Archive

Posts Tagged ‘anniversaire’

L’abbé Pierre, cet inconnu

3 août 2012 2 commentaires

Il a caracolé en tête des personnages les plus aimés des Français pendant longtemps ! Et à juste titre ! Quand on voit ce qu’il a fait, ce qu’il a réalisé avec les plus petits, les plus pauvres, ce n’est que mérité.

Sinon, de lui, comme ça, à brûle pourpoint, je peux vous dire qu’il s’appelait Henri Grouès, qu’après avoir été résistant il est devenu député de Meurthe et Moselle après la guerre, et qu’en 1954, en plein cœur de l’hiver, il a lancé un appel à la radio. Il a fondé Emmaüs, et j’ai trop aimé le film Hiver 54 avec Lambert Wilson. Sinon, je sais aussi qu’il ne parlait pas beaucoup sur la fin de sa vie (on ne l’entendait pas souvent faire de grandes déclarations), et qu’il a écrit quelques livres. J’en ai même lu un, co-écrit avec Bernard Kouchner. Je me souviens aussi qu’on a appris, peu avant sa mort, qu’il avait eu des relations sexuelles avec une femme (j’étais au séminaire, ça nous a fait parler). Franchement, avec ça, je vous avoue que j’ai fait, en gros, le tour de ce que je sais de l’abbé Pierre. Pas de quoi fouetter un chat me direz vous. J’en sais plus sur certains hommes politiques, dont je peux citer quelques paroles au moins ! Et je ne pense pas être le seul dans cette situation. Pourtant, pour moi comme pour de nombreux français, cet homme était en tête de mes personnalités préférées…

Alors je pose la question : d’où lui vient donc sa popularité, lui qu’on connait si peu ? D’autant plus que nous sommes en France, pays laïc, où l’on aime bien taper sur l’Eglise et ses représentants ? Il me semble que ce qu’on aime bien chez l’abbé Pierre, c’est le fait qu’il n’ait, justement, pas trop parlé ! Et à son propos me revient en mémoire une citation que j’affectionne tout particulièrement : « Des exemples. Voilà plus que jamais ce que nous devons être. Des exemples. »[1]. De ce côté-là, il a été exemplaire. Il a montré, à travers toute sa vie, comment l’amour de Dieu pour les plus faibles pouvait s’incarner. Il a su se faire le prochain de nombreux petits, tombés à terre, qui avaient tout perdu. Il a réussi à faire prendre conscience de leur dignité, à leur redonner une place dans une société qui ne s’intéressait pas à eux. Quand aujourd’hui on parle de l’individualisme qui serait la norme, il me suffit de penser à l’appel désespéré que l’abbé Pierre a lancé en hiver 54pour me rendre compte qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil…

Oui, l’abbé Pierre était un exemple par sa vie et son engagement, et c’est certainement cela qui a marqué les français et lui a valu une telle popularité. Pour une fois, un homme de religion ne parlait pas, mais agissait[2], ne donnait pas de grandes leçons ou de bons conseils, mais se mouillait et s’engageait lui-même, directement. Son silence relatif possédait le mérite de ne pas dire tant de ces paroles que l’Eglise ose, et qui sont ressenties comme des condamnations. En même temps, j’ose imaginer qu’il a du vivre cette reconnaissance comme une écharde dans la chair. A la place des petits et des exclus, voilà que c’est lui qui était reconnu. La rançon du succès ! Mais quel poids en même temps. Et du coup, ses erreurs ne font, pour ses contemporains, que le rendre plus humain, plus proche, et on lui pardonne bien volontiers.

Finalement, pour moi, s’il n’y a qu’une chose à retenir de la vie et de l’œuvre de l’abbé Pierre, c’est certainement celle là : cette dimension d’engagement radical au service des plus pauvres, de service actif, qui devient exemplaire car purement gratuite, sans rien réclamer pour lui. Les esprits chagrins diront, à juste titre, que si l’on ne joint pas à cet aspect caritatif la dynamique d’annonce de la Vérité, il manquera quelque chose dans l’ordre du ministère sacerdotal et de toute vie chrétienne. Certes ! Mais en même temps, vivre déjà au moins l’une de ces dimensions à fond, c’est si beau ! Alors oui, merci à toi Henri pour cet exemple que tu nous a offert !

PS : Vous pouvez aussi retrouver cet article et de nombreux autres sur l’abbé Pierre sur le blog du Jour du Seigneur.


[1] Citation extraite de « On a retrouvé la 7ème compagnie »

[2] ok, j’exagère, il y a beaucoup de prêtres et de religieux qui agissent également, mais l’Abbé Pierre était certainement le plus connu d’entre eux.

Publicités

Revue de Presse : anniversaires, tradis, vidéos, spiritualité et humour

19 avril 2012 3 commentaires

« #MessageAuxCathos Y’a une occasion en or de décrocher le label « artisan de paix », ne la ratez pas!#bonplan #FSSPX #BenoitXVI ». Voilà le twitt écrit hier soir par Dopamine, alias « une catho à l’hosto », à propos de la lettre de Mgr Fellay à la commission “Ecclesia Dei” de la congrégation pour la doctrine de la Foi. Pour revenir sur cette réponse et les éclaircissements de Mgr Fellay sur le préambule doctrinal, La Vie et La Croix vous éclairent largement. La matinale chrétienne a ouvert le bal, après que, dès mardi soir, vers 22h, la nouvelle ait été publiée et ait commencé à agiter Twitter ! La Croix titre ce matin « Vers la fin de la crise intégriste ? » et vous propose 3 pages sur le sujet. Du côté des tradis (comment va-t-on les distinguer après leur réintégration s’ils réintègrent et que d’autres ne veulent pas réintégrer ? [si, si, moi je me comprends]), le blog Tradinews offre plusieurs liens pour suivre le dossier. Si vous voulez suivre l’actualité quasi en direct, La Vie vous propose un article régulièrement réactualisé sur « le feuilleton FSSPX/Vatican en direct ». Pour une vision à plus long terme, pour voir comment les discussions ont évolué ces 7 dernières années, c’est sur le site de La Croix qu’il faut aller faire un tour !

Mais bon, comme le dit Philippe Clanché sur le site de Témoignage Chrétien, ne vendons pas la peau de l’ours avant qu’il ne soit tué… en effet, il ne faut pas aller trop vite en besogne : le pape Benoît XVI et la Congrégation pour la Doctrine de la Foi doivent encore examiner les éclaircissements apportés par Mgr Fellay concernant le préambule doctrinal soumis en septembre dernier avant de décider de la réponse officielle de l’Eglise, et d’une  éventuelle réintégration. L’agence i-media vous en dit plus sur cette nouvelle étape, sur sa page Facebook !

Du côté des commentaires et des éditoriaux, la réaction de Marc Favreau est bien plus circonspecte. Il se base notamment sur le rapport concernant les 5 ans d’existence de l’Institut du Bon Pasteur à Bordeaux, pour montrer la limite de l’exercice. Un rapport qui n’est pas sans susciter de vagues et de réactions, comme le montre la matinale chrétienne de ce matin ! Sur le site de La Vie toujours, l’éditorial de Jean Pierre Denis pose « sept questions dérangeantes » concernant cette réconciliation. Une réflexion très juste, à laquelle j’adhère totalement. Le directeur du magazine voit un rôle particulier de Benoît XVI dans cette opération, une idée confirmée par Aymeric Pourbaix, dans l’édito de Famille Chrétienne de cette semaine. Ecrit avant les derniers événements de cette semaine, il pose un portrait de Benoît XVI qui est vraiment pontife en proposant la réconciliation.

Tant qu’on est avec le pape, restons-y : lundi, Benoît XVI fêtait ses 85 ans. Re-belotte aujourd’hui, nouvel anniversaire pour le Pape, qui fête ses 7 ans de pontificat. L’occasion de citer ses paroles lors de l’angélus dimanche dernier : « Jeudi prochain, à l’occasion du septième anniversaire de mon élection au Siège de Pierre, je vous demande de prier pour moi, pour que le Seigneur me donne la force d’accomplir la mission qu’il m’a confiée ! ». Voilà, le message est passé. Sinon, de nombreux blogs et sites d’information ont souhaité un joyeux anniversaire au pape, en profitant pour faire un bilan du pontificat (et je pense que ça va continuer aujourd’hui encore, d’ailleurs Radio Vatican le prouve !). Je ne cite que deux analyse : celle d’Andrea Monda sur le blog de Sandro Magister, où l’image d’un pape ayant le sens de l’humour et marqué par la joie ressort, et celle d’Antoine-Marie Izoard, publiée sur la page Facebook de l’agence i-média, qui décrit le pontificat par le mot transparence ! On termine avec le Pape et le succès de son dernier livre (enfin pas vraiment le sien), que Famille Chrétienne appelle « Le petit livre jaune », le Youcat. C’est un article à lire aux pages 28 à 30 du magazine de cette semaine !

Et puis, on sait que le pape a une appétence particulière pour l’écologie. On l’a déjà surnommé plusieurs fois le pape vert. Eh bien les évêques de France rejoignent le pape, car dès demain ils publieront, nous dit le magazine Pèlerin, « un texte appelant les communautés chrétiennes à manifester concrètement leur engagement écologique ». Vous pourrez retrouver dans la revue, à la page 17, quelques extraits de ce document en exclusivité. Les évêques de France proposent neuf chantiers pour agir, nourris des préceptes bibliques sur le thème du rapport entre l’humanité, la nature et Dieu. Cinq pages pour faire le point de la présence et de l’engagement de l’Eglise dans ce domaine.

Changement de sujet. Si l’écologie est à la mode dans l’Eglise, elle n’est pas la seule. En effet, comme l’écrivait @LB2S dans La Croix de jeudi dernier, « l’Église s’approprie peu à peu la vidéo ». Vous y retrouverez quelques séries que vous connaissez déjà, de “Bref” aux vidéos du Padreblog. Le but est de sortir ce qu’on appelle la cathosphère. Kto comme le Jour du Seigneur tentent de proposer leur contenu plus largement… Les télévisions grand public s’intéressent aussi au phénomène religieux, avec plus ou moins de succès : je vous renvoie à la polémique sur la diffusion du documentaire « La guerre perdue du Vatican ». Parfois cependant, on a de bonnes surprises, comme avec ce film sur la vocation et la formation sacerdotale de Stefano Cascio… C’est passé lundi soir, à 0h05, sur France 3. Vous pouvez le revoir en replay sur votre téléviseur, ou sur Dailymotion ! On y découvre un jeune homme fantasque porté par la foi, qui passe de Nice à Rome, où il sera ordonné, avec les joies et les épreuves qu’il traverse. Un documentaire éclairé par le sourire de Stefano, et qui fait chaud au cœur… Tellement qu’on en a parlé (et en bien) sur France Inter ! Allez, en cadeau, pour rejoindre Stefano sur Facebook, c’est par ici ! Et puis, il n’y a pas que les prêtres qui ont le droit à la vidéo : les religieuses et religieux de France récidivent après le Brother & Sister Act, avec le Brother & Sister Act 2 ! Sinon, dans le même domaine, vous avez l’analyse d’un grand moment de cinéma, le Roi Lion, sur le blog de Kto & the City ! Et puis, réservez votre soirée de jeudi prochain, sur Kto, où une surprise vous attendra… Mais je n’en dis pas plus pour le moment !

Un petit point prière et spiritualité, pour vous présenter une initiative qui va voir le jour d’ici peu. Vous avez peut-être suivi le carême avec la Retraite dans la Ville (ou un autre site). Eh bien les dominicains récidivent, sans attendre l’an prochain, en proposant  dès le 28 mai (oui, je sais, c’est dans longtemps, mais il faut s’y préparer), le site www.psaumedanslaville.org. Le but est de découvrir les psaumes, ce livre qui est un « cri de l’homme vers Dieu, tout autant que de Dieu vers l’homme. Cris de souffrance, de désespoir, d’exultation, de joie ou de colère ». Il y aura, trois fois par semaine, une présentation par un artiste, et bien d’autres choses pour accompagner cette découverte du patrimoine de la prière de l’Eglise !

La semaine  dernière, je citais Etienne Séguier qui nous rappelait qu’avec Pâques, si le carême est fini, la vie chrétienne ne s’arrête pas. Le père François qui s’occupe du blog “Au Large” répond clairement à cette invitation en publiant une série intitulé « Le manuscrit de la Pentecôte ». Ou comment redécouvrir les Actes des Apôtres et la fin des évangiles sous un nouveau regard ! Ca vaut le détour. On a 3 épisodes pour l’instant, mais l’intrigue est captivante ! Et pour les plus sceptiques, rendez-vous sur le blog “Ichtus” pour un superbe texte sur la lecture de la Bible ! Et pour finir sur le créneau, Témoignage Chrétien propose un très beau commentaire spirituel sur l’Esprit-Saint. C’est qu’en ce temps de Pâques, il souffle comme un vent de Pentecôte déjà !

Juste avant de vous annoncer le blog présenté cette semaine par Le Pèlerin pour le prix du Blog Catho, un petit passage par Rome où @comcardbarbarin est intervenu à une rencontre sur la communication à l’Université Pontificale Sainte Croix (cf. l’article de Frédéric Mounier dans La Croix).  Retrouvez le flux twitter de cette rencontre avec le #churchcom2012, et surtout une interview de Pierre Durieux sur le thème des réseaux sociaux et de la communication dans l’Eglise sur le site de Radio Vatican. Mais revenons-en au Prix du blog Catho de Pèlerin, qui présente cette semaine le Blog d’Anne Claire, “Des Petits Riens Qui Disent Tant”. Tant que vous y êtes, allez lire son dernier billet, qui vaut le détour. Vous comprendrez tout ce qu’Anne Claire Raconte dans l’interview du Pèlerin ! Et c’est aussi dans le même magazine qu’on découvre le site www.viesavie.com. Lancé le 13 avril, ce site chrétien réunit plusieurs mouvements au service du couple et de la famille. C’est en fait un nouveau portail Internet qui rassemble de précieuses ressources, et qui s’adresse aussi bien aux chrétiens qu’aux non-croyants (p. 44-46). Tous les domaines y sont abordés, des sentiments à la sexualité en passant par la maladie et autres sujets…

Quelques brèves humoristiques pour finir :

Zum geburtstag viel glück

16 avril 2012 3 commentaires

Ça n’arrive pas si souvent qu’un pape fête ses 85 ans. Mais aujourd’hui, c’est le cas ! Joseph Ratzinger est né le le 16 avril 1927, dans la localité bavaroise de Marktl am Inn. Le 19 avril 2005, il y a presque 7 ans, il a été élu pape, et a pris le nom de Benoît. Il est le seizième pape à avoir choisi ce nom, d’où le désormais célèbre Benoît XVI (oui, pour ceux qui n’auraient pas suivi) !Ce matin, le pape a célébré une messe d’action de grâce dans la chapelle Pauline du Palais apostolique, à quelques pas de la chapelle Sixtine où il a été élu par les cardinaux. Les membres du Collège cardinalice ainsi qu’une représentation de l’épiscopat allemand ont assisté à cette messe. Pour le repas de midi, plusieurs membres de l’épiscopat allemand ont partagé le repas du pape, dans une ambiance bavaroise. Le cardinal Angelo Sodano, doyen du Sacré Collège, a prononcé ces paroles à l’adresse du pape lors de la célébration eucharistique :

Il y a sept ans, le Seigneur vous a demandé un grand geste d’amour en lui disant, comme un jour à Pierre: Si tu m’aimes, fais paître mes agneaux. Avec la générosité dont vous avez toujours fait preuve, vous avez répondu oui et c’est ainsi qu’a commencé votre ministère pétrinien. Aujourd’hui, à l’occasion de votre anniversaire, nous voulons vous remercier de la sollicitude avec laquelle vous exercez ce service d’amour. Ce n’est pas pour rien que votre première encyclique a été tout un hymne à l’Amour qui est Dieu, comme à cet amour qui doit animer tout pasteur appelé à faire entrer dans le monde la lumière de Dieu et de la sorte également la chaleur de son amour… Très Saint-Père, que le Seigneur continue de vous être proche, en réalisant la promesse annoncée par Dieu à l’homme juste dans le Psaume 90: « de longs jours je veux le rassasier et je ferai qu’il voie mon salut ».

Source : Vatican Information Service

Avant de faire comme tout le monde de grands discours pour demander que Dieu nous garde encore longtemps le pape que nous avons, je veux déjà le remercier :

  • pour ses discours,
  • pour ses homélies,
  • pour ses écrits,
  • pour sa réflexion si puissante et si simple,
  • pour sa discrétion,
  • pour son humilité,
  • pour sa modestie,
  • pour avoir fermement guidé l’Eglise dans des périodes qui n’étaient pas simples,
  • pour son sourire,
  • pour sa jovialité,
  • pour sa prière, simple, silencieuse, mais fervente,
  • pour l’image qu’il donne d’un pape, au service de ses frères,
  • pour savoir prendre le temps de regarder les gens et d’embrasser les enfants qu’on lui présente,
  • et pour plein d’autres choses encore…

Bon, tout n’est pas rose. J’ai envie de dire à Benoît XVI qu’il ne doit pas forcément se précipiter pour faire à tout prix l’unité avec les intégristes, qu’il faudrait commencer à vraiment réformer la curie et la manière dont l’Eglise est régie, que la recherche de l’universalité doit peut-être s’accompagner d’une inculturation plus forte, que la beauté de la liturgie ne passe pas simplement par des célébration si belles qu’elles en excluent parfois ceux qui ne peuvent y prendre part de manière pratique,… Mais pas aujourd’hui (et puis, honnêtement, ces critiques, ce sont des serpents de mer, sur lesquelles on revient toujours, et qui ne sont pas des plus simples à gérer…)

Aujourd’hui, je veux juste lui dire « Merci ! », et lui souhaiter de poursuivre son action en « humble serviteur à la vigne du Seigneur« . Oui, Merci Benoît, et comme le veut la tradition, je t’adresse (oui, je te tutoie, parce que je fais bien pareil avec ton Boss, que je tutoie aussi à la messe dans la prière que son fils nous a apprise) ces simples voeux : Ad multos annos

Catégories :Actualité Étiquettes : , , , ,

Revue de Presse : La semaine sainte, un peu de papes, d’écologie et de poisson…

5 avril 2012 1 commentaire

Image tirée du blog http://www.catholique-aujourd'hui.fr

Ce lundi, nous fêtions les 7 ans de l’entrée dans le Royaume de Dieu de Jean-Paul II. Jean-Baptiste Maillard a voulu rendre hommage à ce grand témoin de la foi par un billet dans lequel il reprend un extrait du message du pape aux jeunes lors de la veillée à Tor Vergata, durant les JMJ de l’an 2000. Un petit passage très fort, où le bienheureux Jean-Paul II rappelle que c’est Jésus que chaque être humain cherche quand il cherche le bonheur :

C’est Jésus qui suscite en vous le désir de faire de votre vie quelque chose de grand, la volonté de suivre un idéal, le refus de vous laisser envahir par la médiocrité, le courage de vous engager avec humilité et persévérance pour vous rendre meilleurs, pour améliorer la société, en la rendant plus humaine et plus fraternelle.

Il faut dire que selon le petit reportage d’Antoine-Marie Izoard à la basilique Saint Pierre, les pèlerins n’ont pas oublié Jean-Paul II ! Et Radio Vatican confirme sur le portail news.va avec un titre sans équivoque : «  Sept ans après sa mort, Jean-Paul II draine toujours les foules ». Le phénomène n’est pas que romain, mais s’étend à la Pologne, et même au Nigéria où se trouvent actuellement les reliques du bienheureux (qui pourrait être canonisé assez rapidement selon le même article)…

D’un pape à l’autre, il n’y a qu’un pas conclave ! Jean-Marie Guénois s’interrogeait, vendredi dernier, sur l’opportunité pour Benoît XVI de faire le voyage au Mexique et à Cuba. Et partant de l’image de Benoît XVI, fatigué mais témoins inlassable de « la dignité de l’homme », il terminait son analyse par une apologie de la faiblesse de l’Eglise fort émouvante. Le pape d’ailleurs, même fatigué, a fait le travail dimanche, lors de la célébration des rameaux à Rome. Je vous invite à lire son homélie pour cette célébration qui ouvre la semaine sainte et qui coïncidait également avec la Journée Mondiale de la Jeunesse (ou au moins à écouter le compte rendu de Radio Vatican).

Depuis dimanche donc, avec la célébration des rameaux, les chrétiens sont  entrés dans la semaine sainte. Dans l’éditorial du Pèlerin de cette semaine, Anne Ponce y va franco et en redonne la perspective :

Vendredi saint, samedi saint, dimanche de la Résurrection : la semaine sainte vient signifier que  nous ne sommes pas seuls à porter nos croix et à supporter nos vides. Elle  inscrit nos espérances dans une espérance plus grande encore, promesse de victoire finale sur le mal et la mort. Elle sanctifie la vie. Lapins en chocolat, gigot d’agneau et jour férié viennent par surcroît.

Pour nous en parler, les blogueurs et blogueuses usent quant à eux de divers stratagèmes. L’auteur du blog Kto & the City nous propose ainsi un petit calendrier avec la description du jour, l’office célébré, et des liens vers le sens de cette célébration. Avec beaucoup d’humour toujours, surtout dans l’introduction, dont je vous livre un petit passage :

Le souci, c’est que beaucoup de cathos comprennent mal le sens des jours qui arrivent. Tout le monde va à la messe de Pâques, c’est normal faut pas déconner, en revanche dans l’imaginaire catho-collectif les journées qui précèdent sont là pour « les mecs vraiment pratiquants ». Personne sait trop à quoi elles servent, en plus ça tombe en plein milieu de la semaine juste après le boulot ou une journée de cours, ça paraît pas vraiment indispensable. Y aurait d’un côté les mecs qui font les choses « normalement », sans pression, et de l’autre les Sheldon Cooper de la religion qui frisent l’autisme à force de geeker la messe.

Sinon, plus classiquement, il y a l’abbé Gaignet, qui part de la fête des rameaux pour nous proposer deux petites prières qui peuvent éclairer la semaine sainte dans laquelle nous nous trouvons. Une semaine que Gérard Leclerc qualifie de « semaine inépuisable », dans le sens où elle est « la délivrance suprême où l’humanité voit s’ouvrir le sens de sa destinée ». C’est un très bel article, bref en plus, que je vous encourage à aller lire sur le site www.france-catholique.fr ou à retrouver dans les pages de la revue ce week-end.

Jibitou, sur son blog Catholique Aujourd’hui, nous propose de réfléchir à partir de quelques tableaux, qui évoquent la trahison de Judas, Marthe et Marie à Béthanie, Judas et Pierre, et même le dimanche des rameaux. Giotto, Rembrandt, Poussin, Le Caravage, Tintoretto, Velazquez, Vermeer… les plus célèbres des grands maîtres sont convoqués. Ca vaut le détour ! Et pour les fans de musique, le Jour du Seigneur nous propose une vidéo avec le frère André Gouzes. A regarder et à écouter !

Si vous avez des enfants, ou que vous cherchez comment vivre la semaine sainte avec eux, direction le blog de la Cybersister  pour découvrir comment ça se passe dans sa paroisse, et pourquoi pas s’en inspirer…

Quatre petits liens : Zabou, qui nous invite à réfléchir à un détail de la passion lue lors de la messe des rameaux : le jeune homme se sauva tout nu. Dans ce jeune homme, elle nous invite à nous reconnaître… je vous laisse aller lire la suite de cette très belle méditation. Le second billet est signé de Corine, qui médite pour sa part sur les souffrances infligées à Jésus d’un côté, et sur son amour d’autre part. Là encore un billet bref mais si profond. Troisième lien, depuis Montréal, où Jean-Guy Roy réfléchit sur la passion. Et pour finir, le billet de carême de mercredi du père François, intitulé « Karaboudjan … avec un K comme carême ». Les tintinophiles auront  reconnu le nom du bateau du capitaine Haddock. Et comme on parle de bateau, la comparaison avec la barque de Pierre est aisée :

A bord de cette barque apostolique, ce Karaboudjan d’hier et d’aujourd’hui, aux cales pleines d’Espérance, se trouvent des hommes et des femmes, tout aussi fragiles. La tentation serait de nous focaliser sur ces Haddock qui en ont oublié leur place sur ce navire, sur ces Allan préférant l’intérêt personnel ou encore sur ces pinces d’ores qui méprisent le service du frère et l’Evangile. Parfois nous ne valons guère mieux : « serait-ce moi ? ». Cette semaine sainte, nous invite à diriger nos regards vers le Christ. Par sa Croix réconciliatrice, il nous entraine dans sa fidélité intangible au Père pour l’amour de tous. Car, encore et toujours, c’est chez toi qu’il veut célébrer la Pâque avec ses disciples, à bord de ton Karaboudjan.

Sinon, dans la semaine sainte, il y a la messe chrismale. Comme chaque année, David Lerouge nous a proposé des photos, accompagnées d’une liste d’attitudes où vous ne pourrez pas ne pas reconnaître votre curé… En Belgique, l’abbé Jean Lievens a réfléchi, à l’occasion de la messe chrismale durant laquelle les prêtres renouvellent leur engagement sacerdotal, à la complémentarité entre prêtres et laïcs. Et de conclure à propos du prêtre : « Aujourd’hui comme hier, il ne peut remplir sa mission sans le soutien de croyants actifs, capables de dialogue et de remise en question personnelle et communautaire ». Voilà qui me donne l’occasion de citer trois billets plus anciens mais qui entrent parfaitement dans cette perspective. Xavier Cormary, sur son blog Ichtus, nous partage en photos sa vie et sa joie d’être prêtre, tout en insistant, dans un autre billet, sur l’importance de la communauté dans la vie et la vocation d’un prêtre. François Triquet, qui est diacre et tient le « journal d’un jeune séminariste » sur le blog des jeunes cathos, revient sur la vie de ministre des prêtres, tout en indiquant qu’elle le rempli de joie… Sinon, pour comprendre ce qu’est la messe chrismale, et la symbolique de la bénédiction des huiles, rendez-vous sur le blog des jardiniers de Dieu.

On passe au jeudi saint avec l’institution de l’eucharistie. Un seul lien suffira, vers des extraits de l’homélie de Benoît XVI lors des JMJ de Cologne, en 2005, sur l’eucharistie. Des extraits sélectionnés par Mgr Hervé Giraud et que vous retrouverez dans les pages de l’évêque sur le site des diocèses de Soissons, Laon et Saint-Quentin.

Pour le vendredi saint, là aussi, un lien où l’on parle du soldat Ryan, mais pas que… Je vous laisse découvrir ce billet de Jocelyn Girard intitulé « Sauvé par la mort d’un autre » ! Pour méditer sur le chemin de Croix, deux billets du père Yves Combeau, à lire sur le blog du Jour du Seigneur… Tant que vous êtes sur le site, arrêtez-vous quelques instants pour découvrir Jérusalem et vivre un chemin de croix interactif dans le cadre de la série Passionnément Carême. Pour découvrir Jérusalem et mettre vos pas dans les pas du christ, il y a aussi la possibilité de lire le reportage de Gwénola de Coutard dans le Pèlerin de cette semaine. Entre photos et textes, on se plonge dans la vie de la cité où « géographie et histoire du Salut se rencontrent » pour reprendre les mots de Mgr Shomali cité par la journaliste.

Le silence du samedi saint est parfois compliqué à comprendre, mais Anne-Claire, sur son blog, par une petite poésie, vient le remplir de sens…

Et puis on en arrive à Pâques… Dans le numéro de cette semaine de Famille Chrétienne, c’est la question de la résurrection des corps qui est abordée, avec l’aide du père Xavier Lacroix. Et pour montrer toute l’importance de l’incarnation, le peinte Arcabas commente trois de ses œuvres consacrées à l’espérance pascale. Jean-Pierre Denis, dans l’éditorial de La Vie, parle lui aussi de Pâques :

« Être chrétien consiste à s’insurger pour créer en soi et autour de soi une vie autre », écrit Jean Bastaire dans le livre le plus revigorant et ressuscitant qui soit, Insurrection Pascale (Salvator). À vous qui pleurerez, à vous qui lèverez votre regard et qui vivrez plus haut, belles et joyeuses Pâques. Laissez-vous, laissons-nous emporter.

Un dernier article de presse, pour la fête de Pâques, vers un bel article de Témoignage Chrétien, sur le tombeau vide… Pour l’accompagner, un billet de blog, celui de Sylvie Carnoy, sur Le Spirituel D’abord, qui nous propose de choisir, samedi soir, entre la voix et la voie…

Et puis, comme Pâques c’est accepter de suivre le Christ jusqu’au bout, une petite vidéo proposée par Valérie Barbe ! C’est en anglais, mais je pense que tout le monde peut comprendre…

Petit point pratique : si vous voulez participer aux célébrations, et que vous cherchez les heures auxquelles les offices se dérouleront, Le service Egliseinfo (ou Messeinfo sur les smartphones) vous sera plus qu’utile ! A partir d’un téléphone, il vous géolocalise et vous dit où se trouvent les églises les plus proches et les horaires des célébrations. On fait la même chose  avec l’application CarpeDeum et son outil Géomesse !

On change de sujet pour finir avec un point sur l’écologie. Au Québec, un appel est lancé aux chrétiens, pour le 22 avril, 3ème dimanche de Pâques, afin de sonner les cloches des églises à 14h et de se rassembler pour redire l’importance de l’engagement écologique, où l’homme à toute sa place. Une information partagée par Mgr Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, sur son profil et sur sa page Facebook, et qui renvoie au site du diocèse de Québec pour avoir plus d’informations. Dans le domaine écologique, un billet d’OlivierNouaillas, publié sur son blog dans les pages de La Vie, sur  « les Dr Frankenstein de l’écologie ». Je ne vous en dis pas plus tellement ce qu’on apprend est effarant !

Un mot pour présenter Manu, ou plutôt son interview dans les pages de Pèlerin, pour le prix du blog Catho. Son blog s’intéresse à ce qu’on regarde souvent comme un mélange détonnant, le Black Métal et la foi chrétienne !

Pour conclure sur un sourire, dimanche dernier, c’était le 1er avril. Et le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier a une tradition pour ce jour, à laquelle il n’a pas dérogé, en bidouillant une superbe dépêche du VIS sur la reconnaissance canonique des sacristains

La Convocation du concile Vatican II : C’était il y a 50 ans !

26 décembre 2011 Laisser un commentaire

C’était hier l’anniversaire de la convocation du Concile Vatican II ! A quelques semaines du 50ème anniversaire de l’ouverture du concile Vatican II, il fallait bien revenir sur cette convocation. Parce que c’est le 25 décembre 1961 que Jean XXIII a induit la bulle « Humanae salutis »  pour inviter les évêquesdu monde entier au futur concile, et il appelait les chrétiens à soutenir cette démarche dans la prière.

Pour en savoir plus, je vous renvoie vers l’article du blog www.vatican2-50ans.fr qui parle de cette bulle. Et je remercie une fois de plus Mgr Giraud qui a publié cette bulle en français sur sa page !

Catégories :Actualité Étiquettes : , , , , ,

Revue de Presse : Les 5 ans du pontificat et une sélection TV…

20 avril 2010 1 commentaire

image tirée du site : http://panaka62.spaces.live.com/

Un quinquennat ! 5 ans et un jour très précisément que Benoît XVI est pape. En cette période troublée pour le Saint Père et pour l’Eglise, faut-il tirer un bilan de ces 5 ans ? Et le peut-on ? Pour les uns, il est catastrophique. Philippe Waucampt, dans Le Républicain Lorrain, parle d’un « chemin de croix ». A cause des maladresses du pape, des scandales en tous genres qui éclaboussent l’Eglise, il constate : « au lieu de constituer un pôle de stabilité l’Eglise, sous cet étrange quinquennat, renforce plutôt le doute général ». Le Pèlerin, lui, consacre un dossier complet à « Benoît XVI, un pape incompris ». Et rappelle à l’occasion le « succès planétaire » de son livre Jésus de Nazareth.  Si tout le monde crédite Benoît XVI d’une maitrise hors pair de la théologie, il faut cependant reconnaitre que les polémiques se sont succédées depuis 5 ans. Stéphanie Le Bars, dans Le Monde, décrit ce pontificat comme celui qui va « de crises en crises », ou encore comme un « pontificat chahuté ». Dans l’article publié dimanche, elle revient sur les dernières crises en date à partir de la « main tendue aux intégristes », dont l’un, malheureusement, négationniste. Mais également sur les points plus positifs, comme la qualité des encycliques du Saint Père, qui malheureusement n’ont pas toujours droit à la même publicité que les problèmes de l’Eglise… Le même journal a également publiée une lettre ouverte de Hans Küng, une ancienne gloire de la théologie sur le retour, qui tout en posant certaines questions, fait un procès d’intention qui ressemble à un acte d’accusation d’un régime dictatorial pour décrédibiliser un opposant à ses théories . A ne pas lire donc ! Lire la suite…