Accueil > Actualité, Réflexion > Liberté… j’écris ton NON : Un article sur la capote et les propos du pape !

Liberté… j’écris ton NON : Un article sur la capote et les propos du pape !


Le pauvre Paul Eluard doit se retourner dans sa tombe à voir ce qui arrive aujourd’hui, tellement l’opinion majoritaire prend la place de la vérité. Et ce n’est pas Benoît XVI qui me contredira !

Il existe une théorie de la communication qui s’appelle la spirale du silence d’Elisabeth Noëlle Neumann, et qui propose l’idée que l’individu se rangera toujours derrière l’opinion majoritaire (ou du moins ressentie comme majoritaire) pour éviter de se retrouver exclu du groupe dominant. Ou pour mieux le dire :

Le point de départ de cette théorie est que les individus redoutent l’isolement social et pour l’éviter ils expriment les opinions qu’ils considèrent admises par la majorité. Parallèlement, ils censurent celles qu’ils sentent impopulaires. Ce comportement va donc renforcer l’opinion de la majorité, ce qui mène à la suppression de la minorité, créant ainsi une spirale du silence.

Je vous renvoie aussi à ce bon article pour comprendre cette théorie.

Car aujourd’hui, on en voit l’application, véhiculée bien souvent par les médias. On a glosé longtemps sur les images et la politique de la première chaine française à propos des problèmes sur la violence, qui auraient conduit les candidats de droite à gagner les élections présidentielles. On peut reprendre le même schéma pour un domaine plus crucial, celui de la santé.

statistiques-webEn effet, dans l’indifférence médiatique générale, un article est paru il y a quelques jours, donnant raison au pape sur l’usage des campagnes de prévention  contre le Sida qui seraient uniquement centrées sur le préservatif. Alors qu’on nous annonce des résultats proches de 100% voilà qu’une étude statistique  de la Cochrane Review vient jeter un pavé dans la mare : En fait le préservatif n’est efficace qu’à 80 % ! On n’y peut rien, c’est comme ça a posteriori. Je répète : c’est une étude statistique, sur des vrais cas, avec des vrais gens. Pas une étude idéale sur la porosité ou je ne sais pas trop quoi. Il existe peut-être des conditions d’utilisations qui réduisent son efficacité, d’autres raisons (l’auteur de l’enquête statistique ne précise pas, car lui même ne le sait pas), mais c’est un fait, un chiffre après utilisation, pas issu des tests !

Par conséquent, quand on habite un pays comme la France où il y  a environ 150.000 personnes atteintes du virus, soit 0,25 % de contamination, le risque d’attraper le virus lors d’un rapport protégé par un préservatif est de l’ordre de : 0,25*0,2= 0,05 %. C’est à dire que statistiquement, vous avez une chance sur 2000 d’attraper la maladie. Ce qui est faible, et donc considéré par les pouvoirs public ou de santé comme acceptable…

Par contre, en Afrique, où certains pays montent à 25 % de cas de personnes infectées, le risque est bien plus élevé; si le préservatif fonctionne 4 fois sur 5, il risque donc de ne pas fonctionner 1 fois sur 5. Soit : 25*0.2=5 % ! Vous avez donc 5 % de chance d’ête contaminé lors d’un rapport protégé, soit une chance (le mot est mal choisi, désolé) sur 20 ! Statistiquement, si vous avez 20 relations, vous pouvez attraper le virus…

Ce qui ne remet pas en cause l’usage du préservatif (car sans lui, c’est une chance sur 4). Mais les campagnes européennes de préventions, et que l’on exporte (vive le néo-colonialisme !) sont par contre rapidement mises en défaut par ce simple calcul, et se révèlent même dangereuses, car on fait passer le message qu’avec le préservatif, il n’y a pas de risque, message qui se révèle faux! On comprend ainsi que les africains puissent préférer la méthode ABC (Abstinence – être fidèle – condom autrement), la seule qui a produit des résultats notables, comme on peut le constater au Nigeria par exemple.

Par conséquent, l’auteur de l’étude a le droit de conclure dans l’article de la Manche libre :

“Il existe certainement un très grand manque d’information parce qu’il semble impossible de débattre du sujet. Et aussi un manque de réalisme sur cette question qui est prisonnière de l’idéologie. La greffe cardiaque ou la chirurgie de la hanche ne souffriraient jamais d’un tel manque d’objectivité, comme si l’opinion perdait ses repères dès qu’elle aborde ces questions de la sexualité et la famille. Il existe un prêt-à-porter de la pensée mais doit-on se taire sous prétexte qu’on risque de se faire lyncher ?”

Bon, je connais un peu Benoît XVI, et je suis sûr que pour tous ceux qui voudraient adresser au pape des excuses pour leur réaction basée sur l’opinion dominante, pour le lynchage auquel ils auraient participé, les excuses seront reçues avec bienveillance…

Publicités
Catégories :Actualité, Réflexion Étiquettes : , , , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :