Accueil > Actualité > Cette semaine au Vatican : Communications Sociales, Union Européenne et lineamenta du prochain synode

Cette semaine au Vatican : Communications Sociales, Union Européenne et lineamenta du prochain synode


Le président du Parlement européen, le polonais Jerzy Buzek, a été reçu une demi-heure par Benoît XVI ce matin, sur les coups de 11 h. Selon un communiqué de la salle de presse du Saint Siège, « les discussions qui se sont déroulées dans un climat cordial, ont permis un échange d’opinions sur les relations entre l’Eglise Catholique, le Parlement Européen et les autres institutions Européennes, ainsi que sur la contribution que l’Eglise peut offrir à l’Union Européenne ». Les thèmes abordés, relate encore le communiqué, sont liés à l’actualité, et plus particulièrement « l’engagement pour la promotion de la liberté religieuse et la défense des minorités chrétiennes dans le monde ».

Il faut en effet rappeler que le conseil des ministres européen avait refusé fin janvier de voter une résolution condamnant les attentats antichrétiens au Moyen-Orient, et qu’il s’est prononcé contre toutes les discriminations religieuses la semaine dernière seulement. C’est  en effet le 21 février que les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne ont demandé des « propositions concrètes » face à la montée de l’intolérance religieuse dans le monde, à l’encontre notamment des chrétiens mais aussi des musulmans. Le Conseil des ministres de l’UE dénonçait et condamnait « fermement » dans son message les violences et actes de terrorisme perpétrés récemment, dans différents pays, « contre des chrétiens et leurs lieux de culte », mais aussi contre des « pèlerins musulmans et d’autres communautés religieuses ».

Le président du Parlement européen s’est entretenu également avec le secrétaire d’Etat du Saint-Siège, le cardinal Tarcisio Bertone, et le secrétaire pour les relations avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti. Enfin, à noter que selon certains observateurs, le président du Parlement Européen aurait invité le pape à intervenir devant l’instance parlementaire de l’Union européenne. En mars 2007 déjà, l’ancien président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, en déplacement au Vatican, avait déjà officiellement invité Benoît XVI à intervenir devant l’assemblée parlementaire.

La visite au Vatican du président du Parlement européen avait été reportée deux fois depuis avril 2010, d’abord en raison de l’éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull, puis pour des raisons de santé.

L’Eglise est représentée à l’échelon européen

Il existe une présence de l’Eglise  envers l’Europe à travers un représentant du Saint Siège auprès du Parlement européen. Un représentant car le Saint-Siège ne fait pas directement partie de l’Union Européenne, même si de nombreux accords existent (par exemple, il y a des euros du Vatican). La représentation est le même mode de présence que le Vatican a choisi à l’ONU, ou auprès d’autres institutions multilatérales. Le Saint Siège, à travers ce mode de présence, ne dispose donc pas de voix, mais le représentant participe aux débats et prend la parole comme les autres participants.

Il y a aussi un Noce apostolique (l’équivalent d’un Ambassadeur) auprès de la Communauté Européenne. C’est donc une reconnaissance apr leSaint-Siège de cette réalité.

Et puis il existe la COMECE, la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne. Des évêques des pays de l’Union Européenne la composent, et c’est surtout dans le but d’assurer « une ouverture réciproque et une coopération fraternelle, au service de l’évangélisation ». Et puis il y a des chrétiens qui s’impliquent, et font, même si le mot n’est pas joli, du lobbying. Et enfin, des chrétiens qui travaillent à la Commission, et font passer leurs idées dans leur travail. L’un des plus connu est peut-être Jérôme Vignon, le président des Semaines Sociales de France, qui s’occupait longuement des questions de directeur de la Direction Générale Emploi et affaires sociales de la Commission Européenne.

Utiliser les nouveaux langages pour témoigner de la foi dans le monde numérique

Ce lundi l’Assemblée plénière du Conseil Pontifical pour les Communications Sociales s’est ouverte par une audience de Benoît XVI. Le pape a invité les participants à méditer sur le fait que « les nouvelles technologies ne changent pas seulement la façon de communiquer, mais opèrent une vaste transformation culturelle ». L’urgence de la réflexion est soulignée, tout comme la responsabilité de l’homme et du chrétien dans ce nouveau contexte. Le pape s’est notamment arrêté sur le langage, qui est au centre de cette rencontre. « C’est par les modalités du langage, entendu naturellement dans un sens très large, et pas seulement verbal, que la pensée et la relation prennent vie » expliquait le pape. « L’homme n’utilise pas seulement le langage, il l’habite continuait Benoît XVI ! Le pape a signalé les développements plus « intuitifs et émotifs qu’analytiques » du langage dans le monde numérique. Avec internet, l’écrit devient aussi immédiat que la langue parlée…

Ce sont donc des changements radicaux qui sont pointés, et la question du rapport à la vérité qui est posé. On se rapproche ainsi de son message pour la Journée Mondiale des Communications Sociales. La question du témoignage se pose ainsi de manière renouvelée, ainsi que celle de l’expression de la foi dans le monde contemporain. Et le Pape pointe l’utilisation que Jésus (que le document Intermirifica appelait le communicateur parfait) faisait des termes courants de son époque (le troupeau, les champs). « Aujourd’hui, nous sommes appelés à découvrir, y compris dans la culture numérique, les symboles et les métaphores significatives pour les personnes, qui peuvent servir d’aide pour parler du royaume de Dieu à l’homme » disait encore Benoît XVI.

A venir !

Pour une fois, je vous parle aussi de ce qui va arriver au Vatican. Vendredi prochain, à Rome, seront présentés les lineamenta du prochain synode, qui aura lieu en 2012, du 7 au 28 octobre 2012. Ce sera le 5ème synode présidé par Benoît XVI. En 2005, c’était le synode sur l’Eucharistie. En 2008, celui sur la Parole de Dieu, en 2009, le synode spécial sur l’Afrique et en 2010, le synode spécial sur le Moyen Orient. Ce sera le 15ème synode depuis le concile Vatican II, en 1965… Vous voyez donc que le pape actuel truste 1/3 des synodes à son actif !

Un synode, pour rappeler ce dont il s’agit, est une réunion des évêques pour aider le pape à gouverner l’Eglise, en apportant « ses avis et sa collaboration quand il sera jugé utile au bien-être de l’Église » comme le disait Paul VI en 1965.

Ce synode aura pour thème : « la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne ». Après la création du Conseil Pontifical pour la Nouvelle Evangélisation, ce sera une nouvelle étape de la mise en œuvre de cette Nouvelle évangélisation.

Ces lineamenta sont la première étape du synode. C’est le pape qui en choisit le thème, puis, le secrétariat général du synode, aidé par divers experts et membres des congrégations romaines produit les lineamenta, des lignes de références pour le synode. Ces lineamenta sont envoyés dans les diocèses, pour que les évêques y répondent en donnant leur avis, qu’ils les corrigent peut-être, qu’ils ajoutent des points…

Lorsque les retours des ces lineamenta sont arrivés à Rome et étudiés, le secrétariat général du synode produit alors l’Istrumentum Laboris, l’instrument de travail pour le synode. Ce sont en général des propositions, qui seront discutées lors de la rencontre entre les évêques.

Au début du synode, il y a un mot du pape, mais surtout une présentation du rapporteur général, qui introduit et guide les débats. Tous les pères synodaux peuvent intervenir, les uns après les autres, mais pour plus de coordination, il ne leur est attribué que 4 minutes de parole. Les cardinaux peuvent eux intervenir plusieurs fois. A noter que depuis deux synodes, il y a une heure d’intervention libre le soir, de 18 h à 19 h.

A la fin du synode, le rapporteur général, avec une équipe, produit un message ainsi que des propositions qui sont remises au pape. Et en général, c’est à partir de ces propositions que le pape écrit l’exhortation post-synodale. La dernière parue concerne le synode de 2008 sur la Parole de Dieu, c’est le texte Verbum Domini.

 

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :