Archive

Posts Tagged ‘foi’

Les JMJ de François

5 août 2013 1 commentaire

Après des JMJ intenses, que je vous invite à revivre sur le site du Jour du Seigneur avec les JT des JMJ (en plus vous y verrez – enfin – ma frimousse), je  suis rentré pour le mariage d’un très bon amis, et là, je suis en mode déménagement… Du coup, j’avoue n’avoir pas eu le temps d’écrire un truc très structuré sur les JMJ, mais je vous laisse quand même ce petit texte… En vous disant à bientôt, parce que ça me démange d’écrire de nouveau un peu…

DSC_0001On l’attendait, on n’a pas été déçu. Si je ne retiens qu’une seule parole du pape François lors des JMJ de Rio, c’est le « Bota Fé » ! Mets de la foi ! Il me semble que cette parole est celle qui résume le mieux ce qu’ont vécu les jeunes français (et les autres aussi) lors de ces JMJ. D’abord lors des journées en diocèse. Certes, je ne les aies pas vécues, mais à entendre les jeunes raconter ce qu’ils avaient découvert, l’accueil qui leur a été réservé par ces populations brésiliennes bien souvent très pauvres, mais pleines de joies et d’espérance, pleines de foi.

« Bota fé », c’est ce que le pape François a dit aux jeunes lorsqu’ils l’ont accueilli, le jeudi soir. On traduit cette expression par « mets de la foi », mais il serait plus juste de dire « balance de la foi », « ajoute de la foi » ! Et c’est ce qui s’est passé. La foi a été largement versée sur les jeunes qui étaient présents sur la plage de Copacabana. Certes, ils étaient tous chrétiens en partant, mais leur foi a été, si j’ose dire, transfigurée. Par le Christ. Parce que le pape François a mis le christ au centre, et que depuis Benoît XVI et les temps d’adoration lors des précédentes JMJ, c’est Lui qui est bien au cœur de ces JMJ. C’est lui que les jeunes sont venus rencontrer. D’ailleurs, si les cris pour saluer le pape n’ont pas molli, tous ceux que j’ai interrogés m’ont dit qu’ils allaient repartir avec une foi bien plus forte, avec l’envie d’annoncer Jésus Christ à travers ce qu’ils ont vécu.

Oui, « Bota fé », c’est finalement la plus belle conclusion de ces JMJ. Mettre de la foi dans nos vies, l’ajouter pour regarder avec les yeux même du Christ, pour poser un regard bien différent sur notre monde. Après les expériences d’accueil, de solidarité et de communion qui s’enchainent durant les JMJ (depuis toujours), comment ne pas mettre plus de foi dans nos vies. Que nous soyons allés à Rio ou pas d’ailleurs …

"Lumen fidei" : L’encyclique écrite à 4 mains , 2 têtes, mais un seul coeur !

5 juillet 2013 1 commentaire
L'encyclique, en version italienne

L’encyclique, en version italienne

Et ce cœur, c’est un cœur aimant ! C’est ce qui, à la lecture de l’encyclique, me saute aux yeux.

Rassurez-vous, je ne vais pas faire une analyse complète de l’encyclique. Les vaticanistes qui suivent le pape François feront bien mieux que moi. Les journalistes français qui se focaliseront sur le passage concernant le mariage d’un homme et d’une femme le feront aussi, à leur manière…

J’ai juste envie, après avoir lu cette encyclique, de vous donner mon sentiment ! J’y ai retrouvé des accents de Benoît XVI (nombreux) et des petits flashs du pape François. Oui, cette encyclique a été écrite à 4 mains, par le pape Benoît XVI principalement, mais complétée par le pape François, comme il le dit lui même :

Ces considérations sur la foi — en continuité avec tout ce que le Magistère de l’Église a énoncé au sujet de cette vertu théologale 7 — entendent s’ajouter à tout ce que Benoît XVI a écrit dans les encycliques sur la charité et sur l’espérance. Il avait déjà pratiquement achevé une première rédaction d’une Lettre encyclique sur la foi. Je lui en suis profondément reconnaissant et, dans la fraternité du Christ, j’assume son précieux travail, ajoutant au texte quelques contributions ultérieures. (§7)

S’il y a 4 mains, il y a aussi 2 têtes, avec des passages où l’on reconnaît la plume du pape François :

Puisque la foi se configure comme chemin,elle concerne aussi la vie des hommes qui, même en ne croyant pas, désirent croire et cherchent sans cesse. Dans la mesure où ils s’ouvrent à l’amour d’un cœur sincère et se mettent en chemin avec cette lumière qu’ils parviennent à saisir,ils vivent déjà, sans le savoir, sur le chemin vers la foi. (§35)

Mais il y a surtout un seul cœur ! C’est, au terme de la lecture de cette encyclique, ce qui me reste : ce lien entre la foi et l’amour. Ce terme apparaît 146 fois dans le texte ! Ce n’est quand même pas rien, sachant que le mot "espérance" n’est cité que 14 fois !

Par exemple, l’une des premières définitions de la foi qui est donnée est la suivante (au §4) :

La foi naît de la rencontre avec le Dieu vivant, qui nous appelle et nous révèle son amour, un amour qui nous précède et sur lequel nous pouvons nous appuyer pour être solides et construire notre vie.

ou encore :

La foi chrétienne est donc foi dans le plein Amour, dans son pouvoir efficace, dans sa capacité de transformer le monde et l’illuminer le temps. « Nous avons reconnu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru » (1 Jn 4, 16). La foi saisit, dans l’amour de Dieu manifesté en Jésus, le fondement sur lequel s’appuient la réalité et sa destination ultime. (§15)

Un petit dernier pour la route :

Nous pouvons ainsi comprendre la nouveauté à laquelle la foi nous conduit. Le croyant est transformé par l’Amour, auquel il s’est ouvert dans la foi, et dans son ouverture à cet Amour qui lui est offert, son existence se dilate au-delà de lui-même. (§21)

Et puis un autre petit dernier :

Puisque la foi se configure comme chemin, elle concerne aussi la vie des hommes qui, même en ne croyant pas, désirent croire et cherchent sans cesse. Dans la mesure où ils s’ouvrent à l’amour d’un cœur sincère et se mettent en chemin avec cette lumière qu’ils parviennent à saisir, ils vivent déjà, sans le savoir, sur le chemin vers la foi. (§35)

En fait, il y en a encore d’autres, comme :

La foi révèle combien les liens entre les hommes peuvent être forts, quand Dieu se rend présent au milieu d’eux. Il ne s’agit pas seulement d’une fermeté intérieure, d’une conviction stable du croyant; la foi éclaire aussi les relations entre les hommes, parce qu’elle naît de l’amour et suit la dynamique de l’amour de Dieu. (§50)

En raison de son lien avec l’amour (cf. Ga 5, 6), la lumière de la foi se met au service concret de la justice, du droit et de la paix. La foi naît de la rencontre avec l’amour originaire de Dieu en qui apparaît le sens et la bonté de notre vie ; celle-ci est illuminée dans la mesure même où elle entre dans le dynamisme ouvert par cet amour, devenant chemin et pratique vers la plénitude de l’amour. (§51)

Mais surtout, ce qui m’apparaît à travers ces deux termes si souvent mis en regard l’un de l’autre, c’est cet impératif éthique : On ne peut pas vivre sa foi sans aimer. Et même si la phrase n’est pas dans l’encyclique, comment ne pas penser à cette citation de la première lettre de Saint Jean (4, 8) :

Celui qui n’aime pas ne connaît pas Dieu,car Dieu est amour.

Pour la Foi en la Vie, merci Seigneur !

Capture d'écran du site www.la-croix.com

Capture d’écran du site http://www.la-croix.com

Il y a des sourires qu’on n’oublie pas ! J’ai été témoin de l’un d’eux ! Et pourtant, j’ai du mal à imaginer qu’il arrivait encore à sourire. Son nom, Louis ! Ceux qui me suivent depuis quelques temps se souviennent peut-être que j’avais évoqué ma rencontre avec lui en février 2011. Une éternité, à l’heure d’internet, mais une rencontre dont on ne sort pas indemne, et tant mieux !

Louis est irakien, et je l’ai rencontré à Rome, à l’aéroport. Il voulait aller au centre de Rome, et nous avons partagé le même taxi. En discutant, j’ai découvert que Louis était l’une des victimes de l’attentat contre une église, à Bagdad, le 31 octobre 2010. Il venait à Rome pour se faire soigner. J’avoue ne pas avoir passé énormément de temps avec Louis. Une grosse demi-heure, sur la banquette arrière d’un taxi. Mais nous avons parlé. Surtout lui. Je  l’interrogeais, sur le climat en Irak, sur les persécutions, sur l’avenir des chrétiens dans cette partie du monde. Et Louis me répondait, gentiment. Mais surtout, dans cet échange,  il m’a donné le témoignage d’une foi inébranlable. Imaginez-vous à sa place. A voir les membres de votre communauté déchiquetés, assassinés, morts pour rien, ou plutôt, mort à cause d’une foi qui professe l’amour, le pardon. Arriveriez-vous à pardonner ? A continuer à croire ? Louis oui. Et il n’était pas seul. Sa communauté, au lendemain de l’attentat, se retrouvait pour prier. Excusez-moi de douter, mais je ne suis pas sûr que dans le confort de nos églises bien chauffées, nous soyons capables d’une foi aussi forte.

Si je parle de Louis, c’est parce que ce samedi, je suis tombé sur quelques petites histoires du même genre, dans les pages du Journal La Croix. Le pitch est simple : « à l’occasion de Pâques, “La Croix” propose le témoignage de cinq personnes qui, après une épreuve, ont retrouvé le goût de la vie ».

Pour lire la suite, c’est ici

Catégories:Actualité, Pub !, Réflexion Tags:, , , ,

Revue de Presse : l’Homme, Secours Catho, spiritualité et Multimédia

15 novembre 2012 2 commentaires

Le sujet d’en ce moment…

Cette semaine, je ne vous parlerai pas du sujet que peut-être vous attendez, d’autant plus que la manif du 17 approche (le 17 hein, pas le 18, ne vous trompez pas !). Simplement parce que j’ai envie de zapper un peu le sujet, de laisser les débats commencer calmement. D’ailleurs, je ne suis pas le seul dans ce cas. Le père David Lerouge a même fait un billet pour dire que selon lui, « justement il n’y a pas de dialogue », chacun cherchant tellement à faire entendre sa voix que le dialogue, « justement », ne se fait plus ! Henry le barde partage plus ou moins le même sentiment : « J’en viens à regretter – qu’en pensent les blogueurs historiques ? – l’époque où les réseaux sociaux n’avaient pas supplanté les blogs. Non que les blogs soient morts, mais combien de billets mort-nés par la flemme de dépasser les 140 caractères ? ». Et le silence de certains autres sur le sujet n’est pas anecdotiques (quoi, vous pensiez que j’allais faire de la délation ??? Non ! Cherchez juste celles et ceux qui se taisent un peu plus en ce moment !)

La priorité de l’Homme

D’autant plus que LA question n’est pas la seule. Il y a eu, cette semaine, une grosse séquence “sociale”, qui me pousse à faire un arrêt. Zabou l’a défini clairement. Il y a un sujet premier et un sujet second : « Si les initiatives de débat se multiplient – ce dont on ne peut que se réjouir s’il s’agit d’un vrai débat et non d’un dialogue de sourds, lequel tend malheureusement ces derniers temps à prédominer – cela ne doit pas masquer le premier sujet, l’autre, la vraie urgence, celle de l’homme et plus particulièrement celle de l’homme qui souffre ». D’ailleurs, Henry le barde, sur le blog du “Temps d’y Penser” cette fois, renchérit : « Les catholiques, dans ce contexte, sont souvent perdus : les débats sur le mariagege l’illustrent à merveille. Comment invoquer leur absolu commun dans une telle société ? Comment éviter le piège de regretter ce temps béni où tout le monde partageait leur idéal ? Par le témoignage, par l’exemplarité, par la promotion inlassable d’une certaine idée de l’homme bien plus que par l’exposition brute d’une Foi parfois laborieusement ravalée au rang de philosophie. Oui, quand on a confiance en son « produit », la concurrence peut avoir du bon. Credo libéral ? Non, appel à la subversion ». Si vous en voulez plus, allez aussi faire un tour chez Pierre Baptiste Cordier  qui nous invite à mettre les « pleins feux sur les pauvres » !

Secours Catholique et autres

Dans son article, Pierre Baptiste mentionne le Secours Catholique, qui a fait paraître son rapport sur 10 ans de pauvreté en France (prenez quelques instants pour voir la présentation qu’en fait Patrick Pique sur son blog) la semaine passée. La même association lance en ce moment sa campagne de dons (à ce propos, je rappelle que la quête de ce dimanche est, en France au moins, normalement, reversée au Secours Catholique). Mais surtout, il y a l’application Facebook “Vie de Solidarité”  qui est proposée par le mouvement ! Si vous n’êtes pas encore abonné à la page du Secours Catholique sur ce célèbre réseau, vous pouvez y avoir accès par le site internet de l’association. Le but est de permettre aux « utilisateurs de partager les 1001 façons qui existent de faire vivre la solidarité », mais aussi de « voter pour les actes de solidarité que vous trouvez marquants et vous engager à reproduire ceux qui vous inspirent le plus ».  Une initiative solidaire très sympa, et les propositions qui sont déjà en ligne ne manquent pas, pour certaines, d’originalité, comme l’atelier peinture/réinsertion par exemple !

Sujets d’année

Après le Secours Catholique, je ne pouvais que parler de Diaconia, avec la mobilisation des jeunes dans cette dynamique. Trois petits témoignages sur le site des évêques de France !

Restons avec les jeunes pour les JMJ. D’un côté, pour leur annoncer que les visas pour le Brésil seront gratuits pour les participants à la rencontre de Rio. Plus d’infos pour les personnes intéressées sur le portail news.va ! Et sinon, si vous savez déjà que vous y serez, et que vous aimez parler de ce que vous vivez, proposez-vous pour devenir l’un des 10 porte-paroles des JMJ.
Dernier point autour de l’Année de la Foi, toujours en lien avec les jeunes. En Belgique, plusieurs propositions qui leur sont faites pour les accompagner durant cette année : Taizé, spiritaltitude et JMJ entre autres… Sinon, le Suisse Rom@in (dont je reparlerai plus tard), nous annonçait dès dimanche l’encyclique de Benoît XVI sur la Foi. Ce sera sa 4ème encyclique, qui  tournera autour de l’événement de Pâques
Spiritualité
Quelques mots pour signaler les articles de Zabou et de Corine qui nous parlent toutes les deux des croix et de la place qu’elles prennent dans leur vie. Et quand je dis croix, n’y voyez pas une allusion doloriste, mais plutôt une présence de tous les instants. D’ailleurs, elles le disent bien mieux que moi… Tellou, sur son blog “Angel Cake”, nous propose la lecture du dernier livre de avec Timothy Radcliffe, dans lequel on « rencontre des personnes ancrées dans la réalité, parfois brutale (conditions des paysans au Brésil, chrétiens en Irak etc…), mais qui tous finissent par peindre un tableau de l’Eglise catholique de par le monde aujourd’hui ». Et toujours dans la veine qui nous invite à réfléchir, autour de la Parole de Dieu cette foi, Edmond Prochain qui détourne des panneaux signalétiques en leur adjoignant des citations bibliques.
Restons dans le domaine de la Parole de Dieu et de la liturgie, avec la nouvelle formule de “Prions en Eglise”. Une présentation qui devient la même pour toutes les éditions, que ce soit en France, au Canada ou aux Etats-Unis. Le but avoué par Bayard Presse est de « d’afficher plus clairement un message d’église commun à tous les pays », pour faire du livret un « outil essentiel au service de la nouvelle évangélisation ». Et avec 1,2 millions d’exemplaire publiés chaque mois dans le monde, c’est vrai qu’il y a de quoi faire sur ce point de la propagation de la Parole de Dieu, tant dans le domaine de la liturgie communautaire que de la prière personnelle. Sinon, concernant le contenu, les rubriques ne changent pas. C’est donc juste un léger coup de peinture qui est donné à la maquette graphique.

Multimédia

Un petit point multimédia, avec une nouveauté mise en place par le site de Pèlerin le week-end passé : Il s’agit d’un podcast hebdomadaire qui nous propose de découvrir « l’âme de la musique chrétienne ». De la bonne musique, méditative (au moins pour l’épisode de dimanche passé), des explications, et le tout en à peine 6 minutes. Un vrai temps de respiration, qui permet de faire une pause. Le fait que ce podcast soit mis en ligne le week-end est plutôt bien vu, car on y est peut-être plus réceptif à la beauté de la musique, au calme qui se dégage de cette proposition.

Du côté de la vidéo, mais j’hésite à utiliser ce terme simplement, Arte nous propose une expérience transmédia. Comment-ça, vous ne savez pas ce qu’est un projet transmédia ? Alors filez découvrir la cathédrale de Strasbourg sous toutes ses couture et sur différents supports (film pour la télévision, webdocumentaires, jeux vidéos, applications pour les smartphones) !

Et puis, si je vous parle de vidéo, je ne peux manquer de signaler la proposition du Jour du Seigneur pour … l’avent ! Oui, on s’en approche, et pour nous aider à le vivre, l’équipe web du JDS nous propose le calendrier de l’Avent, avec des petits films sympa dedans ! Et la grande nouveauté de l’année, c’est qu’on pourra tous le mettre sur nos sites et blog, car il est proposé à l’encapsulation. Sur le fond, il y a une méditation visuelle et sonore chaque jour (c’est réalisé en partenariat avec RCF),  quelques témoignages vidéos courts et hyper dynamique sur la foi (ça tombe bien cette année !), les photos des internautes,… Bref, je ne vous dit pas tout, mais ça a l’air plutôt très sympa, et je vous propose même un petit teaser (un jour faudra trouver un mot français court pour ce barbarisme…) des vidéos du calendrier !

Et toujours en vidéo, mais de manière plus anecdotique, si vous êtes un fan de Jean Paul II, retrouvez son dernier clip en vidéo sur Youtube. C’est un remix d’une chanson intitulée « Dynamite » et c’est réalisé avec des images d’archives par jeune canadien. De très bons passages !

Carnet Rose et Internet
Virginie Riva, sur son blog “Crises de foi”, nous annonce la naissance d’un « pure player entièrement consacré aux religions ». Il s’agit du site www.fait-religieux.com, qui s’intéresse à toutes les religions et à leur présence dans la société. Un site à conserver dans ses favoris… Sur le Net, France Catholique veut compter, et compte sur vous (ok, c’était facile) pour exister ! Il suffit de s’inscrire, et de temps à autre d’aller y jeter un œil !
Du côté des renaissances, il y a le site Croire.com qui vient  de s’offrir un lifting, une remise au goût du jour. Là aussi, foncez y faire un tour et si vous voulez plus d’explications, c’est dans La Croix que vous les trouverez ! [Le groupe Bayard est très corporate ;-)]. Autre retour (c’est un re-retour), celui du Suisse Rom@in, qui ré-ouvre pour la seconde fois son blog. A voir la quantité de choses qu’il publie, il en avait vraiment envie. Alors re-re-bienvenue cher Dominique ! D’une naissance à un départ, il n’y a qu’un pas… Pneumatis a fermé son compte facebook, mais soyez rassurés, il reste présent sur son blog ! D’ailleurs, c’est là qu’il nous explique pourquoi il a fait ce choix ! Une invitation  à réfléchir à notre investissement sur les réseaux sociaux !

Sinon, sur internet, il n’y a pas que des vidéos, des podcasts, des textes, des images. Il y a aussi des dessins, ou des gribouillis, comme ceux de Val, qui nous raconte sa vie en rose ! (Val que je vous conseille vivement d’écouter le vendredi sur RCF à 9h15, pour sa chronique blogs). Et pour tous ceux qui pensent qu’internet est un lieu de perdition (au moins de perte de temps), Jocelyn nous a partagé une très belle initiative : suite à un post sur Google + (comme quoi il n’y a pas que Facebook) à propos d’une petite fille de 10 mois malade, « plus de 1200 internautes ont cliqué sur +1 (équivalent de “J’aime” de Facebook). Plus de 250 ont partagé le post et plus de 450 abonnés à Google+ ont inscrit un commentaire pour indiquer qu’ils prieraient pour Mia à 19h ou à d’autres moments ».

Brèves :

Mgr Lacroix, témoin de la Foi !

26 octobre 2012 2 commentaires

Je ne peux que vous partager cette interview de Mgr Lacroix sur le synode et sur son expérience de l’évangélisation. Si les premières questions sont très factuelles sur le Synode, dans la seconde partie de l’interview, l’archevêque de Québec se livre et nous dit comment lui vit et a vécu l’évangélisation, ce qui est le point central de l’annonce de la Bonne Nouvelle ! Il nous offre un véritable message d’espérance !

 

PS : Si une âme charitable a envie de faire la transcription et de taper le texte de l’interview, n’hésitez pas à le dire, je suis preneur !

"Crise de Foi mondiale" : Du grand n’importe quoi !

22 septembre 2012 3 commentaires

Y’a des gens, ben ils feraient mieux parfois de rester au lit le matin ! C’est le cas de ceux qui ont fait l’étude mentionnée dans cette brève du site de Courrier Internationnal, qui reprend un article de la presse israélienne, et c’est aussi le casa des journalistes (je ne sais même pas si j’ose utiliser ce mot) qui ont relayée cette info !

Voilà la brève en intégralité :

Crise de foi mondiale

Une étude réalisée par l’institut de sondage américain Gallup, reprise par le site de Yediot Aharonot, montre que l’humanité traverse une importante crise de la foi. Les résultats publiés le 27 août indiquent que les croyants représentent 59 % de la population mondiale, soit 9 % de moins qu’en 2005. Sur les 59 000 personnes interrogées, 23 % se disent agnostiques (ne s’expriment pas sur l’existence ou non d’un dieu) et 13 % athées (nient l’existence d’un dieu).

Yediot Aharonot relève qu’avec 38 % de croyants, 54 % d’agnostiques et 2 % d’athées, les Juifs sont les moins croyants. Par ailleurs, le Ghana est le plus croyant (96 %) des 57 pays étudiés, alors que la Chine est celui qui compte le plus d’athées (47 %). Enfin, la France a enregistré la plus forte progression de son taux d’athées entre 2005 (14 %) et 2011 (29 %).

Bon, comme je râle, je m’explique :

59.000 personnes sur la population mondiale (6,973 milliards d’humains le 6 septembre), cela représente, à la louche, 0.000846 % de la population mondiale qui a été interrogée ! Vu le nombre de religions, et la diversité des situations, ça me pose question. Et puis, en allant voir l’article original, je m’aperçois qu’en fait, l’analyse ne porte que sur 57 pays. Ce qui nous donne 1000 personnes par pays (en moyenne). A titre de comparaison, l’analyse de médiamétrie pour les parts d’audience de la télévision française repose sur une base de 13000 individus !

Mais bon, soit encore sur le chiffre. Mais comment passe-t-on de 57 pays au monde ? Ça en fait à peine un quart ! Là, franchement, il commence à y avoir pas mal d’approximations… Mais bon, ne pinaillons pas…regardons ce que nous dit cette étude !

  • 59 %  de "croyants"
  • 23 % d’agnostiques
  • 13 % d’athées

Total : 59+23+13= 95 % 

Les 5 % restants sont quoi ???? Il faut se plonger dans l’article israélien pour découvrir que les 5 % restants ont du mal à se définir. Demis-croyants ? hypers-croyants, hésitants ? Ça fait bizarre quand même ! Et ça nous montre une fois de plus le problème posé par cette étude. Du coup, quand je lis comme titre (sans parler du résumé insipide)"Crise de foi mondiale", je suis désolé, mais j’ai du mal à y croire !

 

Revue de Presse : cardinaux, catacombes, morale, foi, "Bricbrocquer"…

6 septembre 2012 1 commentaire

Un autre événement marquant de la fin de la semaine passée a été la mort du cardinal Martini. Donner un écho à tout ce qui a été écrit à ce propos serait vain. Rendez-vous sur le site de La Croix pour vous en rendre compte. Les magazines ne sont pas en reste, avec La Vie, Témoignage Chrétien ou France Catholique. Vous retrouverez, sous la plume de Frédéric Mounier et de Jean Mercier, respectivement dans les pages de La Croix et de La Vie, deux présentations de l’œuvre et de la personnalité du Cardinal Martini. L’agence i.média a elle aussi donné une bibliographie assez circonstanciée du cardinal défunt. Et si les hommage se sont multipliés, du pape en passant par le patriarche latin de Jérusalem jusqu’aux chrétiens de Lyon, ce qui a certainement le plus fait parler, c’est l’interview posthume du cardinal (publiée par La Vie et par La Croix) ! Le titre est éloquent : « L’Église est en retard de 200 ans. Aurions-nous peur ? ». Jean Mercier cependant, pour La Vie s’est interrogé sur cet article « dont la nature polémique pose aussi des questions éthiques et journalistiques ». Tandis que Philippe Clanché semble regretter le « héraut des catholiques progressistes » qui est mort sans laisser de « postérité véritable dans la haute hiérarchie catholique » (p.8 de TC de cette semaine), Jean Mercier, en faisant écho à l’actualité française, relevait que « Martini est emblématique d’une période où le “hors-piste prophétique” consistait à rêver l’Eglise. A la rêver pure, dépouillée, accueillante, audible et crédible, au point même de projeter sur elle l’image de ce que nous voudrions être. Rêver, mais souvent au point de se focaliser sur tout ce qui apparaissait comme un obstacle au témoignage, et qui concernait par exemple la morale sexuelle ». Et de comparer le défunt avec un de ses confrères, élevé au rang de successeur de Pierre, Benoît XVI. Frédéric Mounier, sur son blog, se refusait cependant à cette comparaison, notant que « l’Eglise ne saurait se contenter ni de Ratzinger, ni de Martini. Les deux, ensemble, lui sont indispensables. Et chacun reste libre, à leur suite et en vue du Royaume, de choisir son chemin. La diversité de la litanie des saints, chantée lors des obsèques milanaises du cardinal, témoigne, dans sa diversité,  de cette liberté ». Une position proche de celle du cardinal Tauran, cité par i.média, et qui déclarait « que son confrère italien “était trop intelligent pour n’être ni progressiste ni conservateur” car “ce sont des catégories réductrices” ». Du côté des blogueurs, Charles Vaugirard, sur le site Tak.fr, préférait écrire que « Mgr Martini était avant tout un homme de pastorale ». Une conclusion qui, je l’avoue, me plait bien !

A noter que le cardinal Martini n’est pas le seul cardinal à être décédé ces derniers temps. Neuf jours avant lui, il y a eu le cardinal Shan. A son propos, et pour nous le faire connaître, Sandro Magister publie une lettre du cardinal Zen, l’un de ses disciples !

Restons avec les cardinaux, avec la citation de la semaine : « Si l’on est dans une dictature idéologique, qu’on nous le dise, on ira dans les catacombes ». L’auteur de cette citation n’est autre que le Cardinal André Vingt-Trois, au micro de Clémence Houdaille, et que vous pouvez réécouter et revoir sur le site de Radio Notre Dame ! Outre la très bonne intervention du cardinal, cette phrase a incité Thomas Jauffret, l’auteur du blog Beninews à réfléchir sur cette descente aux catacombes ! Il relit les derniers événements de notre été, de cette fameuse prière du 15 août à l’histoire de Rimsha, en passant par la condamnation des Pussy Riot et autres relectures… Thomas Jauffray propose donc la création d’un nouveau hashtag : #inthecatacombs, en montrant combien dans l’empire romain qui s’effondrait, cette descente a permis aux chrétiens de rebondir. Comme il l’écrit à la fin de son billet : « N’en déplaise à certains, les chrétiens n’ont aucun problème avec les catacombes. Ils continueront à être exigeants, à essayer d’œuvrer avec amour, à défendre l’Homme et la vie, à orienter le monde vers le Bien commun. Yes, go deep down in the catacombs ! »

Une intervention qui est bienvenue en ces temps où l’expression de la foi est plutôt mise à mal, comme en témoigne une tribune de Roselyne Bachelot sur le Hufftington Post, qui écrit textuellement : «  Il convient donc de laisser les religions dans la sphère privée ». Pour lui répondre, Matthieu Boucart, sur le blog Totus-Tuus, dont je vous laisse découvrir la réponse largement argumentée. Cette question de la place de l’Eglise revient dans l’interview du cardinal Barbarin à La Croix, où le prélat dénonce une « démocratie absolue » qui ne mettrait plus l’homme au centre ! Sur le thème du mariage homosexuel, Famille Chrétienne titrait la semaine passée : « le débat interdit ». On le voit, la place des religions dans la société est loin d’être reconnue.

A ce sujet, la morale laïque que Vincent Peillon veut introduire à l’école laisse planer quelques doutes de laïcisme chez l’abbé Guillaume de Tanoüarn ou auprès de Jean-Pierre Denis. Laissant de côté les considérations politiques et historiques, Jérôme Anciberro, dans l’éditorial de Témoignage Chrétien de cette semaine, relève « ce retour de la morale à l’école », qui aurait le mérite d’obliger « les Français à se pencher sur des questions refoulées ». La Vie s’intéresse au sujet dans le magazine qui sort ce jeudi, avec un article de Marie-Lucille Kubacki qui montre la dimension religieuse « républicaine et areligieuse » que Vincent Peillon place dans cette morale laïque ! Pour conclure ce débat, laissons la parole à Valérie Barbe qui nous rappelle, dans ce domaine, l’importance de l’exemple donné par les parents !

Enfin, dans les questions actuelles, le cas de la petite Rimsha n’est pas encore réglé. Si de nombreuses preuves sont venues accréditer la thèse d’un complot monté par l’imam qui l’a dénoncée, la jeune fille reste toujours, pour l’instant, en prison. Un beau raté du Pakistan !

Venons-en à nos sujets d’année. Et commençons cette semaine par l’année de la foi, en portant un regard vers la Belgique, où « lesévêques (…) ont adressé une nouvelle lettre pastorale à toute la communauté croyante de leur pays, l’invitant à s’interroger sur ce que signifie être “chrétien aujourd’hui” ». Selon La Croix, qui l’a présentée dans son édition de lundi, cette lettre se veut un accompagnement pastoral pour l’année de la foi. Elle prend acte des changements qui ont eu lieu ces dernières années en Belgique, et tente de donner un nouvel élan aux chrétiens du pays. Pour les évêques, la première priorité de l’Eglise aujourd’hui est de « chercher ensemble ce que signifie concrètement le fait de se mettre à la suite de Jésus ». Pour cela, ajoutent-ils, « nous pouvons nous inspirer et nous aider les uns les autres ». A noter que cette lettre, selon le quotidien « sera aussi prochainement illustrée par une série de courts clips vidéo réalisés par les médias catholiques belges ».

Sur le même sujet, celui de la foi, mais dans un ordre tout à fait différent, partons au Québec, où Jocelyn Girard invite les lecteurs du messager de St Antoine à redécouvrir leur patrimoine et l’héritage religieux à partir de la toponymie. Un chemin qui conduit, selon le blogueur, à vivre vraiment la communion des saints ! Et pour finir, une citation tirée d’un ouvrage de Thimothy Radcliffe, qu’Yvette a partagée sur son blog : « La Foi est notre réponse à cette étonnante découverte : nous avons été choisis ».

Du côté de Diaconia, un rappel : la solidarité se vit à tout âge. Un article publié sur le site de l’opus Dei en témoigne : une quinzaine d’étudiants et jeunes professionnels sont partis cet été en Lettonie avec le club Fennecs pour venir en aide à un orphelinat. L’un des participants livre, dans cet article, son récit. On y trouve ces quelques paroles : « “Nous n’allons pas transformer la face de la Lettonie par notre action. Soyons donc humbles et fuyons l’activisme” nous explique Pierre, un organisateur du séjour. “Notre travail aura une valeur d’éternité si nous l’offrons au Seigneur” renchérit l’abbé Quartulli, notre aumônier, dans l’homélie de la messe du premier jour. L’objectif était donc clair : le meilleur service que nous pouvions rendre à cet orphelinat était de lutter, chacun, pour devenir meilleur en cherchant la sainteté ». Et en prime, on découvre la spiritualité de l’Opus Dei, loin des images véhiculées par certaines œuvres de fiction (Dan, si tu nous entends…)

Un mot des JMJ, même si c’est encore le calme sur ce flanc (sauf pour ceux qui pédalent vers Rio !) ! Alors j’en profite pour relayer un appel, celui de Wikipedia, qui sur la page “Journées mondiales de la jeunesse 2013” affiche quelques petits information, assez lacunaires, mais surtout ce message : « Cet article est une ébauche concernant l’État ou la ville de Rio de Janeiro, le catholicisme et le Vatican. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants ». Avis aux bonnes volontés ! Attention toutefois à ne pas faire de cette page un lieu privatisé par un diocèse ou une paroisse… Pour vous y aider, si vous ne maîtrisez pas Wikipedia, lisez l’article de Stanislas sur le site de la Conférence des évêques de France !

Pour terminer, je vous invite à un peu de légèreté. On commence avec le père David Lerouge qui nous propose un « dictionnaire de verbes propre au domaine religieux, et plus particulièrement à l’art oratoire de l’homélie ». D’ « Acidacétylsalicyliquer » à « Vatifoler », chacun pourra trouver son lot dans cet ensemble de termes barbares mais tellement proches de la réalité parfois. Enfin, comme le dit David à la fin de son billet, « Le plus extraordinaire de tout cela, c’est que la Parole fasse son chemin, et touche, de façon tout à fait imprévisible le plus souvent  » !

Si l’écologie est un thème qui vous intéresse, vous connaissez certainement le blog du père Dominique Lang “ecology and churches”, ou celui de Patrick Pique, “le blog d’un catho écolo” mais il y a un autre blog que je viens de découvrir et qui semble de très bonne tenue : “visible et invisibles”. Il est tenu par Mahaut, une blogueuse qui déclare sur le blog « Pour le moment, je ne parlerai pas beaucoup de moi, si ce n’est la foi dont j’essaie de vivre et la vision du monde que je souhaite partager dans mes billets – qui disent déjà beaucoup ». Dans son dernier billet, elle propose une recension d’un ouvrage qui reprend la pensée du pape sur l’écologie, “Benoît XVI, Pensées sur l’environnement”. A ne pas manquer si le sujet vous intéresse !

Et puis, une chronique à ne pas manquer ! Il s’agit de l’Editorial européen, une initiative de Radio Vatican que vous pourrez retrouver toutes les deux semaines sur le site internet de la radio. Le but de cette chronique : proposer « une réflexion commune des rédactions européennes de Radio Vatican sur les principaux thèmes et défis qui se présentent à l’Eglise et à la société sur le Vieux Continent ». Le premier numéro est à lire sur le site de Radio Vatican qui, il faut le préciser, s’est offert un lifting fort réussi !

NB : un problème dû à la Poste – je suppose – fait que je ne reçois plus les revues cathos à temps pour la revue de presse (excepté pour les envois par PDF ou les articles en ligne)… J’espère que ce sera bientôt résolu !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés