Accueil > Actualité, Politique - Société, Présentation > Décryptage de l’Actu du Saint-Siège : Retour sur le voyage en Espagne, et sur le reste de l’actu

Décryptage de l’Actu du Saint-Siège : Retour sur le voyage en Espagne, et sur le reste de l’actu


Ce week-end, le pape était en Espagne, et il est revenu, une fois de plus, sur la question des racines chrétiennes de l’Europe. En effet, Benoît XVI, lors de la première journée de son voyage, n’a pas hésité à reprendre ce thème qui lui tient à cœur. Mais pas de manière militante, où il demanderait que ces racines soient reconnues par les institutions européennes. C’est plutôt sous forme de rappel et de proposition que le Pape s’est adressé aux Européens.

« Comme le Serviteur de Dieu Jean-Paul II qui, de Compostelle, exhorta le Vieux Continent à redonner vigueur à ses racines chrétiennes, je voudrais moi aussi, a dit Benoît XVI à son arrivée à l’aéroport, exhorter l’Espagne et l’Europe à construire leur présent et à projeter leur avenir à partir de la vérité authentique de l’homme, de la liberté qui respecte cette vérité et ne la blesse jamais, et de la justice pour tous, en commençant par les plus pauvres et les délaissés ».

Lors de la célébration eucharistique, l’après-midi, le Pape a prolongé ce discours sur la liberté, en montrant que l’Église cherchait à tout prix à défendre cette dernière : « L’Église, qui désire servir de toutes ses forces la personne humaine et sa dignité, est au service (…) de la vérité et de la liberté ». Car cette liberté est celle qui permet à l’homme de s’accomplir vraiment, et de rencontrer Dieu. Et avant de rentrer à Rome, le dimanche, Benoît XVI a souhaité, une fois de plus, que la foi chrétienne retrouve une nouvelle vigueur sur le continent européen et qu’elle devienne source d’inspiration, faisant grandir la solidarité et l’esprit de service à l’égard de tous, spécialement des populations et des nations les plus nécessiteuses.

Déjà à l’aller, dans l’avion qui le menait en Espagne, le pape, interrogé par des journalistes sur le conseil pontifical pour la Nouvelle évangélisation, expliquait : « Pour le futur de la foi, il faut une rencontre entre la foi et la laïcité et non pas une confrontation ». Voilà, c’est donc dans un sens éminemment positif et tourné vers l’avenir pour le service de l’homme, avec une véritable envie de dialoguer, que le Pape a rappelé ce thème des racines chrétiennes.

Mais dans la péninsule ibérique, il n’a pas été question que de ça, on a aussi entendu le Pape défendre fortement la famille à Barcelone, le lendemain. A la fin de son homélie, et comme tout le monde s’y attendait, Benoît XVI a redit la conception chrétienne de la famille et l’importance de la stabilité de la famille aujourd’hui. Sans attaque envers d’autres formes de vie en couple, contrairement à ce qu’ont affirmé certains journaux.

Dans l’église de la Sagrada Familia, qu’il a consacrée durant la messe, Benoît XVI à simplement rappelé que « L’amour généreux et indissoluble d’un homme et d’une femme est le cadre efficace et le fondement de la vie humaine dans sa gestation, dans sa naissance et dans sa croissance jusqu’à son terme naturel ». Le Pape ajoutait encore : « C’est seulement là où existent l’amour et la fidélité, que naît et perdure la vraie liberté ». vous voyez qu’il est revenu sur ce thème déjà largement abordé samedi. Et c’est donc en partant de ce constat que le Saint Père a demandé « des mesures économiques et sociales appropriées » pour défendre les femmes, les enfants, et les plus faibles. Aucune condamnation de personne n’a été prononcée par le Pape. Au contraire, en bénissant la première pierre d’un institut médical pour les enfants malades, il déclarait encore : « En ces temps où de nombreuses familles affrontent de sérieuses difficultés économiques, nous devons, comme disciples du Christ, multiplier les gestes concrets de solidarité tangible et constante, montrant ainsi que la charité est le signe distinctif de notre condition chrétienne ». C’est donc à nouveau un appel lancé aux chrétiens à vivre leur foi qui a résonné. Voila, résumé très brièvement, le sens de ces interventions de Benoît XVI !

Donc, quel bilan tirer de ce voyage ? Eh ben, si on lit la presse espagnole (ou si comme moi vous vous fiez à ceux qui la lisent), le pape a voulu d’abord proposer quelque chose. Comme il l’avait déjà fait en Angleterre. Certes, il a redit ce que l’Église croit et enseigne, y compris en matière de morale. Mais ce serait faire un faux procès au Pape que de s’arrêter là… Parlant des racines chrétiennes de l’Europe, ou plutôt de ses habitants, comme lorsqu’il s’est attaché à défendre la famille, Benoît XVI misait sur l’Eglise, qui a un rôle à jouer dans la société. « L’Église ne tire pas sa consistance d’elle-même ; elle est appelée à être signe et instrument du Christ » disait-il en effet lors de la célébration eucharistique à Barcelone. Dans un monde qui se détourne Dieu, la foi des chrétiens, transmise par l’Église, doit les pousser à témoigner que « Dieu est un Dieu de paix et non de violence, de liberté et non de contrainte, de concorde et non de discorde ». C’est en cela que l’Église a une mission dans la société, au service de la liberté et de la vérité. Il ne faut donc pas vouloir faire taire cette Église, mais au contraire écouter ce qu’elle propose.

Et l’on en revient ici au voyage du Pape en Angleterre, où cette thématique avait été largement exprimée, notamment lors de la rencontre avec les parlementaire britanniques.

On s’en rend compte, il y a là une certaine continuité dans ce que Benoît XVI dit, d’un voyage sur l’autre. Voilà ce qu’on peut dire de ce voyage, et même de ces voyages, ainsi que du sens que le Pape leur a donné.

A part ça, l’actualité a été chargée la semaine dernière, et elle le sera encore cette semaine… La semaine dernière, les 4 et 5 novembre, le conseil Pontifical Justice et Paix a tenu son Assemblée plénière, autour du thème « Caritas in Veritate : défis et prospectives ». A cette occasion, Benoît XVI a adressé au président de ce dicastère, le Cardinal Turkson, un message dans lequel il met en garde contre le « risque d’une suprématie des groupes économiques et financiers qui dictent (…) l’agenda politique, au détriment du bien commun universel ». Et le Pape insiste notamment sur la formation des laïcs à la Doctrine sociale de l’Eglise.

Cette semaine, c’est le Conseil pontifical pour la culture qui se retrouve. Toujours dans l’actualité de la semaine, la présentation ce jeudi de l’exhortation apostolique qui fait suite au synode de 2008 sur la Parole de Dieu (5-26 octobre 2008). Le thème de ce dernier était « La Parole de Dieu dans la Vie et dans la Mission de l’Eglise ». Le synode avait remis 55 propositions au Pape, qui nous livre maintenant l’exhortation apostolique sur ce thème.

Et enfin, aujourd’hui, on a appris que Benoît XVI invitait les cardinaux ainsi que les futurs cardinaux à se retrouver le 19 novembre prochain, juste avant la célébration de création de ces nouveaux cardinaux donc (elle est prévue le 20 novembre), pour réfléchir sur différents thèmes… C’est la troisième rencontre de ce genre organisée par Benoît XVI.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :