Accueil > Carême, Spiritualité > Levain dans la pâte…

Levain dans la pâte…


L’évangile du jour

Le levain dans la pâte ! Voilà ce que nous avons expérimenté durant de nombreuses années, après mai 68 et le concile Vatican II, comme pastorale ! Il fallait, dans un contexte délicat pour l’Eglise, être le levain dans la pâte : se mêler au monde, bien que nous ne soyons pas du monde comme nous le rappelle Jésus, pour changer ce monde de l’intérieur… Une théologie et une pratique qui est aujourd’hui mise à mal par la question et la pratique de la nouvelle évangélisation ! Enfin, dans les apparences. Parce que, je le rappelle, le devise de la JOC était, à l’époque : « un jeune travailleur vaut plus que tout l’or du monde parce qu’il est fils de Dieu ! » Et le livre des abbés Daniel et Godin, France, pays de mission, insistait sur l’évangélisation par la théorie du levain dans la pâte.

Si j’insiste sur ce point, c’est pour dire que peut-être, à un moment, le levain s’est juste transformé en farine… Loin de moi l’idée de porter un jugement sur mes ancêtres qui sont restés fidèles à la foi et me l’ont transmise. Mais à certains moments, le jeune travailleur de la JOC valait juste plus que tout l’or du monde. On a gommé, pour mieux pénétrer certains milieux hostiles ou indifférents, la spécificité chrétienne. Je laisse les historiens, d’ici quelques décennies, discerner les résultats de cette pratique.

Jésus, lui, a été le levain dans la pâte. Il n’a pas cherché à éviter les coups. Il a toujours rendu compte de sa foi, sans sourciller, sans rien retirer ! D’une part, comme il le rappelle dans le passage de l’évangile d’aujourd’hui, il a fait de nombreuses belles œuvres. Mais il n’a pas non plus rechigné à témoigner, à défendre ces œuvres et la raison pour laquelle il agissait ainsi. Certains pourraient arguer qu’à certains moments, il demande le secret à ceux qui sont concernés par ses actes. Mais il s’agit plus, dans le cas de coup d’éclats, de ne pas opprimer par une trop forte présence, pour laisser la liberté à chacun de s’engager à sa suite. Jésus parlait, et agissait ! Il non seulement multiplié les pains, mais il a été le levain du peuple, le levain de la foi. A nous de vraiment prendre le relai : évangéliser, mais en étant présent à tous, en agissant pour tous, en annonçant par nos paroles et nos actes la Bonne Nouvelle ! Alors oui, la pâte pourra lever !

Advertisements
Catégories :Carême, Spiritualité Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :