L’évangile du jour

« Vous n’y comprenez rien ; vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. » Et hop, tour de passe-passe accompli par Caïphe ! Ou comment se débarrasser d’un rival en paraissant en plus se mettre totalement au service de ses frères ! Machiavel a trouvé son maître ! Quel est l’intérêt du peuple, au fond ? Les romains auraient-ils vraiment détruit le temple à cause d’un homme qui disait et rappelait qu’il fallait « rendre à César ce qui est à César » ? Qui lui ne prélevait rien sur les revenus des gens ? Pas si sûr ! Et même si : le temple avait déjà été détruit deux fois dans l’histoire du peuple hébreu. Et ça n’a pas non plus fait périr l’ensemble de la nation. Vous connaissez l’adage : Si vous voulez vous débarrasser de votre chien, vous dites qu’il a la rage ! Et ça marche.

Le pire, c’est que Caïphe ne sait pas à quel point il a, d’une certaine manière raison. Voilà qu’en voulant détourner la vérité, on finit par lui rendre service. C’est ce que nous explique St Jean en montrant à quel point la mort de Jésus est facteur de service pour l’unité du genre humain. Finalement la manœuvre de Caïphe n’aura servi qu’à accélérer ce mouvement de don total de Dieu. Car c’est là le centre de l’Evangile. Dieu qui se donne totalement à l’homme, jusqu’à donner sa vie, par amour. Finies les règles, exit les honneurs… Au cœur de la vie de Dieu, il y a l’amour incommensurable qu’Il offre aux hommes. Aucune manœuvre de ce côté-là. Juste l’amour. Et face à cet amour, les hommes et leurs petits calculs parfois…

Publicités