Accueil > Actualité, Revue de Presse > Revue de Presse : Mariage pour tous, mariage pour tous, mariage pour tous,…

Revue de Presse : Mariage pour tous, mariage pour tous, mariage pour tous,…


Illustration tirée du blog : traits-d-humeur.over-blog.com

Le sujet de la semaine, à n’en pas douter, c’est le mariage pour tous. Tous, c’est l’occasion de le dire, en ont parlé, à commencer par les évêques, réunis à Lourdes pour leur assemblée plénière d’automne ! Le Cardinal André Vingt-Trois a ouvert l’assemblée des évêques de France samedi dernier par un discours dans lequel une grosse partie était consacrée à ce sujet. Dans cette prise d e parole, une formule a fait mouche : « un mariage pour quelques-uns imposé à tous ! » Après avoir évoqué le concile Vatican II et le Synode pour la promotion de la Nouvelle évangélisation, l’archevêque de Paris a eu un long développement sur la question de « la loi républicaine », autour du mariage pour tous, mais aussi de la question de la catéchèse pour les enfants, avec une mention à Jules Ferry svp ! De nombreux médias se sont fait l’écho de discours, sans aller jusqu’à consulter les documents publiés par les évêques et que le cardinal avait rappelés dans son texte, telle la note « Elargir le mariage aux personne de même sexe ? Ouvrons le débat ! ». Ce texte, si l’on prend le temps de la lire, montre que les attaques contre les propos tenus par les responsables de l’Eglise sont totalement infondées. Je vous renvoie aussi à son homélie de ce dimanche, soit en vidéo sur le site du Jour du Seigneur, soit écrite, sur le site des évêques de France (où vous pourrez trouver un dossier sur l’ensemble de leur travail cette semaine). Sinon, à Dijon, c’est un dépliant qui a été publié et distribué par le diocèse à 20.000 exemplaires. Le but avoué étant de proposer « un discernement et des repères, dans lesquels se reconnaîtront toutes les personnes qui veulent prendre du recul par rapport aux changements législatifs annoncés ».

Sur le même sujet, le cardinal Ricard a été interrogé par Famille Chrétienne, et il ne mâche pas ses mots à propos du non-débat qui règne actuellement : « ce n’est pas parce que vous avez effectué quelques auditions de responsables de confessions religieuses ou d’associations que vous avez créé un véritable débat. Le débat, ce n’est pas un jeu de ping-pong, d’opinions contradictoires, par médias interposés ». Une position que François Hollande lui-même a validé ce mercredi, comme le rapporte Radio Vatican, renvoyant ainsi certaines obédiences de francs-maçons ou d’autres groupes de pressions dans les cordes !

D’autre part, les catholiques ne sont pas les seuls à s’engager pour la défense de la loi actuelle sur le mariage, comme le rapportent plusieurs articles de journaux. Jean-Marie Guénois, pour le Figaro, montre même le déplacement du débat sur le terrain sociologique : « Juifs, chrétiens et musulmans ont privilégié l’analyse des conséquences sociales du mariage homosexuel, laissant de côté les argumentaires théologiques ». Constance de Buor dresse le même constat dans le magazine La Vie de cette semaine (article à consulter gratuitement après inscription sur le site internet)

Du côté des blogueurs, Charles Vaugirard propose de dépasser la question du mariage pour s’intéresser à celle des enfants, et ce à travers la tenue d’ « Etats Généraux de l’enfant » ! Le blogueur s’interroge : « La possibilité d’avoir un enfant est-elle un nouveau droit de l’Homme, le “droit à l’enfant”, pour toutes les formes de couples ? Ainsi, les couples non-procréatifs par nature (et non suite à un problème médical, comme les couples hétérosexuels stériles), que sont les couples homos, pourront-ils tout de même donner la vie à grand renforts de prouesses biotechnologiques ? » Sa réponse à lui est toute trouvée, et elle est simple : « Une telle innovation n’est pas souhaitable ». S’intéresser au devenir de l’enfant, c’est également, selon Jean Mercier, le choix de l’épiscopat français : « la tactique de l’Église est claire. Primo, non pas défendre les intérêts du catholicisme, mais ceux des enfants et de la société à travers ses cadres anthropologiques, c’est-à-dire se placer sur le plan de la raison et du droit ».  Un article à lire dans La Vie de cette semaine.

Il y a aussi, à propos de ce projet de loi, ceux qui s’en sortent par la prière. Si le projet a déjà été étudié par le gouvernement, la proposition de Goéland Duval vaut largement pour les prochaines étapes parlementaires et pour les débats à venir. Je vous la laisse découvrir dans ce très bref  billet ! Pour d’autres, leur engagement se traduira par une démarche publique, répondant à l’appel à manifester le 17 novembre (ne vous trompez pas de date, le 18, ce ne sera pas le même combat).

On l’a déjà vu, et ne nous leurrons pas, les cathos et les différents responsables religieux ne sont pas les seuls à s’inquiéter de ce projet de loi. Spécialiste des blogs et d’internet, David Abiker, qui sévit le soir dans l’émission “Des clics et des claques” a publié une nouvelle-fiction qui a pour titre : « Grosse frayeur chez Papa-Papa » ! Une contribution que l’on espère totalement fictive, tant elle est effrayante au fond ! D’ailleurs, même des maires de gauches s’opposent à ce projet. C’est Patrice de Plunkett qui nous signale un article du Point dans lequel plusieurs maires encartés au Parti Socialiste font état de leur fibre catholique et déclarent refuser cette évolution. Il y a même un député de gauche qui prend officiellement position contre ce projet de Loi (encore Merci à Patrice de Plunkett pour le lien). Et je vous renvoie également au communiqué des parlementaires pour la famille, qui propose 100 jours de débats sur ce sujet ! Pour Jean-Pierre Denis, il est, dans ce non-débat actuel, question de « dogmatisme ». C’est ce qu’il explique dans son édito de la semaine de La Vie, montrant comment toute prise de position contraire au « faux consensus » autour de ce projet de loi est délibérément mis de côté et disqualifié en lui « collant des étiquette infamantes ».

Un petit mot pour constater quand même que ce débat n’est pas simplement franco-français, mais qu’il se pose aussi en Suisse et en Espagne, où le mariage homosexuel a été confirmé par le Tribunal constitutionnel, tandis qu’aux Pays-Bas c’est la question est celle de la reconnaissance de plusieurs parents (plus que deux) pour un enfant qui se pose.

En conclusion de ce trop long sujet (enfin, conclusion pour aujourd’hui), je vous renvoie vers La Croix qui a un dossier complet sur le sujet ! Bonne lecture !

 

On en arrive à nos sujets hebdomadaires, avec les JMJ et un appel au volontariat par la Famille de St Joseph. On apprend dans ce petit billet que 40.000 volontaires sont attendus au Brésil, soit le double de ceux qui s’étaient mis au service des pèlerins à Madrid. Et pour vous motiver à partir à Rio, il y a surtout, en pied de cet article, la vidéo du Cathologue, où Jérôme vous détaille ses cinq « arguments originaux pour aller aux JMJ » ! Si après-ça vous ne foncez pas vous inscrire…

Concernant l’année de la Foi et les 50 ans de Vatican II, je vous propose une petite histoire belge ! En fait, il s’agit d’une émission de la RTBFqui a pour titre “Il était une foi” et qui a pour thème Vatican II. Entre Joseph Fameré et la squadra Belga, les témoignages du cardinal Ries, ou la pub pour le web-documentaire des Médias Catholiques, il y a largement de quoi découvrir l’influence des belges sur concile !

A signaler aussi, parce que tout ce que font le gouvernement français et ses services n’est pas à critiquer, les journées d’études sur Vatican II organisées par le ministère des affaires étrangères !

Concernant Diaconia, et même si il ne faut pas limiter cette dynamique à certains services écclésiaux, le secours Catholique publie aujourd’hui son rapport qui a pour titre « Regard sur 10 ans de pauvretés ». Preuve que si l’Eglise est engagée contre le mariage pour tous, elle n’en est pas moins attentive à tous, et surtout aux plus pauvres. Et Sylvia, la « sacré gothique » nous donne quelques exemples de cet engagement de l’Eglise envers les plus pauvres ! Avec un style véhément où l’on sent l’exaspération, elle s’adresse à tous ceux qui demandent à l’Eglise de se taire face aux évolutions sociétales, et leur démontre que le discours sur ces sujets s’articule avec une mise en œuvre de la charité. Le Petit Chose, pour sa part, nous montre comment sa charité se fera active le 18 novembre. Si elle ne soutient pas le combat contre le mariage pour tous, elle accepte néanmoins d’entrer en débat avec ses contradicteurs, et surtout elle veut montrer qu’elle reste ouverte à tous dans leur accueil et l’attention à eux !

Un mot quand même pour souligner l’élection de Barack Obama aux Etats-Unis, avec son verset biblique préféré : « Ceux qui espèrent dans le Seigneur retrempent leur énergie : ils prennent de l’envergure comme des aigles, ils s’élancent et ne se fatiguent pas, ils avancent et ne faiblissent pas ! » (Is 40, 31.) ». C’est un petit article à lire sur le site du Pèlerin. Salut cette élection Benoît XVI a envoyé un télégramme au président américain. Le père Lombardi en a donné un résumé, qui nous est rapporté par l’agence Zenit ! Et les évêques américains, pourtant assez peu favorables au candidat démocrates, l’ont eux aussi, à leur tour, félicité, en l’assurant de leurs prières pour que « Dieu donne la force et la sagesse » au président afin d’« affronter les défis qui attendent les Etats-Unis ». C’est à lire sur news.va !

 

En bref :

  1. Grégoire
    8 novembre 2012 à 15:24

    À propos du texte « Elargir le mariage aux personnes de même sexe ? Ouvrons le débat ! » Gérard Leclerc l’avait commenté dans son éditorial de France catholique à l’époque de la publication du document.

  2. Grégoire
    8 novembre 2012 à 15:26

    J’oubliais ! Cet éditorial peut être consulté à cette adresse : http://www.france-catholique.fr/Mariage-pour-tous-Un-combat.html

  3. 8 novembre 2012 à 18:44

    « un mariage pour quelques-uns imposé à tous ! » est une formule-choc qui ne veut strictement rien dire ; va-t-on forcer tout le village à assister au mariage de deux personnes de même sexe ? C’est de la pure rhétorique et c’est surprenant de la part d’un cardinal qui affirme appeler au débat et à l’exercice de la raison. :-)

    Par ailleurs, la phrase « Ce texte, si l’on prend le temps de la lire, montre que les attaques contre les propos tenus par les responsables de l’Eglise sont totalement infondées » est très amusante. Dans le dossier de la Croix par exemple, le prêtre en charge de la « lutte contre l’homophobie » dans le diocèse de Nice disait qu’il n’avait jamais été contacté par d’autres diocèses pour des conseils ou autre chose. De fait, l’Eglise, au delà de l’agitation verbale, que ce soit en France ou dans le monde, ne se mobilise guère contre l’homophobie. C’est même le contraire : elle a lutté et continue de lutter comme en Afrique contre les luttes contre les discriminations, cf par exemple le document de la CDF sur l’opportunité des lois (1986 je crois ) qui dit en substance que seul les discriminations injustes pourraient concerner l’homosexuel chaste, les autres qui sont visibles et donc pouvant être sujet aux discriminations (puisque pour discriminer, il faut pouvoir identifier n’est-ce pas ?) ne peuvent que s’en prendre à eux-même etc. Bref, côté actes concrets, c’est quasi le néant.

    • 11 novembre 2012 à 11:11

      Cher Bashô, je ne suis pas d’accord avec vous.

      1. La formule du cardinal Vingt-Trois ne concerne pas, comme vous semblez le penser, un mariage, mais le mariage, c’est à dire l’institution du mariage ! Ce n’est pas pareil, et là, elle prend toute sa force !

      2. Avez-vous pris le temps d’aller voir la note des évêques ? Ces derniers écrivent, par exemple : « Pendant longtemps, les personnes homosexuelles ont été condamnées et rejetées. Elles ont fait l’objet de toutes sortes de discriminations et de railleries. Aujourd’hui, cela n’est plus toléré, le droit proscrit toute discrimination et toute incitation à la haine, notamment en raison de l’orientation sexuelle, et il faut se féliciter de cette évolution. Du côté de l’Eglise catholique, la Congrégation pour la doctrine de la foi invitait, dès 1976, les catholiques à une attitude de respect, d’écoute et d’accueil de la personne homosexuelle au cœur de nos sociétés. Dix ans plus tard, la même Congrégation soulignait que les expressions malveillantes ou gestes violents à l’égard des personnes homosexuelles méritaient condamnation. Ces réactions « manifestent un manque de respect pour les autres qui lèse les principes élémentaires sur lesquels se fonde une juste convivialité civile. La dignité propre de toute personne doit toujours être respectée dans les paroles, dans les actions et dans les législations » ».

      ou encore : « La diversité des pratiques homosexuelles ne doit pas empêcher de prendre au sérieux les aspirations de celles et ceux qui souhaitent s’engager dans un lien stable. Le respect et la reconnaissance de toute personne revêtent désormais une importance primordiale dans notre société. »

      Ilm me semble qu’il y a là une véritable main tendue pour un dialogue, et je ne renie donc absolument pas les paroles que j’ai écrites plus haut dans l’article.

  4. 11 novembre 2012 à 22:53

    2. Cette note omet de dire que tout ce que subissaient les homosexuels étaient parfaitement conforme à la doctrine catholique. L’Eglise enseignait que c’était un « péché qui criait vers le ciel » . C’était donc une faute qui appelait donc aux sanctions les plus rigoureuses pour éviter le châtiment de Sodome. Mais je vous ferai grâce d’un cours d’histoire du droit, soulignant seulement que la tolérance et les progrès ne sont dûes que grâce à la sécularisation.

    De plus, vous citez la Congrégation de la Doctrine de la Foi mais vous devriez aussi citer les autres documents qu’on peut trouver sur le cite. Un datant de 92 (sur les lois contre les discriminations des homosexuels ) et un autre de 2003 (sur la reconnaissance juridique des unions homosexuelles).

    Par exemple dans le 12 paragraphe du premier document, il est dit ceci :

     »
    Entre autres droits, toute personne a le droit au travail, au logement, etc. Néanmoins, ces droits ne sont pas absolus. Ils peuvent être légitimement limités en raison d’un comportement externe objectivement désordonné. Ceci est parfois non seulement licite mais obligatoire. D’ailleurs, ceci vaudrait non seulement dans le cas d’un comportement coupable mais même dans le cas d’actions de malades physiques ou mentaux. Il est ainsi accepté que l’État puisse restreindre l’exercice des droits, par exemple dans le cas de personnes contagieuses ou malades mentalement, afin de sauvegarder le bien commun. »
     »

    Et surtout sur la fin du premier paragraphe de 14 : « En règle générale, la majorité des personnes à tendance homosexuelle qui s’efforcent de mener une vie chaste ne rendent pas publique leur orientation sexuelle. Dès lors, le problème de la discrimination sur le plan de l’emploi, du logement, etc., ne se pose habituellement pas. »

    Autrement dit, il est tout à fait permis par exemple de refuser une chambre à un couple homosexuel comme l’ont fait des hôteliers anglais chrétiens qui furent l’année dernière condamnés pour discrimination. Le sens de « discrimination injuste » est défini dans un sens extrêmement restrictif qui permet de refuser beaucoup de choses à quelqu’un dont l’homosexualité est connue.

    Dans le second document, la CDF refuse toute assimilation au mariage mais elle va beaucoup plus loin : paragraphe 5

    « 5. Vis-à-vis du phénomène des unions homosexuelles qui existent de fait, les autorités civiles prennent des attitudes diverses: parfois elles se limitent à tolérer ce phénomène; parfois elles promeuvent la reconnaissance juridique de telles unions, sous prétexte d’éviter, par rapport à certains droits, la discrimination de celui qui vit avec une personne du même sexe; parfois elles vont jusqu’à favoriser l’équivalence juridique des unions homosexuelles avec le mariage, sans exclure la reconnaissance de la capacité juridique à adopter des enfants.

    Là où l’État assume une politique de tolérance de fait, n’impliquant pas l’existence d’une loi qui accorde explicitement une reconnaissance légale à ces formes de vie, différents aspects du problème méritent d’être soigneusement discernés. La conscience morale exige d’être, en chaque occasion, témoin de la vérité morale intégrale à laquelle sont contraires aussi bien l’approbation des relations homosexuelles que la discrimination injuste vis-à-vis des personnes homosexuelles. Seront donc utiles des interventions discrètes et prudentes, dont le contenu pourrait, par exemple, être le suivant: clarifier l’usage instrumental ou idéologique que l’on peut faire de cette tolérance; affirmer clairement le caractère immoral de ce type d’union; rappeler à l’État la nécessité de contenir le phénomène dans des limites qui ne mettent pas en danger le tissu de la moralité publique et surtout de ne pas exposer les jeunes générations à une conception erronée de la sexualité et du mariage qui les priverait des défenses nécessaires et qui contribuerait, en outre, à la diffusion du phénomène lui-même. À ceux qui, sur la base de cette tolérance, veulent procéder à la légitimation de droits spécifiques pour les personnes homosexuelles qui cohabitent, il faut rappeler que la tolérance du mal est bien autre chose que son approbation ou sa légalisation. »

    *****************
    Vous noterez que la CDF parle en toutes lettres de tolérance au mal que l’Etat doit accepter car une limitation trop stricte de ce fléau social risquerait de perturber l’ordre public, mais néanmoins s’efforcer de contenir.

    Vous comprendrez donc, surtout après avoir comparé le discours de son éminence André Vingt-trois avec celui du nouvel archevêque de Canterbury, que je doute de l’existence de cette main tendue et n’y vois que stratégie de communication pour ramener dans le droit chemin les brebis égarées.

    • 11 novembre 2012 à 23:59

      Outre le fait que ces documents sont anciens, vous parlez souvent au passé. Aujourd’hui, nous sommes dans une autre situation que 92 (20 ans) ou 2003. *Quant aux conclusions que vous tirez de la lecture de ces documents, je ne suis pas juriste, mais je ne suis pas sûr qu’elles soient aussi directes que ce que vous pensez…

      Autre question, à propos de cette Eglise qui « discriminerait » les homosexuels : savez-vous qu’une note est sortie pour rappeler l’obligation de baptiser les enfants de couples homosexuels ? Certes, le passé n’a pas été glorieux, mais aujourd’hui l’Eglise, dans la mesure de ses croyances et de ses règles, accepte de reconnaître les demandes et les droits des personnes homosexuelles. Êtes-vous au moins d’accord pour le reconnaître ? Pour l’archevêque de Canterbury, je vous rappelle juste que dans la communion anglicane, il y a des évêques femmes homosexuelles, le mariage homosexuel est reconnu par cette institution. On est donc dans un autre contexte que dans celui de l’Eglise catholique. Ne mélangeons pas tout non plus !

      En outre, et personnellement je m’en arrêterai là, l’Eglise ne fait qu’inviter à réfléchir et à discerner. Je vous mets au défi de trouver une parole officielle demandant le retrait du projet de loi, jetant des menaces ou des anathèmes. Non, comme le disait déjà la prière du 15 août dernier, « Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience. » Ce ne sont que des indications et des prières, pas une obligation. L’Eglise a bien compris la sécularisation, et accepte de jouer le jeu. Est-ce que l’Etat démocratique le fait, invitant, sur un véritable sujet de société, à un débat ? Il ne me semble pas.

  5. 12 novembre 2012 à 12:05

    Je me permets de rectifier une chose : non, le mariage homosexuel n’est pas reconnu par la communion anglicane. J’explique, d’abord, il serait erroné de comparer la communion anglicane avec l’Eglise catholique romaine ; il serait plus juste de voir la communion anglicane comme une fédération d’églises étant d’inspiration anglicane mais ces églises peuvent être très différentes sur le plan spirituel ou de praxis. Par exemple, l’église anglicane américaine ( qui s’appelle en fait épiscopalienne) reconnaît le mariage homosexuel, et ordonne des femmes évêques mais ça ne signifie pas que les autres églises adoptent la même démarche ! Ainsi, comme je vous l’ai dit dans mon dernier commentaire l’église anglicane d’Angleterre ne reconnaît pas le mariage homosexuel (elle a même émis une réponse fortement négative à la consultation du gouvernement ) et beaucoup à l’intérieur de cette église envisagent d’exclure l’église épiscopalienne trop libérale de la communion anglicane. L’Eglise anglicane d’Angleterre est en tête avec l’église catholique d’Angleterre dans la lutte contre l’ouverture du mariage.

    Et je rappelle que le nouvel archevêque de Canterbury vient de la low church et est de sensibilité évangélique. Il s’oppose donc fortement au mariage homosexuel et le fait savoir. Donc son discours et celui de Cal Vingt-Trois sont tout à fait comparables.

    Enfin, je vous signale que le débat existe puisque le Parlement est en train de faire les auditions.

    Une dernière chose, je me suis contenté de lire mot-à-mot les documents magistériels. Pas besoin d’être canoniste pour comprendre l’essentiel.

    • 12 novembre 2012 à 15:37

      Eh bien Bashô, je reconnais ma méconnaissance sur l’Eglise d’Angleterre. Merci de vos éclairages.
      Quant au débat démocratique, s’il a lieu au parlement, il n’est pas vraiment relayé par la presse, et quand il a lieu dans les médias, reconnaissons-le (et je travaille dans une radio…), c’est de manière partiale.

  1. 8 novembre 2012 à 12:33
  2. 8 novembre 2012 à 13:36
  3. 8 novembre 2012 à 14:00
  4. 8 novembre 2012 à 16:41

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :