Accueil > Actualité > Attachés au Christ, engagés dans le monde : Un appel de Jean-Paul II

Attachés au Christ, engagés dans le monde : Un appel de Jean-Paul II


Ecoutez Jean-Paul II sur www.radiojerico.com

Ecoutez Jean-Paul II sur http://www.radiojerico.com

C’était un lundi matin. Le 10 octobre 1988. D’un pas ferme, Jean-Paul II, entrait dans la cathédrale St Etienne de Metz pour y célébrer la messe.  Après le temps de prière à la chapelle, respecté comme toujours par l’assemblée complète, le pape a débuté l’eucharistie.

Je vous propose de relire aujourd’hui ce qu’il disait alors dans son homélie. Les paroles qu’il adressait aux fidèles de l’Eglise de Metz sont valable bien plus loin que la frontière de la Moselle, et semblent vraiment d’actualité à voir les thèmes abordés. Mais je préfère laisser la parole à Jean-Paul II :

Une réunion de famille comme celle-ci doit faire une place de choix à nos frères et sœurs émigrés, et à tous ceux qui souffrent de maladie ou d’autres épreuves, comme celle du chômage. Du cœur de ce diocèse, le Pape, avec l’Evêque de Metz et tous les évêques ici présents, portent le souci pastoral de tous ceux qui vivent dans cette région, même de ceux qui s’estiment loin de l’Eglise, car l’amour du Christ-Pasteur n’en laisse aucun de côté.

Si l’on fait le parallèle avec les drames consécutifs à Lampedusa, on se rend compte que 25 ans plus tard, le message du bienheureux Jean Paul II n’a rien perdu de sa force ! Insistant dans son homélie sur le Christ Bon pasteur, le pape rappelait que les hommes d’aujourd’hui sont confiés à l’Eglise, née du mystère pascal et de cette volonté de Dieu d’aimer tous les hommes. Et l’Eglise, ajoutait-il, c’est le peuple de Dieu réuni autour de son pasteur, l’évêque.

Votre attachement au Christ est le fruit d’un héritage chrétien solide, d’une tradition séculaire; il doit être aussi celui d’un choix personnel. L’adhésion au mystère chrétien ne peut demeurer un vague attachement: elle suppose une foi forte, assumée, éclairée. La foi résistera difficilement aux questionnements actuels, aux mutations multiformes, si elle n’est pas nourrie par une catéchèse régulière et complète chez les jeunes, par une formation permanente chez les laïcs adultes, par un approfondissement continu chez les clercs. La prière quotidienne, la pratique religieuse dominicale, la participation régulière aux sacrements de réconciliation et de l’Eucharistie, sont l’expression normale de l’adhésion de foi au Christ Sauveur, et j’encourage volontiers vos efforts de pastorale liturgique et sacramentelle.

Au cœur de l’année de la foi, cet appel ne peut que résonner en nos coeurs et se traduire dans le concret de nos vies

Pour suivre le Christ, il ne faudrait pas se contenter d’un attachement subjectif et de la participation liturgique: il faut accepter loyalement et mettre en pratique les exigences de l’Evangile, les grandes valeurs morales du christianisme, telles que les rappelle le magistère de l’Eglise dans tous les domaines de la vie personnelle, familiale et sociale. Il y va de la solidité et du rayonnement des foyers chrétiens appelés à la fidélité conjugale, au don et au respect de la vie, au respect des gestes de l’amour, à l’éducation de la foi des enfants, dans la ligne tracée par l’exhortation «Familiaris Consortio». Il y va de la construction d’une société plus juste, fraternelle, solidaire des pauvres et des étrangers. Vous avez su accueillir avec une grande cordialité les arrivées successives d’immigrés qui ont travaillé dans les mines et dans la sidérurgie. Puissiez-vous continuer cette tradition d’hospitalité à l’égard de l’étranger! Aujourd’hui la récession économique laisse un grand nombre de Lorrains désemparés, au chômage. C’est un problème difficile. Vous êtes invités à tout entreprendre pour susciter une nouvelle restructuration économique qui donne à chacun ses chances de travailler et de vivre dans la dignité.

Insistant également sur la place particulière de l’Eglise de Moselle au carrefour de l’Europe, le pape ponctuait son homélie par des encouragements renouvelés à l’engagement des chrétiens dans la société.

Sur cette terre, beaucoup ont témoigné, selon leur vocation, que l’Esprit Saint ne cesse de développer et de renouveler l’Eglise du Christ en suscitant des dons variés. Aujourd’hui, Dieu vous appelle pareillement à la sainteté: puissiez vous être, comme cette cathédrale, un signe vivant de la présence de Dieu parmi les hommes, un signe transparent! (…) Vous ne devez pas baisser les bras. Vous avez en vous, avec la grâce du Christ, tout ce qu’il faut pour construire l’Eglise, au prix d’une nouvelle évangélisation. Aucun des maux évoqués n’est inéluctable. Certes, Dieu ne vous dispensera jamais d’imaginer de nouvelles solutions sociales et pastorales que je ne pouvais pas développer ici ce matin. Il ne vous dispense pas de les mettre en œuvre avec un grand courage, comme dans les bouleversements du passé. La foi vient ici renforcer vos responsabilités, elle les soutient et les oriente. Elle contribue à apporter le souffle nécessaire.

On le constate en lisant ces extraits, entre l’approfondissement de la foi et l’engagement dans la société, 25 ans plus tard, cette homélie reste résolument actuelle.

About these ads
Catégories:Actualité
Vous devez être connecté pour rédiger un commentaire.
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 3  075 followers

%d bloggers like this: