Archive

Posts Tagged ‘Ecologie’

Revue de Presse : cardinaux, catacombes, morale, foi, « Bricbrocquer »…

6 septembre 2012 1 commentaire

Un autre événement marquant de la fin de la semaine passée a été la mort du cardinal Martini. Donner un écho à tout ce qui a été écrit à ce propos serait vain. Rendez-vous sur le site de La Croix pour vous en rendre compte. Les magazines ne sont pas en reste, avec La Vie, Témoignage Chrétien ou France Catholique. Vous retrouverez, sous la plume de Frédéric Mounier et de Jean Mercier, respectivement dans les pages de La Croix et de La Vie, deux présentations de l’œuvre et de la personnalité du Cardinal Martini. L’agence i.média a elle aussi donné une bibliographie assez circonstanciée du cardinal défunt. Et si les hommage se sont multipliés, du pape en passant par le patriarche latin de Jérusalem jusqu’aux chrétiens de Lyon, ce qui a certainement le plus fait parler, c’est l’interview posthume du cardinal (publiée par La Vie et par La Croix) ! Le titre est éloquent : « L’Église est en retard de 200 ans. Aurions-nous peur ? ». Jean Mercier cependant, pour La Vie s’est interrogé sur cet article « dont la nature polémique pose aussi des questions éthiques et journalistiques ». Tandis que Philippe Clanché semble regretter le « héraut des catholiques progressistes » qui est mort sans laisser de « postérité véritable dans la haute hiérarchie catholique » (p.8 de TC de cette semaine), Jean Mercier, en faisant écho à l’actualité française, relevait que « Martini est emblématique d’une période où le “hors-piste prophétique” consistait à rêver l’Eglise. A la rêver pure, dépouillée, accueillante, audible et crédible, au point même de projeter sur elle l’image de ce que nous voudrions être. Rêver, mais souvent au point de se focaliser sur tout ce qui apparaissait comme un obstacle au témoignage, et qui concernait par exemple la morale sexuelle ». Et de comparer le défunt avec un de ses confrères, élevé au rang de successeur de Pierre, Benoît XVI. Frédéric Mounier, sur son blog, se refusait cependant à cette comparaison, notant que « l’Eglise ne saurait se contenter ni de Ratzinger, ni de Martini. Les deux, ensemble, lui sont indispensables. Et chacun reste libre, à leur suite et en vue du Royaume, de choisir son chemin. La diversité de la litanie des saints, chantée lors des obsèques milanaises du cardinal, témoigne, dans sa diversité,  de cette liberté ». Une position proche de celle du cardinal Tauran, cité par i.média, et qui déclarait « que son confrère italien “était trop intelligent pour n’être ni progressiste ni conservateur” car “ce sont des catégories réductrices” ». Du côté des blogueurs, Charles Vaugirard, sur le site Tak.fr, préférait écrire que « Mgr Martini était avant tout un homme de pastorale ». Une conclusion qui, je l’avoue, me plait bien !

A noter que le cardinal Martini n’est pas le seul cardinal à être décédé ces derniers temps. Neuf jours avant lui, il y a eu le cardinal Shan. A son propos, et pour nous le faire connaître, Sandro Magister publie une lettre du cardinal Zen, l’un de ses disciples !

Restons avec les cardinaux, avec la citation de la semaine : « Si l’on est dans une dictature idéologique, qu’on nous le dise, on ira dans les catacombes ». L’auteur de cette citation n’est autre que le Cardinal André Vingt-Trois, au micro de Clémence Houdaille, et que vous pouvez réécouter et revoir sur le site de Radio Notre Dame ! Outre la très bonne intervention du cardinal, cette phrase a incité Thomas Jauffret, l’auteur du blog Beninews à réfléchir sur cette descente aux catacombes ! Il relit les derniers événements de notre été, de cette fameuse prière du 15 août à l’histoire de Rimsha, en passant par la condamnation des Pussy Riot et autres relectures… Thomas Jauffray propose donc la création d’un nouveau hashtag : #inthecatacombs, en montrant combien dans l’empire romain qui s’effondrait, cette descente a permis aux chrétiens de rebondir. Comme il l’écrit à la fin de son billet : « N’en déplaise à certains, les chrétiens n’ont aucun problème avec les catacombes. Ils continueront à être exigeants, à essayer d’œuvrer avec amour, à défendre l’Homme et la vie, à orienter le monde vers le Bien commun. Yes, go deep down in the catacombs ! »

Une intervention qui est bienvenue en ces temps où l’expression de la foi est plutôt mise à mal, comme en témoigne une tribune de Roselyne Bachelot sur le Hufftington Post, qui écrit textuellement : «  Il convient donc de laisser les religions dans la sphère privée ». Pour lui répondre, Matthieu Boucart, sur le blog Totus-Tuus, dont je vous laisse découvrir la réponse largement argumentée. Cette question de la place de l’Eglise revient dans l’interview du cardinal Barbarin à La Croix, où le prélat dénonce une « démocratie absolue » qui ne mettrait plus l’homme au centre ! Sur le thème du mariage homosexuel, Famille Chrétienne titrait la semaine passée : « le débat interdit ». On le voit, la place des religions dans la société est loin d’être reconnue.

A ce sujet, la morale laïque que Vincent Peillon veut introduire à l’école laisse planer quelques doutes de laïcisme chez l’abbé Guillaume de Tanoüarn ou auprès de Jean-Pierre Denis. Laissant de côté les considérations politiques et historiques, Jérôme Anciberro, dans l’éditorial de Témoignage Chrétien de cette semaine, relève « ce retour de la morale à l’école », qui aurait le mérite d’obliger « les Français à se pencher sur des questions refoulées ». La Vie s’intéresse au sujet dans le magazine qui sort ce jeudi, avec un article de Marie-Lucille Kubacki qui montre la dimension religieuse « républicaine et areligieuse » que Vincent Peillon place dans cette morale laïque ! Pour conclure ce débat, laissons la parole à Valérie Barbe qui nous rappelle, dans ce domaine, l’importance de l’exemple donné par les parents !

Enfin, dans les questions actuelles, le cas de la petite Rimsha n’est pas encore réglé. Si de nombreuses preuves sont venues accréditer la thèse d’un complot monté par l’imam qui l’a dénoncée, la jeune fille reste toujours, pour l’instant, en prison. Un beau raté du Pakistan !

Venons-en à nos sujets d’année. Et commençons cette semaine par l’année de la foi, en portant un regard vers la Belgique, où « lesévêques (…) ont adressé une nouvelle lettre pastorale à toute la communauté croyante de leur pays, l’invitant à s’interroger sur ce que signifie être “chrétien aujourd’hui” ». Selon La Croix, qui l’a présentée dans son édition de lundi, cette lettre se veut un accompagnement pastoral pour l’année de la foi. Elle prend acte des changements qui ont eu lieu ces dernières années en Belgique, et tente de donner un nouvel élan aux chrétiens du pays. Pour les évêques, la première priorité de l’Eglise aujourd’hui est de « chercher ensemble ce que signifie concrètement le fait de se mettre à la suite de Jésus ». Pour cela, ajoutent-ils, « nous pouvons nous inspirer et nous aider les uns les autres ». A noter que cette lettre, selon le quotidien « sera aussi prochainement illustrée par une série de courts clips vidéo réalisés par les médias catholiques belges ».

Sur le même sujet, celui de la foi, mais dans un ordre tout à fait différent, partons au Québec, où Jocelyn Girard invite les lecteurs du messager de St Antoine à redécouvrir leur patrimoine et l’héritage religieux à partir de la toponymie. Un chemin qui conduit, selon le blogueur, à vivre vraiment la communion des saints ! Et pour finir, une citation tirée d’un ouvrage de Thimothy Radcliffe, qu’Yvette a partagée sur son blog : « La Foi est notre réponse à cette étonnante découverte : nous avons été choisis ».

Du côté de Diaconia, un rappel : la solidarité se vit à tout âge. Un article publié sur le site de l’opus Dei en témoigne : une quinzaine d’étudiants et jeunes professionnels sont partis cet été en Lettonie avec le club Fennecs pour venir en aide à un orphelinat. L’un des participants livre, dans cet article, son récit. On y trouve ces quelques paroles : « “Nous n’allons pas transformer la face de la Lettonie par notre action. Soyons donc humbles et fuyons l’activisme” nous explique Pierre, un organisateur du séjour. “Notre travail aura une valeur d’éternité si nous l’offrons au Seigneur” renchérit l’abbé Quartulli, notre aumônier, dans l’homélie de la messe du premier jour. L’objectif était donc clair : le meilleur service que nous pouvions rendre à cet orphelinat était de lutter, chacun, pour devenir meilleur en cherchant la sainteté ». Et en prime, on découvre la spiritualité de l’Opus Dei, loin des images véhiculées par certaines œuvres de fiction (Dan, si tu nous entends…)

Un mot des JMJ, même si c’est encore le calme sur ce flanc (sauf pour ceux qui pédalent vers Rio !) ! Alors j’en profite pour relayer un appel, celui de Wikipedia, qui sur la page “Journées mondiales de la jeunesse 2013” affiche quelques petits information, assez lacunaires, mais surtout ce message : « Cet article est une ébauche concernant l’État ou la ville de Rio de Janeiro, le catholicisme et le Vatican. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants ». Avis aux bonnes volontés ! Attention toutefois à ne pas faire de cette page un lieu privatisé par un diocèse ou une paroisse… Pour vous y aider, si vous ne maîtrisez pas Wikipedia, lisez l’article de Stanislas sur le site de la Conférence des évêques de France !

Pour terminer, je vous invite à un peu de légèreté. On commence avec le père David Lerouge qui nous propose un « dictionnaire de verbes propre au domaine religieux, et plus particulièrement à l’art oratoire de l’homélie ». D’ « Acidacétylsalicyliquer » à « Vatifoler », chacun pourra trouver son lot dans cet ensemble de termes barbares mais tellement proches de la réalité parfois. Enfin, comme le dit David à la fin de son billet, « Le plus extraordinaire de tout cela, c’est que la Parole fasse son chemin, et touche, de façon tout à fait imprévisible le plus souvent  » !

Si l’écologie est un thème qui vous intéresse, vous connaissez certainement le blog du père Dominique Lang “ecology and churches”, ou celui de Patrick Pique, “le blog d’un catho écolo” mais il y a un autre blog que je viens de découvrir et qui semble de très bonne tenue : “visible et invisibles”. Il est tenu par Mahaut, une blogueuse qui déclare sur le blog « Pour le moment, je ne parlerai pas beaucoup de moi, si ce n’est la foi dont j’essaie de vivre et la vision du monde que je souhaite partager dans mes billets – qui disent déjà beaucoup ». Dans son dernier billet, elle propose une recension d’un ouvrage qui reprend la pensée du pape sur l’écologie, “Benoît XVI, Pensées sur l’environnement”. A ne pas manquer si le sujet vous intéresse !

Et puis, une chronique à ne pas manquer ! Il s’agit de l’Editorial européen, une initiative de Radio Vatican que vous pourrez retrouver toutes les deux semaines sur le site internet de la radio. Le but de cette chronique : proposer « une réflexion commune des rédactions européennes de Radio Vatican sur les principaux thèmes et défis qui se présentent à l’Eglise et à la société sur le Vieux Continent ». Le premier numéro est à lire sur le site de Radio Vatican qui, il faut le préciser, s’est offert un lifting fort réussi !

NB : un problème dû à la Poste – je suppose – fait que je ne reçois plus les revues cathos à temps pour la revue de presse (excepté pour les envois par PDF ou les articles en ligne)… J’espère que ce sera bientôt résolu !

Revue de Presse : La semaine sainte, un peu de papes, d’écologie et de poisson…

5 avril 2012 1 commentaire

Image tirée du blog http://www.catholique-aujourd'hui.fr

Ce lundi, nous fêtions les 7 ans de l’entrée dans le Royaume de Dieu de Jean-Paul II. Jean-Baptiste Maillard a voulu rendre hommage à ce grand témoin de la foi par un billet dans lequel il reprend un extrait du message du pape aux jeunes lors de la veillée à Tor Vergata, durant les JMJ de l’an 2000. Un petit passage très fort, où le bienheureux Jean-Paul II rappelle que c’est Jésus que chaque être humain cherche quand il cherche le bonheur :

C’est Jésus qui suscite en vous le désir de faire de votre vie quelque chose de grand, la volonté de suivre un idéal, le refus de vous laisser envahir par la médiocrité, le courage de vous engager avec humilité et persévérance pour vous rendre meilleurs, pour améliorer la société, en la rendant plus humaine et plus fraternelle.

Il faut dire que selon le petit reportage d’Antoine-Marie Izoard à la basilique Saint Pierre, les pèlerins n’ont pas oublié Jean-Paul II ! Et Radio Vatican confirme sur le portail news.va avec un titre sans équivoque : «  Sept ans après sa mort, Jean-Paul II draine toujours les foules ». Le phénomène n’est pas que romain, mais s’étend à la Pologne, et même au Nigéria où se trouvent actuellement les reliques du bienheureux (qui pourrait être canonisé assez rapidement selon le même article)…

D’un pape à l’autre, il n’y a qu’un pas conclave ! Jean-Marie Guénois s’interrogeait, vendredi dernier, sur l’opportunité pour Benoît XVI de faire le voyage au Mexique et à Cuba. Et partant de l’image de Benoît XVI, fatigué mais témoins inlassable de « la dignité de l’homme », il terminait son analyse par une apologie de la faiblesse de l’Eglise fort émouvante. Le pape d’ailleurs, même fatigué, a fait le travail dimanche, lors de la célébration des rameaux à Rome. Je vous invite à lire son homélie pour cette célébration qui ouvre la semaine sainte et qui coïncidait également avec la Journée Mondiale de la Jeunesse (ou au moins à écouter le compte rendu de Radio Vatican).

Depuis dimanche donc, avec la célébration des rameaux, les chrétiens sont  entrés dans la semaine sainte. Dans l’éditorial du Pèlerin de cette semaine, Anne Ponce y va franco et en redonne la perspective :

Vendredi saint, samedi saint, dimanche de la Résurrection : la semaine sainte vient signifier que  nous ne sommes pas seuls à porter nos croix et à supporter nos vides. Elle  inscrit nos espérances dans une espérance plus grande encore, promesse de victoire finale sur le mal et la mort. Elle sanctifie la vie. Lapins en chocolat, gigot d’agneau et jour férié viennent par surcroît.

Pour nous en parler, les blogueurs et blogueuses usent quant à eux de divers stratagèmes. L’auteur du blog Kto & the City nous propose ainsi un petit calendrier avec la description du jour, l’office célébré, et des liens vers le sens de cette célébration. Avec beaucoup d’humour toujours, surtout dans l’introduction, dont je vous livre un petit passage :

Le souci, c’est que beaucoup de cathos comprennent mal le sens des jours qui arrivent. Tout le monde va à la messe de Pâques, c’est normal faut pas déconner, en revanche dans l’imaginaire catho-collectif les journées qui précèdent sont là pour « les mecs vraiment pratiquants ». Personne sait trop à quoi elles servent, en plus ça tombe en plein milieu de la semaine juste après le boulot ou une journée de cours, ça paraît pas vraiment indispensable. Y aurait d’un côté les mecs qui font les choses « normalement », sans pression, et de l’autre les Sheldon Cooper de la religion qui frisent l’autisme à force de geeker la messe.

Sinon, plus classiquement, il y a l’abbé Gaignet, qui part de la fête des rameaux pour nous proposer deux petites prières qui peuvent éclairer la semaine sainte dans laquelle nous nous trouvons. Une semaine que Gérard Leclerc qualifie de « semaine inépuisable », dans le sens où elle est « la délivrance suprême où l’humanité voit s’ouvrir le sens de sa destinée ». C’est un très bel article, bref en plus, que je vous encourage à aller lire sur le site www.france-catholique.fr ou à retrouver dans les pages de la revue ce week-end.

Jibitou, sur son blog Catholique Aujourd’hui, nous propose de réfléchir à partir de quelques tableaux, qui évoquent la trahison de Judas, Marthe et Marie à Béthanie, Judas et Pierre, et même le dimanche des rameaux. Giotto, Rembrandt, Poussin, Le Caravage, Tintoretto, Velazquez, Vermeer… les plus célèbres des grands maîtres sont convoqués. Ca vaut le détour ! Et pour les fans de musique, le Jour du Seigneur nous propose une vidéo avec le frère André Gouzes. A regarder et à écouter !

Si vous avez des enfants, ou que vous cherchez comment vivre la semaine sainte avec eux, direction le blog de la Cybersister  pour découvrir comment ça se passe dans sa paroisse, et pourquoi pas s’en inspirer…

Quatre petits liens : Zabou, qui nous invite à réfléchir à un détail de la passion lue lors de la messe des rameaux : le jeune homme se sauva tout nu. Dans ce jeune homme, elle nous invite à nous reconnaître… je vous laisse aller lire la suite de cette très belle méditation. Le second billet est signé de Corine, qui médite pour sa part sur les souffrances infligées à Jésus d’un côté, et sur son amour d’autre part. Là encore un billet bref mais si profond. Troisième lien, depuis Montréal, où Jean-Guy Roy réfléchit sur la passion. Et pour finir, le billet de carême de mercredi du père François, intitulé « Karaboudjan … avec un K comme carême ». Les tintinophiles auront  reconnu le nom du bateau du capitaine Haddock. Et comme on parle de bateau, la comparaison avec la barque de Pierre est aisée :

A bord de cette barque apostolique, ce Karaboudjan d’hier et d’aujourd’hui, aux cales pleines d’Espérance, se trouvent des hommes et des femmes, tout aussi fragiles. La tentation serait de nous focaliser sur ces Haddock qui en ont oublié leur place sur ce navire, sur ces Allan préférant l’intérêt personnel ou encore sur ces pinces d’ores qui méprisent le service du frère et l’Evangile. Parfois nous ne valons guère mieux : « serait-ce moi ? ». Cette semaine sainte, nous invite à diriger nos regards vers le Christ. Par sa Croix réconciliatrice, il nous entraine dans sa fidélité intangible au Père pour l’amour de tous. Car, encore et toujours, c’est chez toi qu’il veut célébrer la Pâque avec ses disciples, à bord de ton Karaboudjan.

Sinon, dans la semaine sainte, il y a la messe chrismale. Comme chaque année, David Lerouge nous a proposé des photos, accompagnées d’une liste d’attitudes où vous ne pourrez pas ne pas reconnaître votre curé… En Belgique, l’abbé Jean Lievens a réfléchi, à l’occasion de la messe chrismale durant laquelle les prêtres renouvellent leur engagement sacerdotal, à la complémentarité entre prêtres et laïcs. Et de conclure à propos du prêtre : « Aujourd’hui comme hier, il ne peut remplir sa mission sans le soutien de croyants actifs, capables de dialogue et de remise en question personnelle et communautaire ». Voilà qui me donne l’occasion de citer trois billets plus anciens mais qui entrent parfaitement dans cette perspective. Xavier Cormary, sur son blog Ichtus, nous partage en photos sa vie et sa joie d’être prêtre, tout en insistant, dans un autre billet, sur l’importance de la communauté dans la vie et la vocation d’un prêtre. François Triquet, qui est diacre et tient le « journal d’un jeune séminariste » sur le blog des jeunes cathos, revient sur la vie de ministre des prêtres, tout en indiquant qu’elle le rempli de joie… Sinon, pour comprendre ce qu’est la messe chrismale, et la symbolique de la bénédiction des huiles, rendez-vous sur le blog des jardiniers de Dieu.

On passe au jeudi saint avec l’institution de l’eucharistie. Un seul lien suffira, vers des extraits de l’homélie de Benoît XVI lors des JMJ de Cologne, en 2005, sur l’eucharistie. Des extraits sélectionnés par Mgr Hervé Giraud et que vous retrouverez dans les pages de l’évêque sur le site des diocèses de Soissons, Laon et Saint-Quentin.

Pour le vendredi saint, là aussi, un lien où l’on parle du soldat Ryan, mais pas que… Je vous laisse découvrir ce billet de Jocelyn Girard intitulé « Sauvé par la mort d’un autre » ! Pour méditer sur le chemin de Croix, deux billets du père Yves Combeau, à lire sur le blog du Jour du Seigneur… Tant que vous êtes sur le site, arrêtez-vous quelques instants pour découvrir Jérusalem et vivre un chemin de croix interactif dans le cadre de la série Passionnément Carême. Pour découvrir Jérusalem et mettre vos pas dans les pas du christ, il y a aussi la possibilité de lire le reportage de Gwénola de Coutard dans le Pèlerin de cette semaine. Entre photos et textes, on se plonge dans la vie de la cité où « géographie et histoire du Salut se rencontrent » pour reprendre les mots de Mgr Shomali cité par la journaliste.

Le silence du samedi saint est parfois compliqué à comprendre, mais Anne-Claire, sur son blog, par une petite poésie, vient le remplir de sens…

Et puis on en arrive à Pâques… Dans le numéro de cette semaine de Famille Chrétienne, c’est la question de la résurrection des corps qui est abordée, avec l’aide du père Xavier Lacroix. Et pour montrer toute l’importance de l’incarnation, le peinte Arcabas commente trois de ses œuvres consacrées à l’espérance pascale. Jean-Pierre Denis, dans l’éditorial de La Vie, parle lui aussi de Pâques :

« Être chrétien consiste à s’insurger pour créer en soi et autour de soi une vie autre », écrit Jean Bastaire dans le livre le plus revigorant et ressuscitant qui soit, Insurrection Pascale (Salvator). À vous qui pleurerez, à vous qui lèverez votre regard et qui vivrez plus haut, belles et joyeuses Pâques. Laissez-vous, laissons-nous emporter.

Un dernier article de presse, pour la fête de Pâques, vers un bel article de Témoignage Chrétien, sur le tombeau vide… Pour l’accompagner, un billet de blog, celui de Sylvie Carnoy, sur Le Spirituel D’abord, qui nous propose de choisir, samedi soir, entre la voix et la voie…

Et puis, comme Pâques c’est accepter de suivre le Christ jusqu’au bout, une petite vidéo proposée par Valérie Barbe ! C’est en anglais, mais je pense que tout le monde peut comprendre…

Petit point pratique : si vous voulez participer aux célébrations, et que vous cherchez les heures auxquelles les offices se dérouleront, Le service Egliseinfo (ou Messeinfo sur les smartphones) vous sera plus qu’utile ! A partir d’un téléphone, il vous géolocalise et vous dit où se trouvent les églises les plus proches et les horaires des célébrations. On fait la même chose  avec l’application CarpeDeum et son outil Géomesse !

On change de sujet pour finir avec un point sur l’écologie. Au Québec, un appel est lancé aux chrétiens, pour le 22 avril, 3ème dimanche de Pâques, afin de sonner les cloches des églises à 14h et de se rassembler pour redire l’importance de l’engagement écologique, où l’homme à toute sa place. Une information partagée par Mgr Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, sur son profil et sur sa page Facebook, et qui renvoie au site du diocèse de Québec pour avoir plus d’informations. Dans le domaine écologique, un billet d’OlivierNouaillas, publié sur son blog dans les pages de La Vie, sur  « les Dr Frankenstein de l’écologie ». Je ne vous en dis pas plus tellement ce qu’on apprend est effarant !

Un mot pour présenter Manu, ou plutôt son interview dans les pages de Pèlerin, pour le prix du blog Catho. Son blog s’intéresse à ce qu’on regarde souvent comme un mélange détonnant, le Black Métal et la foi chrétienne !

Pour conclure sur un sourire, dimanche dernier, c’était le 1er avril. Et le diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier a une tradition pour ce jour, à laquelle il n’a pas dérogé, en bidouillant une superbe dépêche du VIS sur la reconnaissance canonique des sacristains

Revue de Presse : Argent, Assise, Abrutis, Assises…

27 octobre 2011 3 commentaires

1,8 % ! 1,8014 %  pour être plus précis ! C’est le ratio des dépenses de fonctionnement du Vatican par rapport à celles du Conseil Général de l’Essonne ! Et si le chiffre (donné par le diocèse d’Evry – Corbeil-Essonne vous stupéfait, rendez-vous vite chez Marc Favreau, qui en cite bien d’autres, et pose cette constatation sans appel : « La dimension financière qui n’est que rarement prise en compte dans les analyses de l’Eglise Catholique aujourd’hui, mériterait sans doute un peu plus d’attention car elle explique aussi motivations et parfois lenteurs et freins aux évolutions ». Mais comme il ne peut s’empêcher de titiller toujours un peu l’institution, il s’interroge aussi sur la gestion humaine des cadres de l’Eglise. Une question qui reste ouverte…

Et puis, un petit cocorico, avec la nomination du cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, comme membre du Conseil cardinalice pour les questions administratives et économiques du Saint-Siège (Outre le VIS, c’est La Croix qui nous l’a appris en début de semaine). Peut-être pourra-t-il faire remonter les questions de Marc. Et tant qu’on est aux nominations, le site des évêques de France nous annonce que Mgr Pierre-Marie Carré, archevêque de Montpellier, est nommé secrétaire spécial du prochain synode sur la Nouvelle évangélisation ! C’est un rôle de premier plan qui l’attend d’ici un an !

Mais revenons aux sous, avec un document de 11 pages du Conseil Pontifical Justice et Paix sur la finance mondiale ! Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ce texte a fait parler de lui, au moins sur internet… Comme le résume Natalia Trouiller dans la Matinale Chrétienne de La Vie de mardi, « dans ce document, le Vatican se prononce pour la taxe Tobin dans un premier temps, puis pour une autorité politique unique de régulation des marchés ». Ca, c’est en gros… Le journal La Croix a analysé ce document dans l’édition de Mardi, et en donne quelques passages. A lire. Je ne résiste pas à vous citer le dernier paragraphe :

L’esprit de Babel est l’antithèse de l’Esprit de Pentecôte (Ac 2, 1-12), du dessein de Dieu pour toute l’humanité, c’est-à-dire de l’unité dans la vérité. Seul un esprit de concorde, qui surmonte les divisions et les conflits, permettra à l’humanité d’être véritablement une seule famille, jusqu’à concevoir un monde nouveau avec la constitution d’une Autorité publique mondiale, au service du bien commun.

Si vous n’avez pas encore eu le temps de lire l’intégralité du document, les extraits choisis par Mgr Giraud donnent un bon aperçu du document. Les journaux aussi s’y sont mis, avec par exemple le site internet Atlantico, qui titre « Le pape peut-il sauver le monde de la crise économique ? ». Jean-Marie Guénois tente quant à lui de nous expliquer « Pourquoi le Vatican parle d’économie ». Mais ce texte ne convainc pas tout le monde… Aux Etats-Unis, on dit qu’il « n’est pas seulement plus à gauche qu’Obama : il est également plus à gauche que les démocrates « liberal » et plus proche des idées du mouvement ‘Occuper Wall Street’ que de n’importe quel membre du congrès des États-Unis ». C’est Sandro Magister qui nous rapporte les propos d’un jésuite américain. Là encore, plus d’infos et de liens sur ce qui se passe outre-Atlantique dans la Matinale Chrétienne de La vie de mercredi (Note pour les distraits : La Matinale Chrétienne, c’est un immanquable de votre matinée…). Finalement, comme le dit Charles Vaugirard, sur son blog (oui, c’est un pseudo !), « Indignons-nous de ce Casino mondial et faisons circuler ce document révolutionnaire ! »

C’est d’ailleurs en partie ce que fait d’Anne Ponce  dans le Pèlerin de cette semaine, avec un édito presque acide sur le sujet financier, en constatant que le programme d’aide alimentaire de l’Union européenne, qui coutait 500 millions d’euros, avait été abandonné, mais que dans le même temps on trouvait plus de 100 milliards pour recapitaliser les banques affrontées à la restructuration de la dette grecque. Même si la directrice de la rédaction du magazine admet un raisonnement « simpliste » en juxtaposant ces chiffres, l’appel à la décence qu’elle invoque est lui bien réel ! Et elle n’est pas seule à élever la voix : le Journal Les Echos nous rappelait ce mardi que « des organisations chrétiennes s’élèvent contre les paradis fiscaux », et il citait la demande de transparence financière adressée par le Secours Catholique, le CCFD, Justice et Paix et le Ceras aux entreprises, invitant à mettre en place une « traçabilité de l’argent »…

Un mot pour en finir avec les chiffres, quelques statistiques : 17,42 % de la population mondiale était catholique au 31 décembre 2009, soit une augmentation de 0.02 % par rapport à 2008 !. C’est l’agence Fides qui l’annonce avec les statistiques qu’elle publie chaque année pour  la journée Mondiale des Missions.

Le second gros dossier de la semaine, c’est, vous vous en doutez, la rencontre interreligieuse d’Assise qui a lieu ce jeudi ! Les magazines chrétiens en ont largement parlé la semaine dernière ou auparavant, et comme ils sortent ce jeudi, ils font l’impasse dessus. Mais les journaux et les blogs ne sont pas en reste. Sur Twitter, le compte @JDS_webTV propose un LiveTweet de la journée (#Assise11), et vous pouvez d’ailleurs la suivre sur le site du Jour du Seigneur comme sur KTO… Témoignage Chrétien propose de voir comment l’événement a été vécu en France, à travers une rencontre à Bordeaux.

La particularité de cette 25ème édition, la première à laquelle Benoît XVI participe, c’est la présence de non-croyants. A ce propos, outre le gros dossier de Témoignage Chrétien, Stéphanie Le Bars sur le blog Religions du journal Le Monde, offre une interview d’une athée invitée par le pape. Cette dernière déclare notamment à propos de sa participation, que « l’idée est de se réunir face à la gravité de la crise économique et morale qui porte en germe des conflits militaires ».

Et puis une mention toute particulière pour François Vercelletto, qui sur son blog reprend une interview de Mario Giro, de la communauté de Sant’Egidio, qui s’occupe, entre autres, de faire vivre cet esprit d’Assise chaque année et tout au long de l’année (sur le site www.rencontredesreligionspourlapaix.org).

Il y aurait encore beaucoup à dire, et il y aura encore beaucoup à lire, vu que la matinée a déjà été remarquable. Et je ne peux que citer les paroles de Benoît XVI ce matin :

Comme chrétien, je voudrais dire ceci: Oui, dans l’histoire on a eu recours à la violence au nom de la foi chrétienne. Nous le reconnaissons, remplis de honte. Mais il est absolument clair que ceci a été une utilisation abusive de la foi chrétienne, en évidente opposition avec sa vraie nature. Le Dieu dans lequel nous chrétiens nous croyons est le Créateur et Père de tous les hommes, à partir duquel toutes les personnes sont frères et sœurs entre elles et constituent une unique famille.

Je vous renvoie vers les sources fiables que sont Radio Vatican (qui propose également un dossier sur le sujet), les sites internet des journaux et magazines chrétiens que vous avez l’habitude de voir cités ici (La Croix, La Vie, Famille Chrétienne, Le pèlerin, France Catholique,…).

Un petit mot sur Benoît XVI qui, à la place de la traditionnelle audience du mercredi, a présidé ce mercredi une liturgie de la Parole pour préparer la journée d’Assise. C’est un pape à l’esprit vif qui parle au moment où j’écris ces lignes, mais aussi un pape qui fatigue… car, comme l’écrit Jean Mercier sur son blog, « le pape a pris un coup de vieux ». C’est ainsi que le journaliste analyse l’utilisation par Benoît XVI de l’estrade mobile que Jean Paul II avait inauguré quand il n’arrivait plus à se déplacer. Un autre indices viennent corroborer cette hypothèse : « au cours de l’année 2011, la forme des visites « ad limina » a été discrètement modifiée. Au lieu de rencontrer les évêques un par un, le pape s’entretient aujourd’hui avec des groupes de 7 à 10 prélats pendant environ une heure ». C’est l’Apic qui pose ce constat en reprenant une info du CNS américain !

Ce qui est assez surprenant, c’est qu’au moment où l’on parle du pape qui vieillit, on découvre des aspects inconnus de sa jeunesse, comme le fait qu’il aimait les ours en peluche (Y’aurait-il un lien avec ses armoiries ?) Mais comme le relève le Swiss Romain à propos de l’usage de cet artifice mobile, « il est très clair que Benoît XVI sent les forces le quitter et objectivement il vieillit (…) De là à prévoir une démission, ou un nouveau Conclave, il y a encore plus qu’un pas à accomplir ».

Plus haut, j’ai cité la rencontre d’Assise, avec le dialogue des religions pour la paix. Le Petit Chose nous propose sur son blog un autre dialogue, celui qu’elle a eu avec les jeunes venus défendre l’honneur du Christ. Un dialogue qui en dit long sur leurs motivations…Parce que depuis la semaine dernière, on a parlé « christianophobie » sur le net et dans les journaux. J’ai déjà évoqué le problème la semaine dernière, et je ne reviendrai pas sur le contexte. De nombreux blogueurs l’ont fait mieux que moi. Sans ordre, et juste pour citer les contributions les plus documentées : NystagmusKoz, Pneumatis, Charles Vaugirard, Amblonyx, Darth Manu, le Chafouin, Patrice de Plunkett (qui donne la parole au père Robert Culat), Incarnare, Polydamas, Jeanduma… Même Bernard Lecomte a réagi aux violences stupides de ces jeunes qui se disent victimes de « christianophobie ». Je vous avoue que devant la déferlante de haine dont les journaux se font l’écho, le témoignage d’un journaliste de La Croix, Bruno Bouvet, ou les paroles de Roméo Castellucci, l’auteur de la pièce qui dit qu’« on peut même voir le spectacle comme un chant d’amour pour le Christ, ce qui est le cas de certains spectateurs » relativisent les excès actuel, et ne servent pas la cause de l’Eglise ou de la foi. Les évêques de France se sont prononcés sur le cas de Golgotha Picnic, mais pas sur cette pièce, ce qui est peut-être le signe que tout n’est pas aussi simple que l’expliquent ces fanatiques. Il est à noter à ce propos que l’institut Civitas qui a monté cette contestation en épingle fait partie de « l’orbite de la FSSPX » ! On est loin du catholicisme tel qu’on le vit de manière habituelle en France, et plus proche de la revendication politique…

Pour finir sur une note plus gaie, je vous propose de vous convertir… à l’écologie. Autour des Assises Chrétiennes de l’Ecologie, le magazine Prier titre « L’écologie, une conversion ». Et dans l’interview de Mgr Stenger, deux passages ressortent plus fortement en ces jours de crise : « Face à l’épuisement des ressources  naturelles et au réchauffement climatique, nous voyons bien que nous devons aller vers plus de frugalité et impulser des changements d’attitudes sociétales. (…) On ne peut dissocier l’appel à la sobriété et à la frugalité de la pratique de la justice et de la solidarité avec ceux qui souffrent ». C’est à lire des pages 4 à 7, et ça vaut le coup ! A travers cette interview, Mgr Stenger répond déjà à l’« appel aux évêques pour l’écologie » relayé par Etienne Séguier, sur son blog. Une réalité qui prend forme au Canada, comme nous l’apprend ce billet (où l’on découvre aussi qu’il existe une écothéologie…).

Pour finir, et sortir le nez de l’actualité :

Benoît XVI au Bundestag : L’importance de l’écologie

22 septembre 2011 1 commentaire

Je dirais que l’apparition du mouvement écologique dans la politique allemande à partir des années soixante-dix, bien que n’ayant peut-être pas ouvert tout grand les fenêtres, a toutefois été et demeure un cri qui aspire à l’air frais, un cri qui ne peut pas être ignoré ni être mis de côté, parce qu’on y entrevoit trop d’irrationalité. Des personnes jeunes s’étaient rendu compte qu’il y a que chose ne va pas dans nos relations à la nature ; que la matière n’est pas seulement un matériel pour notre faire, mais que la terre elle-même porte en elle sa propre dignité et que nous devons suivre ses indications. Il est clair que je ne fais pas ici de la propagande pour un parti politique déterminé – rien ne m’est plus étranger que cela. Quand, dans notre relation avec la réalité, il y a quelque chose qui ne va pas, alors nous devons tous réfléchir sérieusement sur l’ensemble et nous sommes tous renvoyés à la question des fondements de notre culture elle-même. Qu’il me soit permis de m’arrêter encore un moment sur ce point. L’importance de l’écologie est désormais indiscutée. Nous devons écouter le langage de la nature et y répondre avec cohérence. Je voudrais cependant aborder encore avec force un point qui aujourd’hui comme hier est largement négligé : il existe aussi une écologie de l’homme. L’homme aussi possède une nature qu’il doit respecter et qu’il ne peut manipuler à volonté. L’homme n’est pas seulement une liberté qui se crée de soi. L’homme ne se crée pas lui-même. Il est esprit et volonté, mais il est aussi nature, et sa volonté est juste quand il écoute la nature, la respecte et quand il s’accepte lui-même pour ce qu’il est, et qu’il accepte qu’il ne s’est pas créé de soi.

Discours du pape Benoît XVI au bundestag, le 22 septembre 2011

Revue de Blogs : Communication, blasphème, écologie,… et plein d’autres choses !

Allez signer la pétition en cliquant sur l'image ! Merci

Dimanche, c’était la Journée Mondiale des Communications Sociales. Pourtant, sur le net, on en a assez peu parlé. Ainsi, alors que le message de Benoît XVI intitulé « Vérité, annonce et authenticité de vie à l’ère du numérique » était disponible depuis longtemps sur le site du Conseil Pontifical des Communications Sociales (www.pccs.va), je ne l’ai guère vu cité ! Sur le site de l’agence Zenit cependant, le père Lombardi, directeur du bureau de presse du Saint-Siège, « invite à un témoignage crédible des chrétiens sur Internet ». Dans une très bonne analyse de ce message, il explique ainsi que « le message de cette année est un appel fort pour une réflexion profonde sur la manière dont nous vivons notre expérience humaine et notre engagement chrétien dans l’ère et dans la culture d’Internet ». Un article à lire pour mener au mieux sa propre réflexion sur le sujet.

Sylvie, sur son blog LSD, Le Spirituel D’abord, revient sur les différentes campagnes médiatiques autour de Pâques pour montrer qu’aujourd’hui, les cathos sont « dans la vibe » ! (Petit rappel pour ceux qui ne l’auraient pas lu : les padre de Padreblog ont aussi parlé de ça!) Et puis toujours sur le même sujet, le curé de Fontenay-le-Comte nous offre une très belle prière : le Notre Père de l’internaute ! Le père Olivier Gaignet nous propose également un lien sur le site de sa paroisse, qui est très bien fournit sur le sujet.

Et pour finir sur ce sujet, Gwenola de Coutard, sur le site du Pèlerin, www.pelerin.info, dresse son palmarès des meilleurs blogs… Avec pleins de liens hyper sympa (et puis elle dit du bien de moi, alors foncez) !

Mais finalement, une question demeure : « Les médias disent-ils la vérité ? » Voilà une question qui nous intéresse tous… Eh bien pour y répondre, Laurent Joffrin, directeur du Nouvel Observateur, nous donne sa réponse, en vidéo, sur le site des Bernardins. On trouve d’ailleurs sur le site plusieurs vidéos de 15 minutes (ou un peu plus) qui ont été filmées lors de la journée des Bernardins, et qui abordent les thèmes de la solidarité, de la justice,…

Et puis, en parlant des médias, on ne peut passer sous silence la question d’Internet. Edmond Prochain, sur son blog, fait de la pub pour une recension d’un article écrit dans « Il est vivant » pour un dossier intitulé « Et si les catholiques s’emparaient du net ? » (oui, le trajet pour arriver à l’article fut long, mais c’est bien ça la magie des liens hypertextes). Dans ce dossier, outre une très bonne interview du frère Eric Salobir, responsable internet du Jour du Seigneur (le site, vous savez!), vous trouverez dans ce dossier consultable en ligne de nombreuses infos intéressantes, dont la chronique d’Edmond !

A propos d’informations et des médias d’ailleurs, une info a refait surface grâce aux blogs et aux réseaux sociaux, c’est la question sur le sort d’Asia Bibi. Vous vous souvenez peut-être de cette jeune maman emprisonnée au Pakistan et en attente d’être tuée pour blasphème. Si vous l’avez oubliée, Koz est là, et il nous rafraîchit la mémoire. Il remarque que les médias ont largement parlé d’Asia, mais s’interroge également sur la meilleure manière de l’aider… Peut-être se souvenir que cela fera deux ans, lundi prochain, qu’elle est emprisonnée. Et d’ici là, qui sait si d’autres idées ne germeront pas… surveillez vos réseaux sociaux… des choses devraient arriver, mais chut pour l’instant !

Dans la foulée, Pneumatis en remet une couche sur son blog, et il rappelle la pétition de l’Aide à l’Eglise en Détresse. A signer sur internet si vous ne l’avez pas encore fait. C’est quand même rageant de voir que 132 855 personnes font partie du groupe Facebook pour la démission de Domenech et seulement 11 128 militent pour l’abrogation de la loi anti-blasphème au Pakistan ! Moi je ne trouve pas ça normal ! Alors, comme on dit, faite tourner très largement cette pétition de l’AED… Et Pneumatis, comme Koz, donnent encore d’autres solutions pour Aider Asia Bibi et sa famille. Jean-Pierre Denis, dans l’éditorial de La Vie de cette semaine, parle lui aussi d’Asia Bibi et de blasphème, et à la veille de la Pentecôte, il propose encore une autre solution, plus spirituelle, que je vous laisse aller découvrir dans le magazine ou sur le site internet de La Vie ! 

En bref : Nystagmus est de retour. Et la blogueuse redémarre fort avec un billet sur les francs-maçons et leurs rituels. Elle démontre la proximité avec certains thèmes chrétiens… Voilà qui ne vas pas plaire aux opposants historiques de l’Eglise ! Elle est tellement bien renseignée qu’on se demanderait presque si elle n’a pas été jusqu’à infiltrer les réseaux maçonnique durant quelques mois… A lire sur son blog ! Et puis, si parfois vous ne comprenez pas le langage de la tribu catho, Sophie Lebrun et Philippe Clanché, sur le site de Témoignage Chrétien vous propose un petit dictionnaire, avec nombre d’expressions pur-jus. A lire avec beaucoup d’humour, et quand même une petite remise en question sur nos « mots et formulations obscurs »…

Et pour finir, comme chaque semaine, un blog ou un site que je vous conseille plus particulièrement ! Alors, entre les orages ou la future canicule qui va arriver et les primaires chez les Verts, je vous propose une mise à niveau sur l’écologie et l’environnement… Sur le site www.penseesociale.catholique.fr, vous trouverez, bien entendu, tout ce qui concerne l’actualité et les référence de la doctrine sociale de l’Eglise, mais aussi, et c’est nouveau, une catégorie Environnement et modes de vie vient d’apparaître sur le site ! Ce thème avait été débattu lors de la dernière assemblée des évêques de France à Lourdes, en avril dernier. Eh bien maintenant, sur le net, on a accès à cette partie de la pensée de l’Eglise sur le monde et la société. On y trouve des textes de référence, tant des papes que de l’Eglise de France ou d’autres religions ; il y a aussi des rubriques biodiversité, énergie, climat, eau, comment agir,… ! Pour les passionnés, il y a aussi une grande section sur ce que disent la théologie et la bible sur le sujet !

Bref,c’est un site complet, et qui, comme le dit la page d’ouverture, « s’enrichira progressivement d’autres informations ». Et surtout, c’est un site en dialogue avec le reste de la pensée sociale de l’Eglise. Le fait que les pages soient hébergées sur ce blog tend à replacer la recherche des évêques sur l’environnement dans un cadre social complet, et pas dans une rêverie idéalisée… (Et dans le même registre, en rabe, allez jeter un œil sur le blog de Pierre de Charentenay, qui a fêté ses 3 ans jeudi dernier)

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Bonne lecture, comme toujours, n’oubliez pas de commenter les blogs que vous visitez, et à la semaine prochaine !


L’homme en blanc serait-il vert ?

6 décembre 2010 1 commentaire

Les panneaux solaires de la salle Paul VIAlors que la communauté internationale est réunie à Cancun, pour essayer de trouver des réponses au réchauffement climatique, le Vatican veut montrer à tous son engagement dans ce domaine. Ainsi, mercredi dernier,  au Vatican, a été présenté un livre intitulé : « L’énergie du soleil au Vatican ». L’ouvrage photographique, rédigé par la direction des services techniques du Vatican, insiste sur l’engagement de cet état pour le développement durable. Il présente notamment son engagement pour le photovoltaïque : le toit de la Salle Paul VI (où le pape tient ses audiences), est en effet recouvert par des panneaux solaires qui permettent d’économiser, annuellement, 80 tonnes de pétrole (l’équivalent de 225 à 300 tonnes de CO2) !

D’autre part, en 2007, une organisation écologiste avait proposé de planter une forêt en Hongrie, pour compenser les rejets de CO2 du Saint-Siège. Le Vatican aurait du être le 1er Etat à arriver à la neutralité carbone, mais malheureusement, aucun arbre n’a encore été planté. Affaire à suivre donc…

Et puis, dernière nouvelle incongrue, mais sérieuse cependant, on a appris à l’occasion de la présentation de ce livre que les services de sécurité du Vatican étaient en train de réfléchir à l’utilisation d’une papamobile électrique… Voilà qui serait un engagement fort de la part du pape.

Mais au Vatican et au Saint-Siège, si on met en œuvre des actions pratiques, on a aussi un discours écologique fort. On peut affirmer, sans se tromper, que c’est même un thème cher au pape. Benoît XVI, qui est connu pour la qualité de ses réflexions théologiques, l’est moins pour son engagement écologique, et pourtant, il y a largement de quoi dire… Le texte le plus fort me semble être le message de la journée mondiale pour la paix du 1er janvier 2010, qui a pour titre : « Si tu veux construire la paix, protège la création ». Le pape écrit textuellement dès le début de ce message : « Le respect de la création revêt une grande importance, car “la création est le début et le fondement de toutes les œuvres de Dieu” et, aujourd’hui, sa sauvegarde devient essentielle pour la coexistence pacifique de l’humanité ». Il y parle également « d’alliance entre l’être humain et l’environnement »,  il nous rappelle les « “réfugiés de l’environnement”: ces personnes qui, à cause de la dégradation de l’environnement où elles vivent, doivent l’abandonner », de solidarité entre les hommes pour mieux respecter la nature (il vise directement et ouvertement les sociétés occidentales les plus avancées et les plus grandes consommatrices de ressources naturelles) et fustige la classe politique qui n’ose pas affronter ces problèmes. Mais surtout, le pape parle de développement, et même d’écologie humaine, en insérant l’homme dans le schéma. « Quand l’“écologie humaine” est respectée dans la société, l’écologie proprement dite en tire aussi avantage» écrivait-il à ce propos. Rassurez-vous, le pape ne devient pas un défenseur acharné de la nature au détriment des hommes. Tout ce qu’il dit est toujours orienté au « développement intégral authentique de l’homme ». Il rappelle d’ailleurs à ce propos que « l’Église invite au contraire à aborder la question de façon équilibrée, dans le respect de la «grammaire» que le Créateur a inscrite dans son œuvre, en confiant à l’homme le rôle de gardien et d’administrateur responsable de la création, rôle dont il ne doit certes pas abuser, mais auquel il ne peut se dérober ».

A part ce texte, Benoît XVI revient souvent sur le développent durable, et ce partout dans le monde…  A Sydney, lors des JMJ en 2008, le pape a plaidé cette cause auprès des jeunes, en incluant le respect des personnes dans son message.
Autre lieu : les catéchèses lors des audiences générales. Durant celle du 26 août 2009, Benoît XVI disait : « l’Eglise n’est pas seulement engagée à promouvoir la défense de la terre, de l’eau et de l’air, données par le Créateur à tous, mais elle se prodigue surtout pour protéger l’homme contre la destruction de lui-même ». Le 14 novembre dernier, il a une fois de plus abordé ce thème lors de l’Angélus, le dimanche matin, en parlant de l’importance du secteur agricole. Dans son encyclique Caritas in Veritate, on trouve également plusieurs passages qui reprennent ces thèmes, principalement les n° 48 à 51. C’est un thème qui revient également à l’occasion du message pour la journée du Tourisme, ou à bien d’autres moments…

Et puis, on y revient encore, dans son livre d’entretiens, Lumière du monde, il a répondu à Peter Seewald qui l’interrogeait sur ce thème, en pointant la responsabilité individuelle de chacun : « comment la grande volonté morale que tous approuvent et que tous appellent de leurs vœux peut-elle devenir une décision personnelle ? Car tant que cela ne se produit pas, la politique reste impuissante. Qui peut faire en sorte que cette conscience générale pénètre aussi dans la sphère personnelle ? Seule peut le faire une instance qui touche les consciences, qui est proche de l’individu et n’appelle pas à de simples effets d’annonce ». Vous avez compris que le Pape parlait de l’Eglise.

Si Benoît XVI s’engage fortement, il n’est pas le premier pape a porter cette question. L’Eglise, dans son ensemble, s’y intéresse depuis longtemps. Sans remonter à la Genèse où Dieu confie la terre à l’homme, on peut se souvenir de la figure de St François d’Assise, et de son magnifique cantique  de frère Soleil. Plus récemment, le concile Vatican II, dans la constitution pastorale Gaudium et Spes (dont nous fêtrons les 45 ans demain), a rappelé que « Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples » (GS 69).

Jean Paul II, en 1990, avait déjà consacré son message de la Journée Mondiale de la Paix au thème La paix avec Dieu créateur, la paix avec toute la création. Il attirait l’attention sur la relation que nous avons, comme créatures de Dieu, avec l’univers qui nous entoure, et invitait à encourager la « conscience écologique ». Paul VI, il y a presque 40 ans, soulignait dans la Lettre apostolique Octogesima adveniens, au n° 21 que, « par une exploitation inconsidérée de la nature, (l’homme) risque de la détruire et d’être, à son tour, la victime de cette dégradation ».

Dernier élément : le Compendium de la Doctrine Sociale de l’Eglise, publié en 2005, et qui consacre un chapitre complet à ce thème. Si vous êtes intéressé, sachez que vous ne manquerez pas de lecture…

Le Vatican à la pointe de l’écologie !

30 novembre 2010 Laisser un commentaire

Les panneaux solaires installés sur le toit de la salle Paul VI au Vatican

Alors que se déroule le sommet de Cancun, sur le réchauffement climatique, un article du SIR (Service d’informations religieuses) de la conférence des évêques d’Italie, nous apprend que ce mercredi après-midi, au Vatican (dans la salle de conférence des musées du Vatican) sera présenté le livre « L’énergie du Soleil au Vatican« . La sortie de ce livre, publié par la librairie editrice du Vatican et promu par le Gouvernatorat du Vatican, se fait à la fois en italien et en anglais. L’ouvrage photographique rédigé par la direction des services techniques du Vatican, insiste sur l’engagement de cet état pour le développement durable, à la suite des nombreux propos du pape Benoît XVI sur ce thème.

Deux ans après avoir inauguré l’engagement pour le photovoltaïque, en recouvrant le toit de la Salle Paul VI (où le pape tient ses audiences) par des panneaux solaires et en ouvrant un second cente d’énergie solaire, l’Etat de la cité du Vatican peut affirmer  qu’il génère, à partir de cette énergie solaire, les trois formes d’énergie secondaire : électrique, thermique et frigorifique. Les panneaux solaires de la Salle Paul VI permettent d’économiser, annuellement, 80 tonnes de pétrole (l’équivalent de 225 tonnes de CO2) !

On peut également rappeler qu’en 2007, l’Etat de la Cité du Vatican a annoncé un plan pour être le premier état arriver à la neutralité carbone, c’est à dire à compenser ses émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Avec les deux implantions photovoltaïques précédemment citées et une forêt en Hongrie (qui a été offerte au Vatican, mais pas encore plantée), les rejets de dioxyde de carbone du Vatican devrait être totalement compensés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés