Archive

Posts Tagged ‘politique’

Des exemples. Voilà plus que jamais ce que nous devons être. Des exemples !

20 octobre 2013 1 commentaire

La statue du Pasquino, à Rome

« Puisque nous n’avons pas su les conduire à la victoire, sachons au moins les aider dans la défaite. (…) – Oui ça … faut reconnaître que côté victoire on n’a pas été … – Non. Des exemples. Voilà plus que jamais ce que nous devons être. Des exemples. » Les afficionados auront reconnu une phrase culte du film “On a retrouvé la 7ème compagnie”. Certes, vous vous dites que ce n’est pas très sérieux de citer ce genre de film. Pourtant, si vous le regardez, vous verrez que ce dialogue prend place alors que les “héros” sont déguisés en gradés et reçoivent des pommes de terre à manger. De l’autre côté de la grille, des hommes du rang leur demandent alors de partager leurs patates, et face à leur refus, un jeune lieutenant se dévoue et leur fait cette leçon !

Si je pense à cette réplique et à cet épisode, c’est face à la navrante semaine que nous avons vécue au niveau de la politique française. Commençons par le début : la victoire de Laurent Lopez, le candidat du Front National, à Brignoles. Dès les journaux télés de dimanche soir, la valse des raisons de cette élection a commencé. Pour les militants de gauche, c’est la faute à la droitisation de l’UMP, tandis que pour les militants de droite, c’est bien à cause de la manière de gouverner de la gauche que le FN a gagné. Excusez-moi, mais j’ai un peu l’impression d’être dans une cour de récré : « c’est pas ma faute madame, c’est lui qui a commençé » ! Oui, ce n’est jamais la faute d’un parti si il perd une élection, mais toujours celle des autres. Côté remise en question, côté réalisme, on a vu mieux. En voyant cette incapacité à tirer le bilan d’un échec, à toujours remettre la faute sur un autre, on comprend que les personnes politiques finissent par se décrédibiliser, autant si ce n’est plus que par leurs actes.

S’il n’y avait que ça… Mais la semaine a tout aussi mal continué. Point de caquètement dans l’hémicycle cette semaine, c’est déjà ça, mais la mini-saga Morano. Nadine Morano qui déclare vouloir porter plainte car un humoriste, Guy Bedos, l’a insultée lors d’un spectacle. J’avoue ne pas goûter du tout l’humour (enfin, les textes et saillies) dudit “humoriste”. Et avoir même une aversion assez profonde pour ses expressions idiomatiques dont Nadine Morano a fait les frais. Mais de là à vouloir porter plainte contre lui pour un spectacle dont elle n’était certainement pas la seule victime… Les pamphlets et autres contestations politiques par les humoristes font, depuis longtemps, partie du paysage social. Je me souviens des billets affichés sur la statue du Pasquino à Rome. Le nier nous ferait entrer dans une démocratie qui perdrait un peu de sa liberté. Mais bon, que voulez-vous, il faut exister et faire parler de soi…

Mais le pompon, cette semaine, a été décroché haut la main par la controverse sur l’expulsion de la jeune Léonarda. Je vous avoue ne pas avoir suivi toute l’histoire, tant cela m’a exaspéré. Quand on commence à gouverner sur des cas particuliers, on perd le sens général et on joue sur l’émotion, plus que sur la loi, sur l’intérêt de la société. Je ne dis pas qu’il était juste de renvoyer cette jeune fille et sa famille hors de France, mais se focaliser sur la manière de procéder, aussi brutale soit-elle (et elle n’a pas dû l’être tant que ça à voir les conclusions de l’enquête), c’est dévier du sujet général de l’immigration et de l’accueil que l’on fait à ceux qui veulent venir en France. C’est prendre le problème par le petit bout de la lorgnette, et ce n’est pas digne du monde politique. La gauche de la gauche demande dès lors la démission du ministre. Ici, même si l’indignation peut-être légitime, on est en pleine émotion, car la loi a été respectée. Que des élus demandent le non-respect de la loi, c’est juste… fou ! Qu’ils se mobilisent pour changer cette loi serait bien plus productif ! Quant à la solution prônée par le président de la république de laisser la jeune fille revenir en France, sans ses parents, n’en parlons pas… Mais comme l’a démontré Michel Richard dans son ouvrage “La République compassionnelle” il y a quelques années, après cet écoulement de bons sentiments, rien ne change en général. Et j’en prends pour preuve un autre aspect lié à cette question des migrants, celle de Lampedusa. Qui, en France, se penche sur la question (parmi le monde politique j’entends) ? Il n’y a pas de visage connu, exploité par les médias, et donc, cela n’intéresse personne.

En fait, si l’on regarde un peu le monde politique, on a l’impression que les élus nationaux vivent dans une bulle. Qu’ils se coupent des réalités et cherchent à faire des « coups » médiatiques. Qu’ils existent uniquement pour et par les médias… Sauf qu’à jouer sur ce registre, on en arrive bien vite à se décrédibiliser. C’est là où l’exemple, tel qu’il est vécu par le pape François (au hasard), est précieux… Parce qu’à force de courir derrière les bons sentiments en faisant semblant de se rapprocher des gens, à en rester dans la « com », nos élites politiques sont en train de faire le lit des vrais populistes. Alors mesdames et messieurs, un peu d’orgueil (bien placé), un gros soupçon de vérité, et en route, soyez pour nous des « exemples ».

Haiti vs « la république compassionelle »

14 janvier 2013 5 commentaires

Samedi matin, j’étais dans ma voiture, en route vers le carmel pour y célébrer la messe. J’écoutais les informations sur une radio nationale. Le jour précédent, la France venait de s’engager militairement au Mali, et surtout, nous étions à la veille de la manifestation contre le #mariagepourtous. Durant la semaine, les émissions spéciales s’étaient succédées sur le sujet. Du coup, une fois de plus, je m’attendais à entendre parler des cars qui se préparaient, des opposants qui tenteraient de minimiser par avance le rassemblement parisien…

Mais là, surprise, un sujet inattendu, et comme on dit dans le milieu, loin de l’actualité chaude, c’est-à-dire de ce qui venait de se passer ou aller se passer… Trois ans après le séisme dévastateur en Haïti, la radio proposait, dans la journée, un gros plan sur ce pays. Un bol d’air frais dans une actualité marquée par les affrontements, même si certains sont moins meurtriers que d’autres. J’en profite pour vous inviter à la prière pour les soldats français tombés pour la paix, que ce soit au Mali ou en Afghanistan.

Souvent, on parle d’un sujet dans l’immédiateté, quand la situation est dramatique, quand l’émotion nous submerge. Les médias se jettent sur le sujet, c’est leur travail d’ailleurs, en font des tonnes, puis passent à autre chose. Idem pour les hommes politiques. Un drame arrive, et les voilà qui se déplacent pour voir de quoi il relève, mais aussi pour rassurer les habitants, enfin, les électeurs. Oh, je ne leur dénie pas un intérêt pour le sujet. Simplement, la règle du jeu fait qu’un drame chasse l’autre, et même quand on décide de faire quelque chose, de réagir, que ce soit législativement ou autrement, la durée de réaction est telle que  le sujet perd de son intérêt médiatique. Et alors, plus rien ne se passe, la machine, sans l’éclairage des médias, se grippe.

9782246697510Certes, il y a des exceptions, mais comme de nombreuses exceptions, elles confirment les règles générales. En 2006, Michel Richard a publié un petit livre, un pamphlet oserai-je dire, intitulé « La république compassionnelle ». S’il salue l’importance de la compassion, il n’hésite pas non plus à dénoncer la transformation de cet intérêt pour l’être humain qui entraîne que la république se soucie désormais moins de la chose publique que de la gestion publique de la chose privée. Pour lui, les gouvernants sont devenus les aumôniers d’une société lacrymale. Malgré la laïcité, ils sont désormais les « grands ordonnateurs des pompes doloristes » et courent au devant des malheurs: au final, tout conduit à la surenchère dans la compétition victimaire du côté des gouvernés et dans la compétition compassionnelle du côté des gouvernants.

C’est dans cette société française que, comme par grâce, les trois ans du séisme en Haïti ont été rappelés. Pour une fois, on a quitté le terrain émotionnel ; on a pu s’en apercevoir à travers les différents reportages réalisés. La question n’est pas ou plus de savoir ce que l’Occident peut faire pour ce pays, mais c’est bien du futur des haïtiens qu’il était question dans les reportages. Comment eux-mêmes se prennent en charge, essayent de reconstruire leur vie, de bâtir un système d’entraide. Comment la conscience nationale des habitants sert au développement de l’île.

C’était, je vous l’avoue, un, moment de bonheur et de joie pour moi, car pour une fois, les bons sentiments et le politiquement correct ont laissé la place à une vraie humanité, celle qu’on espère voir plus souvent. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer…

Les hommes politiques se moquent-ils de nous ?

25 novembre 2012 6 commentaires

La République, de PlatonQuand j’étais jeune, au collège, puis plus tard au lycée, je suivais des cours de grec. Et je me souviens avoir traduit une partie de la République de Platon. J’avoue qu’à l’époque, je m’attachais plus au texte traduit, à voir si les mots que je devinais et que je traduisais en français avaient un peu de sens qu’aux idées déployées dans le récit. Et puis, en Terminale, on a traduit le Criton (enfin, des extraits toujours, j’étais en classe scientifique, le grec, on s’en moquait un peu, c’était plus pour le fun !). En parallèle des cours de philosophie, cet opuscule où Criton essaye de convaincre Socrate de s’enfuir de prison et où le vieux sage philosophe lui déclare que ce serait renier toutes ses convictions et tout son enseignement m’a plus marqué ! Oui, à l’époque, j’étais d’accord avec lui, mais comme le disais Brassens,  « Mourrons pour des idées, d´accord, mais de mort lente ».

Mais bon, revenons à Socrate, ou à Platon, vu qu’on ne sait pas trop qui dit quoi ente ces deux-là ! Le philosophe dresse, dans la République, un réquisitoire contre la démocratie. C’est dans le livre VIII, juste après le livre VII (logique !) celui où l’on trouve l’allégorie de la Caverne. Si, souvenez-vous, vous l’avez travaillé en philo quand vous étiez au lycée. Selon Platon, la démocratie, c’est « un gouvernement agréable, anarchique et bigarré, qui dispense une sorte d’égalité aussi bien à ce qui est inégal qu’à ce qui est égal ». La formule vous l’aura fait comprendre, ce pouvoir du peuple (selon les mots dêmos, peuple, et krátos, pouvoir) n’est pas forcément en odeur de sainteté chez Platon. Qui lui préfère clairement l’aristocratie.

Mais pourquoi nous parle-t-il de tout cela devez-vous vous dire ? Tout simplement parce que je commence à me demander si Platon n’avais raison, ou tort d’ailleurs. Oh, rassurez-vous, je reste fondamentalement un démocrate, mais j’y mets des conditions. Tout comme je trouve qu’il y a dans l’aristocratie, telle que décrite par le philosophe, des points intéressants pour notre époque. Regardez la semaine passée. Ça a commencé dimanche, avec les élections du président de l’UMP. Fillon vs Copé ! Deux candidats déjà, seulement. Un vrai bipartisme, dont les français sont friands auquel les français sont habitués. Et puis, c’est tellement facile de voir la vie en noir ou en blanc, enfin, en filloniste ou en copéiste (je parle pour les militants de l’UMP bien sûr, j’imagine que les adhérents du PC, s’il y en a encore, doivent bien s’en moquer). Depuis dimanche soir, à l’UMP, c’est le drame ! Le parti qui revendique le plus d’adhérents n’a pas réussi à départager les candidats dans la soirée. Bon, on reporte tout ça à lundi. Déjà, les responsables passent pour de grands guignols. Mais ce n’est que le début. Vous connaissez la suite. Copé est déclaré vainqueur, Fillon le reconnaît, puis on constate qu’il y a eu l’oubli de 3 fédérations, ce qui donnerait Fillon gagnant, mais Copé ne veut pas revenir en arrière,… bla bla bla, et finalement c’est Juppé qui devient le médiateur entre les deux candidats, mais il sent que ça ne prend pas, et c’est reparti comme en 14 !

Quand on pense qu’on se moquait des passes d’armes à gauche, au PS lors des primaires ou pour la désignation du Secrétaire national d’Europe Ecologie Les Vers, y’a de quoi rire ! Ce qui est plus dramatique, c’est que nos amis les politiciens chevronnés qui se battent pour le poste et les strapontins ne voient pas qu’ils décrédibilisent la fonction politique ! Tout le monde est témoin qu’ils se battent pour le job, au point d’en arriver à ne plus s’inquiéter des personnes qui leur ont donné confié remis cédé concédé leur voix. Ils sont incapables de compter correctement, on entend le mot de tricherie ou de fraude à tout bout de champs, et ils voudraient qu’un jour on leur confie le gouvernement du pays (ok, ils l’avaient il n’y a pas si longtemps !) Eh ben, je ne sais pas pour vous, mais ce n’est pas gagné.

Remarquez, de l’autre côté, ce n’est guère mieux. Le président de la République, sur un sujet assez chaud, le mariage pour tous, annonce qu’il y aura une clause de conscience pour les élus qui ne voudront pas célébrer les unions homosexuelles, et le lendemain, après avoir rencontré des militants homosexuels, revirement de bord. Si ça ne relève pas de l’amateurisme et du clientélisme, je ne sais pas trop de quoi il s’agit.

Et il y a un dernier élément qui est encore pire. Vendredi, grande discussion à Bruxelles, sur le budget européen. Les anglais font de la résistance par rapport au projet proposé (en même temps, ce sont des anglais, normal qu’ils ne soient pas d’accord, regardez, ils ne roulent même pas du bon côté de la route). En cause, une augmentation d’environ 50 milliards par rapport à l’exercice précédent, certes, sur environ 1000 milliards, ce n’est pas tant que ça. Juste 5 % ! Mais 5 % de plus alors que les états sont tous endettés, que les programmes de rigueur sont drastiques en Grèce ou en Espagne, et bientôt en France, c’est quand même un peu gros !

Alors oui, je dis stop ! Stop à cette manière de faire croire au peuple qu’il dirige, alors que ce sont quelques élites qui tiennent le pouvoir. A tel point qu’elles se battent pour le conserver, au détriment de ceux qui les ont élu parfois. Stop à cette démagogie qui consiste à voter un texte à Bruxelles ou Strasbourg pour ensuite le critiquer dans son pays. Stop à ce gaspillage d’argent publique par des élus (ou des technocrates) qui semblent eux-mêmes totalement déconnectés de la vie des citoyens. Stop à cette déconnexion entre le peuple (le dêmos) et le pouvoir (le krátos).

Et du coup, j’ose une proposition. Qu’il faille des élites, ce que Platon appelle l’aristocratie, je n’y suis pas opposé, bien au contraire, et je voudrais d’ailleurs qu’elle soit plus nombreuse ! Un mot pour dire que cette aristocratie, bien entendue, n’est pa de sang, mais élective. Je suis un démocrate, je vous l’ai dit ! Mais finalement, pourquoi concentrer le pouvoir entre quelques mains ? La proposition 48 du candidat Hollande, que Mr Jospin a remis au gout du jour avec son rapport sur  la modernisation de la vie publique, sur le non-cumul des mandats, me paraît certainement, de ce point de vue, largement prioritaire par rapport à la question du mariage pour tous. Cela permettrai un élargissement de la base des élus, l’irruption de sang neuf dans le système démocratique, qui le deviendrait encore plus. Les élus ne seraient plus tentés aussi facilement par une démagogie qui ruine leur crédibilité et tend à leur faire perdre de vue le Bien Commun. Ils seraient alors vraiment cette aristocratie dont rêvait Platon… celle qui saura nous redonner goût à la chose publique et à la vie de la cité.

C’est le régime politique qui nourrit le peuple. Il produit de braves gens, s’il est bon, des méchants, s’il est mauvais. Il convient donc de montrer que nos ancêtres ont été élevés dans un régime bien réglé, qui les a rendus vertueux tout comme les hommes d’aujourd’hui, au nombre desquels comptent les morts ici présents.

C’était alors le même régime que de nos jours, le gouvernement des meilleurs, par lequel nous sommes régis aujourd’hui comme nous l’avons toujours été depuis cette époque, la plupart du temps. Tel l’appelle démocratie, tel autre du nom qui lui convient mais c’est en vérité une aristocratie avec l’assentiment de la foule. Des rois, nous en avons toujours. Tantôt ils le sont par leur naissance et tantôt parce qu’on les choisit mais le pouvoir dans la cité est pour la plus grande part entre les mains de la foule, qui attribue charges et commandements sont à ceux qui à chaque fois lui ont paru être les meilleurs.

Ménexène, 238 c

PS : Avis à tous les hommes politiques qui ne sont pas d’abord et avant tout dans les appareils des partis ou devant les caméras, qui oeuvrent au bien être de leurs concitoyens, sans chercher leur avantage, continuez ! Merci.

PS 2 : Si vous êtes convaincus par ces propos, je suis désolé, je ne présente pas aux élections, mais vous, vous pouvez le faire ! Foncez !

Revue de Presse : Rimsha, paralympique, sexe et communion… et plein d’autres choses

30 août 2012 2 commentaires

« Elle s’appelle Rimsha » ! Voilà le titre du dernier éditorial de Mgr Bernard Podvin, qui s’arrête sur cette histoire surréaliste qui a lieu au Pakistan, pays déjà tristement célèbre pour le traitement réservé à Asia Bibi. Rimsha est cette jeune fille qui, nous dit le porte-parole de la conférence des évêques de France, « n’a guère plus de quatorze ans. Elle vient d’être arrêtée au Pakistan au motif… d’avoir brûlé les pages d’un manuel sur lequel figuraient des versets coraniques. Or, Rimsha ne sait ni lire ni écrire! Elle est atteinte de trisomie. On condamnerait à mort l’innocence? On sanctionnerait la vie ? Et au nom de qui ? ». Et il continue en déclarant : « Refusons de nous reconnaître dans les attitudes religieuses qui n’honorent pas le plus petit des hommes. Que nos rentrées scolaires se vivent, en les dédiant à toutes les Rimsha du monde ».  L’info avait fait un tollé la semaine dernière. Je vous renvoie vers la matinale chrétienne du mardi 21 août ou vers le site de Famille Chrétienne où vous trouverez de nombreuses informations sur le sujet !

Un petit mot sur les Jeux Paralympiques, parce que la presse catho en parle, que ce soit dans La Croix dans l’édition d’aujourd’hui ou dans La Vie de cette semaine. Et puis, sinon, il y a cette belle interview de Jean-Baptiste Alaize, un athlète français qui a survécu au génocide rwandais. C’est le blog Youphil.com qui nous présente ce sujet émouvant réalisé par France Info. Une analyse de la couverture médiatique de ces jeux paralympiques est également à lire sur le blog “Youphil” !

Bon, et puis, il faut bien dire un mot sur la polémique actuelle. C’est La Vie et Famille Chrétienne qui y reviennent cette semaine, sous l’angle soit de l’homosexualité et de la position de l’Eglise face à cet état, ou sous l’angle de la pureté. Dès la semaine dernière, Henrik Lindell parlait déjà de ce sujet dans la newletter de La Vie “Chrétiens en débats”. Et sinon, sur les blogs, René et Natalia ont continué leur débat… Ce dernier a été largement suivi, jusqu’au Québec ! D’autres y prennent part, viennent ajouter leur opinion et leur lecture de la proposition de l’Eglise, voire une vision plus large de la place de l’Eglise dans la société ! Bref, c’est un vrai débat.

Sinon, dans son billet, Natalia parlait de la « non-communion ». Valérie Barbe est revenue sur le sujet en constatant que face à ceux qui choisissent de suivre la proposition de l’Eglise et de ne pas communier, elle était renvoyée à sa « propre pratique de gavée tous les dimanches ». Une belle réflexion sur un geste qui devient parfois tellement rituel qu’il en perd son sens…

Après ces débats (qui honnêtement, commencent à se calmer sur le net), on en arrive à nos sujets (désormais) habituels, et on commence avec le projet Diaconia cette semaine, une image, ou plus justement, deux photos mises en parallèle. Peu de texte, mais la question de la dignité de la personne qui se pose, de manière frappante ! Mais le mieux, je vous l’assure, c’est d’aller voir ces photos sur le blog de Fikmonskov ! Face à ces images et à la situation qu’elles décrivent, que faire ? L’engagement politique peut-il être une solution ? Sylvie Carnoy a réfléchi à cette question, en participant à la session “La Politique, une Bonne Nouvelle”. Et voilà ce que, de retour, elle écrit sur son blog, “Le Spirituel D’abord” : « Si nous étions vraiment convaincus que chacun à notre manière, nous pouvons rendre la société meilleure, peut-être pourrions nous croire que les politiques peuvent le faire à leur niveau ? Les petits gestes citoyens de la vie de tous les jours, les conversations, l’engagement associatif : ce n’est pas rien ! ». Si vous voulez poursuivre la réflexion, rendez-vous dans les pages de La Croix de ce jeudi, ou sur le site internet du quotidien, pour un retour sur les différentes sessions qui ont abordé le thème de la politique !

Restons dans le cadre de l’engagement avec Augustin, Elise, Farès et Constance. Retrouvez le portrait de ces 4 jeunes en dernière page de La Croix cette semaine (et sur le site internet, en vidéo même). Leur point commun : ils ont tous participé aux JMJ à Madrid l’an dernier, et ils témoignent de leur engagement dans leur communauté chrétienne, au service de leurs frères, comme bénévoles… Bref, les JMJ sont aussi cette école de vie. Allez, en cadeau bonus cette petite phrase de constance que vous retrouvez dans le journal d’aujourd’hui : « Si nous ne comptons pas sur les autres, nous allons dans le mur. Nous avons tous nos faiblesses et nos failles, y compris des jeunes comme moi, pour lesquels tout va bien, apparemment. Or, c’est dans nos fragilités que nous nous révélons ».

Mais comme il  faut pas seulement se pencher sur le passé des JMJ, je vous renvoie vers le site www.rio2013.com pour vous inscrire ! Et si vous êtes à Paris, ne manquez pas d’aller voir une réplique du Christ rédempteur de Rio, qui est exposé devant Notre Dame jusqu’à vendredi ! Plus d’info sur le blog des Jeunes Cathos et sur le site internet du diocèse de Paris.

On termine notre tour des sujets de l’année avec l’Année de la Foi, tout en restant avec les jeunes et le projet Youcoun ! Le site des évêques de France avait mis cette initiative pour les jeunes en lumière il y a quelques temps, mais un nouveau coup de pub vient d’être fait par l’agence Zenit et par le site d’information des médias cathos belges. Pour ceux qui n’en n’auraient jamais entendu parler, Youcoun, c’est l’abréviation de « Youth Council », et l’initiative a pour but de « “faire connaître à la jeunesse le concile Vatican II”, et susciter un nouveau dialogue entre tous les jeunes de sensibilités différentes ». N’hésitez pas à suivre le compte Twitter ou à vous abonner à la page Facebook de Youcoun, pour être informés des propositions qui vont arriver !

Pour finir, quelques chiffres, qui nous sont offerts par le Vatican ! Et c’est Sandro Magister qui a fait le tri entre les 1366 pages de “L’activité du Saint-Siège”, un livre volumineux qui, année après année, donne le compte-rendu de ce qu’ont fait le pape, la curie romaine et les autres organismes du Vatican. On y découvre le chiffre toujours trop élevé de 404 dossiers ouverts dans les affaires d’abus sexuels contre des mineurs au cours de l’année passée. Mais il y a aussi des données plus légères, comme les « 1321 cartes d’entrée aux archives du Vatican ont été attribuées en 2011 à des chercheurs provenant de 54 pays » ou le nombre de personnes disposant de la citoyenneté vaticane : 594 (dont 71 cardinaux, 307 ecclésiastiques ayant le statut de diplomate, 51 autres ecclésiastiques, une religieuse, 109 gardes suisses, 55 autres laïcs). Sinon côté délinquance routière, il y a eu 96 contraventions dressées dans l’État de la Cité du Vatican (rapporté au nombre d’habitants et à la superficie du Vatican, Je n’ose imaginer le classement du Vatican dans les statistiques mondiales !)

Dans le même rapport, le blog “Ecology and Churches” a relevé l’invasion de porcs-epics qui a été jugulée dans les jardins du Vatican, ou plus sérieusement quelques données sur les dépenses énergétiques du Vatican. Le manque de chiffres sur la production électrique des panneaux solaires posés sur le toit de la salle Paul VI est cependant regretté par l’auteur du billet !

Dans la même veine écologique, Patrick Pique revient sur son blog sur le concept d’empreinte écologique, en en démontant les résultats donnés par ce calcul ! Sa conclusion est sans appel :

si on pousse cette logique jusqu’à son terme, le bon terrien qui n’épuise pas sa planète est le chasseur-cueilleur qui vit dans sa caverne ou dans sa forêt, et encore convient-il qu’il ne soit pas chasseur ou pêcheur car manger de la viande ou du poisson, ce n’est pas bien non plus (…) On reste ainsi dans le catastrophisme, l’annonce de l’apocalypse. Ce qui est paradoxal, c’est que la peur et l’angoisse ont toujours été d’excellents moteurs pour favoriser la consommation… Cette « écologie » là n’est décidément pas la mienne.

Et on termine en changeant complètement de sujet avec 4 sujets très divers :

  • 2600 servants d’autel sont à Rome cette semaine. Hier, ils avaient Rendez-vous avec Benoît XVI lors de l’audience papale. Vous pourrez retrouver quelques reportages sur les sites de Radio Vatican ou de KTO (qui proposent tous les deux les belles paroles que Benoît XVI a adressées aux jeunes), et surtout sur le blog “Pélé Servants Rome 2012”.
  • Un pélé VTT live-twetté. C’est le diocèse d’Avignon qui propose cette initiative, et même si vous ne disposez pas d’un compte Twitter, vous pouvez retrouver les 100 derniers twitts. L’occasion de découvrir ce qu’on peut faire avec ce réseau social !
  • Des portraits inédits de Benoît XVI, publiés par Libération ! L’idée est simple : « Libération, frustré, a inventé deux entretiens avec six stars intouchables à deux moments de leur vie. En 1975, dix ans après Vatican II, ce théologien allemand revient à une foi classique et s’inquiète des divisions entre catholiques ». Les citations sont toutes de Joseph Ratzinger, et dressent un portrait assez inédit du pape. Une belle initiative, qui se déploie dans un second portait, quand le professeur est devenu pape.
  • Snifer la Bible, c’est apparemment possible. L’article est bourré de fautes et d’amalgames entre les fonctions chez les protestants et les catholiques, mais il est assez original, et illustre bien la créativité à l’œuvre chez certains évangéliques.

Je vote, tu votes, il vote, nous votons !

30 mars 2012 2 commentaires

La dernière session des Semaines sociales de France « La démocratie, une idée neuve » a rassemblé en novembre dernier, plus de 3000 personnes pendant trois jours de conférences, échanges et débats. Lors de cette rencontre, un moment de délibération démocratique qui a rassemblé plus de 2500 participants réunis en 250 petits groupes. Une synthèse de ces remontées à été produite. Elle s’intitule : « 10 priorités pour faire de la démocratie une idée neuve », et a été envoyée aux candidats à la présidentielle. Comme elle me paraît intéressante, je vous la met en pièce-jointe (j’ai un peu l’impression d’écrire un mail là)!

Bon, sinon, j’ai parlé hier du site www.quellesociété2012.fr, et de la vidéo qui l’accompagne :

Et puis il y a le site du Ceras qui vous propose un éclairage sur la doctrine sociale de l’Eglise.

Et puis il y a pleins d’autres trucs : les parcours Zachée, le site de la doctrine sociale de l’Eglise, celui sur la pensée sociale,…

Du côté des blogs, Charles Vaugirard et sa série sur la Démocratie Chrétienne, le blog de la fraternité des chrétiens indignés,…

Bon, avec tout ça, si vous n’arrivez pas à choisir, je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus !

Revue de Presse : Vatican II, Toulouse, euthanasie, foot !

22 mars 2012 4 commentaires

Aujourd’hui, c’est la Journée mondiale de l’eau. L’occasion de rappeler, dès le début de cette chronique, l’engagement de l’Église dans le domaine de l’écologie. Je vous renvoie simplement vers un article sobrement intitulé « L’eau, bien commun pour la vie » du site info.catho.be ! Ou encore vers News.va qui reprend une interview réalisée par Marie Duhamel sur Radio Vatican ! Et puis, comme une référence ne suffit pas, je vous renvoie vers ce blog spécialisé sur l’écologie et les Eglises : ecologyandchurches.wordpress.com ! Plus de 300 billets sur le sujet. D’ailleurs, ce blog, crée par Dominique Lang, prêtre assomptionniste et journaliste au service Religion de Pèlerin, a été salué par l’agence de presse suisse APIC ! C’est dire son sérieux !

Sinon, côté dates, lundi, c’était la fête de Saint Joseph. De nombreux blogueurs se sont arrêtés sur cette belle figure, en lui écrivant une lettre pour le remercier de sa présence aux côtés de Marie  et de Jésus, comme l’a fait Sylvia, ou en constatant que malgré une vie bien organisée, il avait su se laisser bousculer par Dieu (c’est Sœur Eliane qui écrit ça). Pour d’autres, c’était l’occasion de voir ce qu’un joseph célèbre, Joseph Ratzinger, devenu Benoît XVI, disait de son saint patron ! Rendez-vous sur le blog des Jardiniers de Dieu pour en savoir plus  Didier Chautard, en reprenant un texte de Mgr Robert Lebel, nous présente Saint Joseph et nous rappelle que Jean-Paul II lui a consacré une encyclique, « Redemptoris Custos » ! De manière plus personnelle, Régis de Berranger, relit l’histoire de son père et de ses grands-pères à la lumière de la vie de Saint Joseph. Gérard Leclerc, sur le site de France Catholique, s’appuie sur la figure de Joseph pour parler de la paternité, de filiation, avec une mention spéciale pour les enfants belges victimes du terrible accident de bus de la semaine dernière.

Comme nous touchons au tragique, un mot de l’actualité récente, avec les meurtres de Toulouse et Montauban. Sur les sites des journaux (France Catholique, La Vie, Témoignage Chrétien, et bien entendu La Croix, …), des radios chrétiennes (Radio Vatican, Radio Notre Dame,…) ou des sites institutionnels (News.va, Catholique.fr,…), les réactions se multiplient, la prière se fait unanime, et l’importance de la fraternité et de l’unité est rappelée. Que dire de plus ? Sur les blogs, là aussi, les réactions fleurissent. C’est le cas, entre autres, chez les « jardiniers de Dieu » ou sur celui du Père Gaignet. Et puis, il y a ceux qui ouvrent le débat, de manière positive, je vous rassure : Stéphanie Le Bars, sur son blog « Digne de foi », reprend les paroles d’Anouar Kbibech, le président du rassemblement des musulmans de France : « au-delà de ce cas tragique, « les musulmans eux-mêmes doivent s’interroger sur la prévention de ces dérives. Les imams et les aumôniers doivent éclairer les plus jeunes ou ceux qui découvrent la religion. Il faut promouvoir un travail de terrain, de proximité. (…) Les acteurs communautaires ne peuvent pas se dédouaner de ce travail de prévention et d’encadrement de certaines pratiques ». » L’auteur du blog de Charles Vaugirard se base sur les déclarations de Marine Le Pen appelant à la Peine de Mort. Récusant l’utilisation d’une « telle tragédie », écrit-il, pour lancer immédiatement un tel débat, il rappelle l’opposition de l’Eglise à la peine de mort, et se pose la question des principes non-négociables en ce qui concerne le choix d’un candidat pour qui voter ! Un article réfléchi, qui remet chaque chose à sa place, la douleur du drame comme les principes de la doctrine sociale de l’Eglise.

Bon, si déjà nous touchons au sujet politique, allons-y ! Avec la désillusion de certaines personnes. Parmi elles, David Lerouge, qui en vient presque  à s’excuser de son comportement : « j’aimerais bien choisir un bon candidat, j’aimerais réfléchir juste, ou pas trop mal, mais je n’y arrive pas. Pourtant je crois au vote, je veux défendre une certaine idée de la société, même si je sais bien que personne n’incarnera complètement le monde tel que j’aimerais le voir devenir (ne serait-ce que parce que tout le pouvoir n’est plus politique…), j’ai même reçu hier ma nouvelle carte d’électeur. Mais cette année, j’erre, aride. » (et jetez un œil sur les commentaires). Pierre de Charentenay regrette que certains enjeux sociaux ne soient pas traités à leur juste mesure (comme les questions énergétiques), et Henry le Barde, dans un billet où il prend la défense du bipolarisme, s’attaque à ceux qui rabaissent la pensée politique au point de devenir des « chefs de produits électoraux ». Pour vous aider à réfléchir, et à vous décider pour dans un mois (déjà !), La Croix donne la parole à cinq experts, parmi lesquels Koztoujours. Une initiative qui permet de prendre un peu de recul par rapport aux petites phrases et autres comportement électoralistes de certains candidats… D’ailleurs, Koz/Erwan a copié son dernier billet sur son propre blog (ben oui, quand même), et il nous parle d’Europe ! Voilà qui change un peu d’air ! Et puis si vous voulez des chiffres, mais simples, clairs, compréhensibles, rendez-vous chez Nicolas Mathey, sur son blog Thomas More (avec un tel patronyme, il ne pouvait pas ne pas parler de politique !)

Illustration prise sur le blog de Koztoujours

Restons dans le domaine des élections, avec une proposition qui fait couler beaucoup d’encre sur les blogs cathos : celle de l’euthanasie. Le premier billet posté par Koz sur le blog des experts de La Croix traitait de ce sujet, suite à la campagne d’affichage de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité. Koz, si vous suivez son blog depuis quelques temps, vous le savez, est opposé à cette solution, montre que les tenants de l’euthanasie jouent largement sur l’émotion, et il n’hésite pas à clamer que la campagne d’affichage de l’ADMD est « odieuse ». Il n’est d’ailleurs pas le seul. Sylvie Carnoy fait de même sur son blog, « Le Spirituel D’abord », en affirmant que pour elle, « L’euthanasie n’est pas digne ». Un beau renversement de perspective, très bien senti. Sur la même image, une catho à l’hosto, spécialiste des soins palliatifs (enfin, une externe en médecine qui bosse en soin palliatif), décrypte les visuels utilisés par l’association, et démontre comment tout est complètement bidon dans cette campagne ! René Poujol est lui aussi remonté sur le sujet, et il le fait savoir ! Un billet à ne pas manquer. Et comme en écho, sur CathoWeb, on trouve un article de www.genethique.org qui montre les limites et les problèmes posés par la loi belge dans ce domaine… Pour les plus pressé, un billet court, celui de Valérie Barbe, qui termine par cette belle phrase : « la seule dignité, c’est d’être aimé ». Et pour les esprits chagrins qui pensent que la question n’intéresse que peu de monde, une conversation du père Raphaël Bui avec un jeune, sur facebook, montre que le sujet concerne tout le monde !

Changement complet de sujet avec un petit point sur Internet. Le week-end dernier avait lieu la rencontre des Tisserands, à Paris. Vous pourrez retrouver sur le site des évêques de France quelques conférences, papiers, présentations,… sur la manière dont l’Eglise se saisit des réseaux sociaux et dont elle s’engage dans le monde numérique. Sinon, David Lerouge nous invite à réfléchir sur notre manière de consulter et de nous engager sur les blogs. Un billet qui porte sur les commentaires, les RT et autres « Like » ! Là encore, la lecture des commentaires est vraiment éclairante. Et deux petits billets, style Ovnis, qui traitent du même sujet et livrent deux dimensions vraiment positives d’internet : celui de Corine, et celui de la Cyber-sister ! Et pour finir, je vous invite à découvrir le blog Catholique Aujourd’hui et son auteur ! C’est dans le cadre du concours des blogs chrétiens lancé la semaine passé par Pèlerin ; vous y découvrirez un  homme qui témoigne de sa foi et qui cherche comment la mettre en pratique dans sa vie quotidienne. Il y a aussi les liens vers ses blogs favoris (merci Jibitou !)

Restons sur les blogs, avec celui des prêtres de Metz pour préparer les 50 ans de l’ouverture du concile Vatican II, www.vatican2-50ans.fr, qui a les honneurs de La Vie cette semaine ! Retrouvez dans le magazine un article sur ceux qui l’ont créé, avec leurs motivations, leur vision de Vatican II. Comme je cause dedans, je n’en dis pas plus, mais je vous invite à aller lire tout le dossier réalisé par Marie-Lucile Kubacki… Vous y rencontrerez, parmi d’autres articles, celui où le père Jean-Marie Ploux explique le concile à trois jeunes. C’est très bon…

Sinon, plus bref, le blog des jeunes cathos donne une courte introduction sur le concile. C’est un billet écrit par le père Moulinet, auteur de plusieurs livres sur le sujet. Côté synthèse, le dossier de Croire.com, avec des mots clés, des dates, des chiffres, les personnes du concile,… est lui aussi concis et précis. Si vous en voulez plus, le père Sébastien propose un long billet intitulé « Vatican .02 ». Il faudrait ajouter les liens vers le site des évêques de France, vers les pages spéciales du Jour du Seigneur, vers les suppléments du week-end de La Croix,…

Si je vous parle aussi longuement de Vatican II, c’est parce que ce week-end,  2500 personnes, à l’invitation des évêques de France, des différents diocèses de France vont se retrouver à Lourdes autour du Concile. Vous pourrez suivre les conférences en direct sur KTO, ainsi que grâce aux émissions de Radio Notre Dame ou de RCF ! Il y aura notamment trois conférences de trois évêques, autour de thématiques qui permettent de recueillir ce que le concile a apporté à l’Église. Je vous renvoie, par exemple, à La Croix pour en savoir plus sur cette rencontre.

Du côté des revues, Pèlerin propose 10 pages sur le concile Vatican II avec une belle présentation de Samuel Lieven, un graphique qui montre la force de cet événement, et « 7 (r)évolution du concile ». La revue Famille chrétienne propose quant à  elle cinq regards de fidèles de générations différentes sur le Concile, afin de voir s’ils dépassé des clivages parfois douloureux…

Avant de terminer avec quelques brèves, deux billets sur le foot ! En Belgique, le lundi de Pâques, aura lieu un tournoi de foot inter-paroisses. Une belle manière de vivre la communion. Et puis quelques nouvelles de la Clericus Cup à Rome, où l’équipe de la Grégorienne a gagné son second match (ca c’est pour les anciens étudians de la PUG qui liraient ce billet !). En même temps, Frédéric Mounier nous apprenait il y a 9 jours que cette année,  le Vatican a retiré son patronage à cette compétition. Dommage, j’en avais de bons souvenir (allez, pour une fois que je peux caser le reportage de Stade 2 sur les prêtres et séminaristes qui jouent au foot, je ne me prive pas !)

Et puis comme promis, les brèves :

Revue de Presse : femmes, politique, Vatican, Vatican II, célibat…

8 mars 2012 2 commentaires

Illustration tirée du blog LSD !

Aujourd’hui, jeudi 8 mars, c’est la Journée internationale de la femme : Il m’était donc impossible (ou impensable, c’est selon) de commencer cette revue de presse sans citer quelques billets de blogueuses… Le premier, celui d’Eliette, sur le blog SJTM, pour Souris, Jésus t’Aime, où la jeune femme nous décris la dernière messe à laquelle elle a participé (et pas seulement assisté !). Dans l’article, elle nous renvoie vers un beau billet de Zabou sur l’humanité,  que je ne peux que mentionner. Dans le même ordre d’idée, il faudrait citer le billet d’Edmond Prochain sur sa participation active à la messe et qui s’intitule « tête à lectures », mais comme c’est un homme et la journée du #girlpower, eh bien je ne mets pas le lien, na ! En parlant de #girlpower, il faut citer le blog de Sylvie, Le Spirituel D’abord, qui nous offre un billet sur « le printemps des femmes ». Bon, sinon, il y a aussi le blog de Dopamine, surnom que s’est choisie une catho à l’hosto, ou le billet bien plus sérieux et profond de Valérie Barbe sur les exclus de la défense. Il y a aussi la très belle médiation sur le blog du Petit Chose à propos du temps et celle de la cyber-sister sur la procrastination (je vous laisse découvrir ce dont il s’agit). Un texte tout adapté au carême ! Bon, j’arrête là avec les blogs, car il y aurait de quoi tenir bien longtemps encore… D’ailleurs, en ce jour, on pourrait montrer aussi que parfois la voix des femmes porte bien au-delà de la sphère féminine, y compris dans des assemblées d’hommes, cette confession d’Eva Joly dans La Vie de cette semaine : « A l’agence norvégienne de développement, j’ai acquis la certitude que les paradis fiscaux sont une source de malheurs multiples. Je désespérais que ma dénonciation soit entendue. Au final, j’ai été invitée au Vatican. J’ai pris la parole devant les cardinaux. J’ai été écoutée comme jamais. Ils m’ont assurée que la lutte contre les paradis fiscaux ferait partie de la doctrine sociale de l’Église. J’ai vérifié : c’est désormais le cas. »

Avec Eva, nous sommes entrés de plain-pied dans les questions électorales. Restons-y ! Avec toujours la question qui se pose à certains chrétiens des points non-négociables autour desquels on peut choisir un candidat. Jean-Baptiste Maillard, sur le site www.votonscoherent.com, nous propose son point de vue, et nous dit ce que signifie pour lui « voter blanc ». Il nous propose tout un argumentaire sur ce sujet d’ailleurs… Face à cette solution, qui refuse les compromis et compromissions, sur le blog de Charles Vaugirard, vous aurez accès à trois articles sur cette question des points non-négociables. Je cite le premier billet : « La principale difficulté rencontrée par les catholiques est la mise en œuvre de ces points non-négociables. Comparez-le au programme des partis politiques et vous verrez qu’aucun d’entre eux ne les respecte. Alors que faire ? ». Eh bien le blogueur nous donne son point de vue et des éléments de réponse à cette question dans les deux billets suivants sur son blog, en insistant sur l’incitation à oser un choix politique pour changer les choses, en accord avec ce que proposaient Jean-Paul II et le cardinal Ratzinger en 2002. Il en profite pour défendre le choix de Christine Boutin de se rallier à  Nicolas Sarkozy. Faut-il parler de la polémique sur la viande Hallal ou casher ? Bof, c’est tellement insignifiant à mon sens, que je préfère vous renvoyer à l’éditorial de Jean-Pierre Denis dans La Vie, qui commence par ces mots : « Quel pays se dispute pour un bout de viande ? La France, bien sûr ! » Je suis 100 % d’accord avec lui, et donc je choisis librement de ne pas en dire plus ! Sinon, dans la suite  des portraits des candidats à la présidentielle, il y a celui de François Bayrou dans le Monde des religions, et dont François Vercelletto, sur son blog, nous fait l’apologie. A aller lire donc…  Mais heureusement, il n’y a pas que cet aspect dans la campagne électorale. C’est aussi le moment de définir de grandes orientations, comme celles concernant la Politique familiale pour la France. Pour en savoir plus, rendez-vous dans les pages de Famille Chrétienne.

Deux mots pour citer le billet de Jean-Baptiste Balleyguier sur CathoWeb, à propos de l’intolérance contre les chrétiens. Si l’on montre souvent comment certaines religions sont stigmatisées, il ne faudrait pas imaginer que l’Eglise catholique et que les chrétiens échappent au phénomène en Europe. Ainsi, on apprend que « l’Observatoire sur l’intolérance et la discrimination contre les chrétiens en Europe vient de publier de 600 cas d’Intolérance ou de discrimination répertoriés contre les chrétiens d’Europe ». Le site  de l’Observatoire est en anglais, mais ce qui est intéressant, c’est le moteur de recherche qui permet de trouver ces actes contre les chrétiens selon leur type ou leur lieu !

Allez, on change de sujet, et on revient à des questions plus religieuses, autour des 50 ans de l’ouverture du concile Vatican II. Avec le très bon blog www.vatican2-50ans.fr qui est mis à jour plusieurs fois par semaine (deux c’est plusieurs !). Le blog s’est récemment enrichi d’une rubrique bibliographie et de quelques vidéos fournies par le Jour du Seigneur (sur la page  d’accueil et dans la section multimédia) ! A visiter et à garder dans vos favoris ! Bon, si j’en parle, c’est parce que d’ici quelques jours, les évêques français vont mettre un coup de projecteur sur le concile, juste avant leur assemblée plénière, à Lourdes. Ce sera les 24 et 25 mars prochain. Je vous renvoie à l’article de La Croix de ce mercredi qui présentait cette initiative.. Trois conférences sont prévues, et KTO les diffusera. RCF sera présent sur place, et un membre du blog précédemment nommé participera à l’émission. Je ne vous en dis pas plus, tout viendra en son temps.

N’empêche que parler de Vatican II à l’orée du synode sur la nouvelle Evangélisation, c’est aussi accepter de réfléchir sur ce thème, pour découvrir que ce n’est pas une nouveauté. Dès 1974, le pape Paul VI avait consacré un synode à l’évangélisation du monde moderne. Plus d’info sur Anuncioblog ! Si vous voulez savoir ce qu’est cette nouvelle évangélisation, je vous renvoie à un petit livre du père Frédéric Manns, Qu’est ce que la Nouvelle Evangélisation ? Et pour vous présenter l’ouvrage, Michel Cool, dans sa chronique littéraire en vidéo sur le site du Jour du Seigneur !

Comme nous sommes à Rome, restons-y avec les derniers événements autour des fuites au Vatican. Au-delà des documents et de l’actualité immédiate, une question commence à se poser pour tous les journalistes spécialisés : à qui profite le crime ? Jean Mercier comme Frédéric Mounier ou Jean-Marie Guénois (qui est  aussi intervenu dans le Blog-notes de Radio Notre Dame) s’interrogent et donnent leur réponse : il ne s’agit ni plus ni moins que d’un conflit pour la succession de Benoît XVI qui s’ouvre. La première victime en est le cardinal Bertone, qui finit vraiment par être discrédité. Mais comme le rappellent aussi les journalistes, le pape n’est pas encore mort… D’autant plus que si l’on veut voir les secrets du Vatican, il n’y a qu’à faire comme Florence Evin et se rendre à l’exposition sur les archives secrètes du Vatican. C’est à retrouver dans les pages du Monde !

Et puis un mot pour signaler deux articles qui traitent du même sujet : le pape est-il trop capitaliste ? Sandro Magister démonte cette thèse de la revue Concilum. Jean-Yves Naudet s’en sert pour préciser la position de l’Eglise concernant sa doctrine sociale et sa position vis-à-vis de la politique. Deux billets longs et intenses, mais passionnants.

Et puis, tant qu’à critiquer le pape, continuons sur la lancée avec le documentaire qui est passé mardi soir sur France 2, intitulé sobrement : « La vie amoureuse des prêtres » (à regarder en replay ici – attention, ça dure 1 h). Le documentaire suit 2 prêtres qui vivent une relation avec une femme et un diacre,  Sébastien Brière, qui sera ordonné durant le tournage.  Ce dernier a d’ailleurs de très belles paroles sur le célibat : « La vocation de prêtre se base sur une relation d’amour avec le Christ ». La souffrance des prêtres qui quittent leur ministère pour suivre leur bien-aimée est exprimée à travers une musique langoureuse, des images qui jouent sur la mélancolie. Mais on trouve aussi, dans ce reportage, une séquence avec une équipe de prêtres du Nord où l’on voit que ces questions sur le célibat sont posées de manière directes, et sans langue de bois.

Jean Mercier a écrit un long billet pour éclairer ce documentaire. Il déborde du cadre pour réfléchir sur le sujet du célibat et nous livre ses convictions. Je vous invite vraiment à le lire parce que c’est très juste, et toujours respectueux des personnes. Il était également invité mardi soir sur le plateau de Morandini, sur Direct 8. C’est à la fin de l’émission (vers 54 minutes), et il exprime bien que ce qui anime le choix du célibat d’un prêtre, c’est avant tout l’amour ! J’ai juste envie de dire : Merci Jean !

Plus d’informations sur le sujet du célibat sur le site de la conférence des évêques de France. Et puis aussi un beau témoignage, celui du père Xavier Cormary, qui nous pose une question : « Qu’est-ce qui met en péril le célibat du prêtre et sa fidélité ? L’incompréhension, le manque de dialogue, la distance qui s’établit entre lui et son peuple, l’indifférence. » Et l’abbé Cormary développe chacun de ces points pour finir par ce beau constat : « le prêtre heureux dans son célibat sera celui à qui on demandera vraiment d’être prêtre, d’être serviteur de l’Evangile pour le salut du monde et pour la gloire de Dieu. Un prêtre se s’use que si on ne s’en sert pas, ou si on s’en sert mal ».

En bref :

  • Hier, le site internet du Vatican a été victime d’une attaque des #anonymous « en réponse à la doctrine, aux liturgies et aux concepts absurdes et anachroniques que votre organisation à but lucratif (l’Eglise apostolique romaine) diffuse dans le monde entier ». Plus d’information sur la page Facebook de l’Agence i.media. Une réaction de Zabou et une autre de l’abbé Eric de Beukelaer !
  • Proudhon, l’anticlérical, se fait le défenseur du dimanche chômé ! C’est à lire sur le blog de Nicolas Mathey, Thomas More !
  • Quand un quadra geek , ultra-connecté, coupe Twitter et fait une retraite en silence, ça donne ça : http://www.cles.com/itineraires/article/je-me-suis-desintoxique-de-twitter. Un billet pour vous annoncer que je vais moi aussi me déconnecter une semaine… Départ samedi, et retour le dimanche 18 ! Donc la semaine prochaine, pas de revue de presse. Mais je vous donner rendez-vous mardi, à 8h45, pour une info qui va décoiffer !
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés