Accueil > Actualité, Politique - Société, Réflexion > Internet et les pratiques religieuses

Internet et les pratiques religieuses


Ce matin, pour les journalistes et observateurs, c’est matinée détente. Car après la première session (à 8h30 quand même, ce qui est un peu « pazzesco » – pour la traduction, je renvoie à ce que j’ai dis ci dessous , ou dessus, quant à Google Translator – quand on se retrouve à Rome), il ya les carrefours où les évêques et responsables discutent de la CEEM.

CCEEKesako la CEEM allez vous me dire ? Google, d’habitude si prolixe, ne renvoie qu’à desarticles d’actualité sur la rencontre qu ise joue en ce moment à Rome. Alors on utilise les vieilles méthodes, on ruse, et on finit par trouver, dans les documents offerts au début de la session, que la CEEM dépend de la CCEE. Ok, j’arrête ! La CCEE, c’est le Conseil des Conférences Episcopales d’Europe, dont le président est le cardinal Erdö ! Et dans ce conseil, on trouve la CEEM, la Commission Épiscopale Européenne pour les Médias, dont le président est Mgr di Falco (je vous laisse utiliser le lien internet pour découvrir plus profondément ce qu’est et ce que fait la CEEM).

Mais revenons à la première partie de la matinée, avec une très belle intervention du professeur Jean-François Mayer sur le thème « Internet change-t-il nos pratiques religieuses ? ». Le président de l’institut Religioscope, en Suisse, commence fort : « Toute innovation technologique peut avoir une conséquence dans le domaine spirituel ». Puis il prend le contre pied de la journée de vendredi, en disant qu’il ne s’intéresse pas seulement (et même peu) aux réseaux sociaux, car pour lui il s’agit d’une génération sur internet, qui est plus vaste.

Selon ses études, pour les petites communautés de diaspora, internet est un outil idéal ; en effet, le réseau est utilisé par ces petits groupes de manière très forte, car cela leur donne une visibilité au delà des grands médias.

Communication et information en ligne.

Internet sert à informer le grand public de manière directe, sans médiation. Pour l’évangélisation, on peut ainsi s’adresser à tous ceux qui désirent trouver une information.

Mais en même temps, internet, pour les évangéliques, est un champ de mission pour le XXIe siècle. Ces groupes ont mené des grandes études sur la manière de communiquer par internet, plus que sur la philosophie d’internet ? Ils cherchent ainsi à répondre aux demandes du grand public, mais la question est de savoir quelles sont les questions des gens. Un phénomène qui explique que les blogs n’ont pas toujours de réponses, en occident et pour les chrétiens comme pour des moines bouddhistes au Japon, sdelon des témoignages qu’il a reçus.

Et il cite l’exemple du site « le cybercuré », où le père Raymond, prêtre octogénaire de Nanterre témoigne avoir compris que les gens allaient voir des pages qui pour lui n’avaient pas d’intérêt.

internet-surfConcernant les informations en ligne, on se rend compte aujourd’hui que l’on est affronté à des problèmes de vocabulaire, tandis que les protestants par exemple ont pris acte de ce problème et ont proposé des changements. Ces informations, dans le domaine religieux, ce sont des infos pour faire « entrer dans un monde », comme ce que font les religieux (d’ailleurs il y a de nombreuses communautés monastiques sur la toile).

Pour les informations sur l’Eglise, ce sont les catholiques eux-mêmes qui communiquent : on trouve de nombreuses informations sur internet (et sur le PPS  de JF Mayer, on voit en grand Zenit, CNS, NCR et Fides !)

Les pratiques religieuses sur internet

Il y a, il faut bien le reconnaître, une « apparition de nouvelles pratiques religieuse ou transformation de pratiques existantes » qui est rendue possible par le net ! On a aboli les distances et le temps, pour une prière en direct par exemple… Pour Jean François Mayer, « ce qui me parait plus intéressant, c’est le développement de la direction spirituelle en ligne », et il précise « parce que l’anonymat offrait des possibilité nouvelles ». Cependant, ce conseil spirituel en ligne pose des questions, telles que l’absence du contexte réel où la personne qui est conseillée se trouve.

Concernant le culte en ligne, on trouve des sites qui se basent sur une topologie assez proche de la réalité : « on reproduit dans l’espace virtuel des espaces assez proches de la réalité » explique le chercheur.

Hiérarchie et source d’autorité

Internet permet un lien direct avec l’information ou entre les personnes, et donc possède une dimension centripète. Mais d’autre part, il y a une multiplication des sources, et donc une dimension centrifuge de ce fait. Ces multiples sources sont principalement dues à des groupes qui n’ont pas une structure bien établie, ce qui leur pose un réel problème de centralisation et de poid de l’information.

En ce qui concerne l’autorité, la question du label de qualité, du « nihil obstat virtuel» pour les sites  se pose, afin de mieux hiérarchiser l’information. D’un point de vue plus factuel, internet offre également divers moyens de vivre le lien à la hiérarchie (ex, le site « Benoît, j’ai confiance en toi »).

Le développement de réseaux virtuels

site_internetPour Jean François Mayer, ce genre de réseaux trouve toute sa pertinence pour des personnes qui bougent beaucoup : celui qui se situe en dehors de son lieu de résidence se retrouve autour des affinités et du réseau qu’il se sera construit ! Comme on a pu le voir avec l’actualité récente, c’est aussi un nouveau lobbying qui peut se mettre en place : Facebook offre un pluralisme de fait, et les groupes qu’on peut y trouver sont parfois de vrais instruments de lobbying !

La question des communautés en ligne ne peut pas être évitée, car elles peuvent offrir une nouvelle solidarité, et de nouveaux ancrages, une stabilité pour des gens qui sont très mobiles.

Voilà, c’est tout pour la rencontre de ce matin !

Je me permets de vous renvoyer vers une interview de Jean-François Mayer, réalisée il y a quelques temps par votre serviteur ! Suivez le lien !

@+ pour l’après midi !

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :