Accueil > Actualité, Politique - Société, Réflexion > Discussions autour du célibat sacerdotal

Discussions autour du célibat sacerdotal


Ces derniers temps, il y a quelques remous concernant le célibat des prêtres, et ce dans les pays germanophones plus précisément. 143 théologiens (professeurs de théologie pour être exact) ont signé une lettre (ils ont été renjoints par d’autres ensuite, et sont environ 160 aujourd’hui), dont le titre n’est rien de moins que « Église 2011 : un renouveau indispensable ». Faisant suite à la crise et aux crises de l’Eglise en ce début de millénaire, il s’agit selon ses auteurs, d’un « appel à un dialogue ouvert sur les structures de pouvoir et de communication, sur la forme des ministères et la participation des fidèles à la responsabilité ecclésiale, ainsi que sur la morale et la sexualité ». De vastes sujets donc…Les auteurs reconnaissent qu’à quelques mois de la visite du pape, ce débat peut « inquiéter certains », mais ils ajoutent que « l’autre solution, un silence de mort qui serait la conséquence d’un anéantissement de tous les espoirs, n’est pas acceptable ».

Ces professeurs de théologie stigmatisent surtout la hiérarchie de l’Eglise, parlant par exemple de « structures sclérosées ». C’est donc une démarche à la fois ecclésiale qui est posée, tout en étant orientée contre la manière dont cette Eglise est actuellement dirigée.

Alors quelle peut-être la suite à cette lettre ? Est ce que cela peut ouvrir un débat interne dans l’Eglise ?

C’est la question ! Il me semble que l’étendue des thèmes choisis par les théologiens allemands sont bien trop vaste pour, honnêtement, permettre le débat. Si certaines propositions ne s’opposent pas au droit et à la doctrine de l’Eglise, comme celles qui concernent le célibat sacerdotal, d’autres sont en oppositions avec l’Evangile et à la Bible elle-même (la question des divorcés remariés ou de la reconnaissance des mariages homosexuels par exemple). On est donc sur des niveaux très différents de dialogue… Personne ne dit qu’on n’arrivera pas à une solution pour chacun de ces problèmes, mais tout mettre dans la balance, c’est le meilleur moyen pour tuer le débat dans l’oeuf !

A noter que l’Osservatore Romano, le journal du pape, a parlé de cet appel des théologiens d’Allemagne, d’Autriche et de Suisse. Il a bien évidemment marqué son désaccord en citant le secrétaire de la conférence épiscopale allemande, mais le fait de ne pas avoir nié la réalité de cet appel est un point positif et relativement nouveau dans la culture du Saint-Siège…

N’y a-t-il eu aucune réponse « officielle »de l’Eglise à cette lettre ?

Si, la conférence des évêques d’Allemagne a répondu à cette lettre à travers la proposition d’un dialogue. Si elle reconnaît, et je cite, que « pour faire face aux graves défis auxquels l’Église est confrontée en Allemagne, la simple disponibilité des évêques ne suffit pas », car certaines demandes concernent des définitions dogmatiques trop fortes, et dépendant donc du Saint-Siège, elle constate également que cette démarche est un signal positif car elle exprime le désir des signataires d’offrir leur contribution au dialogue sur l’avenir de la foi et de l’Église. Et honnêtement, qu’on le veuille ou non, ces questions reviendront toujours sur le tapis, et peut-être de plus en plus avec l’entrée dans l’Eglise de prêtres anglicans, qui sont mariés ou avec les prêtres des rites orientaux, qui sont eux aussi mariée. La mondialisation a lieu partout !

Pourtant ce n’est pas la première fois que des allemands jettent un pavé dans la mare !

Exactement, ce n’est pas la première fois que les théologiens allemands usent cette méthode… Il y a 40 ans déjà une lettre ouverte circulait. C’était en 1970, neuf théologiens avaient écrit un mémorandum pour les évêques allemands sur le lien entre le célibat sacerdotal et la présence de l’Eglise au monde. La raréfaction des vocations, indiquaient-ils, pose la question de la pertinence du célibat ecclésiastique. S’il s’agit d’une recherche pratique, ce n’était en tout cas pas une pétition. Parmi les signataires, de grands noms de la théologie, comme Karl Rahner, Walter Kasper, ou encore un jeune théologien : Joseph Ratzinger… 40 ans plus tard, devenu pape, il ne doit donc pas trop se scandaliser de cette démarche des professeurs de théologie allemands…

Et puis, ces derniers jours, le cardinal Kasper est revenu sur le mémorandum d’il y a 40 ans. C’était dans une homélie publiée vendredi par le quotidien du Vatican, l’Osservatore Romano. Vous voyez que le débat n’est pas refusé par le Saint-Siège, qui met son journal au service de la discussion.

Un ancien signataire de cette lettre, le cardinal Kasper, est intervenu récemment dans ce débat.

Il rappelait que le débat était largement ouvert à cette époque. Ainsi, il y a eu pas moins de trois synodes universels sur ce sujet dans ces temps là. Pour lui, « le célibat est un témoignage radical pour suivre l’exemple du Christ, comme cela devrait l’être aussi, en particulier, pour les prêtres ». Mais en même temps, le cardinal Kasper admet que cette discussion « ne sera jamais fermée ». Et il ajoutait à propos du célibat : « C’est le signe qu’on existe pour le Christ et le règne de Dieu. C’est cette pincée de sel, que tous ne peuvent pas représenter, mais qui fait du bien à tous. S’adapter n’aide pas », concluait-il dans son homélie. Il se demandait en outre comment il est possible aujourd’hui de parler de crise de l’Eglise « sans citer ce que Jean-Baptiste Metz (un théologien) définissait déjà il y a des années comme une crise de Dieu ». Et de continuer : « Ces théologiens sont-ils vraiment convaincus que la structure de l’Eglise est le principal problème des hommes ? N’est ce pas en revanche le contraire ? Le fait que la crise de l’Eglise serait une crise de la foi en Dieu ? » Une question à laquelle je vous laisse moi aussi réfléchir…

Le cardinal Kasper ajoute que de par ses fonctions comme Président du Conseil Pontifical pour la promotion de l’Unité des chrétiens, il a côtoyé de nombreuses églises protestantes, qui avaient accepté l’ordination des femmes et le mariage homosexuel. Et il s’interroge sur le fait qu’aucun des théologiens allemand n’ai constaté que ces églises, principalement pour ces raisons, se trouvent dans une crise plus profonde que celle de l’Eglise catholique.

Est-ce que le pape s’est lui aussi exprimé sur le sujet ?

Vous vous doutez bien que c’est compliqué, et que le retentissement médiatique serait une fois de plus disproportionné… Du coup, c’est de manière indirecte que Benoît XVI a pris part à ces controverse. Il s’est adressé ce samedi aux participants à l’assemblée générale de la Fraternité sacerdotale des Missionnaires de Saint Charles Borromée qui fêtait son 25ème anniversaire. Dans son allocution, Benoît XVI a rappelé l’importance du sacerdoce dans la vie de l’Eglise et dans le monde, et il a souligné que c’est en étant proche de Jésus que les prêtres pouvaient puiser les énergies nécessaires pour prendre soin des hommes. Le pape qui rappelle donc l’importance de la prière pour la vie sacerdotale, comme il l’a fait tout au long de l’année sacerdotale.

Et puis en parlant du pape, deux petites infos. La suite de son livre Jésus de Nazareth sortira le 11 mars, dans moins d’un mois. C’est peut-être cette manière de s’exprimer que le pape a choisi pour dire comment lui conçoit la théologie… Et sinon, on apprend dans le journal Inside the Vatican, que quand il était petit, Joseph Ratzinger jouait au curé avec son frère Georg. A n’en pas douter, les questions sur le mariage des prêtres ou l’ordination des femmes ne se posait pas alors !

(sources : Zenit, Radio Vatican, et divers blogs italiens)

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :