Accueil > Actualité, Politique - Société, Réflexion > Tristesse – un mot sur Haïti

Tristesse – un mot sur Haïti


Je vous partage ci dessous le texte lu à l’antenne de Radio Galilée, une radio catholique à Québec, par son directeur, qui était à Haïti une semaine après le séisme. Il nous offre une information qui me parait très importante et que je n’ai pas entendue de ce côté de l’océan…

Tristesse !

Le président américain Obama craint pour les Haïtiens, victimes du séisme du 12 janvier dernier, que les pluies les arrosent fortement, faute de tentes. Quant au président haïtien Préval, il se réjouit de l’aide promise par les Etats-Unis d’Amérique mais élève la voix pour que cesse l’aide humanitaire destinée à la nourriture de son peuple. La raison : les haïtiens éprouvés n’iront pas travailler la terre qui doit les nourrir.

Comment peut-on tenir de tels propos, à peine deux mois après le tremblement de terre survenu le 12 janvier dernier ? Comment demander à ce peuple de se nourrir par lui-même, lorsque la misère est sur leur dent et que l’on s’inquiète des pluies diluviennes hors les tentes.

Le président Préval mange dans quelles assiettes? Où prend-t-il l’eau, le lait, le vin, les fromages et autres victuailles ? Ira-t-il lui même dans les champs pour cultiver la terre et l’esprit de son peuple afin de redonner l’espérance ? Ce n’est pas le temps d’affamer les pauvres et de les accabler davantage pour le moment. Ils ont tout perdu.

‘Donnez-leur vous même à manger’ dit Jésus en voyant les foules devant lui. Il y a un temps pour tout, nous dit l’Écriture. Serai-ce déjà le temps venu de les affamer encore plus, sous prétexte qu’ils attendront que la nourriture leur advienne dans la bouche ? N’est-ce pas compréhensible qu’il en soit ainsi puisqu’avant le 12 janvier la misère planait sombrement sur ce peuple ?

La lettre de l’Archevêque Serge Miot, mort le 12 janvier sous les décombres de l’évêché, et datée du 4 avril 2009, demeure le testament d’un prophète. Elle s’intitule : ‘La terre se meurt’. Il n’a pas eu froid aux yeux quand il interpelle le gouvernement haïtien devant le scandale d’une écologie de la terre sans respect.

Quelle information le président Préval donne-t-il au monde entier en demandant d’exclure l’estomac de son peuple dans le programme de reconstruction? Les Haïtiens ont démontré leur courage au-delà du possible dans cette récente épreuve.

Nous avons là un regard matérialiste, technique, capitaliste à outrance.

‘Allez travailler dans le champs pour nourrir vos estomacs, nous on s’occupe du reste !’

Le président Préval mangera certes encore dans des assiettes en porcelaine, son peuple, rien, dans des mains vides et sèches du manque de compassion.

Ici, ce sont les pains qui se transforment en pierres puisque nous entendons : ‘ Ne leur donnez pas à manger !’

Denis Veilleux, prêtre

Le tremblement de terre a eu lieu il y a 2 mois. qui y pense encore ? Comme souvent, la classe politique et médiatique a réagi dans un sentimentalisme impressionnant, mais ensuite, qu’est ce qui se passe ?

Ce qui me permet de vous renvoyer à la lecture d’un petit opuscule que j’ai récemment redécouvert, et qui me semble très bien décrypter le fonctionnement démocratique actuel : « La république compassionnelle » de Michel Richard.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :