Accueil > Actualité, Réflexion, Spiritualité > La semaine au Vatican : Japon, carême et exercices spirituels

La semaine au Vatican : Japon, carême et exercices spirituels


Lors de l’Angelus, Benoît XVI a voulu prier pour les victimes du tremblement de terre et du Tsunami au Japon. Après la prière de l’Angélus, il est longuement revenu sur ces événements, les qualifiants de « tragiques », et rappelant sa « proximité spirituelle aux chers habitants de ce pays qui, avec dignité et courage, font face aux conséquences de ces catastrophes ». S’il « prie pour les victimes et leurs familles, et pour tous ceux qui souffrent à cause de ces terribles évènements », il encourage aussi de ses paroles « tous ceux qui, avec une rapidité louable, s’engagent pour porter secours ».

Dès le samedi, à travers un télégramme signé par le cardinal Bertone, le secrétaire d’Etat du Saint Siège et adressé au président de la Conférence des évêques du Japon, le pape faisait part de sa profonde tristesse pour « les conséquences soudaines et tragiques du grave tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé les régions de la côte Nord-est du Japon ».

En outre, le pape ne se contente pas de paroles. Ainsi, au nom de Benoît XVI, le Conseil pontifical Cor Unum a mis 150 000 dollars à disposition du Japon après la catastrophe qui a touché le pays.

A l’image et à l’appel du pape, c’est toute l’Eglise qui se mobilise.

Face à de tels drames, il faut bien constater qu’à différents niveaux, l’Eglise se sent largement concernée. Au niveau de la prière d’abord : hier, à Notre Dame de Paris, à 18h30, une messe en hommage aux victimes du tremblement de terre et du tsunami a été célébrée par le Cardinal André Vingt-Trois, entouré d’environ 3000 personnes, soit, nous dit l’AFP, du double d’une messe dominicale ordinaire. Et dans de nombreuses paroisses, les intentions de Prière Universelles ont fait état de cette catastrophe.

Et puis matériellement, Caritas Japon, c’est à dire l’équivalent du Secours Catholique au Japon, s’est immédiatement mis en service, 24h/24, pour assurer une aide à ceux qui en auraient besoin. Ce dimanche, dans toutes les paroisses du Japon, une campagne de solidarité en faveur des victimes du séisme et du tsunami a été lancée. Le père Daisuke Narui, directeur exécutif de Caritas Japon, déclarait ainsi à l’agence Fides que, « en ce moment, nous sommes appelés à porter témoignage d’unité et à être proches de tout être humain souffrant ». Et il détaillait les mesures prises par ce réseau : « Tout de suite après le séisme et le tsunami, nous avons organisé une rencontre d’urgence en vidéoconférence. La priorité aujourd’hui est de recueillir des informations sur les zones touchées mais cela est difficile parce que les lignes téléphoniques et électriques sont encore interrompues. Le Diocèse le plus touché est celui de Sendai et nous n’avons pas encore de nouvelles du Directeur de la Caritas diocésaine, ce qui nous préoccupe beaucoup. C’est pourquoi, nous étudions actuellement l’envoi d’une mission sur place ».

L’entrée en carême et les exercices spirituels de la Curie

La semaine passée, il y a eu l’entrée en carême avec la messe présidée par le Pape à Ste Sabine. C’est une tradition romaine : chaque mercredi des Cendres, le pape se rend en l’Eglise St Anselme, sur l’Aventin, au couvent bénédictin, d’où il part à pied pour la basilique Ste Sabine, confiée au dominicains. Il parcourt les 300 mètres séparant ces basiliques à pied, pour signifier l’engagement sur le chemin vers Pâques. Lors de la célébration, il reçoit les cendres, comme les autres participants. Il est notamment revenu, dans son homélie, sur le sens du carême : « Il s’agit de se convertir vraiment à Dieu, de lui revenir en reconnaissant sa sainteté, sa puissance et sa majesté. Cela est possible car il est riche de miséricorde et grand dans l’amour ».

Comme chaque année, le pape a également rencontré le clergé de Rome le lendemain des Cendres, le jeudi matin. C’est ce même jour qu’est sorti le tome 2 de son livre sur Jésus de Nazareth.

Et puis, depuis hier, le pape est entré dans une semaine de retraite. Lors de la prière de l’Angélus, il a ainsi demandé aux chrétiens de prier pour lui et ses collaborateurs de la curie romaine, qui ont entamé, ce dimanche soir à 18h00, une semaine d’exercices spirituels, en la chapelle « Redemptoris Mater », au Vatican. Durant cette période, qui s’achèvera le 19 mars, toutes les audiences du Pape sont suspendues, y compris l’audience générale de mercredi prochain.

Comment se déroule cette semaine d’exercices spirituels ?

Durant ces exercices, la vie continue, avec l’Eglise à gérer, mais à un rythme plus léger. Benoît XVI a ainsi nommé, à midi, un nouvel évêque coadjuteur à Phú Cuong, au Vietnam. Mais le pape se met quand même un peu en retrait : il n’accepte pas d’audiences, de discours, ou de cérémonies publiques durant cette semaine

Durant les temps de prédication, assurés par un carme français cette année, le père François-Marie Léthel, le pape reste à genoux ou assis dans un coin de sa chapelle, un peu à l’écart des autres (c’est à dire des cardinaux et des chefs de dicastères ainsi de de ses plus proches collaborateurs – ses secrétaires privés,…), et il écoute. Les rencontres se déroulent selon un protocole traditionnel: lecture des Ecritures, prière et méditation. Ce dimanche, pour la première rencontre, il y a eu successivement la célébration des Vêpres, une méditation introductive, l’adoration et la bénédiction eucharistique. En outre, selon des indiscrétions, il y a deux ans, il aurait passé toute la semaine, y compris le temps des repas, en silence. Ces exercices spirituels auront lieu jusqu’à samedi prochain.

Et puis, je vous donne le programme de chaque jour : célébration des Laudes à 9h, suivie d’une méditation ; à 10h15, célébration de l’office du milieu du jour et une seconde méditation. A 17h, une troisième méditation, suivie à 17h45 de la récitation des Vêpres, de l’adoration et de la bénédiction eucharistique. Le dernier jour, qui coïncide avec la solennité de saint Joseph, les Laudes seront récitées à 9h, suivies d’une méditation conclusive. Vous le constatez, c’est un programme chargé !

Jean Paul II au centre des exercices spirituels

Comme vous le savez Jean-Louis, le 1er mai prochain, Benoît XVI béatifiera son prédécesseur direct, le pape Jean Paul II. Et le prédicateur, le père François-Marie Léthel, de l’Ordre des Carmes déchaux, professeur à l’université théologique pontificale Teresianum, prélat secrétaire de l’Académie pontificale de théologie, va s’arrêter sur la figure particulière de ce pae, en proposant des médiations sur le thème : « La lumière du Christ dans le cœur de l’Eglise – Jean-Paul II et la théologie des saints ». Pour le prédicateur, il s’agit d’une préparation idéale, dans l’esprit de la conversion du Carême, à la béatification de Jean-Paul II le 1er mai prochain. Ce dernier « a été inséparablement pasteur, missionnaire, mystique, penseur et poète. Formé à l’école des saints (spécialement saint Louis-Marie Grignion de Montfort, saint Jean de la Croix et saint Thomas), il a donné dans son pontificat une nouvelle place aux saints, considérés non seulement comme des exemples de perfection chrétienne mais aussi comme les meilleurs théologiens, c’est-à-dire des connaisseurs de Dieu, même s’ils n’avaient pas étudié une théologie universitaire ».Le religieux souhaite également que les chrétiens prennent conscience de leur propre vocation à la sainteté. Car les saints sont parfois perçus comme des extraterrestres, sans défauts ; or ils ont eu eux aussi leurs limites, leurs blessures, leurs péchés, mais à un certain moment ils ont choisi de suivre Jésus jusqu’au bout expliquait le prédicateur à l’agence Zenit.

En, général, c’est un cardinal qui est choisi pour prêcher cette retraîte, et souvent, on regarde de près ceux qui ont eu cet honneur. En effet, en 1976, c’est le cardinal Karol Wojtyla qui avait prêché les exercices de Carême. Mais pour la deuxième année consécutive, Benoît XVI n’a pas choisi un cardinal pour prêcher les exercices de Carême. L’année dernière, cette tâche avait été confié à un salésien italien, le Père Enrico dal Covolo, qui depuis est devenu recteur de l’Université pontificale du Latran.

Sources : Zenit – H2onews – Fides – CNS – VIS – Radio Vatican et autres…

Advertisements
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :