Accueil > Actualité, Carême > Pontier : une figure d’avenir ?

Pontier : une figure d’avenir ?


L’évangile du jour

« Tout royaume divisé contre lui-même devient désert ». C’est la maxime du jour. Et il faut bien reconnaître que cette phrase nous touche durement : entre d’un côté les tenants d’un christianisme décomplexé, revendicatif, et de l’autre les militants d’une vision plus enfouie, “levain dans la pâte”, voire entre les “spirituels chachas”, on en arrive parfois à des excommunications réciproques (ok, moins du côté des “chachas”, mais quand même !)

Et pourtant, ce qui nous rassemble, ou pour être plus précis et ne pas simplement parler de la foi, Celui qui nous rassemble en son unique Corps, le Christ, nous invite à cultiver notre rapport à Lui malgré nos différences. Vous connaissez peut-être cette histoire dur toutes les parties du corps qui, suite à une grève du cerveau, se proposent d’être chef du corps… Chacun, nous sommes différents, mais appelés à vivre unis, malgré nos différences. Parfois, on est plus œcuméniques avec nos frères protestants qu’enter catholique… c’est tout dire.

Et il y a là un enjeu de crédibilité : celui de ne pas diviser l’Eglise. « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert » nous prévient Jésus. Et il prend les personnes qui chercheraient à « le mettre à l’épreuve » à témoin : finalement, qui entre vous et moi est le plus crédible ? Là se pose la question du signe et du résultat. Certes, avec Jésus, nombreux sont ceux qui peuvent en rester à l’aspect spectaculaire. Mais n’empêche, il est écouté et suivi, et avec Lui, au moins à ce moment-là, il est flagrant que « le règne de Dieu » est présent. Ce le sera moins quelques mois plus tard, sur le Golgotha… Et il ne faut pas tout faire porter aux personnes qui suivent quelqu’un. Il existe aussi des gourous… Mais peu qui renvoient les personnes chez elles, sans se les attacher. Alors que eux, ils ont certes la puissance et la force d’une institution, mais comment la mettent-ils (ou pas !) au service de Dieu ?

Vous avez bien compris que ces remarques sont plus que jamais d’actualité. Alors aujourd’hui, plutôt que de nous comparer à nos frères, que de jouer les gros bras, les durs, que de déplorer que noter idée et notre vision de l’Eglise ne soit pas plus suivie… si nous nous réjouissions d’être présents de tant de manières à nos frères et tentions de vivre l’unité en construisant des ponts, ou en déplaçant nos idées parfois figées et trop statiques… à l’aide d’un pont ?

 

PS : que ceux qui, en voyant le titre, ont pensé à un archevêque français (et ont maugréé) se signalent ! J’ai une pénitence à leur donner…

Publicités
Catégories :Actualité, Carême Étiquettes : ,
  1. 23 mars 2017 à 07:44

    Qu’est-ce que des « spirituels chachas » ?

    • 23 mars 2017 à 08:02

      des « bisounours cathos en mode louange permanente »… Vous aurez évidemment déduit de ces 3 exemples que de tels chrétiens n’existent pas, mais qu’il s’agit d’une typologie assez habituellement utilisée pour décrire le milieu catho.

  2. marc taillebois
    23 mars 2017 à 08:33

    Pontier: c’est un conducteur d’un pont roulant… pas un bâtisseur de pont si cela l’idée de ton titre. Mais bon, c’est le Carême, on est riche en miséricorde !

    • 23 mars 2017 à 08:46

      ouaip, mais c’est moins fun pour le titre. Du coup, j’ai « amélioré » la fin de l’article…

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :