Accueil > Actualité, Réflexion, Spiritualité > Les personnages de la crêche

Les personnages de la crêche


« Et elle mit au monde son fils premier né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune ». Voilà ce que l’évangile nous dit des circonstances de la naissance de Jésus.

De là, on a tiré la crèche. Mais que représente cette crèche ? Juste ce qui s’est passé à Bethléem cette nuit là ? Regardons cette crèche, qui est là, devant nous. Dedans, il y a une multitude de personnages :

Bergers : ceux qui comptent pour rien, les laissés pour compte de la société, les enfants qu’on ne comptait pas encore parmi les hommes, ou bien à l’époque les voleurs, a qui on ne  voulait confier aucun autre travail… On en connait au moins quelques uns qui sont célèbres dans la bible : Abel (Gn 4,2), Joseph, le plus jeune des 12 frères, qui sera vendu comme esclave et plus tard sauvera son peuple, Moïse qui faisait paître le troupeau de son beau père Jétro (Ex 3,1). Et puis le plus connu, David !

1 S 16,10-14 : 10 Jessé fit ainsi passer ses sept fils devant Samuel, mais Samuel dit à Jessé: « Yahvé n’a choisi aucun de ceux-là. » 11 Il demanda à Jessé: « En est-ce fini avec tes garçons », et celui-ci répondit: « Il reste encore le plus jeune, il est à garder le troupeau. » Alors Samuel dit à Jessé: « Envoie-le chercher, car nous ne nous mettrons pas à table avant qu’il ne soit venu ici. » 12 Jessé l’envoya chercher: il était roux, avec un beau regard et une belle tournure. Et Yahvé dit: « Va, donne-lui l’onction: c’est lui! » 13 Samuel prit la corne d’huile et l’oignit au milieu de ses frères. L’esprit de Yahvé fondit sur David à partir de ce jour-là et dans la suite. Quant à Samuel, il se mit en route et partit pour Rama.

Agneaux : Dans la grande tradition juive, l’agneau, c’est l’agneau pascal…

Ex 13,3ss : 3 Parlez à toute la communauté d’Israël et dites-lui: Le dix de ce mois, que chacun prenne une tête de petit bétail par famille, une tête de petit bétail par maison. 4 Si la maison est trop peu nombreuse pour une tête de petit bétail, on s’associera avec son voisin le plus proche de la maison, selon le nombre des personnes. Vous choisirez la tête de petit bétail selon ce que chacun peut manger. 5 La tête de petit bétail sera un mâle sans tare, âgé d’un an. Vous la choisirez parmi les moutons ou les chèvres. (…) 11 C’est ainsi que vous la mangerez: vos reins ceints, vos sandales aux pieds et votre bâton en main. Vous la mangerez en toute hâte, c’est une pâque pour Yahvé. 12 Cette nuit-là je parcourrai l’Egypte et je frapperai tous les premiers-nés dans le pays d’Egypte, tant hommes que bêtes, et de tous les dieux d’Egypte, je ferai justice, moi Yahvé.

Agneau qui est mené à l’abattoir selon Jérémie 11,19,… C’est le petit agneau, qui déjà symbolise l’avenir de Jésus… Mignon, gentil, mais voué à la mort comme signe de réconciliation avec Dieu.

Le bœuf et l’âne : Il y a plusieurs ânes ou ânesses dans les récits bibliques. Outre celui qui servira de monture à Jésus lors de l’entrée triomphale à Jérusalem, j’aime beaucoup l’histoire de l’ânesse de Balaam (Nb 22), qui dévie de son chemin pour protéger son maître, un grand prophète qui avait désobéi à Dieu. Et Balaam frappe à chaque foi son ânesse, qui au bout d’un moment lui dit :

« Que t’ai-je fait, pour que tu m’aies battue ainsi par trois fois? » 29 Balaam répondit à l’ânesse: « C’est que tu t’es moquée de moi! Si j’avais eu à la main une épée, je t’aurais déjà tuée. » 30 L’ânesse dit à Balaam: « Ne suis-je pas ton ânesse, qui te sers de monture depuis toujours et jusqu’aujourd’hui? Ai-je l’habitude d’agir ainsi envers toi? » Il répondit: « Non. » 31 Alors Yahvé ouvrit les yeux de Balaam. Il vit l’Ange de Yahvé posté sur la route, son épée nue à la main. Il s’inclina et se prosterna face contre terre.

L’ânesse a protégé son maître de Dieu, en le sauvant, sans que celui-ci ne s’en doute… Parfois, les plus bêtes sont les plus clairvoyants…

Le bœuf, c’est à la fois la bête de somme, celle qui travaille, et celle qu’on offre en sacrifice à Dieu. Le sacrifice, c’est un acte de remerciement, pour rendre à dieu une partie des biens qu’il nous a donné. Offrir un bœuf, c’était reconnaître que Dieu vient nous donner la capacité de travailler, qu’il bénit notre travail…

Les mages : ils sont encore loin, mais on les voit arriver… Ils représentent tous ces peuples qui ont découvert Dieu, progressivement. Parmi eux, par exemple, Nabuchodonosor, roi de Babylone, qui finalement reconnaît Dieu :

(Dn 2,46 ) : Alors le roi Nabuchodonosor tomba face contre terre et se prosterna devant Daniel. Il ordonna qu’on lui offrît oblation et sacrifice d’agréable odeur. 47 Et le roi dit à Daniel: « En vérité votre dieu est le Dieu des dieux et le maître des rois, le révélateur des mystères, puisque tu as pu révéler ce mystère. »

Ou encore la reine de Saba qui vient voir Salomon (1R10, 1-13) Ce sont tous ceux qui se mettent en route pour découvrir Dieu qui vient vers nous…

Les anges : On a déjà rencontré, dans le chemin de l’Avent, Gabriel, qui vient annoncer à Marie qu’elle serait la mère de Jésus. Mais les anges ils sont aussi présents quand Isaïe voit Dieu :

(Is 6,1-8) : L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trône grandiose et surélevé. Sa traîne emplissait le sanctuaire. 2 Des séraphins se tenaient au-dessus de lui, ayant chacun six ailes, deux pour se couvrir la face, deux pour se couvrir les pieds, deux pour voler. 3 Ils se criaient l’un à l’autre ces paroles: « Saint, saint, saint est Yahvé Sabaot » (…) 6 L’un des séraphins vola vers moi, tenant dans sa main une braise qu’il avait prise avec des pinces sur l’autel. 7 Il m’en toucha la bouche et dit: « Voici, ceci a touché tes lèvres, ta faute est effacée, ton péché est pardonné. » 8 Alors j’entendis la voix du Seigneur qui disait: « Qui enverrai-je? Qui ira pour nous? » Et je dis: « Me voici, envoie-moi. »

Un ange pour rappeler que chacun est invité à porter l’annonce joyeuse de la venue de Dieu parmi nous, sa présence à nos côtés. On pourrait aussi citer l’ange qui accompagne Tobie aux chapitres 5 et 6 du livre de Tobie…

L’Etoile : Elle rappelle cette promesse de Dieu à Abraham :

(Gn 15,5) : Dieu dit: « Lève les yeux au ciel et dénombre les étoiles si tu peux les dénombrer » et il lui dit: « Telle sera ta postérité. » 6 Abram crut en Yahvé, qui le lui compta comme justice.

Et puis il y a les grands personnages, qu’on connait déjà un peu, qu’on a rencontré durant l’Avent :

Joseph : Lui, c’est le côté officiel, le descendant de David ! Celui qui permet à Jésus d’être de la lignée de David… Mais en, même temps, une famille qui est loin d’être parfaite. Revenons au début, selon ce que nous dit Matthieu dans sa généalogie (Mt 1,6) :   David engendra Salomon, de la femme d’Urie.

Je pense que vous connaissez tous l’histoire de David qui a fait tuer un homme, Urie, car il avait couché avec la femme de ce dernier, et qu’elle était enceinte… Pour masquer son crime, David a donc fait tuer cet homme. Et l’enfant né de cette union illégitime, c’est Salomon, le roi le plus sage de toute la terre, le grand roi, l’un des descendants de Joseph, et donc de Jésus ! Jésus ne naît pas dans une famille parfaite, comme on peut les imaginer, mais c’est dans une famille avec ses histoires, les petites et les grandes, que Jésus arrive.

Marie : elle fait partie de la tribu de Lévi, la tribu des prêtres. Par elle, Jésus est « Le grand prêtre » parfait, le grand prêtre par excellence. Par Marie, Jésus est rattaché au Temple de Jérusalem, et à toute l’histoire sainte du peuple juif… Le temple, c’est le lieu de résidence du prophète Elie, de Samuel, ce jeune garçon qui a mis du temps à comprendre que c’est Dieu qui l’appelait en pleine nuit, et pas son maître… Je vous invite à lire le chapitre 3 du premier livre de Samuel…

Et puis, il y a Jésus !

Jésus : Ce petit être dont nous fêtons la naissance ce soir… Jésus, annoncé par les prophètes et par tout l’Ancien Testament que l’on vient de parcourir. Jésus annoncé par Isaïe dans la première lecture, qui vient pour nous sauver comme nous l’a rappelé Paul dans la lettre à son ami Tite… Jésus, qui est, comme on l’entendra demain durant la messe du jour de Noël, « le verbe fait chair ». Et là, on peut citer un dernier passage de l’Ancien Testament :

(Gn 1,1-3) : 1 Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. 2 Or la terre était vide et vague, les ténèbres couvraient l’abîme, un vent de Dieu tournoyait sur les eaux. 3 Dieu dit:

Dieu qui parle, Dieu qui dit, voilà l’action, dès le début, du Verbe de Dieu.

Alors pourquoi tout ce parcours biblique ? Pour prendre conscience que Jésus n’est pas un commencement, mais avant tout un recommencement, un achèvement de cette première étape du monde où Dieu était présent, mais un monde qu’il aime tellement qu’il vient lui-même, qu’il y envoie son propre fils, pour nous offrir de découvrir son amour… C’est une histoire qui continue, qui rebondit avec Jésus. Aujourd’hui, nous sommes partie prenante de cette histoire, elle nous concerne… Si nous sommes ici, ce soir, c’est parce que nous savons que Dieu nous invite à vivre avec lui, à partager avec lui son amour. Nous sommes là ce soir, mais c’est chaque jour que nous sommes invités par Dieu à vivre cet amour. Et pour nous y aider, il nous donne sa force, sa vie, son propre fils, dans l’eucharistie. Eh bien frères et sœurs, n’hésitons jamais à recevoir cet amour de Dieu, pour qu’il change nos vies et nous aide à toujours plus l’accueillir …

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :