Accueil > Actualité > Revue de Presse : Divorce et vie quotidienne !

Revue de Presse : Divorce et vie quotidienne !


« Les divorcés remariés interpellent l’Eglise » ! C’est le titre qui s’étale en lettres rouges sur un bandeau jaune traversant la couverture du magazine Pèlerin. Le problème est posée par le magazine dès l’éditorial de René Poujol, le imageSommairedirecteur de la rédaction : « Le divorce est, en France, un fait majeur (…) Comme le révèle, spectaculairement, notre sondage, 40 % des Français se disent aujourd’hui concernés, soit pour eux-mêmes, soit du fait du divorce de leurs parents ou de leurs enfants ». Selon les résultats du sondage que la revue a fait réaliser, les pratiquants réguliers se désolidariseraient de la position ecclésiale. Ils sont en effet 69 % (et non plus 57 %) à attendre « une attitude plus souple » de l’Eglise sur le remariage, et 76 % à ne plus supporter qu’eux-mêmes, leurs enfants ou leurs parents ne puissent plus accéder à l’eucharistie.

Alors bien évidemment, poser le problème sans chercher de réponse, en s’arrêtant simplement à un constat en forme d’échec, ce serait un peu cavalier de la part d’un magazine qui revendique une identité chrétienne. Ainsi, Pèlerin a organisé un débat où la proposition d’une réconciliation à la manière orthodoxe émerge. Xavier Lacroix évoque même un temps de 7 ans, la durée prévue dans l’Ancien Testament pour la remise de la dette, ce qui permettrait ainsi aux divorcés-remariés de pratiquer les sacrements de manière plénière. Mais, ajoutent les interlocuteurs, il faut bien faire attention à ne pas « brader » l’indissolubilité. Cette question de fond auquel le magazine s’attaque est une question très sensible, dans tous les sens du terme, comme le montre le nombre de commentaires sur le tout jeune site http://www.sacristains.fr, où le débat a rebondit !

Il faut ici louer la tempérance de Pèlerin dans le dossier, un équilibre que certains magazines n’ont pas choisi de mettre en avant. Ainsi, l’Express, sur son site internet titre « Les catholiques pratiquants prêchent pour les divorcés », avant de parler de « divorce entre les catholiques français et l’Eglise ». Comme si les catholiques français ne faisaient pas partie de l’Eglise ! C’est d’ailleurs un peu le reproche adressé par Isabelle de Gaulmyn au livre de Daniel Duigou, « L’Eglise sur le divan ». Dans La Croix de jeudi dernier, la directrice du service religion écrit : « L’auteur – journaliste, prêtre, psychanalyste et chroniqueur dans les pages de La Croix – prend un risque, celui de passer les frontières ». On évite ainsi la « langue de buis » sur le fonctionnement de l’Eglise et les problèmes qui se posent-à-elle, mais la journaliste remarque les limites de l’exercice : l’Eglise est vue sous sa forme institutionnelle, romaine et hiérarchique, séparée de “la Base” ! Or le concile Vatican II ne nous apprend-il pas que l’Eglise, pour reprendre une fameuse expression, c’est aussi nous qui la formons ?

concileEn évitant donc ces dérives, le même journal offrait le lendemain un article dans lequel le cardinal Vingt-Trois « invite les fidèles à se réapproprier Vatican II », en vue « d’engendrer une culture de communion ». Si la base de l’intervention du président de la conférence des évêques de France était le dialogue en vue de la réintégration des intégristes, le prélat ajoutait : « On s’aperçoit aujourd’hui que le Concile est bien évidemment un élément constitutif de la vie de l’Église, mais que son application suppose un gros travail d’intégration (…) Nous avons désormais une majorité de catholiques qui n’étaient pas nés, ou à peine, au moment du Concile ». Et l’article conclue que pour l’archevêque de Paris, « La réalité de l’Église est plutôt à chercher, selon lui, “au niveau des chrétiens qui vivent leur foi au quotidien” ».

C’est donc cette réalité que le quotidien local, le Républicain Lorrain nous présente dans ses pages aujourd’hui. L’édition de Sarreguemines relève ainsi la « messe de rentrée » des enfants à Wieswiller, ainsi que la reprise des « Scouts et guides » du pays de Bitche. L’édition de Thion  ville revient sur les « 17 ans » du rassemblement paroissial de Garches et Koeking-Husange. De même, revenant sur les journées du patrimoine, cette édition relève l’ouverture de la chapelle St Luc de Boulange. L’édition messine, en page 2, annonce le colloque qui sera organisé Vendredi par le mouvement du Nid, « d’influence catholique » comme le précise le journal.

Parmi les chrétiens qui vivent leur foi au quotidien, Sophie le Pivain nous dresse, en dernière page de Famille Chrétienne le portrait du père Georges Verger. En cette année sacerdotale, l’histoire de ce prêtre qui est aussi passionné par les airs a de quoi montrer la diversité du ministère presbytéral. Celui qui a réalisé il y a peu son premier saut en parachute (à 86 ans quand même), déclare : « il faut rejoindre les gens dans ce qu’ils font, c’est important ». Le quotidien n’est donc jamais loin…

Bonne lecture, et à la semaine prochaine.

———————–

Pour les fainéants, vous pouvez écouter ce texte en cliquant sur la box ci contre ; c’est le fichier Revue de Presse (évidemment)

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :