait qu’il nous offre sur son blog, traduit de l’Italien par Charles de Peychpeyrou, un regard avec du recul, et surtout des informations parfois inédites grâce à ses contacts (Pour lire un article de La Croix sur Sandro Magister, c’est ici). Son dernier article s’intéresse aux légionnaires du Christ, en pleine refondation. Mais il a également abordé le catéchisme que les participants aux JMJ auront dans leur sac à dos, ou encore le processus démocratique en Egypte qui se conjugue avec la volonté des habitants de ce pays de voir la charia mise en place… Un blog toujours bien documenté, et très intéressant, que vous ne regretterez pas de consulter. Pour le trouver, entrez Sandro Magister dans voter moteur de recherche…

Voilà, c’est tout pour cette semaine, bonne lecture, n’hésitez pas à commenter les blogs que vous lisez, et à la semaine prochaine !

Tsar : une recension qui donne envie.

7 septembre 2010 Laisser un commentaire

Voiçi letexte reçu par un ami. il parle d’un film que je n’ai pas vu, d’une époque que je ne connais pas, mais cette prose me donne vraiment envie de trouver le DVD… Et vous ? si vous l’avez vu, qu’en pensez-vous ?

(Image tirée du site http://www.allocine.fr

DU GRAND CINÉMA

Lors du dernier Festival de Cannes, on a présenté le film du cinéaste russe Pavel Lounguine : TSAR. MAGISTRAL !

Le visionnement nous est un peu difficile puisque les sous-titres français sont rares. Il faudra un jour une traduction orale complète.

Les excès dans l’homme et les peuples conduisent à l’autodestruction, surtout lorsqu’ils sont dans le corps même du peuple à sa tête. Il s’agit d’une épopée dramatique mystique sur fond d’Apocalypse.

Les images sont extraordinaires. Comme ces scènes qui nous montrent la rude Russie et la douceur de ses printemps sous les pommiers tout blanc fleuris dans le jardin d’une Laure. Et tous ces ciels qui annoncent, par la lumière, la nuit ou les oiseaux.

La dualité maladive de l’âme du Tsar Yvan IV, dit le Terrible, entretenue par une conscience coupable sans borne, semble ne s’assouvir qu’en augmentant le plaisir dans la torture. Quel personnage magnifique que celui du métropolite  Filipp qui pressent devoir demeurer, dès le début, près d’un roi fou pour empêcher une plus grande horreur. Il paiera de sa vie le Ciel qu’il a courageusement fait venir sur la terre. Il s’opposera au Tsar avec puissance.

Quand à l’Icône de la Vierge, elle donne l’impression d’être faite pour la faiblesse des mains qui la prennent à tour de rôle. Mais elle n’empêche pas de mourir. Cependant, on meurt dans la vérité, celle de l’enfant à l’esprit fragile qui court devant le terrifiant spectacle de l’ours qui éventre les hommes.

Et le métropolite aux fers reçoit, dans la puissance de la prière, la Visitation de sa libération des bourreaux en buvant l’eau de la grâce tout en guérissant, comme Jésus, le borgne qui se verra, sous la coupole de toutes les peurs, l’étouffer et le charger sur ses épaules afin qu’il repose en terre. Que c’était émouvant cette mise en terre du saint !

Et puis, la solitude insoutenable du Tsar dans son village aux horreurs qui conclut par le mot pitié adressé à Dieu. La lucidité maladive n’aura pas le dernier mot sur Dieu.

Ce film me semble une puissante démonstration du passé et du présent de la Russie. À tort ou à raison, elle dévoile que tout le pouvoir aveugle  est encadré par deux ou trois commandeurs. Peut-on voir dans un des personnages, un homme insolent de l’entourage du Tsar, un clin d’œil  au Vladimir actuel charmé par les saumons dévorés par les ours tout autant que par les baleines à darder lui-même ?

Quant au peuple, il est muet. On lui a arraché les cordes vocales et, en même temps, sa vie, dans un asservissement provoqué par la publication des horreurs et le défilé des coupables jusqu’à Moscou. On y voit un autre clin d’œil  à La Presse bâillonnée par une orchestration de toutes les communications.

Le chevauchement de la mystique avec le pouvoir est dramatique : le Tsar dira souvent au métropolite que les affaires ne concernent par le moine. Mais la vraie mystique russe triomphe de toutes les faussetés. En incendiant l’église où les moines se sont réfugiés, et en en interdisant l’accès, le cinéaste évite de nous les montrer dans le triomphe de la liberté. C’est l’âme russe qui brûle en éclairant l’Icône du Christ. Magnifique !

C’est aussi, me semble-t-il, un avertissement actuel d’une certaine collusion de plus en plus visible entre l’Église Orthodoxe russe et le pouvoir. « N’oubliez pas, dirait le réalisateur, que le pouvoir fera tout pour vous utiliser à ses fins ».

Cela rappelle enfin les propos du prêtre roumain Virgil Gheorghiu qui, au lendemain des premiers jours de la Perestroïka, stigmatisait la Grande Russie devenue enfant leucémique, juste le temps qu’il faut pour griffer à nouveau tous ceux qui se seront portés à sa défense.

Denis Veilleux, prêtre journaliste
Directeur de Radio Galilée

Catégories :Politique - Société, Pub !, Réflexion Étiquettes : , ,

L’Eglise veut des indemnités pour la destruction du Christ dans « 2012 »

25 février 2010 Laisser un commentaire

Le cinéma peut-il tout se permettre envers le chrétiens ? Ceux-ci doivent-ils tout accepter ? Une nouvelle polémique surgit, au Brésil !

L’Eglise veut des indemnités pour la destruction du Christ dans « 2012 »


RIO DE JANEIRO, 24 fév 2010 (AFP) – L’archidiocèse de Rio a demandé des dommages et intérêts à la société américaine de production Columbia Pictures pour avoir utilisé sans son autorisation des images de la célèbre statue du Christ qui surplombe la ville dans le film catastrophe « 2012 la fin du monde ».
« Les négociations ont commencé en décembre, un mois après le lancement du film. L’archidiocèse avait refusé l’utilisation de ce symbole religieux lors de la pré-production du film mais Columbia Pictures n’a pas respecté l’interdiction », a déclaré mercredi à l’AFP l’avocate de l’archidiocèse Claudine Dutra.
La bande annonce et l’affiche du film « 2012 », du réalisateur allemand Roland Emmerich, montrent la statue du Christ aux bras ouverts en train d’être détruite par un raz de marée.
« Beaucoup de fidèles se sont dits choqués et offensés par les images de destruction de ce sanctuaire que l’archidiocèse veut préserver. Nous voulons que Columbia Pictures déclare publiquement qu’elle n’avait pas l’intention d’offenser » les fidèles, a ajouté l’avocate.
« Nous sommes au début des négociations et ne connaissons pas le montant des indemnités qui dépendront d’une expertise.
L’archidiocèse ne fait jamais payer de droits d’utilisation d’images du Christ et les autorise dans 99% des cas mais dans ce cas précis, il avait refusé », a poursuivi Me Bruna.
Fabriquée en pierre et en ciment sur un piédestal de 8 mètres, la statue sur le mont Corcovado (710 m d’altitude) mesure 30 mètres de hauteur. Elle a été sculptée par Paul Landowski, un Français d’origine polonaise, et inaugurée en 1931.
Classé monument historique depuis 1973, le Corcovado est le lieu touristique le plus fréquenté de Rio avec 1,8 million de visiteurs par an.

Source : AFP

Pour info, Roland Emerich, le réalisateur, avait également tourné la destruction de la Mecque, mais il a reconnu avoir eu peur de l’inclure dans le film…

Symboles religieux
Après avoir détruit le Vatican et la Chapelle Sixtine dans son film, Roland Emmerich voulait également inonder La Mecque dans une des scènes catastrophes de ‘2012’. Mais effrayé par l’éventualité d’une fatwa, le réalisateur a préféré la retirer du montage final.

Source : www.evene.fr

« je ne voulais pas provoquer une fatwa et vivre avec des gardes du corps jusqu’à la fin de mes jours. Franchement ça ne valait pas le coup. Ce n’est que du cinéma. »

Source : www.allocine.com

Pour l’instant, les chrétiens ne réagissent pas en menaçant de mort, en incendiant des cinéma (enfin plus depuis « La dernière tentation du Christ » de Scorsese). Heureusement  d’ailleurs. Mais doivent-ils (peuvent-ils) tout accepter. Qu’on touche à des images qui leur sont chères (même si c’est bien moins grave que de jouer sur les sacrements) peut-il se faire à tout pris ? Ou bien est-ce simplement par conformisme social, celui de taper sur la religion qui est la plus répandue, et donc qui réagira le moins ? Et surtout, en cas de refus d’utilisation de ces images (pourquoi d’ailleurs le refuser 1% des fois ?), peut-on passer outre, sous prétexte que ce symbole appartient à la culture de manière générale ?

Et de l’autre côté, la réaction, même si elle est purement judiciaire, en vaut-elle le coup ? Si l’on s’engage ainsi, jusqu’où risque-t-on d’aller ?

Une fois de plus, il y a bien un équilibre à trouver. Et j’avoue être fort partagé entre le désir de protection de ce qui représente la foi et le risque de se réfugier derrière ces symboles pour compenser une foi qui semble devenir de plus en plus faible, sans racines, et donc qui s’attache à des signes extérieurs et cherche à copier des religions plus militantes (ce qui est différent du témoignage…). Et vous, vous avez un point de vue bien précis ?

Eat, pray and Love

12 septembre 2009 Laisser un commentaire

C’est le titre du futur film de Julia Roberts.

Un film qui se tourne actuellement à Rome, et dont la sortie est prévue en 2011. Voilà le sysnopsis du film, selon le site allocine :

Elizabeth Gilbert a tout pour être heureuse : un mari, un grand appartement… Mais un jour, elle réalise que cette vie n’est pas faite pour elle. Aprés un divorce douloureux, elle entreprend un grand voyage à travers le monde.

ou selon le site Internet Movie Database

While trying to get pregnant, a happily married woman realizes her life needs to go in a different direction, and after a painful divorce, she takes off on a round-the-world journey. Based on the memoir by Elizabeth Gilbert

J’espérais donc faire une interview de Julia, mais mon agenda étant trop plein, j’ai du la lui refuser… Vous me croyez, n’est-ce pas ?

Bon sérieusement, ce qui Lire la suite…