Lire l’évangile du jour

« En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander… » Pierre s’approche. Comme s’il voulait une réponse discrète, un petit truc dit entre amis, pour vérifier, pour savoir. Et Pierre commence à connaître Jésus ! Il y va en jouant gros bras : il propose à Jésus de pardonner 7 fois…

Excusez-moi, mais ça sent un peu la cours de récré : Pierre qui est mis au défi par ses copains d’aller dire un truc à Jésus et de bien s’en sortir. Ça changerait en même temps. C’est vrai, il en veut toujours plus Jésus. Il propose de pardonner à ses ennemis, et même de les aimer. Alors Pierre y va, franco : Dois-je pardonner 7 fois ? Là il est bon, y’a pas mieux. 7, chiffre symbolique, pour dire la totalité, la bénédiction divine… l’aboutissement de la création, le 7ème jour, celui où tout est accompli. Sûr que là ça va passer !

Eh bien non ! Désolé Pierre, mais ce n’est pas encore assez. Il va te falloir pardonner « jusqu’à 70 fois sept fois ». J’imagine assez mal Jésus être mauvais en calcul, ou du moins incapable de faire cette petite multiplication. 490, c’est pas si compliqué. Je suis persuadé d’ailleurs que vous aviez déjà calculé. Mais voilà, 490, ça fait juste un chiffre, alors que 70 fois 7 fois, c’est plus fort. C’est l’universalité multipliée par la bénédiction. C’est aller au-delà de toute mesure. Et Jésus va prendre un exemple : celui d’un serviteur qui doit 10.000 talents (soit 60 millions de pièces d’argent) ! Franchement, vous y croyez, vous ? Là le problème n’est plus du côté du serviteur incapable de rembourser, mais de celui du maître qui a prêté une telle somme. Il est fou ou quoi ce maitre ? Qui peut prêter autant à un serviteur, et ensuite lui remettre sa dette… Faire un don quoi ! (NDR : si vous connaissez des personnes aussi généreuses, j’ai pleins de projets pour la paroisse)

Voilà où Jésus nous entraîne, une fois de plus : Dieu ne se contente pas d’être généreux, il dépasse toute limite dans sa miséricorde. Et il nous invite à faire de même. Bon, au moins, Pierre peut se rassurer : il n’a pas la bonne réponse, mais il peut être assuré que Dieu lui pardonnera cette erreur d’appréciation…

Publicités
Catégories :Carême, Spiritualité Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :