Accueil > Actualité, Politique - Société > La démocratie, parfois, c’est pénible !

La démocratie, parfois, c’est pénible !


Pour nos élites, parfois, la démocratie a du mal à passer. Ainsi Dany le rouge (reconverti en Dany le vert) propose aux suisses de revoter ! On va leur faire le coup de l’Irlande et du second vote pour l’Europe ?

En même temps, n’oublions pas que l’opinion publique était oposée à l’abandon del a peine de mort en France, au début des années 1980. C’est un « coup d’état » de Miterrand qui l’a imposé… Donc entre le bien commun (le bien des personnes) et le populisme, il faut toujours chercher la ligne d’équilibre. Et là, dasn le cas des minarets, c’est clair que ce n’est pas évident… Oui ou non comme réponse à une question pleine de sous-entendus, c’est un peu court !

Voilà, ci dessous, la réponse de la conseillère fédérale Micheline Calmy-Rey, qui dirige le Département fédéral suisse des affaires étrangères. Elle est aujourd’hui en première ligne pour expliquer à l’étranger le vote de ses concitoyens sur l’interdiction de construire des minarets. (tiré du site www.lemonde.fr)

Le résultat de la votation anti-minarets suscite des réactions dans le monde entier. Que faites-vous pour tenter d’éteindre l’incendie ?

Nos ambassades ont reçu la mission d’expliquer aux différents gouvernements concernés les tenants et les aboutissants de ce vote. Nous multiplions les contacts. Le vote anti-minaret n’est pas dirigé contre les musulmans de Suisse. Il reflète des peurs et des craintes qui sont aussi présentes dans d’autres pays.

Mais l’ironie, c’est que l’affaire des minarets surgit en Suisse, un pays qui ne connaît pas de problèmes d’extrémisme musulman…

Le gouvernement et les partis politiques ont été surpris du résultat. Reste que les Suisses ne vivent pas seulement entre eux. Ils habitent au cœur de l’Europe. Leurs craintes sont les mêmes que celles qui s’expriment dans les pays voisins. Dans un monde globalisé, les individus ont le sentiment que les décisions qui touchent leur vie quotidienne leur échappent. Le vote anti-minarets s’explique par plusieurs composantes : la retenue de deux Suisses en Libye depuis seize mois, les pressions internationales contre le secret bancaire, la crise économique, la peur de perdre son travail, la peur de l’extrémisme islamiste, l’amalgame entre islam et atteinte aux droits de la femme, etc. C’est un signal et le gouvernement suisse doit en tenir compte.

Le vote anti-minaret ne révèle-t-il pas une sérieuse faille dans le modèle référendaire helvétique ?

Ce n’est pas parce que le résultat du vote déplaît qu’il faut parler d’une faille. La démocratie participative permet à des problèmes de société aigus de remonter à la surface beaucoup plus vite et plus directement, et d’éviter ainsi des réveils plus brutaux. La Suisse n’est pas un pays de révolutions. Les gens s’expriment et n’ont pas peur de dire des choses. Je suis assez sûre que si ce vote avait eu lieu ailleurs, en France par exemple, il aurait donné le même résultat.

Mais sur des questions aussi émotionnelles ne faudrait-il pas empêcher les votations populaires ?

Si vous allez au bout de ce raisonnement, vous arrivez à la conclusion qu’il faut supprimer la démocratie participative, l’encadrer, bref la remettre en cause. Personne ne le souhaite. Bien sûr, la compatibilité des engagements internationaux de notre pays, comme la Convention européenne des droits de l’homme, avec les résultats de certains votes se pose. La Cour européenne des droits de l’homme pourrait être amenée à se prononcer en cas de recours.

Que pensez-vous des déclarations de l’eurodéputé Daniel Cohn-Bendit qui appelle les Suisses à revoter ?

Une nouvelle initiative populaire ne peut pas venir du gouvernement, mais d’un groupe de citoyens ou d’un parti politique. En Suisse, pour que les femmes obtiennent le droit de vote en 1971, il a fallu deux votes au niveau fédéral. Nous avons aussi voté deux fois avant d’entrer à l’ONU.

En Suisse, le président du Parti démocrate chrétien s’est prononcé contre la burqa. L’UDC veut s’attaquer aux mariages forcés et à l’excision. Qu’en pensez-vous ?

Les lois actuelles permettent de s’opposer aux mariages forcés, à l’excision. Ces propositions sont provocatrices et elles risquent de susciter à leur tour des réponses provocatrices, de type boycottage. Le vote contre les minarets réveille malheureusement des vocations anti-islamistes un peu partout en Europe, et c’est préoccupant.

Le ministre turc des affaires européennes, Egemen Bagis, vient d’inviter ses concitoyens à retirer leur argent des banques suisses…

Les pays réagissent en fonction de leurs émotions. Il est d’autant plus important de répéter qu’en Suisse la communauté musulmane – presque 400 000 personnes – est bien intégrée. La Suisse abrite 100 000 Turcs d’origine, dont la grande majorité a la nationalité suisse. Les musulmans pratiquants pourront continuer à prier tous les vendredis à la mosquée.

Ces derniers mois, la Suisse a été la cible d’attaques virulentes. Avez-vous le sentiment d’être isolé ?

Non, la Suisse est un pays qui a du succès. C’est la septième place financière du monde et la première avec Londres dans le négoce du pétrole et du gaz. De nombreuses entreprises viennent s’y établir et nous attirons beaucoup de main-d’œuvre. En termes de concurrence et de compétitivité, nous apparaissons comme un pays à qui l’on veut reprendre des parts de marché. C’est ce qui explique que les pressions internationales se soient accentuées, en particulier en matière de secret bancaire.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :