Accueil > Carême, Réflexion, Spiritualité > Vendredi après les Cendres : mais euh !

Vendredi après les Cendres : mais euh !


 

L’évangile du jour

 

calimeroC’est vraiment trop injuste”… Vous reconnaissez peut-être la phrase fétiche de Caliméro… Ce petit poussin noir qui passe son temps à se plaindre de tout ce qui lui arrive. Moins enfantin, on pourrait dire que comparaison n’est pas raison… Eh oui, regarder ce que les autres font ou ne font pas, pour se plaindre ou se faire plaindre, voire – et avec les pharisiens c’est souvent le cas – pour montrer à quel point eux sont justes, observants de la loi, alors que les autres non, c’est comparer… Et comparer, ce n’est pas forcément ce qui est le plus juste ! Car les situations ne sont pas toujours identiques. L’un jeûnera plus que l’autre, mais peut-être le fera-t-il parce qu’il a besoin de cela pour exprimer sa foi… L’un donnera beaucoup, l’autre moins, mais peut-être, comme la veuve, donnera-t-il toute sa fortune dans ce moins… Nul ne connaît vraiment la situation de l’autre. Alors de là à juger son comportement… « Ne jugez pas pour ne pas être jugés » (Mt 7, 1) nous dit Jésus !

Et dans l’évangile de ce jour, c’est ce qui se passe : les disciples de Jean-Baptiste – pour une fois, ce ne sont pas des pharisiens ! – viennent voir Jésus pour lui demander pourquoi ses disciples ne font pas comme eux, pourquoi ils ne jeûnent pas ! Jean-Baptiste, cet homme qui vivait seul dans le désert, mangeant des sauterelles et du miel, habillé de peau de chameau, qui est ompargé à Jésus, ce festoyeur qui s’invite chez les riches du coin, comme Zachée ou Matthieu, qui va aux noces à Cana, qui s’intéresse au repas de ceux qaui le suivent au poiint de multiplier les pains pour les nourrir… Quelle idée. Comment les disciples de Jean-Baptiste n’ont-ils pas compris que Jésus, l’époux, était là, et qu’il faillait en profiter, que c’était le temps de la fête ???

Comparaison n’est pas raison… Mais nous comme eux, à l’époque, nous croyons souvent avoir raison… et nous comparons. Demandons au Seigneur de nous aider à nous réjouir avec ceux qui sont dans la fête, et de pleurer avec ceux qui pleurent. Demandons-Lui de nous aider à exercer vraiment la fraternité avec nos frères…

Publicités
Catégories :Carême, Réflexion, Spiritualité Étiquettes : ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 3 mars 2017 à 19:18

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :