Accueil > Uncategorized > Cette année là !

Cette année là !


Parfois, je me sens jeune, désespérément trop jeune. Pourtant, ceux qui me connaissent diront que du haut de mes 38 ans, je ne suis plus si jeune. Enfin, ce sont les encore plus jeunes que moi qui diront ça. Les plus âgés, et surtout les beaucoup plus âgés, trouvent que je suis vraiment jeune. Mais parfois, j’aimerai que pour quelques jours, il y ait une faille spatio-temporelle ou quelque chose du genre qui me permette d’être plus vieux âgé !

La semaine passée par exemple, j’aurai rêvé d’avoir, pendant 2 ou 3 jours, pas plus, 75 ans ! Ou dans ces âges-là ! Parce que la semaine passée, on a commémoré plein de choses que je rêve d’avoir vécues.

Souvenez-vous, c’était en 62. Cette année là, le rock’n’roll venait d’ouvrir ses ailes, dans le ciel passait une musique,  un oiseau qu’on appelait Spoutnik ! Quelle année cette année-là ! Bon, j’arrête de piller Cloclo, mais quand même ! D’ailleurs, y’a des erreurs dans la chanson, parce que Spoutnik, c’était avant, c’était en 1957 ! Depuis 1961et le vol inaugural de Youri Gagarine, ce sont les capsules Vostok qui allaient dans l’Espace ! Aux mêmes années, le programme Apollo, pour envoyer un homme sur la lune venait d’être déjà lancé. Mais bon, si j’avais eu 75 ans la semaine passée, je me serai aussi souvenu de ces quelques années auparavant…

Revenons à l’année 62. L’une de mes autres passions, outre la conquête spatiale, c’est la géopolitique. Et avec la crise des missiles de Cuba, je crois que j’aurai été servi ! L’affrontement des deux blocs, la montée progressive des tensions, distillées par les intégristes de tout crin (du libéralisme au communisme), l’attente anxieuse des autres pays, j’aurai voulu l’analyser, voir comment on a réussi à faire retomber la pression, comment la paix a gagné… Tant pis, il me reste les livres d’histoire…

En 1962, c’était aussi, et c’est un peu lié au sujet précédent, la sortie du 1er James Bond ! James Bond contre Dr No ! Avec Sean Connery et Ursula Andress ! Mythique ! My name is Bond, James Bond ! Quel garçon n’a jamais rêvé d’être James Bond, pour l’action, les gadgets, les voitures, le smoking… et je m’arrête là…  Oui, voir le 1er James Bond au cinéma, j’aurai vraiment aimé ! Mais bon, heureusement, on a inventé les DVD depuis !

Et surtout, en 1962, le 11 octobre, il y a eu l’ouverture du Concile Vatican II par Jean XXIII ! Et ça, ça reste le top ! Quel plaisir j’aurai eu d’être sur la place St Pierre, de voir le concile partir, de vivre, si j’ose dire, le premier clash deux jours plus tard, quand le cardinal Lienart a fait son mini coup d’état et a pris la parole, suivi par le cardinal Frings, pour revoir la composition des commissions qui allaient travailler sur les documents ! Oui, j’aurai voulu sentir cette Eglise,  consciente d’être à un tournant, parce que sa manière de s’exprimer et de communiquer n’était plus adaptée, et qui du coup s’est engagée à fond dans la mise à jour de son expression.  Une intense période de réflexion s’ouvrait pour façonner une nouvelle façade à l’Eglise ! Oui, c’aurait été génial d’y être.

En même temps, en le disant, je me rends compte que tout ce que je viens d’évoquer, c’est encore hyper récent ! La conquête spatiale est peut-être moins vaillante, mais elle continue, avec par exemple le robot Curiosity qui s’est posé sur Mars cette année. Il y’a même un autrichien ce dimanche est allé aux frontières de l’espace pour un saut en parachute ! Côté géopolitique, avec les transitions en cours au Proche et au Moyen-Orient, avec la montée des intégrismes, avec le “choc des civilisations” annoncé par Samuel Huntington, c’est hyper actuel ! Pour James Bond, finalement, mon vieux Smartphone est plus puissant que n’importe lequel de ses premiers joujoux… Ok, il manque les voitures et plein d’autres choses, mais bon, je ne m’en sors pas trop mal !

Quant à Vatican II, il y a l’année de la foi ! 50 ans après, Benoît XVI nous a lancé un nouveau défi :

durant le Concile il y avait une tension émouvante face au devoir commun de faire resplendir la vérité et la beauté de la foi dans l’aujourd’hui de notre temps, sans pour autant sacrifier aux exigences du moment présent ni la confiner au passé(…) C’est pourquoi je considère que la chose la plus importante, surtout pour un anniversaire aussi significatif que celui-ci, est de raviver dans toute l’Église cette tension positive, ce désir d’annoncer à nouveau le Christ à l’homme contemporain.

Oui, finalement, je suis content d’avoir seulement 38 ans en 2012… Parce le monde a changé, mais les défis restent bien les mêmes…

Advertisements
Catégories :Uncategorized
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 15 octobre 2012 à 10:55
  2. 15 octobre 2012 à 12:23

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :