Accueil > Actualité, Politique - Société, Présentation > Décryptage de l’actu du Saint-Siège : des cardinaux, un synode, et …une tapisserie qui fâche !

Décryptage de l’actu du Saint-Siège : des cardinaux, un synode, et …une tapisserie qui fâche !


 

image tirée du site http://www.blog-catholique.com

 

A la fin de l’audience publique, quelques minutes après midi, Benoît XVI a annoncé la tenue d’un nouveau consistoire  le 20 novembre pour la création de 24 cardinaux. Un consistoire, c’est normalement une rencontre des cardinaux avec le pape, pour le conseiller, et l’aider dans sa mission de communion dans l’Eglise, comme il le disait lui-même ce matin. Mais dans les faits, si des rencontres de ce type existent encore, le terme est surtout utilisé de nos jours pour décrire la célébration lors de laquelle les cardinaux reçoivent la barrette cardinalice, ce chapeau, qui fait d’eux des cardinaux. Lors de la célébration eucharistique de la fête du Christ-Roi, le lendemain, le Pape remettra aussi à ces nouveaux cardinaux l’anneau cardinalice. Un signe fort, car les cardinaux, en étant élevé à cette dignité, ont un lien privilégié avec le Pape. Ils reçoivent en effet la charge d’une église de la ville de Rome. Ainsi, c’est le cardinal André Vingt-Trois qui a en charge l’Eglise Saint Louis des Français à Rome. Il a pris cette fonction en succédant au cardinal Lustiger. Le cardinal Barbarin est, comme les archevêques précédant de Lyon, cardinal titulaire (pour citer l’expression juste) de l’église de la Trinité des Monts à Rome. Mais le rôle essentiel des cardinaux reste, bien-entendu, d’élire un nouveau pape à la mort du précédent…

Sur les 24 cardinaux nommés, dix sont italiens (dont huit électeurs), deux allemands, un polonais, un suisse, un espagnol, quatre africains (dont le patriarche d’Alexandrie des Coptes), deux américains, un brésilien un équatorien et un sri-lankais. En France, nous en connaissons un plus particulièrement, c’est Mgr Fortunato Baldelli, qui est l’ancien nonce apostolique. Il est arrivé à Rome depuis un peu d’un an, et a pris la charge de Grand Pénitencier, c’est-à-dire le responsable de la plus haute entité juridique du Saint-Siège.

Mais globalement, il y a de nombreux responsables des dicastères romains qui ont été nommés, 7 en plus de Mgr Baldelli : Mgr Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la Cause des saints, Mgr Mauro Piacenza, préfet de la Congrégation pour le Clergé, Mgr Raymond Burke, préfet du Tribunal Suprême de la Signature Apostolique, Mgr Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical de la culture, Mgr Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la Promotion de l’Unité des Chrétiens, Mgr Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum et Mgr Velasio de Paolis, préfet pour les Affaires économiques du Saint-Siège.

Parmi les nouveaux cardinaux, on trouve aussi des archevêques de différents pays, des voisins comme Mgr Reinhard Marx (57 ans), archevêque de Munich et Freising, en Allemagne, ou des gens venant d’horizons plus lointains comme Mgr Raymundo Damasceno Assis, archevêque d’Aparecida au Brésil ou Mgr Malcolm Ranjith, archevêque de Colombo au Sri Lanka.

Les cardinaux sont choisis parmi les candidats naturels, à savoir les évêques qui ont les responsabilités les plus importantes. Donc à la curie, c’est-à-dire dans les dicastères (ministère) du Saint-Siège. Et puis, ils sont pris parmi les évêques des grandes villes. Il existe en effet ce qu’on appelle des postes cardinalices ; il s’agit de villes importantes soit par leur histoire, soit pour le nombre d’habitants qu’on y trouve. Parmi ces postes, Paris, Londres, Washington, New-Dehli, … et de nombreuses villes italiennes, ce qui se comprend du point de vue historique avec les états pontificaux qui existaient jusqu’en 1870. Globalement donc, parmi les cardinaux, ce sont les italiens qui sont les plus nombreux. Avec le prochain consistoire, ils seront 48, sur 203 cardinaux. Et c’est d’ailleurs le cas parmi cette promotion, car même si tous les continents sont représentés on retrouve quand même 10 italiens.

Enfin, il faut citer quand même la nomination, à titre de reconnaissance pour leur ministère, de quatre cardinaux qui ont dépassé l’âge de 80 ans. Parmi ceux-ci, Mgr Domenico Bartolucci, l’ancien maître de chœur de la chapelle Sixitine à St Pierre, au Vatican.

 

image prise sur le site http://www.radiovaticana.org

 

Sinon, au Vatican, rien de bien nouveau cette semaine. Les pères synodaux, eux, continuent leur travail dans le calme. La semaine dernière était consacrée aux interventions, dans la salle du synode, un amphithéâtre situé au dessus de la salle Paul VI, pour ceux qui ont déjà assisté à une audience dans cette salle. Et Samedi dernier, la séance du Synode était consacrée à la présentation de l’ébauche du Message final (qui sera présenté samedi prochain, à la veille de la clôture solennelle des deux semaines de travaux). Ce message, en douze paragraphes, souligne les défis, les préoccupations et les attentes des chrétiens du Moyen-Orient. Il aborde notamment la liberté de conscience, la liberté religieuse, la place à accorder aux immigrés catholiques venant d’Asie, la volonté de réciprocité, la place de l’œcuménisme, le souhait du retour des arabes chrétiens émigrés, le statut de Jérusalem ou encore la guerre en Irak.

Et puis ce lundi, le rapporteur général du Synode, Mgr Antonios Naguib, patriarche copte d’Alexandrie, qui a d’ailleurs été crée cardinal ce matin, a présenté la Relatio Post disceptationem. Il s’agit de la synthèse des différentes interventions et discussions en carrefours linguistiques. Un résumé en forme d’appel : que les chrétiens, les musulmans et les juifs dépassent la violence, vivent dans la paix et « travaillent tous ensemble pour préparer une nouvelle aube au Moyen-Orient ». Mgr Antonios Naguib, au fil de son long rapport, est revenu sur l’ensemble des thèmes que je viens d’énoncer, ainsi que sur la communion et les échanges entre les différentes Eglises.

Cette semaine, les pères ont donc travaillé en carrefour pour étudier et amender ces propositions. Dès jeudi matin, les discussions reprendront pour finaliser ces différents projets.

 

photo tiré du site cnsblog.wordpress.com

 

Ah si, quand même ! Une petite controverse est née la semaine dernière, à propos des armoiries du Pape. Vous savez peut-être que le pape fait chaque dimanche la prière de l’Angélus, en règle générale depuis une fenêtre du palais apostolique, qui est juste à côté de la Place St Pierre. Et à cette fenêtre est suspendue une draperie, avec les armoiries du pape. Sauf que la semaine dernière, certains journalistes ont constaté que les armoiries avaient changées. De la mitre qui surplombe habituellement le blason, on est passé à une tiare. Or c’est justement Benoît XVI qui avait voulu mettre une mitre et non une tiare, symbole plus fort du pouvoir papal. Le cardinal Cordero Lanza di Montezomolo, qui a dessiné ces armoiries en 2005, l’a d’ailleurs reconfirmé à l’occasion de ce changement

Rassurez-vous, cependant ce n’est pas un retour en arrière (ou désolez-vous, c’est selon), ce n’est qu’une erreur de la maison qui a offert cette draperie au pape. C’est ce qu’a expliqué le père Lombardi, le directeur du Bureau de Presse du Saint Siège. Et comme c’est un cadeau, on l’a accepté et utilisé… mais les armoiries pontificales de Benoît XVI n’ont pas changées, et sur cette tapisserie, les armoiries seront d’ailleurs retouchées.

Même si, et c’est là où l’on voit les luttes d’influences au sen même du Vatican, sur les chasubles que le pape porte, depuis au moins 2 ans, ces armoiries avec une Tiare seraient présentes. J’imagine que si Benoît XVI savait ça, imaginait les bruits que peuvent provoquer de telles futilités, il en rirait bien !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :