Accueil > Actualité, Réflexion > Revuede Presse : des bleus à l’âme… ou de l’EDF à la spiritualité.

Revuede Presse : des bleus à l’âme… ou de l’EDF à la spiritualité.


« Le Jugement dernier », ou encore « Drôle de Match ». Voilà deux titres du Républicain Lorrain pour parler de ce qui arrive aux bleus. L’équipe de France est (moins qu’hier, mais quand même), au centre de toutes les polémiques après les scandales en série qui ont marqué son début de Coupe du monde. Et le journal mosellan d’oser un onze de départ dans ses colonnes pour le match de cette après midi. La  question, c’est de savoir qui sera vraiment sur le terrain à 16 h, pour ce (dernier) match de l’équipe de France. Réponse d’ici quelques heures…

Pour Le Monde d’aujourd’hui, qui retrace les divers évènements survenus dimanche et hier, la question est simple : « les Bleus peuvent-ils tomber plus bas ? ». Le journal pointe également « la communication verrouillée de l’équipe » comme l’un des éléments clés de cette déchéance. On y retrouve des termes comme « communication subie », « hypermédiatisation », etc.,  tout un langage que l’Eglise a connu il y a quelques mois elle aussi. Alors, que faire, tirer sur l’ambulance ? Enfin se payer la tête du responsable de ce fiasco annoncé ? Certains journaux ou sites vont plus loin, et cherchent à repositionner le débat. Dominique Quinio, dans son éditorial de La Croix d’hier, a resitué ce problème dans une perspective plus juste : « l’excès d’indignité va de pair avec l’excès d’honneur. Il faut d’urgence remettre le football à sa juste place : c’est un jeu, c’est un sport, il arrive qu’on gagne, il arrive qu’on perde. Et que ce soit mérité » écrit la directrice de la rédaction du journal. Elle n’est pas la seule à se plaindre des proportions que prend cette polémique. Patrice de Plunkett, sur son blog, revient sur « l’effondrement des Bleus », en citant largement un éditorial de Libération d’hier. Il y dénonce le « matérialisme mercantile » qui aujourd’hui accompagne le foot et de nombreux autres sports.

Comme pour lui donner raison, Le Figaro s’arrête aujourd’hui sur la réaction des sponsors de l’équipe de France, en montrant l’embarras de quasiment tous ceux qui, financièrement, sont concerné par l’avenir des joueurs et de l’équipe. Jean-Jacques Bourdin, l’animateur de la matinale sur RMC, lance quant à lui une grande pétition sur internet « pour que les joueurs de l’équipe de France reversent au football amateur les rémunérations perçues pendant le Mondial ». Voilà peut-être de quoi donner une issue moins négative à ces évènements sportifs…

(photo tirée du site http://www.anunicioblog.com)

Pour plus de renseignements, je vous invite à aller écouter, sur le site internet de Radio Vatican, le dossier du journal de ce matin, où Dominique Quinio a été interviewée sur l’importance du foot et sur cette crise. Tant que vous y êtes, dans la série sur les formations dans l’Eglise, prenez le temps d’écouter aussi Patrice de Plunkett, dans un sujet où il analyse l’information et son mode de fonctionnement aujourd’hui. A entendre donc, pour sortir de ces controverses sans fin.

Revenons à l’actualité religieuse de cette semaine. Ce dimanche, dans le Républicain Lorrain, l’édition de Metz donnait la parole à Lucie Reulier, la présidente du CCFD de Moselle, à l’occasion des « assises annuelles » de ce mouvement à Metz samedi. On y apprend ainsi qu’il est né d’un appel « relayé par le pape Jean XXIII » et qu’il fêtera ses 50 ans  l’année prochaine. Mais c’était aussi l’occasion de faire le point sur les missions du CCFD, avec, pour rappel, le fort engagement pour Haïti depuis le tremblement de terre…

Moins matériel, et plus spirituel (bien que les deux ne s’opposent pas du tout), Famille Chrétienne propose le 1er volet d’une série de neuf articles sur le « Notre Père ». Le père Guillaume de Menthière nous invite à redécouvrir, durant l’été, cette prière. Cette semaine, une introduction générale sur celle qu’on appelle l’oraison dominicale, pour nous inviter à « redécouvrir l’incomparable saveur de mots » que l’on dit parfois de manière trop routinière…  N’hésitez pas à prendre le temps de lire cette page du magazine, et à vous en inspirer…

Et puis, dans le même ordre d’idée, La Vie nous propose dans ses « essentiels », c’est-à-dire dan son cahier central, un témoignage sur l’oraison et ce qu’elle change dans la vie. Il y a même 4 conseils pour « se mettre à l’oraison » comme le dit l’hebdomadaire.

Revenons à l’actualité locale. La Croix de ce week-end a consacré une page complète à Phalsbourg, ainsi qu’à son écrivain le plus célèbre, Emile Erkmann. L’occasion de parcourir 200 ans d’histoire locale à travers des écrits ou des monuments. Et restons dans le pays de Sarrebourg. Le Républicain Lorrain donne aujourd’hui dans ses colonnes des renseignements pour assister à l’ordination de Christophe Weinacker, enfant d’Oberstinzel. Ce dimanche, il sera ordonné prêtre par Mgr Raffin à la cathédrale de Metz.

En bref, pour finir, un coup de projecteur sur un article du Pèlerin concernant la marée noire en Louisiane. Un thème repris par le père Lombardi dans l’éditorial qu’il écrit chaque semaine pour une revue jésuite en Italie, et que Patrice de Plunkett, encore lui, a traduit sur son site internet (plunkett.hautetfort.com). Alors, avec tous vous journaux et magazines, gardez les yeux ouverts sur le monde et sur l’Eglise, et bonne lecture. A la semaine prochaine.

About these ads
  1. 4 juillet 2010 à 20:52

    Nos footballeurs de l’équipe de France.

    Qu’attendions nous de nos footballeurs sinon qu’il gagnent ?

    On devient si exigeant lorsqu’ils perdent,
    qu’on voudrait que l’argent les ai rendus autre chose que des footballeurs,
    qu’ils aient étés transformés en gentlemen, en diplomates,
    qu’il n’y ait pas de leader ni d’individualités parmi eux,
    qu’après avoir discrédité leur entraîneur, ils le respectent,
    qu’après avoir renvoyé du mondial l’un de leurs coéquipier à coup de campagne médiatique,
    ils se taisent,
    eux qui ne souhaitent qu’une seule chose,
    gagner.

    Encore auraient ils pu tous encore trouver la motivation pour gagner envers et contre tous au dernier match si l’on avait pas envoyé,
    un ministre les seriner d’une morale, qui pue la mauvaise foie,
    leur montrant de fait qui en est le détenteur.

    La morale de ceux qui dès le début ont voulu instrumentaliser l’équipe de France pour leur intérêts de communication politique, se foutant de l’image de la France qu’il accusent une équipe de salir, les faisant espionner, ce qu’on appelle se renseigner, jour après jour, cherchant le scandale pour cacher et faire avaler les réformes aussi nécessaires puissent-elles être.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 3 076 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :