Accueil > Actualité, Revue de Presse > Revue de Presse : cardinaux, catacombes, morale, foi, "Bricbrocquer"…

Revue de Presse : cardinaux, catacombes, morale, foi, "Bricbrocquer"…


Un autre événement marquant de la fin de la semaine passée a été la mort du cardinal Martini. Donner un écho à tout ce qui a été écrit à ce propos serait vain. Rendez-vous sur le site de La Croix pour vous en rendre compte. Les magazines ne sont pas en reste, avec La Vie, Témoignage Chrétien ou France Catholique. Vous retrouverez, sous la plume de Frédéric Mounier et de Jean Mercier, respectivement dans les pages de La Croix et de La Vie, deux présentations de l’œuvre et de la personnalité du Cardinal Martini. L’agence i.média a elle aussi donné une bibliographie assez circonstanciée du cardinal défunt. Et si les hommage se sont multipliés, du pape en passant par le patriarche latin de Jérusalem jusqu’aux chrétiens de Lyon, ce qui a certainement le plus fait parler, c’est l’interview posthume du cardinal (publiée par La Vie et par La Croix) ! Le titre est éloquent : « L’Église est en retard de 200 ans. Aurions-nous peur ? ». Jean Mercier cependant, pour La Vie s’est interrogé sur cet article « dont la nature polémique pose aussi des questions éthiques et journalistiques ». Tandis que Philippe Clanché semble regretter le « héraut des catholiques progressistes » qui est mort sans laisser de « postérité véritable dans la haute hiérarchie catholique » (p.8 de TC de cette semaine), Jean Mercier, en faisant écho à l’actualité française, relevait que « Martini est emblématique d’une période où le “hors-piste prophétique” consistait à rêver l’Eglise. A la rêver pure, dépouillée, accueillante, audible et crédible, au point même de projeter sur elle l’image de ce que nous voudrions être. Rêver, mais souvent au point de se focaliser sur tout ce qui apparaissait comme un obstacle au témoignage, et qui concernait par exemple la morale sexuelle ». Et de comparer le défunt avec un de ses confrères, élevé au rang de successeur de Pierre, Benoît XVI. Frédéric Mounier, sur son blog, se refusait cependant à cette comparaison, notant que « l’Eglise ne saurait se contenter ni de Ratzinger, ni de Martini. Les deux, ensemble, lui sont indispensables. Et chacun reste libre, à leur suite et en vue du Royaume, de choisir son chemin. La diversité de la litanie des saints, chantée lors des obsèques milanaises du cardinal, témoigne, dans sa diversité,  de cette liberté ». Une position proche de celle du cardinal Tauran, cité par i.média, et qui déclarait « que son confrère italien “était trop intelligent pour n’être ni progressiste ni conservateur” car “ce sont des catégories réductrices” ». Du côté des blogueurs, Charles Vaugirard, sur le site Tak.fr, préférait écrire que « Mgr Martini était avant tout un homme de pastorale ». Une conclusion qui, je l’avoue, me plait bien !

A noter que le cardinal Martini n’est pas le seul cardinal à être décédé ces derniers temps. Neuf jours avant lui, il y a eu le cardinal Shan. A son propos, et pour nous le faire connaître, Sandro Magister publie une lettre du cardinal Zen, l’un de ses disciples !

Restons avec les cardinaux, avec la citation de la semaine : « Si l’on est dans une dictature idéologique, qu’on nous le dise, on ira dans les catacombes ». L’auteur de cette citation n’est autre que le Cardinal André Vingt-Trois, au micro de Clémence Houdaille, et que vous pouvez réécouter et revoir sur le site de Radio Notre Dame ! Outre la très bonne intervention du cardinal, cette phrase a incité Thomas Jauffret, l’auteur du blog Beninews à réfléchir sur cette descente aux catacombes ! Il relit les derniers événements de notre été, de cette fameuse prière du 15 août à l’histoire de Rimsha, en passant par la condamnation des Pussy Riot et autres relectures… Thomas Jauffray propose donc la création d’un nouveau hashtag : #inthecatacombs, en montrant combien dans l’empire romain qui s’effondrait, cette descente a permis aux chrétiens de rebondir. Comme il l’écrit à la fin de son billet : « N’en déplaise à certains, les chrétiens n’ont aucun problème avec les catacombes. Ils continueront à être exigeants, à essayer d’œuvrer avec amour, à défendre l’Homme et la vie, à orienter le monde vers le Bien commun. Yes, go deep down in the catacombs ! »

Une intervention qui est bienvenue en ces temps où l’expression de la foi est plutôt mise à mal, comme en témoigne une tribune de Roselyne Bachelot sur le Hufftington Post, qui écrit textuellement : «  Il convient donc de laisser les religions dans la sphère privée ». Pour lui répondre, Matthieu Boucart, sur le blog Totus-Tuus, dont je vous laisse découvrir la réponse largement argumentée. Cette question de la place de l’Eglise revient dans l’interview du cardinal Barbarin à La Croix, où le prélat dénonce une « démocratie absolue » qui ne mettrait plus l’homme au centre ! Sur le thème du mariage homosexuel, Famille Chrétienne titrait la semaine passée : « le débat interdit ». On le voit, la place des religions dans la société est loin d’être reconnue.

A ce sujet, la morale laïque que Vincent Peillon veut introduire à l’école laisse planer quelques doutes de laïcisme chez l’abbé Guillaume de Tanoüarn ou auprès de Jean-Pierre Denis. Laissant de côté les considérations politiques et historiques, Jérôme Anciberro, dans l’éditorial de Témoignage Chrétien de cette semaine, relève « ce retour de la morale à l’école », qui aurait le mérite d’obliger « les Français à se pencher sur des questions refoulées ». La Vie s’intéresse au sujet dans le magazine qui sort ce jeudi, avec un article de Marie-Lucille Kubacki qui montre la dimension religieuse « républicaine et areligieuse » que Vincent Peillon place dans cette morale laïque ! Pour conclure ce débat, laissons la parole à Valérie Barbe qui nous rappelle, dans ce domaine, l’importance de l’exemple donné par les parents !

Enfin, dans les questions actuelles, le cas de la petite Rimsha n’est pas encore réglé. Si de nombreuses preuves sont venues accréditer la thèse d’un complot monté par l’imam qui l’a dénoncée, la jeune fille reste toujours, pour l’instant, en prison. Un beau raté du Pakistan !

Venons-en à nos sujets d’année. Et commençons cette semaine par l’année de la foi, en portant un regard vers la Belgique, où « lesévêques (…) ont adressé une nouvelle lettre pastorale à toute la communauté croyante de leur pays, l’invitant à s’interroger sur ce que signifie être “chrétien aujourd’hui” ». Selon La Croix, qui l’a présentée dans son édition de lundi, cette lettre se veut un accompagnement pastoral pour l’année de la foi. Elle prend acte des changements qui ont eu lieu ces dernières années en Belgique, et tente de donner un nouvel élan aux chrétiens du pays. Pour les évêques, la première priorité de l’Eglise aujourd’hui est de « chercher ensemble ce que signifie concrètement le fait de se mettre à la suite de Jésus ». Pour cela, ajoutent-ils, « nous pouvons nous inspirer et nous aider les uns les autres ». A noter que cette lettre, selon le quotidien « sera aussi prochainement illustrée par une série de courts clips vidéo réalisés par les médias catholiques belges ».

Sur le même sujet, celui de la foi, mais dans un ordre tout à fait différent, partons au Québec, où Jocelyn Girard invite les lecteurs du messager de St Antoine à redécouvrir leur patrimoine et l’héritage religieux à partir de la toponymie. Un chemin qui conduit, selon le blogueur, à vivre vraiment la communion des saints ! Et pour finir, une citation tirée d’un ouvrage de Thimothy Radcliffe, qu’Yvette a partagée sur son blog : « La Foi est notre réponse à cette étonnante découverte : nous avons été choisis ».

Du côté de Diaconia, un rappel : la solidarité se vit à tout âge. Un article publié sur le site de l’opus Dei en témoigne : une quinzaine d’étudiants et jeunes professionnels sont partis cet été en Lettonie avec le club Fennecs pour venir en aide à un orphelinat. L’un des participants livre, dans cet article, son récit. On y trouve ces quelques paroles : « “Nous n’allons pas transformer la face de la Lettonie par notre action. Soyons donc humbles et fuyons l’activisme” nous explique Pierre, un organisateur du séjour. “Notre travail aura une valeur d’éternité si nous l’offrons au Seigneur” renchérit l’abbé Quartulli, notre aumônier, dans l’homélie de la messe du premier jour. L’objectif était donc clair : le meilleur service que nous pouvions rendre à cet orphelinat était de lutter, chacun, pour devenir meilleur en cherchant la sainteté ». Et en prime, on découvre la spiritualité de l’Opus Dei, loin des images véhiculées par certaines œuvres de fiction (Dan, si tu nous entends…)

Un mot des JMJ, même si c’est encore le calme sur ce flanc (sauf pour ceux qui pédalent vers Rio !) ! Alors j’en profite pour relayer un appel, celui de Wikipedia, qui sur la page “Journées mondiales de la jeunesse 2013” affiche quelques petits information, assez lacunaires, mais surtout ce message : « Cet article est une ébauche concernant l’État ou la ville de Rio de Janeiro, le catholicisme et le Vatican. Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants ». Avis aux bonnes volontés ! Attention toutefois à ne pas faire de cette page un lieu privatisé par un diocèse ou une paroisse… Pour vous y aider, si vous ne maîtrisez pas Wikipedia, lisez l’article de Stanislas sur le site de la Conférence des évêques de France !

Pour terminer, je vous invite à un peu de légèreté. On commence avec le père David Lerouge qui nous propose un « dictionnaire de verbes propre au domaine religieux, et plus particulièrement à l’art oratoire de l’homélie ». D’ « Acidacétylsalicyliquer » à « Vatifoler », chacun pourra trouver son lot dans cet ensemble de termes barbares mais tellement proches de la réalité parfois. Enfin, comme le dit David à la fin de son billet, « Le plus extraordinaire de tout cela, c’est que la Parole fasse son chemin, et touche, de façon tout à fait imprévisible le plus souvent  » !

Si l’écologie est un thème qui vous intéresse, vous connaissez certainement le blog du père Dominique Lang “ecology and churches”, ou celui de Patrick Pique, “le blog d’un catho écolo” mais il y a un autre blog que je viens de découvrir et qui semble de très bonne tenue : “visible et invisibles”. Il est tenu par Mahaut, une blogueuse qui déclare sur le blog « Pour le moment, je ne parlerai pas beaucoup de moi, si ce n’est la foi dont j’essaie de vivre et la vision du monde que je souhaite partager dans mes billets – qui disent déjà beaucoup ». Dans son dernier billet, elle propose une recension d’un ouvrage qui reprend la pensée du pape sur l’écologie, “Benoît XVI, Pensées sur l’environnement”. A ne pas manquer si le sujet vous intéresse !

Et puis, une chronique à ne pas manquer ! Il s’agit de l’Editorial européen, une initiative de Radio Vatican que vous pourrez retrouver toutes les deux semaines sur le site internet de la radio. Le but de cette chronique : proposer « une réflexion commune des rédactions européennes de Radio Vatican sur les principaux thèmes et défis qui se présentent à l’Eglise et à la société sur le Vieux Continent ». Le premier numéro est à lire sur le site de Radio Vatican qui, il faut le préciser, s’est offert un lifting fort réussi !

NB : un problème dû à la Poste – je suppose – fait que je ne reçois plus les revues cathos à temps pour la revue de presse (excepté pour les envois par PDF ou les articles en ligne)… J’espère que ce sera bientôt résolu !

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés

%d bloggers like this: