Archive

Posts Tagged ‘Communication’

Le pape va twitter, mais…

9 novembre 2012 4 commentaires

Ce que vous voyez sur cette image est le compte Twitter officiel de Benoît XVI, son compte perso, ouvert il y a quelque temps déjà, pour permettre au pape de twitter. Changement radical de conception pour celui qui écrit ses livres au crayon de papier ! J’ose imaginer qu’il ne twittera pas directement… C’est d’ailleurs confirmé par les infos qui nous sont rapportées. Le pape validera un tweet chaque fois qu’il publiera un message. Bon, toute cette info, vous pourrez la trouver directement sur le site de l’Agence I-Média, dont la dépêche a été reprise par de nombreux médias francophones.

Ce qui me chagrine quelque peu dans cette histoire, c’est que j’ai l’impression d’un réel coup de pub, sans plus… Je m’explique : j’espère que vous avez déjà lu ou entendu Benoît XVI. On repère vite quand les textes sont de lui : il s’agit des plus denses, tout en restant accessibles. je n’ose imaginer ce qu’il serait capable de produire en 140 caractères. La force de la pensée du pape hyper concise ! Et pourtant, les tweets, selon l’article  seront écrits par la Secrétairie d’Etat :

Il est prévu que Benoît XVI, au moment d’approuver chaque discours qu’il doit prononcer, validera également un tweet exprimant l’essentiel du texte. Les responsables de la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège disposeront alors du maximum réglementaire de 140 caractères pour résumer la pensée du pape.

Pour ceux qui le connaissent un peu, le langage fait de citations et de périphrases pompeuses laisse présager du pire. Mais ok, ,j’accepte d’attendre de voir, bien qu’il me semble qu’il y ait là une occasion de perdue. [Question subsidiaire : les tweets seront en latin ? italien, anglais, français ? Serbo-croate ? toutes les langues, y compris l’arabe ?]

Le second point qui me gêne est ce que je vois actuellement, et ce que je lis entre les lignes de l’article. Le pape va publier des messages (enfin, ses sbires, je ne reviens pas dessus), mais apparemment, il ne va pas en lire… La preuve, il n’y a aucun abonnement depuis son compte officiel. Oui, je sais, il n’est pas encore officiellement officiel (!) [il n’est pas encore actif si vous préférez], et ceci explique peut-être cela. Mais alors, si l’on en reste ainsi, quel est l’intérêt d’utiliser un réseau social pour juste « envoyer » de l’info ! C’est le sens même du web 2.0 et de la communication telle qu’elle se vit sur ce réseau qui sont ainsi niés ! Il y a quand même quelques cardinaux et évêques de par le monde qui twittent régulièrement ! De grands noms ou des personnalités s’y sont aussi mises : Barack Obama ou François Hollande ( il est quand même chanoine d’honneur du Latran) par exemple. Certes, on va éviter les 10 plus suivis de par le monde : Lady Gaga, Justin Bieber, Katy Perry, Kim Kardashian, Britney Spears, Shakira, Taylor Lautner, Rihanna et Ashton Kutcher (Obama est le 4ème dans l’ordre, et le pire, je me rends compte que je ne connais pas le visage d’au moins 4 personnes de cette liste). Bref, ce que je voulais dire avant de digresser, c’est qu’il y a là une occasion de suivre la vie du monde ! A la place, le Vatican va continuer à publier des textes, en ajoutant un tweet, sans capacité à réagir à ce qui sera envoyé comme message (ok, c’est un sacré boulot qui arriverait), mais est-ce que ça ne vaudrait pas le coup ? Là oui, j’applaudirais des deux mains… Mais en attendant, j’avoue rester largement sur ma faim.

Si l’on en reste à cette utilisation de Twitter, quel intérêt ? Les comptes officiels de Radio Vatican ou d’autres médias, réunis sous le vocable @news_va_xx (on remplace xx par fr, en, it, pt, es,..) existent déjà et font le job pour annoncer un texte… Alors, où se situe la vraie nouveauté ?

Sur ce, je vous laisse, j’ai un article à finir sur un livre reprenant des conférences et textes de … Benoît XVI. Si vous voulez le lire, ce sera en ligne ce soir sur www.vatican2-50ans.fr !

PS : A l’époque, certains prêtres disaient prier avec la bible dans une main et le journal dans l’autre… Aujourd’hui, c’est génial, on peut tout faire sur le même appareil !

46ème Journée Mondiale de la Communication

19 mai 2012 2 commentaires

Ce dimanche, 20 mai, l’Eglise célèbrera la  46ème journée Mondiale des Communications Sociales. C’est l’unique journée mondiale qui a été mise en place par le concile Vatican II, dans le décret Inter Mirifica, au numéro 18 :

Pour donner plus d’efficacité à l’apostolat multiforme de l’Église dans le secteur des moyens de communication sociale, on organisera chaque année dans les diocèses, au jugement des évêques, une journée pendant laquelle les fidèles seront instruits de leur s devoirs en ce domaine et invités à prier pour cette cause et à verser leur obole. Ces dons seront scrupuleusement employés à soutenir et à développer les œuvres suscitées par l’Église, en ayant en vue les besoins de la catholicité tout entière.

Pour vous préparer à cette journée, je vous invite à lire le message de Benoît XVI : « Silence et Parole : chemin d’évangélisation » ainsi que sa présentation sur le site du Conseil Pontifical pour les communications Sociales. Je vous mets ci-dessous ma propre synthèse :

Dans son message pour la 46ème Journée Mondiale des Communications Sociales, c’est sur le rapport entre silence et parole que le pape veut nous faire réfléchir. Il le dit dès l’introduction : « Silence et parole sont deux moments de la communication qui doivent s’équilibrer, se succéder et se compléter pour parvenir à un dialogue authentique et à une profonde proximité entre les personnes ». Car le silence, rappelle-t-il, « fait partie intégrante de la communication » et il met en valeur les paroles. C’est dans le silence (et l’écoute de l’autre) que la pensée se forme, s’affine. C’est aussi dans le silence que « se saisissent les instants les plus authentiques de la communication entre ceux qui s’aiment », car il « met en jeu la sensibilité et cette capacité d’écoute qui révèle souvent la mesure et la nature des liens ». L’importance du silence est donc telle dans nos vies que Benoît XVI n’hésite pas à écrire qu’il est nécessaire « de créer une atmosphère propice, comme une sorte d’« écosystème » qui sache équilibrer silence, parole, images et sons ».

Dans un paragraphe où il fait la part belle aux réseaux sociaux et à Internet, aux relations qu’ils permettent et aux réponses qu’on y reçoit, le Saint-Père présente le silence comme lieu de discernement des questions importantes. Le silence permet  ainsi « à qui s’interroge de descendre au plus profond de lui-même et de s’ouvrir à ce chemin de réponse que Dieu a inscrit dans le cœur de l’homme ». Face à ces questions existentielles, on trouve, sur internet, des espaces  qui aident « l’homme d’aujourd’hui à vivre des moments de réflexion et d’interrogation authentique », voire « des espaces de silence, des occasions de prière, de méditation ou de partage de la Parole de Dieu ». Le texte de Benoît XVI mentionne d’ailleurs indirectement Twitter : « Dans la substance de brefs messages, souvent pas plus longs qu’un verset biblique, on peut exprimer des pensées profondes ».

La réflexion s’engage alors sur le silence (le silence de la Croix, du Samedi Saint, …) comme lieu de la révélation divine. Et le pape prolonge sa pensée en introduisant la contemplation, « qui nous fait entrer dans le silence de Dieu pour arriver ainsi au point où naît la Parole, la Parole rédemptrice ». C’est à partir de cette rencontre avec Dieu que nous devenons vraiment capables d’évangéliser l’autre. En effet, pour Benoît XVI, « la contemplation silencieuse nous immerge dans la source de l’Amour, qui nous conduit vers notre prochain, pour sentir sa douleur et lui offrir la lumière du Christ, son Message de vie, son don d’amour total qui sauve ».

Dans le dernier paragraphe de son message, Benoît XVI évoque directement la nouvelle évangélisation : « S’éduquer à la communication veut dire apprendre à écouter, à contempler, bien plus qu’à parler, et ceci est particulièrement important pour les acteurs de l’évangélisation : silence et parole sont les deux éléments essentiels et parties intégrantes de l’action de communiquer de l’Église, pour un renouveau de l’annonce du Christ dans le monde contemporain ».

Retrouvez quelques informations dans un dossier sur le site de la conférence des évêques de France. On y trouve notamment :

Je vous invite également à lire une présentation par l’Osservatore Romano du livre Cyberteologià du père Antonio Spadaro, sur la communication avec les outils numériques et à découvrir le gros dossier de Témoignage Chrétien intitulé : « Quand Dieu tisse sa toile »

Pour comprendre la Journée Mondiale des Communications Sociales :

Ce dimanche est l’occasion de mettre en lumière les moyens de communications de l’Eglise : les radios diocésaines, les revues et journaux diocésains (ou même paroissiaux), les sites internet institutionnels (www.eglise.catholique.fr) au niveau national ou local, les différentes pages Facebook ou Google+ des diocèses et mouvements,… On peut aussi mentionner les médias nationaux : KTO, le Jour du Seigneur, les revues chrétiennes (Pèlerin, La vie, Famille Chrétienne, Témoignage Chrétien, France Catholique, …). Bien évidemment, il y a différents blogs, plus ou moins officiel, mais c’est là tout l’intérêt du blog…

La « Journée Mondiale de la Communication » a pour objectif de mieux faire connaître les moyens de communication au niveau des paroisses, des diocèses et des services de l’Eglise catholique, et c’est aussi l’occasion pour les chrétiens de prier pour professionnels de la communication et de récolter des fonds pour soutenir les services diocésains de l’information et de la communication.


(Merci à Jasmin Lemieux-Lefebvre du diocèse de Quebec pour les visuels, qui sont libres de droits !)

Catégories:Actualité, Réflexion Mots-clés : , ,

Revuede Presse : Unité, silence, tweets, laïcité,…

26 janvier 2012 8 commentaires

Capture d'écran du site http://www.aleteia.org

C’était hier la fin de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. A cette occasion Benoît XVI a parlé d’œcuménisme le matin, dans sa catéchèse, ainsi que l’après-midi, lors des vêpres avec des représentants d’autres confessions religieuses à Saint Paul hors les murs. Sur tous vos sites d’information religieuse, vous pourrez retrouver un résumé de ces deux interventions, que ce soit La Croix, Zenit, Radio Vatican (ici et ), ou d’autres. Souvent, ces médias proposent aussi d’autres éclairages. Radio Vatican a consacré plusieurs Gros-Plan à cette question,  les journaux et magazines chrétiens également. Je cite par exemple le beau commentaire spirituel de Sœur Marie dans Témoignage Chrétien. Et puis, du côté des images, vous pouvez voir ou revoir les reportages et la célébration de dimanche dernier, avec le cardinal Barbarin, à Lyon, sur le site du Jour du Seigneur (ou lire son homélie).

Sur les blogs, on en parle aussi de l’unité, avec notamment ce très beau témoignage de Pierre-Baptiste Cordier, un catholique qui travaille pour une institution protestante, l’armée du Salut. Une rencontre dont il dit qu’elle est « beaucoup plus un avantage qu’une tension ». Entre sacrement, témoignage, Parole de Dieu et table de l’Eucharistie, un parcours dans ce qui est différent, mais jamais antagoniste. Et puis, en suisse, partant d’un billet de Claude Duccaroz sur « un rêve … œcuménique », le Suisse Rom@In-d (non, il n’y a pas de faute, il explique le pourquoi de cette orthographe dans un billet) nous donne sa vision de l’unité. A vous de vous faire votre idée, et surtout, de continuer à partager vos expériences, comme le fait le père Gaignet

Mais il n’y avait pas que la semaine de prière pour l’unité des chrétiens cette semaine. Le 24 janvier, en la fête de Saint François de Sales, le saint Patron des journalistes, le Saint-Siège a publié le message de Benoît XVI pour la prochaine journée Mondiale des Communications Sociales. Pour un petit retour sur cette Journée, la cyber Sister nous fait un bref rappel. Elle nous propose aussi les points forts du message dans son billet. Bien évidemment, tous les médias chrétiens en ont parlé : Fides, La Croix (et aussi ici), Radio Vatican (avec une synthèse et une interview de Mgr Celli à écouter en streaming ou a télécharger, gratuitement et légalement), et même des journaux non catholiques. Les sites institutionnels ont bien évidemment relayé ce message : la Conférence des Evêques de France (qui propose d’ailleurs un dossier complet sur les médias et internet), les évêques belges ou suisses. Sur Facebook, abonnez vous aux informations l’agence I.Media pour être informé quasiment en direct, comme c’était le cas mardi (un bref résumé dès 12h08)

Ce message, parce qu’il faut bien le présenter brièvement, parle du rapport entre le Silence et la Parole. Un message qui sort d’un contexte technique pour interroger chacun sur sa manière de communiquer.  Patrice de Plunkett a lu le message, et il a mis en évidence qui lui paraissait le plus important dedans (sinon, il y a toujours la synthèse que j’en ai faite). Valérie Barbe, sur son blog, avec un peu de recul, nous livre la manière dont elle essaye de mettre cette vision de la communication en œuvre, à travers un « Petit manuel de silence et parole à l’usage des tweeters et autres parleurs du web dont je fais partie ».

Ce qui a surpris nombre de commentateurs, c’est l’importance donnée au web dans ce message, qui ne parle pas du tout des autres médias. Le Suisse Rom@In-d  a ainsi décrété que Benoît XVI était « le pape du Net ». Il faut dire que le lien était tentant quand on lit plusieurs fois le terme « réseaux sociaux » ou encore  une expression qui fait référence à Twitter : « de brefs messages, souvent pas plus longs qu’un verset biblique ». L’AFP a immédiatement fait le rapprochement (comme tous les habitués), avec les #twittomelies de @mgrgiraud, le citant d’ailleurs dans leur article.

A propos de Twitter, plusieurs petits articles sont d’ailleurs sortis : Pierre Durieux (@comcardbarbarin) nous dit comment il utilise ce réseau social de microblogging, pendant qu’Etienne Séguier nous livre dans La Vie de cette semaine « trois bonne raisons d’abonner sa paroisse à Twitter ». Dans un autre article, il donne la parole à Mgr Hervé Giraud, qui explique comment il habite Twitter. Ces deux articles sortent fans le magazine de ce jeudi, pour coïncider avec l’ouverture des journées Saint François de Sales, qui réunissent plus de 220 professionnels de la presse catholique à Annecy autour du défi du numérique. Vous pouvez suivre les débats sur leur page Facebook, et même y participer ce soir de 22h30 à 23h30 !). On peut également suivre les débats avec le « mot clic » (comme on dit au Québec) pour suivre sur Twitter les Journées Saint François de Sales :  #JSFS  (merci à toutes celles qui twittent (à 10h43, il n’y a que des filles : @gdecoutard, @lepetitchose, @sabdima).

Retour à la question de l’évangélisation par les médias, avec quelques outils. Le site News.va, va bientôt être disponible en français ! Une bonne nouvelle. Sinon, la Fondation pour l’Evangélisation pour les Médias a une vision bien précise : mettre en place une télévision catholique numérique mondiale, autour de la plateforme Aleteia. Plus d’infos dans La Croix de mardi ou sur le site catho.be. On apprenait également que la FEM allait subventionner l’application Carpedeum, pour les smartphones.

Pour finir, quelques réflexions d’internautes. Jean Duma nous propose une introduction au silence, tel qu’il est compris par les pères du désert. Une série de petits billets à lire… Il y a aussi cette petite vidéo qui nous invite à nous déconnecter par moment ! Et enfin, pour éprouver le silence, David Lerouge nous propose une petite expérience : une minute face à une caméra ! Comme il l’écrite lui-même, « Une minute, c’est court, Une minute, c’est long ». 

Changement complet de sujet avec un mini tollé, du moins pour les chrétiens, provoqué par François Hollande dimanche dernier, quand il a proposé d’inscrire dans la constitution la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Plusieurs commentateurs reviennent sur ce sujet : François Vercelletto nous propose ainsi quelques réactions, allant du père Matthieu Rougé au pasteur Claude Baty. Le père Emmanuel Pic quant à lui n’y va pas par quatre chemins : « L’objectif est de détourner le regard d’autre chose : notre économie qui va mal, les mesures de rigueur qu’il faudra bien prendre », avant de rappeler que « l’Eglise catholique est l’un des lieux de notre société le plus créateur de lien social ». Une réaction bien sentie. Philippe Clanché, sur son blog, ne se prive pas de réagir lui aussi, avec tout autant de véhémence. Il raille le candidat socialiste : « Allons donc, croyances et religions seraient classées dans la même catégorie infamante que la finance et l’argent ? ». A l’actif de la défense, il cite les grandes figures sociales ou les institutions caritatives que les chrétiens et les autres religions que l’on trouve en France. Avant de finir par cette incantation : « Il est grand temps que les élites socialistes cessent de rivaliser de bêtises en parlant du fait religieux en France ». Gérard Leclerc, sur le site de France Catholique,  fait quant à lui un rappel historique sur la loi de 1905 et les obstacles à son insertion dans la constitution ! Stéphanie Le Bars, sur son blog, dans les pages du site du Monde, rappelle pour sa part que « constitutionnaliser l’article 2 de la loi de 1905, pourrait faire peser un “risque juridique sur l’équilibre  actuel ».

La sortie du candidat socialiste à l’élection présidentielle a fait jaser. Pour preuve, on parle même de ce sujet hors des frontières de l’Hexagone, chez nos voisins helvètes !

Le Figaro d’aujourd’hui consacre une page complète à ce dossier, avec une présentation du concordat qui s’applique en Alsace-Moselle (à lire en page 3 de l’édition papier). Isabelle de Gaulmyn, sur son blog, s’interroge : « Monsieur Hollande est-il décidément bien certain que les religions n’ont pas à contribuer au bien-être de la République ? » Et elle va plus loin, avec une proposition : « On ne saurait lui proposer de  mieux lire les religieux… ». Rien à ajouter !

Si, quand même. Alors que François Hollande s’amuse à tacler les religions, on apprenait la semaine dernière que « le gouvernement espère enrayer les divorces en préparant mieux au mariage ». Koztoujours propose même que les municipalités s’appuient « - sans le dire, hein – sur la préparation des mariages religieux ».

Et puis, à trois mois du scrutin, Pèlerin part à la rencontre des Français lors d’un tour de France en 7 étapes pour savoir cequ’ils attendent de l’élection présidentielle. Premier volet cette semaine dans le magazine avec les habitants de Clermont-Ferrand. A lire des pages 16 à 23 dans la revue qui sort ce jeudi. Pour finir sur le sujet, rendez-vous sur le blog Kto and the City, où l’auteur découvre que la presse catho est loin d’être culcul…

Ce même dimanche dernier, pendant que certains écoutaient François Hollande, d’autres ont préféré aller marcher pour la vie. Je vous propose deux récits de personnes qui y étaient. Amblonyx Cinereus (quelle idée d’avoir un pseudo comme ça !) y était, et il nous dit ce qu’il a vu. Tout ce qu’il a vu. Les dérives de certains mais surtout de « nombreux jeunes », qu’il définit comme « joyeux, pacifiques, prêts à construire autre chose (…) qui ont envie d’être responsables »…  Un beau billet, qui remet l’Eglise au milieu du village si j’ose dire. C’est d’ailleurs aussi ce qu’on trouve comme idée sur le blog Cathoweb, où Jean-Baptiste Balleyguier relève « une atmosphère positive et une ambiance bon enfant ».

Et puis pleins de liens en bref :

***

Mise à jour à 11h30 : François Hollande écrit dans ses 60 propositions, au numéro 44 :

Je proposerai d’inscrire les principes fondamentaux dela loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé : « La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Églises et de l’État, conformément au titre premier de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle. »

Mise à jour à 14h : J’ai oublié un lien hyper important : celui qui vous renvoie à une lettre du père Werenfried van Straaten, à propos de la communication et du message que l’on diffuse… C’est sur le blog En passant, en glanant. L’oubli est réparé.

« Silence et Parole : chemin d’évangélisation »

24 janvier 2012 5 commentaires

« Silence et Parole : chemin d’évangélisation » : Tel est le thème du message de Benoît XVI pour la 46ème Journée Mondiale des Communications Sociales. Dans son 7ème message pour cette journée, c’est sur le rapport entre silence et parole que le pape veut nous faire réfléchir. Il le dit dès l’introduction : « Silence et parole sont deux moments de la communication qui doivent s’équilibrer, se succéder et se compléter pour parvenir à un dialogue authentique et à une profonde proximité entre les personnes ». Car le silence, rappelle-t-il, « fait partie intégrante de la communication » et il met en valeur les paroles. C’est dans le silence (et l’écoute de l’autre) que la pensée se forme, s’affine. C’est aussi dans le silence que « se saisissent les instants les plus authentiques de la communication entre ceux qui s’aiment », car il « met en jeu la sensibilité et cette capacité d’écoute qui révèle souvent la mesure et la nature des liens ». L’importance du silence est donc telle dans nos vies que Benoît XVI n’hésite pas à écrire qu’il est nécessaire « de créer une atmosphère propice, comme une sorte d’« écosystème » qui sache équilibrer silence, parole, images et sons ».

Dans un paragraphe où il fait la part belle aux réseaux sociaux et à Internet, aux relations qu’ils permettent et aux réponses qu’on y reçoit (même à des questions qu’on ne s’est jamais posées), le Saint-Père présente le silence comme lieu de discernement des questions importantes. Le silence permet  ainsi « à qui s’interroge de descendre au plus profond de lui-même et de s’ouvrir à ce chemin de réponse que Dieu a inscrit dans le cœur de l’homme ». Face à ces questions existentielles, on trouve, sur internet, des espaces  qui aident « l’homme d’aujourd’hui à vivre des moments de réflexion et d’interrogation authentique », voire « des espaces de silence, des occasions de prière, de méditation ou de partage de la Parole de Dieu ». Et le texte de Benoît XVI mentionne indirectement Twitter : « Dans la substance de brefs messages, souvent pas plus longs qu’un verset biblique, on peut exprimer des pensées profondes »[1].

La réflexion s’engage alors sur le silence (le silence de la Croix, du Samedi Saint, …) comme lieu de la révélation divine. Et le pape prolonge sa pensée en introduisant la contemplation, « qui nous fait entrer dans le silence de Dieu pour arriver ainsi au point où naît la Parole, la Parole rédemptrice ». C’est à partir de cette rencontre avec Dieu que nous devenons vraiment capable d’évangéliser l’autre.

Dans le dernier paragraphe de son message, Benoît XVI évoque directement la nouvelle évangélisation : « S’éduquer à la communication veut dire apprendre à écouter, à contempler, bien plus qu’à parler, et ceci est particulièrement important pour les acteurs de l’évangélisation : silence et parole sont les deux éléments essentiels et parties intégrantes de l’action de communiquer de l’Église, pour un renouveau de l’annonce du Christ dans le monde contemporain ».

Le texte complet du message de Benoît XVI pour la 46ème Journée Mondiale des communicatuions sociales (format PDF).

Quelques remarques :

  • Si la première partie du message présente l’importance du silence dans les relations humaines et comme lieu d’intériorité et de réflexion, la seconde partie est bien plus spirituelle, avec une attention marquée au silence nécessaire pour connaître Dieu. Il ne s’agit donc pas d’abord d’un texte d’analyse des comportements médiatiques ou de conseils pour des professionnels, mais bien d’une proposition de formation adressée à tous les chrétiens (et donc aussi aux professionnels), qui sont tous en communication avec Dieu et avec leurs frères.
  • L’aspect a priori antinomique du silence et de la communication est facilement dépassé par Benoît XVI qui fait du silence un moment important de la communication. La complémentarité entre parole et silence, auxquels il faudrait encore ajouter tout ce qui se passe dans la relation non verbale (et que le pape intègre dans le silence) est ainsi mise en avant pour une communication qui ne soit pas que bavardage, mais emplisse l’homme.
  • Dans ce texte, la TV, la radio, ou la presse écrite ne sont pas mentionnées. Le terme « réseaux sociaux » apparaît deux fois en revanche, et il y a une apparition du terme « Réseau » pour parler d’Internet en général. L’expression « moteurs de recherche » apparaît également une fois dans le texte. De là à penser que l’Eglise pose un regard attentif sur ces nouvelles réalités de la communication (qui ne sont plus si nouvelles d’ailleurs), il n’y a qu’un pas, que je franchis allègrement. Comme il eut été sympa d’inclure une petite réflexion sur la cascade d’images déversée par la télévision ou sur le flux de musiques formatées de manière commerciales  qui empêchent le silence de se faire…

Pourquoi la publication du message pour la Journée Mondiale des communications Sociales ce 24 janvier ? La réponse du site du Conseil Pontifical des communications Sociales :

La Journée mondiale des Moyens de Communication sociale, unique célébration mondiale instaurée par le Concile Vatican II (Inter mirifica, 1963), est fixée, à la demande des Évêques du monde entier, au dimanche avant la Pentecôte, dans la plupart des pays. L’annonce du thème est faite d’habitude le 29 septembre, fête des Archanges Michel, Raphaël et Gabriel, ce dernier étant désigné Patron de ceux qui travaillent dans les radios. Le message du Saint-Père pour la Journée mondiale des Moyens de Communication sociale est publié traditionnellement le jour de la fête de saint François de Sales, Patron des journalistes (24 janvier), de façon à laisser aux Conférences épiscopales, aux organismes diocésains et aux autres organisations qui s’occupent des moyens de communication sociale, le temps nécessaire pour préparer le matériel audiovisuel et liturgique pour les célébrations au niveau national et local.


[1] Les #twittomélies de @mgrgiraud semblent être remontées jusqu’au plus haut niveau à Rome !


Revue de Presse : économie, blasphème, pub, diversité culturelle, Politique, communication,…

17 novembre 2011 3 commentaires

Les semaines se suivent et se ressemblent ! Cette semaine, au programme, les questions économiques et les réactions face aux pièces de théâtre qui utilisent la foi chrétienne comme base. Mais comme l’actualité évolue, même si les thèmes restent les mêmes, on y va. Et on commence avec le Vatican, qui envoie des messages contraires sur l’économie. Après le succès rencontré par le message du conseil Justice et Paix, Sandro Magister nous apprend que ce document a été critiqué par le Vatican lui-même, et plus particulièrement par les services du Cardinal Bertone, le secrétaire d’Etat du Saint-Siège. Une affirmation que Patrice de Plunkett récuse, n’y voyant qu’une tentative des « lobbies d’affaires » pour s’opposer à ce texte. Le père Eric de Beukelaer s’étonne lui aussi des propos de Sandro Magister quand il écrit : « ce qui a le plus irrité beaucoup de lecteurs compétents du document du conseil pontifical Justice et Paix, c’est qu’il est en contradiction flagrante avec l’encyclique « Caritas in veritate » de Benoît XVI ». Et dans un billet de son blog, le prêtre belge démontre qu’il n’existe aucune contradiction. Pourtant, selon le Vaticaniste français Antoine-Marie Izoard, de l’agence I-Medias, cette note aurait provoqué « la colère du secrétaire d’Etat et même du pape » (texte en italien ou anglais), à tel point que le cardinal Turkson a dû défendre son texte… Comme quoi il y a bien anguille sous roche.

Si vous voulez en savoir plus sur la position de l’Eglise dans ce domaine de la finance, c’est l’occasion de lire le dossier concocté par le magazine La Vie, qui face à la crise, propose d’écouter les chrétiens ! Parlant toujours de l’actualité, et notamment de la fameuse note du conseil Pontifical justice et Paix, Marie-Lucile Kubacki parle de « révolution de velours ». C’est à lire des pages 20 à 27 du magazine, ou sur internet. Le dossier présente aussi des initiatives plus locales, plus accessibles à chacun d’entre nous pour participer à ce changement, des témoignages différents, du secrétaire général adjoint de la CFTC à celui d’un directeur chez BNP-Paribas… A noter que vous pourrez aussi trouver quelques propositions de livres récents sur le thème de la crise et des réponses à y apporter.

Le journal La Croix d’aujourd’hui nous invite à découvrir la culture comme un placement d’avenir, et avec une belle photo du Centre Pompidou de Metz présente l’investissement culturel en y voyant un « fort levier économique ».

Le site des évêques belges reprend quant à lui une proposition du conseil Pontifical Cor Unum qui rappelle l’importance du bénévolat, et de la dignité de la Personne que l’on sert. Une autre manière de répondre à la crise actuelle. Et finissons sur une note plus légère, même si elle est apparemment triste : « Le père Noël est sur la Paille ». C’est l’abbé Eric de Beukelaer qui nous donne cette info dans le journal belge « Dimanche » et sur son blog, et il nous rappelle fort à propos que ce n’est pas un problème, car il n’est pas le seul, en cette période de fêtes qui approchent, à être sur la paille. « Depuis deux millénaires, un Autre s’y trouve » nous rappelle le prêtre, qui voit là une occasion de redécouvrir le Christ : « Peut-être que la mésaventure du père Noël lui ouvrira les portes d’une nouvelle vie » écrit-il ! Voilà en tout cas de quoi réfléchir.

Espérons en outre que ce climat de Noël qui approche sera favorable à une pacification des esprits. Parce qu’après les controverses sur la pièce de Roberto Castellucci, c’est Golgotha Picnic qui prend le relai ! La pièce, depuis longtemps, a été fustigée : ce spectacle « blesse et blessera » écrivait Mgr Podvin le 19 septembre dernier ! Les dénonciations affluent de toute part ! De Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse au Cardinal Vingt-Trois en passant par le soutien de Mgr Rey à une association qui porte plainte contre le spectacle ! Une réaction de nos prélats qui semble parfois désordonnée, quand Mgr Le Gall écrit « La prière ne peut en aucun cas être utilisée par des chrétiens comme instrument de pression, sinon elle est en contradiction avec ce qui la nourrit : une relation d’amour avec Dieu et avec son prochain » et que le cardinal Vingt-Trois invite « à une veillée de prière à Notre-Dame de Paris au cours de laquelle seront proposées une méditation de la Passion du Christ et la vénération de la sainte couronne d’épines ». L’initiative de l’archevêque de Paris a été saluée et reprise par de nombreux blogs ou site, comme celui des Padre par exemple. Le dossier est loin d’être clos, et comme la contestation monte, après les appels à l’unité d’action qui ont fleuri et les réactions qu’ils ont suscités, les pros s’y collent. Plusieurs billets sur le site urgencecomcatho proposent des clés de lecture ou de décryptage pour comprendre ce qui se passe. Je vous laisse aller les lire, et pourquoi pas le partager autour de vous.

Sinon, les enquêtes continuent. Après Famille Chrétienne la semaine dernière, c’est le Pèlerin qui s’interroge : « Crier au blasphème, la bon combat ? », avec l’invitation d’Anne Ponce dans son éditorial qui rappelle que « le dialogue se révèle plus fécond que l’agressivité verbale, la joie de croire témoigne avec plus de force qu’une manifestation de rue, tandis que le souci des plus pauvres et des plus fragiles dévoile davantage le visage du Christ que l’exhibition de calicots. Non, décidément, ne nous trompons pas de combat ». Il y a également, dans le magazine, une page complète qui présente l’institut Civitas, au centre (malheureusement) de la contestation, en expliquant clairement qu’il s’agit d’une « aile dure de la fraternité Sacerdotale Saint Pie X », et que l’activisme actuel de ce mouvement se veut un combat contre le retour des intégristes dans l’Eglise ! Si vous voulez en savoir plus sur cet institut, rendez-vous sur le blog de Patrice de Plunkett

Sinon, la nouvelle polémique qui va arriver, au cas où vous n’auriez pas encore vu les images, c’est la pub de Benetton : Le pape qui embrasse un imam sur la bouche ! Certes, ils ne sont pas les seuls à être brocardés, il y a aussi les couples Sarkozy-Merkel, Hbama-Hu Jintao,… La provoc, ça marche toujours ! Edmond Prochain a réagi à sa manière, et ça vaut toutes les réponses ! En dernière minute, Radio Vatican nous apprend que Benetton retire l’image du pape de sa campagne ! Pas grâve, le buzz est fait, Benetton a, une fois de plus, choqué et fait parler de lui !

Bon, il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur ce sujet, mais je crois qu’on est parti pour longtemps, alors je ne vous fatigue pas plus avec ça ! Mais je rebondis sur le blog de Virginie Riva, Religio, qui écrit : « Les revendications identitaires des autres religions nouvellement implantées en Europe comme l’Islam, ont comme effet de la part des cathos intégristes de durcir leurs propres revendications identitaires ». Pour lutter contre ce phénomène, rien de tel que de provoquer des Assises nationales de la diversité culturelle ! C’est le magazine Témoignage Chrétien qui s’y colle, et qui vous y invite ce samedi. Soit en chair et en os, à paris, ce week-end, soit en direct sur le net ! Stéphane Hessel, Alain touraine, Esther Benbassa, Jean Baubérot, Guy Aurenche, voilà quelques grands noms parmi ceux qui s’engagent. Entre ateliers et conférences, le programme est bien chargé. Une initiative qui n’est pas forcément dans l’air du temps, mais qui apportera, espérons-le, un souffle d’air frais, avec la question finale : « religions, frein ou atout de la construction interculturelle – quelle place à l’interreligieux ? ». Et si vous ne pouvez vraiment pas suivre cette rencontre, il y a la session de rattrapage, avec la onzième semaine de rencontre islamo-chrétiennes. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de La Vie !

Et grâce à ces assises nationales de la diversité culturelle, la transition vers la réflexion politique est toute trouvée. Jean-Baptiste Balleyguier nous offre, sur le blog des sacristains, une réflexion, longue mais très profonde, sur la Politique, « avec un grand P » comme il dit. Une vision où le choix de notre bulletin de vote compte moins que l’engagement au service de nos frères. En anticipant sur l’évangile de dimanche, il nous propose la devise « Think global, act local », qu’il traduit de la manière suivante : « peut-être que la meilleure manière pour un chrétien de faire de la politique, c’est de se rapprocher de son prochain, de sa propre initiative (…) et dans une optique “d’édification”. Il ne s’agit pas de créer une nouvelle tendance politicienne, mais bien d’indiquer aux hommes “le Chemin, la Vérité et la Vie” ». De manière parallèle, Amblonyx Cinereus propose lui aussi de s’engager, et il montre comment cette démarche libère ! C’est à lire sur le blog du Temps d’y penser. Et tant qu’on est dans les blogs, Le Gambrinus vient de s’engager dans le mariage, et il nous annonce sur son blog que sa chère et tendre l’encourage à reprendre son blog… Ça vaut le coup, car on aime lire des phrases comme cette pépite qu’il nous livre : « ma vie d’homme indépendant et heureux de l’être a croisé celle d’une femme qui m’a fait comprendre que la liberté n’a de sens que si elle sert une fidélité et une vérité » !

Parlons un peu de communication. C’est Emmanuel Pic qui a lancé le sujet, avec un billet très intéressant, « Croire dans ceux qui croient ». Il remet en question la manière dont l’Eglise se montre, ou se communique. Une réflexion qui inspirera peut-être Mgr Giraud. L’évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin, nouvellement promu président du Conseil pour la communication des évêques de France, a publié un éditorial sur la communication. Un texte que tous les acteurs de la pastorale devraient lire !

Changement de sujet, et retour à des choses plus profondes : le cahier “religion et spiritualité” de La Croix du week-end passé s’intéressait au « dogme, une vérité à croire ». Un dossier qui n’a pas manqué de susciter quelques incompréhensions, comme celle de François Vercelletto, qui sur son blog écrit sa stupéfaction de découvrir qu’il « n’existe aucun dogme sur la résurrection du Christ ». Pour le rassurer, la résurrection du Christ est bien incluse dans le Credo, dont le père Jean-François Chiron, interrogé dans l’article, déclare qu’on peut le considérer « comme un ensemble d’articles de foi » (Et là je réagis, car le credo a été promulgué par les conciles de Nicée et de Constantinople, et donc est bien un dogme, celui qui le refuse étant hérétique… Je vous renvoie à la page 30 de Famille Chrétienne qui présente ce concile cette semaine) !

Pour finir, un peu de détente : si vous avez un petit côté people, le site Luxmundi.fr est fait pour vous ! Vous y trouverez de brèves biographies des stars les plus connues du moment, avec une grande photo (qui en général rend hommage à la célébrité), et surtout la possibilité de laisser une prière pour cette star. Pour Lady Gaga, par exemple, Mathilde a écrit : « Seigneur, je te prie pour ta fille qui parle elle même d’une révolution de l’amour, vient lui montrer que cette révolution c’est Ton Cœur ouvert pour elle, c’est tout l’amour que Tu as pour elle! ». Et une autre intention : « Prions pour G. Clooney, qu’il soit digne de ton amour seigneur ». Bon, l’idée n’est pas mauvaise, et il n’y à même pas d’arnaque commerciale, comme l’explique Olivier dans les commentaires ci dessous.

Sinon, si vous préférez la culture au people, rendez-vous chez David Lerouge, qui vous propose des détournements d’œuvres d’art en BD. C’est très bien fait, ça a un petit côté culturel quand on tente de retrouver le nom des auteurs des œuvres originales… Et puis, c’est quand même plus intéressant que de jouer encore aux playmobils, fussent-ils évêques ou prêtres !

En bref :

Revue de Blogs : Un genre qui dérange, un des prêtres qui se retire, et le nouveau site du Vatican

Merci à Valérie-Anne Maître qui a écrit cette revue de blog et l’a présentée en direct pendant que je planchais sur mon dernier examen écrit ! Le texte est donc majoritairement d’elle ! Grazie Mille comme on dit ici !

Sur la Toile, depuis plusieurs jours, la blogosphère réfléchit à la théorie du genre. Tout est parti du nouveau manuel de sciences de la Vie et de la terre qui sera distribué aux lycéens à la rentrée. Il y a un chapitre consacré à l’identité et l’orientation sexuelle, un sujet très sensible. Pour résumer, on n’est pas loin de l’histoire de l’acquis ou de l’inné, de la célèbre formule « on ne naît pas femme on le devient » . La question est donc de savoir ce qui fait l’identité sexuelle de l’homme ? Face à cette théorie du genre, pas mal de chrétiens ne sont pas d’accord avec ce qui est écrit dans ces nouveaux manuels des lycéens…

Et d’abord Le P. Grosjean, prêtre du diocèse de Versailles, chargé des questions éthiques. Il résume le problème sur le blog des Padre, dans la rubrique « 3 minutes pour convaincre ». Pour le P. Grosjean cette théorie du genre qu’on présente dans les manuels scolaires revient en fait à nier la différence sexuelle.

Sur le même sujet, Zabou explique pourquoi finalement, ça coince un peu cette théorie : parce qu’elle sera enseignée à l’école, cela revient à enseigner une simple théorie sociologique comme une vérité biologique, à l’école. Big Problem ! Et puis il y a Thomas More, sur son blogqui lui aussi se demande si cette théorie des genres a bien sa place à l’école dans un cours de biologie. Ne parle-t-on pas plutôt de philosophie ?

Et comme pour se faire une idée complète, il faut aussi lire un avis différent sur la théorie des genres, rendez-vous sur le site de Témoignage Chrétien ou sur le blog « Baroque et fatigué ». Et pour finir sur le sujet de la théorie du genre, Edmond Prochain lui, sur son blog se propose de faire une petite explication de texte. Il décrypte le communiqué de presse de l’UNSA, publié en réaction à la pétition des associations catholique contre les nouveaux manuels de science. Comme à son habitude, ce billet d’Edmond Prochain est bourré d’humour et sonne un peu grinçant… Mais qui n’aime pas Edmond ???

Et puis, dans l’actualité aussi cette semaine, la rencontre du pape Benoit XVI avec une délégation de gens du voyage, les roms, samedi dernier au Vatican. Elle est importante, parce que les roms, on en parle dans un contexte parfois difficile : en Italie, plusieurs campements viennent d’être démantelés, et il y a eu des débats vifs l’année dernière en France. Le journaliste du Figaro, Jean-Marie Guénois, évoque la rencontre sur son blog dans un billet intitulé « Pourquoi Benoît XVI continue de défendre les roms ? » Jean-Marie Guénois rappelle que les chrétiens s’intéressent aux roms depuis bien longtemps, à travers la Pastorale des gens du voyage, et qu’ils n’ont pas attendu les polémiques politiques le faire…

Un autre sujet, dont les médias ont parlé, et qui fait réagir les blogueurs, ou plutôt une blogueuse, c’est l’annonce de l’un des trois chanteurs du groupe Les Prêtres, de quitter le séminaire. Joseph Nguyen, qui était séminariste, a quitté sa formation en vue du ministère. Ce départ du trio a été largement commenté dans la presse, c’est parfois même devenu une brève « people ». Isabelle de Gaulmyn, du quotidien La Croix, revient sur l’info et étend le sujet pour parler de la pression que subissent les jeunes prêtres. Dans son blog « Une foi par semaine », elle écrit « le jeune prêtre se vend bien » sur les plateaux de télé, mais ajoute que le jeune prêtre, il peut être lassé d’être systématiquement mis en avant pour montrer que l’Eglise attire. La journaliste conclut en disant : « Les prêtres deviennent rares. La rareté doit aussi se gérer ».

Enfin le blog de la semaine, qui est un site internet d’ailleurs. Et pas n’importe quel site, c’est celui du Vatican. Une nouvelle version vient d’être mise en ligne, un peu plus pratique et plus moderne, enfin c’est que nous dit Lemessin sur son blog d’ailleurs (ici quoi, et non, je ne me cite pas, c’est Valérie-Anne qui a décidé tout à fait librement de me citer). Les couleurs du nouveau site du Vatican ne changent pas, on reste sur un fond parchemin, mais la mise en page est plus claire, on peut même s’abonner aux infos par Twitter. Il y a un lien qui envoie directement vers les vidéos. Et puis il y a des rubriques sur les cotés, qui affichent des sous menu lorsqu’on passe la souris dessus ! Alors le site n’est pas tout à fait terminé, il y a un lien qui pour le moment envoie vers une page quasiment vide, news.va, le nouveau site d’infos du Vatican qui sera bientôt mis en ligne ! (ajout important : j’ai appris aujourd’hui même qu’il resterait vide en français dans un premier temps. Le news.va ne sera développé qu’en italien et en anglais au début).

Et voilà, c’est tout pour cette semaine…, bonne lecture, bonne semaine et bon surf !

Oooopppsss, on est fin juin !

13 juin 2011 4 commentaires

Chers amis… la vie de blogueur est parfois complexe. Comme plein de mes petits camarades, j’ai un métier, d’autres occupations, et, comme de moins nombreux blogueurs actifs, je fais des études. Que je devrais terminer d’ici une grosse semaine.

Vous m’avez vu venir. Un étudiant qui dit au mois de juin qu’il va être moins actif, c’est qu’il a des exams… J’avoue que ça fait deux ans que je n’en ai pas passé, du coup, il faut que je m’y replonge… Alors je vais vous délaisser un peu ici.

En attendant, je vous invite à aller jeter un oeil sur scoop.it. C’est un système assez sympa qui permet de partager ses découvertes du Web… Mais il n’y aura pas de commentaires.

Et puis les mini textes des Lineamenta sont finis (ouf diront certains). Je me suis dit en lançant l’idée que certains en verraient peut-être une phrase ou l’autre, et que ce serait mieux que rien. J’espère avoir réussi.

Alors en attendant que je revienne ici, bon surf sur pleins de blogs différents, e’t bonne chance à tous les étudiants.

Stéphane

Catégories:Actualité, Présentation Mots-clés : , , , , ,
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés