Bonjour ! Souvenez-vous, c’était il y a un peu plus de deux ans : le pape était allé en Afrique. On n’a malheureusement, en Europe, retenu qu’un seul aspect de ce voyage. Mais c’est surtout au cours de ce voyage que Benoît XVI, le 19 mars 2009, en la fête de St Joseph, son saint Patron, a donné aux évêques africains l’Instrumentum Laboris, le document de travail pour la deuxième Assemblée spéciale pour l’Afrique du Synode des Evêques. Quelques mois plus tard, plus de 200 évêques étaient réunis à Rome pour le synode. Et ce week-end, Benoît XVI fait un saut (3 jours) au Bénin, le pays du cardinal Gantin (qui était bien connu de notre diocèse pour y avoir séjourné à plusieurs reprises). Le pape va en Afrique pour y livrer l’imposante (parait-il) exhortation post-synodale qu’il vient de finir. Mais je ne vous en dirai pas plus, je ne peux que vous inviter à suivre son voyage par les différents médias catholiques.

En revanche, je vous parlerai d’un évènement qui aura lieu en marge du voyage officiel. Cet événement pose ses racines dans le synode de 2009, qui avait pour thème « l’Église en Afrique au service de la réconciliation, de la justice et de la paix ». Lors de la rencontre des évêques, des artistes africains ont organisé à Rome un colloque suivi d’un concert pour promouvoir la paix. Devant la réussite de ce concert, et avec le soutien du Père Federico Lombardi, de directeur de Radio Vatican, la décision de produire un CD a été prise. Durant le voyage du pape, un concert reprenant les morceaux de ce CD aura lieu à Cotonou, la capitale économique du Bénin, et 500 exemplaires du CD seront distribués aux évêques présents.

« Afrika tenda amani » : voilà le titre, en langue kiswahili, de ce CD, qui signifie « Afrique, mets la paix en actes ». C’est donc un manifeste engagé pour la paix, car bien souvent, comme me l’expliquait le père Janvier Yameogo, l’un des promoteurs de ce projet, on en reste à des discours, à des réflexions, qui n’arrivent pas jusqu’aux gens. La musique devient donc un vecteur privilégié pour rejoindre la population dans sa culture et exprimer l’engagement de l’Eglise pour la paix. Des extraits de voix de Benoît XVI, Jean-Paul II et Paul VI accompagnent certains des huit titres, enregistrés en différentes langues, indiquant ainsi clairement la volonté de l’Eglise d’être au service de la paix, de la réconciliation et de la justice.

A l’époque où, en Europe, la pop-louange trouve enfin son public et séduit de nombreux jeunes, la musique africaine se met, elle aussi, au service de l’Evangile. Le premier synode spécial pour l’Afrique, en 1994, insistait entre autres sur l’importance de l’inculturation. Avec le concert qui aura lieu ce soir et le CD qui sera distribué gratuitement, le lien entre les deux assemblées synodale est facile à tracer…

Publicités