Accueil > Actualité, Réflexion, Spiritualité > Les paroles de Benoît XVI lors de la rencontre des 25èmes JMJ avec les jeunes de Rome

Les paroles de Benoît XVI lors de la rencontre des 25èmes JMJ avec les jeunes de Rome


Quelques extraits des paroels de BenoîtXVI hier soir…

Pour aimer Dieu il faut le connaître, le reconnaître. C’est le premier pas à faire: chercher à connaître Dieu. Et je saurai ainsi que ma vie n’est pas un hasard…Ma vie est voulue par Dieu depuis toujours. Je suis aimé, je suis nécessaire, Dieu a un projet sur moi, dans la totalité de l’histoire, un projet sur moi. Ma vie est importante, nécessaire même  Et l’amour éternel m’a créé en profondeur et m’attend. C’est donc le premier pas: chercher à connaître Dieu pour comprendre que la vie est un don, qu’il est bon de vivre. Ensuite, l’essentiel c’est l’amour. Aimer ce Dieu qui m’a créé, qui a créé ce monde qui gouverne, dans toutes les difficultés de l’homme, l’histoire, et qui m’accompagne et aimer son prochain. Les dix commandements auxquels Jésus fait allusion dans sa réponse ne sont qu’une explication du commandement de l’amour, autrement dit, ce sont des règles de l’amour, ils indiquent le chemin de l’amour, avec ces éléments essentiels: la famille, fondement de la société, la vie à respecter comme un don de Dieu, une sexualité ordonnée dans la relation entre un homme et une femme, l’ordre social et enfin, la vérité. Ces éléments essentiels explicitent la voie de l’amour: comment aimer et trouver la juste voie.

et aussi

On ne peut pas apprendre à connaître une personne de la même manière dont on apprend une leçon de mathématiques. En ce qui concerne les mathématiques la raison est suffisante, mais pour connaître une personne, la Grande Personne, Jésus, Dieu fait homme, la raison est nécessaire bien sûr, mais il faut aussi le cœur.  Ce n’est qu’en lui ouvrant notre coeur, en l’ouvrant à lui seul, en apprenant ce qu’il a dit, ce qu’il a fait, en allant vers lui avec amour, que nous apprenons à mieux le connaître et à faire ainsi l’expérience de son amour. Donc, écouter la parole de Jésus, l’écouter dans la communion de l’Eglise et répondre par notre prière, en parlant personnellement avec Jésus pour lui dire ce que nous ne pouvons pas comprendre, pour lui faire part de nos besoins, de nos incertitudes. Dans un vrai colloque nous trouverons cette voie de la connaissance qui devient amour. Il ne suffit pas de penser, de prier  car l’agir est aussi une partie du chemin qui conduit à Jésus, agir pour accomplir de bonnes choses, s’engager en faveur du prochain.  Il y a divers moyens, chacun connaît ses possibilités dans la paroisse, dans la communauté où il vit, pour s’engager avec le Christ et pour les autres, pour la vitalité de l’Eglise, afin que la foi soit vraiment une force de formation de notre milieu, de notre temps.

et enfin…

La croix des JMJ à Sydney

Commençons par ce mot, très dur pour nous: renoncement. Les renoncements sont possibles et deviennent à la fin quelque chose de beau s’ils ont un pourquoi et si Saint Paul a employé dans ce contexte l’image des Jeux olympiques et des athlètes qui y participaient. Il leur dit que pour obtenir, comme nous disons aujourd’hui, la médaille, et à l’époque, la couronne, ils doivent se soumettre à une discipline très dure, ils doivent renoncer à beaucoup de choses, ils doivent réellement exercer ce sport. Ils font de gros sacrifices  parce qu’ils ont un objectif et cela en vaut la peine  même si, à la fin, ils ne seront peut-être pas parmi les gagnants. Cependant, c’est beau de s’imposer une discipline et d’être capables de faire ces choses avec une certaine perfection.  Et ce qui vaut pour cette image de Saint Paul à propos des Jeux olympiques, vaut pour tous les autres secteurs de la vie. Je ne peux pas avoir une bonne vie professionnelle sans renoncements, sans une préparation adéquate qui exige toujours de ma part une discipline, un renoncement à quelque chose. Et il en va de même dans l’art, dans tous les secteurs de la vie, nous savons tous que pour atteindre un but, dans la profession, le sport, l’art, la culture,  il nous faut renoncer, apprendre, pour aller de l’avant, l’art de vivre, l’art d’être soi-même. L’art d’être un homme exige des renoncements, et les véritables renoncements, qui nous aident à trouver les chemins de la vie, l’art de la vie, nous les trouvons dans la Parole de Dieu, et ces renoncements nous aident à ne pas sombrer dans l’abîme de la drogue, de l’alcool, dans l’esclavage de la sexualité et de l’argent, dans la paresse. Toutes ces choses apparaissent au premier abord comme des actes de liberté mais en réalité ce ne sont pas des actes de liberté mais le commencement d’un esclavage qui devient toujours plus difficile à surmonter.  Et surmonter la tentation du moment, aller de l’avant en direction du bien, crée la vraie liberté et rend la vie précieuse.

(Les traductions sont celles réalisées pour H2Onews, ce ne sont pas les tradictions officielles du Saint Siège)

Publicités
Catégories :Actualité, Réflexion, Spiritualité Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :